Petite topographie des sites de rencontres

Match, Meetic, Okcupid, GrindR, Tinder, Happn, Bumble… Vous connaissez au moins l’un de ces sites ou application mobile. Objets d’un stigmate social au moment de leur création, les sites de rencontres se sont depuis démocratisés. Le succès est tel que ce marché a vu émerger de nombreux sites spécialisés, dont certains ont été déclinés en applis mobiles. Les rencontres en ligne sont ainsi devenues des rencontres à part. Elles bousculent les pratiques et les représentations, notamment par la privatisation de la rencontre : « spécifiquement et très explicitement consacrés à l’appariement de partenaires, les nouveaux services (…) font de la rencontre une pratique distincte, c’est-à-dire spatialement et temporellement circonscrite et dotée d’une finalité explicite ».

Dans un récent travail de recherche, Marie Bergström a mené une enquête se plaçant à la fois du côté des concepteurs des sites (recensement des sites, analyse quantitative et qualitative des plateformes de rencontres, étude de la communication et de la publicité des entreprises) et des utilisateurs (analyse des annonces et des comportements de contacts, entretiens biographiques avec des inscrit(e)s). Elle a notamment constaté que les transformations démographiques sont à l’origine de nouvelles normes qui déterminent les usages des sites de rencontres. Retour sur les usages sociaux d’une pratique inédite.



Les raisons du succès

Les sites de rencontres ne sont pas nouveaux. Ils s’inscrivent dans la lignée de plusieurs services de rencontres parmi lesquels se trouvaient les agences matrimoniales, les petites annonces, les services téléphoniques et le Minitel rose. L’évolution des modes de rencontres s’est adapté à l’impression industrielle, puis au développement des télécommunications. Les premiers sites de rencontres datent du début des années 2000 avec la création du site américain Match.com, ensuite devenu Meetic. Importée des Etats-Unis, le modèle de la rencontre amoureuse en ligne a été copié par les concepteurs de sites français et s’est répandu dans l’Hexagone. Le succès des sites de rencontres est tel qu’en 2014, un tiers des adultes célibataires et séparés en font usage. Comment expliquer ce succès ?

Outre le fait que « les sites et les applications font de la rencontre une activité à portée domestique », ils permettent de sortir des réseaux de sociabilité habituels que sont l’école, le travail, les loisirs, les activités associatives…. Les rencontres amoureuses et les tentatives de rencontres se font alors hors du regard de l’entourage. Les sites de rencontres ont l’avantage de la discrétion et de l’isolement de la rencontre : on se sent plus libre de séduire car cela porte moins à conséquences. Il y a en effet peu de chances – ou de risques – de se revoir si ce n’est pas désiré.

Les sites de rencontres présentent par ailleurs des avantages particuliers pour certaines franges de la population. Ils sont davantage fréquentés par des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles ou transgenres. Outre les difficultés de rencontre liées à l’infériorité numérique, celles-ci peuvent y éviter les comportements homophobes, biphobes et/ou transphobes, et ont l’avantage de connaître l’orientation sexuelle de la personne avant de s’engager dans une démarche de séduction.

L’insularité des sites est également utile pour les femmes hétérosexuelles : elles bénéficient de la discrétion de ce média et s’affranchissent ainsi des représentations sociales sur les rapports sexuels – qui valorisent les hommes comme des séducteurs et ravalent les femmes au rang de « filles faciles ». Elles profitent alors du fait de ne pas voir leur nombre de partenaires sexuels divulgué à l’entourage pour s’adonner à des rapports sexuels sans subir le poids d’un jugement social défavorable.

Usages sociaux des sites de rencontres

Dans l’imaginaire collectif, il y a l’idée répandue de marchandisation et d’hyper-sexualisation des rencontres en ligne, faisant des sites de rencontres des espaces de frivolité. L’effet mercantile est lié à l’objectivation des échanges amoureux et sexuels, tout autant qu’à une réflexivité des utilisateurs sur leurs comportements – notamment dans la manière dont ils se mettent en scène sur leurs profils.  

Quant à l’hyper-sexualisation des rencontres, elle se vérifie puisque les relations amoureuses qui débutent sur un site de rencontres deviennent plus rapidement sexuelles que les relations qui commencent ailleurs. Cette caractéristique s’explique par l’aspect non-équivoque de la sollicitation : on sait d’emblée que la personne est célibataire et utilise le site dans une optique de séduction. À l’inverse, les relations hors-ligne sont prises dans un panel de situations plus large, donc plus ambigües, lors desquelles la mise en contact prend plus de temps et le maintien de la relation est plus soumis au hasard.

