Covid-19 et proximités : sous la distance physique, les liens sociaux

Les proximités jouent un rôle central dans la crise du Covid-19. En effet, elles favorisent la propagation de la pandémie, réduisent les interactions humaines et sociales ou permettent d’échanger et de garder le contact à distance. Comment se rattachent-elles à leur ancêtre, la proxémique, ou à d’autres conceptions de la distance et de l’empathie développées par les sciences humaines et sociales ?

Sidérante, la pandémie du Covid-19 nous a enfermés dans nos appartements, nos pavillons ou nos résidences secondaires, sans compter les premiers de corvée qui ont assuré tous les risques. La sortie qui s’en est suivie est celle de tous les dangers, sanitaires mais également économiques et sociaux.

De masques en gestes barrières, de mesures de sécurité en restriction des réunions de groupe, elle impose la distance (ou distanciation) physique et l’éloignement de l’autre. Pourtant, derrière cette constatation simple se dissimulent des contraintes et des opportunités en termes de liens sociaux, et pour tout dire, de diverses proximités. Car si ces mesures favorisent la propagation de la pandémie ou réduisent les interactions humaines et sociales, elles permettent aussi d’échanger et de garder le contact à distance.


  • Torre A., 2020, « Éloge de la distanciation sociale », Carnets de l’EHESS, Perspectives sur le Coronavirus, mai.

  • Torre A., Talbot D., 2018, « Proximités : retour sur 25 années d’analyse », Revue d’Économie Régionale et Urbaine, n°5-6, 917-936.


Les dangers de la proximité géographique

Premier constat. Notre perception de la proximité géographique se trouve bouleversée par le virus. Or c’est la recherche de proximité géographique qui explique la constitution des villes et des agglomérations urbaines, associée à la quête du contact et des interactions de la vie en société. Elle est à la base de la constitution des agglomérations et du succès des politiques de clusters ou de technopoles.

Mais en période de pandémie la causalité se voit renversée : une forte proximité géographique favorise la diffusion du coronavirus et l’infestation des personnes, par contact physique direct (toux, éternuements, postillons…) et indirect (toucher une surface contaminée), ou par transmission aérienne. La proximité géographique, jusqu’alors recherchée pour ses bénéfices, devient une source d’inconvénient majeur, au risque de la maladie et de la mort.

C’est la raison pour laquelle est prônée, depuis les grandes épidémies du XXe siècle, l’instauration de mesures permettant d’éviter de subir cette proximité géographique mortifère. Ces dernières prennent des formes diverses et reposent sur des techniques plus ou moins radicales, dont certaines remontent au Moyen Âge : port de masques, éloignement social, isolement des malades identifiés, mise en quarantaine, fermeture des écoles, interdiction des rassemblement culturels, sportifs ou religieux, confinement total de la population, interdiction absolue de sortir de son lieu de vie… Et le danger de diffusion s’avère plus important encore au cœur des villes. On préfère, dans la mesure du possible, se trouver dans des espaces ruraux ou plus faiblement peuplés, qui subissent moins les inconvénients des dangereuses proximités géographiques.

La distanciation sociale

Le terme de distance ou distanciation sociale, employé par les pouvoirs publics et d’autres acteurs à leur suite, est souvent contesté. Toutefois il possède un fondement scientifique. C’est en 1918, lors de la pandémie de grippe espagnole, que le médecin Max Starkloff a défini, puis mis en œuvre, le principe de « social distancing ». Cette méthode, qui interdit notamment les rassemblements de plus de vingt personnes, a alors permis de sauver entre 100.000 et 260.000 vies dans la ville de Sydney.

Régulièrement appliquée par la suite, on estime qu’elle joue un rôle majeur dans la réduction de l’impact de l’épidémie en termes de santé publique (Caley et al., 2006), même si certains travaux suggèrent qu’une distanciation sociale, aussi sévère soit-elle, n’est efficace que face à des épidémies pas trop virulentes, rien ne remplaçant la vaccination.

Distance ou distanciation sociale, l’expression est ambiguë. Cependant, l’ambivalence des termes présente le mérite de dévoiler l’importance de la composante sociale derrière la simple distance physique. En effet, l’éloignement des êtres humains ainsi prescrit prend à la fois une dimension spatiale, avec la séparation et la distance préconisée par rapport aux autres, mais également une forme sociale puisqu’il empêche les interactions et nous isole de nos proches. La notion de distanciation sociale s’avère ainsi judicieuse, car elle reflète à la fois la nécessité d’éloignement physique (la distance), et le besoin de contact humain entravé par les différents types de mesures barrières.

Dans le cas du covid-19, le manque de contact est pénible. En effet, nous perdons l’un de nos cinq sens, et même une fois dehors, nous retrouvons une liberté largement amputée. Cette souffrance est d’autant plus dommageable que la recherche de l’affiliation à un groupe et la quête de contacts physiques constituent notre propension la plus fondamentale et un besoin essentiel pour l’organisme en situation de danger (Dezecache et al., 2020). Ce qui rend la distance physique encore plus difficile à respecter.



