Prendre en compte les indicateurs de bien-vivre

L’écart grandissant entre les indicateurs de richesse économique (PIB, taux d’investissements, etc) et la qualité de vie a mené au développement d’un ensemble d’indicateurs. Ces derniers sont une alternative à une définition de la richesse assimilée essentiellement à la production monétaire marchande. Il s’agit alors de remettre au centre de la réflexion politique des dimensions telles que les sociabilités, la santé, l’environnement naturel et le rapport au temps. L’enjeu d’un tel mouvement ? D’une part, produire de la connaissance éclairant les décisions avec des éléments non visibles par la statistique, mais déterminants dans nos vies ; d’autre part, réfléchir à ce que serait une société permettant à chacun de bien vivre.

Cet article est rédigé en écho à la table ronde axée sur les indicateurs en action et les échelles du territoire lors du forum international pour le bien-vivre, interrogeant le passage de la connaissance à l’action, de l’observation au pilotage. En effet, la remise en cause d’un modèle de développement fondé sur une croissance infinie dans un monde fini semble relativement partagée. Les anciens réflexes de pilotage par l’optimisation des marges et la course à la performance « économique » restent cependant la norme. Toutes les étapes de prise de conscience, de mise en discussion et de choix collectif supposent de définir collectivement ce qui compte pour que la réflexion sur « le bien-vivre » guide l’action individuelle, collective et politique.

Il existe des outils, appuyés sur une autre conception de la richesse, qui éclairent cette notion. Mais comment faire pour que ceux-ci ne restent pas des à-côtés de la politique publique ? Le présent article vise à identifier les questions soulevées par l’entrée en activité des indicateurs alternatifs à différents niveaux. Les pistes de réponse sont à la fois méthodologiques, politiques et pragmatiques.




Quels usages pour ces indicateurs alternatifs ?

Il existe une grande variété d’expériences d’élaboration d’indicateurs alternatifs, tout d’abord territoriale. Certaines expériences ont émergé à l’échelle internationale, comme le Better life index de l’OCDE, ou nationale, comme le Bonheur National Brut au Bhoutan. D’autres sont la déclinaison à l’échelle locale d’indicateurs préexistants à une autre échelle, tel que l’indice de santé sociale du Nord-Pas-de-Calais. Enfin, certaines de ces expériences sont locales comme les indicateurs de bien-être soutenable de la métropole grenobloise ou les indicateurs de richesse du Pays de la Loire.

À cette diversité géographique, s’ajoute une pluralité de concepts et de méthodes. Bien-être, soutenabilité, progrès social, qualité de vie, etc : les concepts dépendent souvent de l’intention de départ des concepteurs. Elles sont adaptées aux buts recherchés : enquête notamment quand on cherche des « signaux faibles », démarche participative si l’enjeu est de « faire convention » ou de « ne pas clore le débat » autour de ces boussoles, indices pour peser face aux indicateurs phares qui dominent les statistiques, tableau de bord pour maintenir la vision complexe, etc.

Les choix de chacune de ces expériences ancrées dans une historicité et une territorialité particulière, expliquent la singularité des processus observés. Ainsi, les projets nés dans le sillage d’Agenda 21 locaux (Nord-Pas-de-Calais, Pays de la Loire) diffèrent des projets visant à combler les difficultés d’évaluation de l’impact des actions urbaines et sociales menées dans les quartiers populaires (Grenoble). Ces expériences visent à repenser ce qui fait le bien commun. Toutefois, si les expériences sont nombreuses, au moment du passage à l’opérationnel, des difficultés et des questions surgissent. Nous arrivons en général à nous mettre d’accord sur un objectif soutenable : par exemple, un mode de vie qui préserve la planète et lutte contre les inégalités.

Cependant, la manière d’y parvenir pose problème. Vaut-il mieux transformer ou changer radicalement de système socio-économique ? Le passage à l’opérationnel est d’autant plus dur que nos « sentiers de dépendance » sont nombreux : manière de consommer, de produire, de se déplacer… Les sources de tensions sont multiples et se retrouvent aussi bien à l’échelle individuelle que collective, au sein des institutions locales que dans les instances internationales. Il suffit de se soucier de sa propre empreinte écologique pour se dire que nous sommes tous touchés par une forme de « schizophrénie » individuelle et collective. Mais alors comment combler l’écart ?

Peut-on créer un indicateur unique du « bien-vivre » ?

Passer d’un niveau micro à un niveau macro et inversement est un des problèmes majeurs aujourd’hui. Des indicateurs pouvant avoir un sens à une échelle large (le PIB ; l’espérance de vie) n’ont plus aucune pertinence transposés à l’échelle d’une commune. De même, un indicateur très spécifique mesurant la situation environnementale à l’échelle locale, tel que le succès de la pêche à la ouananiche pour la région de Saguenay-Lac-Saint-Jean au Québec ou le taux de tonnage maritime à Jacksonville ne peuvent être pertinent à une échelle plus large.

Des tentatives sont tout de même à l’œuvre pour faire des ponts entre les niveaux. C’est le cas du Social Progress Index, utilisé à l’échelle nationale et dans certaines municipalités américaines ou brésiliennes ou du Better Life Index, qui se décline dans quelques territoires plus locaux. Cette tentative pour sortir des frontières existe aussi à l’échelle locale. L’indicateur de santé sociale, adapté à l’échelle du Nord Pas de Calais (après avoir été conçu aux États-Unis) est ensuite repris à l’échelle régionale. Les indicateurs de bien-être soutenable et territorialisés construits dans la métropole grenobloise sont réutilisés par certains chercheurs d’Ile de France, inspiré des conseils économiques et sociaux régionaux et sont repris par le département de l’Isère.

