Le rôle du numérique dans les pratiques des enseignant.es

« Mobiliser fortement les potentialités du numérique » tel est l’objectif que le Ministère de l’Éducation nationale (MEN) français présente dans son plan : le numérique au service de l’école de la confiance (2019). L’intégration des Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Éducation (TICE) engage l’ensemble du système éducatif dans des transformations pédagogiques et organisationnelles profondes, de l’école maternelle à l’enseignement supérieur.

Les enseignant.es sont ainsi invité.es à adapter leurs pratiques professionnelles à ces injonctions institutionnelles. L’Environnement Numérique de Travail (ENT), implanté en collège depuis maintenant plus de quinze ans, apparaît pour les instances décisionnelles comme un soutien à ces transformations. Il désigne un ensemble intégré de services numériques mis à disposition de tous.tes les acteur.rices de la communauté éducative d’un ou plusieurs établissements scolaires.

Accessible par Internet, il est destiné aux enseignant.es, aux élèves, aux parents et aux personnels de direction. Parmi les modules de l’ENT proposés, nous distinguons principalement les services de gestion (cahier de textes), les services de mises à disposition des ressources (classe virtuelle), les services d’administration (gestion des usagers) et les services de communication et de collaboration (messagerie, forum).

Selon les enseignant.es interrogé.es, les deux activités les plus fréquemment utilisées sont la messagerie et le cahier de textes. Elles et ils indiquent n’avoir recours aux blogs que de manière hebdomadaire ou mensuelle. Quant au reste des outils que propose l’ENT, les enseignant.es affirment les mobiliser de manière beaucoup plus sporadique. Cette recherche propose donc d’étudier les usages de l’ENT des enseignant.es de collège. Pour quoi est-il utilisé ? Permet-t-il de développer un travail collaboratif ? Est-il un levier pour l’innovation pédagogique ? Pour répondre à ces questions, nous avons effectué une enquête par questionnaire et par entretien semi-directif auprès des enseignants des collèges de l’Académie de Toulouse.



L’ENT n’encourage pas au travail collaboratif

Le travail collaboratif entre professionnel.les correspond à la poursuite ensemble d’un objectif commun (Marcel et al., 2017). Dans le cas de l’enseignement secondaire, l’enseignant.e des Mathématiques prépare par exemple des séquences avec l’enseignant.e d’Histoire-Géographie, même s’ils assument individuellement leurs tâches face à leurs élèves. Dans ce cadre, la mise en partage, la distribution et la coordination des tâches réalisées par les enseignant.es est plébiscitée. Il ne s’agit pas d’une simple juxtaposition mais d’une complémentarité et d’interactions en permanence entre elles.eux.

Des recherches effectuées dans différentes régions en France observent une faible implication des enseignant.es dans le travail collaboratif via l’ENT. À titre indicatif, Bruillard (2011) démontre que les apports originaux en classe issus de l’ENT sont rares et relèvent peu de déclarations de travail collaboratif entre les professionnel.les. De même, seul un petit nombre d’enseignant.es saisit le potentiel collaboratif lié à l’outil de mise en ligne de documents proposé par l’ENT (Voulgre, 2011).

Les réponses à notre enquête renforcent leurs observations et démontrent que le travail collaboratif est peu plébiscité par les répondant.es. En effet, seulement 20% préparent des contenus pédagogiques avec d’autres enseignant.es et à peine 8% réalisent une séquence à plusieurs. De plus, 76% des enseignant.es déclarent ne pas constituer une base commune d’apprentissage sur l’ENT.

L’outil est principalement perçu comme un moyen facilitant les échanges entre professionnel.les ; ainsi 84% des répondant.es l’utilisent pour communiquer avec leurs collègues afin d’organiser des projets pédagogiques dans le cadre de la classe ou de l’établissement. Cependant, l’ENT reste peu investi dans le cadre de projets pédagogiques entre établissements ; seul.es 8% des interrogé.es le mobilisent dans ce cas. Pour 5 des 8 enseignant.es interviewé.es, « ce n’est pas un espace de travail collaboratif. C’est un espace de communication dans les usages ».

Par ailleurs, les enseignant.es entretenu.es indiquent que leurs pratiques collaboratives consistent d’une part à partager entre collègues des ressources audio-visuelles collectées sur Internet à des fins pédagogiques ; d’autre part, à préparer des fiches à destination des élèves en pratiquant l’écriture collaborative via le module « documents partagés ».

Plusieurs tentatives de travail collaboratif à partir de l’ENT ont vu le jour durant la réforme du collège de 2016, notamment en lien avec l’instauration des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI : création de blog, partage de documents). La prescription a joué un rôle important dans l’intégration de cet outil d’un point de vue interdisciplinaire. « Il s’agissait des documents à remplir pour donner les axes des projets, les compétences qui seraient travaillées, les notions visées. Chaque discipline se saisissait de ces documents et les remplissait collaborativement, parce qu’il y avait une pression institutionnelle », avoue un enseignant.

En outre, les entretiens ont révélé que les enseignant.es cherchant à travailler ensemble se retrouvent face à la réticence de certain.es de leurs collègues ; d’autres disent préférer développer des projets communs en présentiel. La culture de l’établissement apparaît comme décisive pour développer et perpétuer des pratiques collaboratives. Enfin, d’autres freins proviennent des aspects techniques de l’ENT, tels que des problèmes de logistique ou d’espace de stockage trop limité.