Les leçons de la proxémique 

La proxémique a été développée par l’anthropologue culturel Edward Hall (1966), puis par Abraham Moles et Élisabeth Rohmer (1978). Elle permet de comprendre les souffrances provoquées par l’absence de contact physique (et social qui en découle) et d’appréhender la notion de distanciation sociale et de zone de confort autour de l’individu. Selon cette approche, chaque personne possède autour d’elle une surface, sorte de bulle qui constitue une zone émotionnellement forte ou un périmètre de sécurité individuel. Sa dimension varie selon les cultures. Par exemple, elle est bien plus importante pour un européen du Nord que du Sud.

Fondamentalement, elle recoupe quatre zones d’ampleur croissante :  la distance intime, qui s’accompagne d’une grande implication physique et d’un échange sensoriel élevé, est utilisée pour embrasser, toucher, c’est celle de l’amour ; la distance personnelle qui correspond aux conversations particulières et aux interactions entre amis ou membres d’une même famille ; la distance sociale, qui concerne les interactions avec amis et collègues (elle s’applique particulièrement bien dans le cadre du travail) ; la distance publique qui s’impose quand on parle à des groupes. Il résulte, de ces différentes distances, l’existence de territoires de l’individu, qui se définissent en fonction du type d’interactions et des relations qu’il pratique et correspondent au territoire de l’animal social qu’est l’être humain.

La bulle qui nous entoure peut facilement craquer dans un environnement trop surpeuplé, et les proximités deviennent ainsi un révélateur des inégalités et fractures sociales. La taille de l’habitation, le nombre de pièces et le nombre de personnes qui les occupent, la disposition d’un jardin ou d’une terrasse, renvoient à une possibilité de distanciation sociale et de vie en commun plus ou moins importantes en fonction des revenus.

Au-delà du risque d’attraper le virus, l’exiguïté du logement rend l’enfermement difficile. Il s’avère bien plus dangereux d’imposer le confinement à l’intérieur des habitations pour des familles nombreuses en raison de la proximité géographique mortifère, mais aussi à cause des dangers encourus par l’impossibilité de distanciation sociale et les risques de maltraitance qui en résultent.


  • Moles A., Rohmer E., 1978, Psychologie de l’espace, Tournai : Casterman.

  • Hall E.T., 1966, The Hidden Dimension, New York : Anchor Books. 


Peut-on être proche à distance ?

Face au confinement, beaucoup se sont plaints du manque de contact social, et de ne plus pouvoir réellement parler ou échanger en direct. Le développement des relations à distance, derrière les écrans, a largement substitué, grâce au développement des technologies de l’information et de la communication, une autre forme de proximité à la proximité géographique.

Il s’agit de la proximité organisée, qui n’est pas d’essence géographique mais relationnelle. Elle a toujours existé, nous rapprochant des gens que nous aimons ou que nous fréquentons, les amis, la famille, les collègues avec qui l’on se sent proche parce que l’on partage les mêmes origines, la même culture, les mêmes manières de voir le monde. Mais le développement d’Internet et des réseaux sociaux, ainsi que la peur de la proximité géographique ont favorisé son essor. En effet, ils permettent d’échanger des connaissances et de travailler à distance, en s’abolissant largement des contraintes de proximité géographique, et donc de distance, en particulier.

Là aussi les interrogations sont nombreuses. Il suffit d’évoquer les applications de type « proximity tracing » ou « contact tracing », comme Stop Covid, qui doivent permettre de repérer les sujets dépistés positifs et de les signaler aux personnes se trouvant dans leur proximité géographique immédiate. Le développement de ces pratiques, fondées ou non sur le volontariat des personnes infectées, pose évidemment des questions juridiques et de libertés individuelles massives. Mais aussi des problématiques d’intelligence artificielle, de Big Data ou de machine learning. Christophe Fraser et son équipe ont simulé l’utilisation de « proximity tracing » dans le cadre d’une ville d’un million d’habitants (Ferretti et al., 2020). Ils ont estimé que l’utilisation de cette application pourrait entrainer une réduction massive de la propagation du coronavirus. Les expériences récentes de Singapour rappellent toutefois l’importance de la composante sociale, avec le refus de très nombreuses personnes de télécharger l’application, et la décision des pouvoirs publics de finalement l’imposer à la population par différents moyens, au mépris de sa volonté.

Alors, pouvons-nous abdiquer notre proximité géographique et nous tenir soigneusement à distance ? Certainement pas : le tenter nous ferait encourir de graves risques psychologiques, et mettrait également à mal nos relations sociales. Il est certes possible de s’appuyer sur les ressources de la proximité organisée pour fonctionner à distance et survivre en temps de pandémie. Mais nous sommes des animaux sociaux, qui ont aussi besoin de sentir, de toucher et d’embrasser. Une fois de plus, les deux proximités s’avèrent indissociablement unies pour contribuer à la réussite de nos relations sociales et à l’art de faire société.



Crédits images en CC : Pixabay iXimus, RichardsDrawings, PabitraKaity, Clker-Free-Vector-Images, mohamed_hassan


André Torre

UMR SAD-APT, Université Paris Saclay, INRA-Agroparistech (torre@agroparistech.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30/06/2020

    […] juin 2020 Covid-19 et proximités : sous la distance physique, les liens sociaux Par André Torre, Université Paris Saclay, INRA-Agroparistech via Mondes […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.