En pratique, les usages des sites de rencontres sont très marqués par l’âge : à un usage récréatif chez les jeunes, s’oppose un usage conjugal chez les plus de 30 ans. Chez les jeunes, l‘entrée dans la sexualité ne coïncide plus avec l’entrée dans la vie de couple : la jeunesse est un âge de la vie où les relations sont centrales et soumises à un contrôle fort par la famille et les pairs. La sexualité est donc un moyen d’éprouver le ou la partenaire avant de se dire en couple, alors qu’elle était auparavant une manifestation de l’entrée dans le mariage.

Cette « jeunesse sexuelle » se traduit par des expériences diverses : du flirt, pas forcément de rencontres en face-à-face, parfois des expériences éphémères ou occasionnelles des services. Les femmes voient dans la séduction une manière de tester leur attractivité et d’être validées comme partenaires possibles. Il s’agit pour elles de vérifier si l’on plaît par la sollicitation, tout en ayant la possibilité de se retirer de l’interaction quand on veut, en gage de protection. De leur côté, les hommes ont l’intention de poursuivre l’interaction hors-ligne car c’est l’accès au corps des femmes qui leur confirme leur attractivité.

Il en est autrement chez les personnes plus âgées chez qui : « la diffusion de la pratique trouve appui dans les enjeux spécifiques à la vie affective une fois la jeunesse finie. À l’approche de la trentaine, le désir de vivre en couple se fait plus fort en même temps que les occasions de rencontres se font plus rares. À la privatisation de la sociabilité –qui tend à se resserrer avec l’âge autour de cercles amicaux et familiaux plus étroits– s’ajoute la pénurie de partenaires potentiels dès lors que la majorité de l’entourage est déjà en couple. Les services spécialisés jouent alors un rôle important dans l’ambition de se (re)mettre en couple ».

Inégalités d’accès à la rencontre

Qui sont les personnes qui tentent leur chance sur Internet ? Avec qui cherchent-elles à entrer en relation ? Quels sont leurs taux de réussite ? À partir des résultats d’une analyse du site Meetic, on constate que les inégalités face à la rencontre se reproduisent sur Internet mais sont bien plus visibles qu’hors-ligne.

Hors-ligne, les hommes de catégorie ouvrière, agriculteurs et employés, ou peu diplômés, ont plus de risques de ne pas vivre en couple que les autres. En ligne, les pratiques de séduction et de mise en scène de soi diffèrent selon la classe sociale : lieu de pose sur la photo, orthographe, choix des lieux de rencontres hors-ligne sont autant d’éléments qui permettent de deviner le milieu social d’origine d’un interlocuteur. Surtout, les relations nouées sur les sites ne sont pas moins homogames qu’ailleurs.

Sur les sites de rencontres, il existe un obstacle directement lié au « sex-ratio », c’est-à-dire la proportion d’utilisatrices par rapport au nombre d’utilisateurs. La « prédominance masculine » sur les sites de rencontres est liée à une surreprésentation de jeunes hommes. Les femmes jeunes ont une préférence pour les hommes plus âgés et excluent, de fait, les hommes jeunes. « Parce qu’ils se mettent en couple à des âges plus tardifs, ils [les hommes] restent seuls plus longtemps et sont aussi plus nombreux à fréquenter des services de rencontres.

Les jeunes hommes sont alors disqualifiés des sites de rencontres : ils reçoivent peu de sollicitations de la part des femmes et ont peu de réponses aux sollicitations qu’ils leurs envoient. Leur stratégie consiste alors à solliciter beaucoup de femmes pour essayer de maximiser les chances de réponse… d’où la croyance en un sex-ratio très déséquilibré en faveur des femmes. « C’est la différence de comportements de contacts qui donne l’impression d’un déséquilibre démographique ».

Après 36 ans, les femmes sont plus souvent célibataires que les hommes donc le sex-ratio s’inverse. Puis passé 40 ans, lorsque vient le temps des remises en couple après une séparation, ce sont les femmes qui font le moins de rencontres. Elles deviennent plus pragmatiques dans le choix des conjoints et intègrent des éléments tels que la parentalité et la situation conjugale, car elles ont souvent sous leur responsabilité les enfants issus de leurs unions précédentes. Dans le même temps, les hommes contactent quasi-exclusivement des femmes plus jeunes.  

Il y a donc un « décalage temporel entre les parcours des femmes et des hommes ». Au tournant du passage de l’usage récréatif à l’usage conjugal, les hommes restent plus longtemps que les femmes dans l’usage récréatif. Il en découle une tension à la trentaine entre des femmes qui veulent se mettre en couple et des hommes qui recherchent encore des expériences.

En dépit des apparences, le couple reste la norme à atteindre. Les séparations sont courantes mais les remises en couple le sont également et, contrairement à ce que l’absence des corps pourrait laisser penser, les relations nouées via les sites de rencontres ne sont pas moins homogames que les autres. Le double-standard des sexes reste finalement très marqué sur Internet.

Crédits images en CC : Pixabay Victoria_Borodinova, Wallusy, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/


Natacha Guay

natacha.guay31@gmail.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.