Les « mauvaises filles », les invisibles de l’histoire

Les « mauvaises filles » sont les invisibles de l’histoire. Pourtant, elles incarnent bel et bien des figures de la révolte, contre les normes sociales et les normes de genre. Traditionnellement perçues comme des victimes au XIXe siècle, « filles perdues » recluses dans les Bon-Pasteur pour y être préservées, les adolescentes, sous le regard de la justice des mineurs au XXe siècle se muent en « rebelles ». Elles sont rétives à l’ordre sexuel, révoltées contre les règles du patriarcat, « incorrigibles » au sein des institutions de rééducation, insoumises à l’égard de la discipline sociale.

Cette websérie documentaire s’attache à rendre la parole aux jeunes filles jugées déviantes en associant plusieurs formes de restitution : des portraits théâtralisés permettent d’incarner de manière sensible ces vies de « mauvaises filles », à mi-chemin entre le réel et la fiction. Des décryptages universitaires rendent compte du contexte historique et des ressorts sociaux et genrés de leur stigmatisation.

Des archives commentées constituent un corpus qui permet aux citoyen.e.s, étudiant.e.s, professionnel.le.s de la protection de l’enfance, de s’approprier cette histoire de manière tangible. Enfin, des témoignages de femmes, placées en institution pendant leur jeunesse, anciennes éducatrices, ou féministes, font résonner ces trajectoires à travers l’histoire et permettent d’évoquer la question contemporaine des réparations.

Il ne s’agit pas ici de s’encanailler devant la beauté noire de la misère ou de célébrer des héroïnes proto-féministes, mais bel et bien de prêter attention à ces récits situés, ces subjectivités en mouvement, ces regards croisés, ces échos mémoriels et sensibles venant se mêler aux analyses historiques. À travers les voix des Mauvaises filles, nous pouvons reconnaître, dans le gris de l’histoire, des figures de notre modernité, auxquelles les filles de la génération #meetoo peuvent se référer.


  • Blanchard V., Niget D., 2016, Mauvaises filles : incorrigibles et rebelles, Paris : Éditions Textuel


Cliquer ici ou sur l’image pour accéder au Webdocumentaire


Fiche technique

Type de film : WebSérie Documentaire

Date : 2020

Durée : 9 films « Portraits théâtralisés » de 13mn et 9 films  » Des témoins racontant leurs histoires » de 5 à 10 mn

Producteurs : L’Université d’Angers, programme de recherche Enjeu[x] Enfance & Jeunesse, École Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse, l’AHPJM et le CNAHES

Réalisateurs : Véronique Blanchard, Arnaud Miceli, David Niget

Fiction Théâtrale : Servane Daniel et Anaïs Harte

Procédé audiovisuel : Fictions théâtrales. Interviews. Utilisation d’extraits de films, d’entretiens et de photographies. Plus de 100 archives

Entretiens : 15 chercheurs Universitaires et 9 témoins racontent l’histoire des Mauvaises Filles

Compte Instagram : https://www.instagram.com/les.mauvaisesfilles/?hl=fr

Twitter : https://twitter.com/MvFilles

Facebook : https://www.facebook.com/miceli.arnaud/

Chaine Youtube : https://www.youtube.com/playlist?list=PLe3Vd56WUmfNjgjfqT-R8cAfkqGOYQ0sW

Crédits images en CC : Pixabay Kieselli, AnnaliseArt


Véronique Blanchard, Arnaud Miceli, David Niget

Véronique Blanchard, ENPJJ (veronique.blanchard@justice.fr), Arnaud Miceli, Gingembre films (contact@gingembre-films.com) David Niget, Université d'Angers, TEMOS (david.niget@univ-angers.fr )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.