La commission européenne a aussi créé des indicateurs partagés afin de mesurer la capacité de résilience des Etats-membres face à la crise financière et économique. Chacune de ces expériences ont une influence hors de leur sphère de conception, sans pour autant pouvoir servir de référentiel unique de la richesse – à l’instar du PIB après la seconde guerre mondiale. À notre sens, il n’y aura ainsi probablement pas de convention socio-politique établie et utilisable à toutes les échelles, à la façon de « poupées russes ». Cependant, les convergences identifiées ces dernières années sont un bon signe : sans imposer une norme qui irait à l’encontre de l’esprit même de ces indicateurs (le bien-vivre se décline dans un « ici et maintenant »), de grandes lignes de force communes sont affirmées et chaque expérience se nourrit des autres.

Cette seconde piste semble porteuse : de grandes thématiques, des registres d’indicateurs, pouvant servir de tronc commun sont identifiables et peuvent être traduits dans des indicateurs plus spécifiques aux territoires comme c’est déjà le cas avec les indicateurs environnementaux. Pour la préservation de la biodiversité par exemple, les espèces observées sont très territorialisées. L’enjeu est donc d’élargir ce champ de recherche sur les thématiques plus sociétales : si au Bhoutan on parle de « vitalité des communautés » et à Grenoble de « vivre ensemblele sujet est, en réalité, le même et la convergence est possible, même s’il n’y a pas de stricte identité des indicateurs.

Cette manière de réfléchir implique d’oser s’émanciper du benchmarking (et de la frénésie des comparaisons). Si s’accorder sur des thématiques est souhaitable, il s’agit surtout de construire des indicateurs sur-mesure. La chose semble sensée écrite ainsi, mais elle ne simplifie pas ce fameux passage à l’opérationnel. En effet, la comparaison est intéressante pour les décideurs, car elle problématise un chiffre, elle met en dynamique. Or, si on ne se situe plus par rapport à d’autres, cela suppose de s’accorder politiquement sur une situation à atteindre, traduite dans des seuils de soutenabilité. Le seuil peut ainsi devenir un guide pour l’action, s’il est partagé largement entre territoires.

Comment faire pour que les indicateurs produisent des transformations ?

Quelle capacité les indicateurs ont-ils à influencer la décision et à transformer l’action ? Là encore, les retours d’expérience montrent que l’articulation des échelles est cruciale. Un indicateur local a davantage de capacités à transformer les comportements parce qu’il décrit un territoire et un environnement social vécu. En effet, il parle de personnes que je croise, de l’air que je respire, de la biodiversité alentour, des écoles dans lesquelles vont mes enfants, etc. La « communauté de destin » étant davantage incarnée, elle interpelle plus directement chacun.e à faire varier l’indicateur. Ainsi, le local facilite la constitution de collectifs coresponsables autour de ces enjeux. Cependant, la mobilisation de proximité s’avère vite limitée face aux grands enjeux planétaires. Par conséquent, la question du dialogue et des politiques partenariales entre les niveaux d’indicateurs reste essentielle.

Comment les indicateurs produisent-ils du changement et, à l’inverse, qu’est-ce qui fait qu’ils ne sont pas pris en compte ? Ce n’est pas un problème de manque d’informations, ni de prise de conscience qui explique cette faible prise en compte des « alternatives », mais des enjeux de pouvoir et de domination et des freins structurels au changement. En témoigne les difficultés d’institutionnalisation de la loi relative aux indicateurs de richesse et les difficultés liées à la routine des pratiques et des représentations. En effet, construire de nouvelles données suppose de changer les protocoles d’enquête, de convaincre toute une chaîne de commandement et d’exécution. Ici, seule la mobilisation collective permettra de répondre à de tels enjeux.

De plus, ces indicateurs peuvent inciter à des réponses opposées. Lors de la construction d’un bâtiment par exemple : le choix de matériaux bio-sourcés, respectueux de l’environnement, peut plomber le bilan financier. Des formes de concurrence entre les injonctions sociales et environnementales  reprennent souvent cette tension entre les solutions à court terme et à long terme (plus coûteuse ou plus chronophage). Ainsi, face à une crise sanitaire, la tentation de « l’emploi d’abord » pour faire face à la crise économique est un puissant levier reportant les réformes environnementales qui remettraient en cause des choix de production et obligerait à réinventer l’organisation sociale du système productif.

Au final, les indicateurs ne sont qu’un des chaînons de la prise de décision. Si l’indicateur n’est que le doigt qui indique une direction, on comprend toute l’importance des autres organes pour passer à l’opérationnel. La vision pour se donner un cap, la bouche pour en débattre et développer la culture de l’explicite, les jambes pour se mettre en mouvement…

Les indicateurs alternatifs sont un des outils de la transition socioéconomique. Déjà existants, il s’agit aujourd’hui de les articuler à des cadres administratifs et politiques qui n’ont pas intégré toutes les dimensions du bien-vivre. Le passage d’échelle ne pourra s’opérer qu’au prix d’une mobilisation collective massive amenant à une transformation radicale de notre organisation socioéconomique.

Crédits images en CC : Pixabay mohamed_hassan, Rawpixel Juju, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux, Pexels Mohamed Hassan

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/


Hélène Clot et Fiona Ottaviani

Hélène Clot, directrice de la mission stratégie et innovation publique de Grenoble-Alpes Métropole (helene.clot@grenoblealpesmetropole.fr) et Fiona Ottaviani, Grenoble Ecole de Management, F-38000 (fiona.ottaviani@grenoble-em.com)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.