  • Bruillard É., 2011, « Le déploiement des ENT dans l’enseignement secondaire : entre acteurs multiples, dénis et illusions », Revue française de pédagogie, n°177, 4, 101-130.

  • Voulgre É., 2011, « Une approche systémique des TICE dans le système scolaire français : entre finalités prescrites, ressources et usages par les enseignants », Thèse de doctorat inédite, Rouen, 356p.

  • Marcel J.-F., Dupriez V., Périsset Bagnoud D., 2007, « Le métier d’enseignant : nouvelles pratiques, nouvelles recherches » in J.-F. Marcel, V. Dupriez, D. Périsset Bagnoud et M. Tardif (dir.) Coordonner, collaborer, coopérer. De nouvelles pratiques enseignantes (7-17), Bruxelles : De Boeck Université.


L’ENT est source d’innovation pédagogique

Par innovation, nous entendons « un processus qui a pour intention une action de changement et pour moyen l’introduction d’un élément ou d’un système dans un contexte déjà structuré » (Cros, 1998). Des études antérieures ont montré que les enseignant.es n’estiment pas l’ENT capable de favoriser l’émergence de nouvelles pratiques pédagogiques. Il apparaît pourtant que, dans certains cas, elles et ils s’appuient sur l’ENT pour développer des innovations (Genevois et Poyet, 2010). Nos résultats renforcent ce dernier point.

En effet, parmi celles et ceux qui ont répondu au questionnaire, 60% indiquent que l’ENT soutient leur capacité d’innovation pédagogique. L’analyse des entretiens montre que la perception de l’évolution des pratiques professionnelles grâce à l’ENT fait l’unanimité : « Ça a complètement changé mes pratiques professionnelles », « L’ENT reste un plus. Je ne saurais pas revenir en arrière ». Les enseignant.es déclarent que l’outil leur permet d’innover dans leurs pratiques pédagogiques notamment dans la communication avec leurs élèves. Elles et ils réalisent un appui personnalisé aux élèves en situation de handicap ou avec des problèmes d’absentéisme grâce à l’échange et au dépôt des cours en ligne.

Ces professionnel.les estiment que l’ENT favorise également l’innovation dans leurs pratiques en classe : « J’ai pu mettre en place des pédagogies actives de façon plus efficiente depuis que l’ENT existe : les travaux collaboratifs avec les élèves, des éléments de classe inversée », indique un enseignant. De plus, quelques enseignant.es disent avoir modifié leurs façons de communiquer avec les familles d’élèves. Ainsi, 71,5% considèrent l’ENT comme une innovation à la fois technologique et pédagogique. Les raisons de ce positionnement sont prioritairement liées aux potentiels que le dispositif offre pour l’accompagnement des élèves dans leur apprentissage. Les enseignant.es réalisent également que leur rôle est primordial dans l’usage pédagogique de l’ENT : « On va pouvoir détourner l’ENT à des fins pédagogiques ». Toutefois, elles et ils mettent en avant une limite de l’outil : « C’est une innovation pédagogique mais, pour moi, il ne va pas encore assez loin finalement » ; et sa remplaçabilité : « On aurait pu faire la classe inversée avec un autre support, pas forcément avec l’ENT ».

L’ENT apparaît donc comme outil mobilisé pour inciter les enseignant.es à travailler ensemble. Au vu de nos résultats, les pratiques collaboratives qui en découlent ne sont ni intuitives, ni spontanées. L’ENT est plus utilisé comme instrument de communication que comme outil de collaboration. Ce manque d’usages collaboratifs est dû, entre autres, à la disparité des compétences numériques dans le corps éducatif et à des problématiques purement techniques. Néanmoins, les enseignant.es reconnaissent l’ENT comme une innovation à la fois technologique et pédagogique prenant tout son sens dans la relation enseignant.e-élève (conception de séquence, suivi individuel, évaluation de l’élève, classe inversée).


  • Genevois S., Poyet F., 2010, « Espaces numériques de travail (ENT) et “école étendue” », Distances et savoirs, n°8, 4, 565-583.

  • Cros F. (dir.), 1998, Dynamiques du changement en éducation et en formation. Considérations plurielles sur l’innovation (7-16), Versailles : Institut National de Recherche Pédagogique.


Crédits images en CC : Pixabay Megan_Rexazin, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux, manfredsteger

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

(Hanna et Charalampopoulou, 2019)

 

 


Dima Hanna et Christiana Charalampopoulou

Université Toulouse Jean Jaurès - UMR EFTS (dima.hanna@live.com et christiana.charalampopoulou@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 19/06/2020

    […] Le rôle du numérique dans les pratiques des enseignant.es. « Mobiliser fortement les potentialités du numérique » tel est l’objectif que le Ministère de l’Éducation nationale (MEN) français présente dans son plan : le numérique au service de l’école de la confiance (2019). L’intégration des Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Éducation (TICE) engage l’ensemble du système éducatif dans des transformations pédagogiques et organisationnelles profondes, de l’école maternelle à l’enseignement supérieur. Les enseignant.es sont ainsi invité.es à adapter leurs pratiques professionnelles à ces injonctions institutionnelles. […]

  2. 05/07/2020

    […] Le rôle du numérique dans les pratiques des enseignant.es. « Mobiliser fortement les potentialités du numérique » tel est l’objectif que le Ministère de l’Éducation nationale (MEN) français présente dans son plan : le numérique au service de l’école de la confiance (2019). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.