Cartographier la déportation des Juifs

Comment donner à voir la dimension exceptionnelle de la Shoah sur des cartes ? Celles relatives à la déportation des Juifs demeurent rares et sont généralement statiques : elles ne permettent pas de rendre compte de la finesse et de la complexité des phénomènes étudiés. À l’occasion de l’inauguration de l’espace mémoriel du camp des Milles sur le territoire communal d’Aix-en-Provence en septembre 2012, Serge Klarsfeld nous avait demandé la réalisation d’une carte numérique interactive de la déportation des enfants juifs de Paris. La carte avait ensuite été élargie à l’ensemble des communes de France.

Suite à ces travaux portant uniquement sur les enfants, Serge Klarsfeld m’a demandé d’analyser aussi la déportation des adultes et il m’a remis une version électronique du Mémorial de la déportation des Juifs de France pour mener à bien ces recherches. Le Mémorial rassemble les déportés mais aussi les Juifs morts dans les camps français, ainsi que ceux qui ont été fusillés ou exécutés sommairement. Le fichier électronique répertorie 78 663 personnes dont plus de 11400 enfants. L’étude de ces données a donné lieu à la parution d’un ouvrage Convois, la déportation des Juifs de France aux édition du Détour, et, à terme, les cartes seront accessibles en ligne.



Comprendre la diversité des convois

Les cartes réalisées permettent de comprendre la diversité des processus intervenus : les convois de 1942 ne sont pas ceux de 1943 ni ceux de 1944. Les cartes, portant sur chacun des convois, retracent le passage de rafles négociées (la nationalité des Juifs est plus ou moins prise en compte pour distinguer Juifs « déportables » de ceux qui ne le sont pas) aux rafles où cette distinction s’amenuise ; enfin s’ouvre une période caractérisée par une brutale politique de traque.

Les cartes donnent à voir les différents lieux où, en France, des Juifs ont été persécutés pendant la Seconde Guerre mondiale ; elles soulignent l’ampleur des territoires concernés comme le montrent les cartes représentant déportés et morts dans les camps d’internement, en France, pour les enfants (moins de 18 ans) et les adultes.

Sur les deux cartes ci-dessous, se lit la très forte concentration de la déportation dans le département de la Seine – en particulier dans les vingt arrondissements de la capitale – et en région parisienne. Se voit aussi la faiblesse des arrestations dans les départements du Bas et du Haut-Rhin ainsi qu’en Moselle. De nombreuses communes avaient été évacuées, dès septembre 1939, car elles n’étaient pas protégées par la ligne Maginot.

Après la signature de l’armistice, le 22 juin 1940, les populations ont pu revenir dans les communes évacuées – tel est, par exemple, le cas de Strasbourg mais ce retour fut interdit aux populations juives car dans l’Alsace-Moselle, directement annexée au Reich, avait été déclarée Judenfrei. Aucun département n’a été épargné par la déportation : un adulte a même été arrêté en Corse, à Ajaccio (mais aucun enfant).

Prendre la mesure de la déportation

L’ampleur spatiale de la déportation est fondamentale : plus de 3000 communes ont été touchées. À regarder ces deux cartes, il apparaît que les communes qui se trouvaient dans la zone non-occupée, n’ont pas été épargnées, bien au contraire. Ainsi, lors de la rafle du 26 aout 1942, ordonnée par Vichy dans la zone non-occupée, et dont les victimes ont été déportées par les convois 26 à 33, près de 900 communes furent concernées dont près de 70 dans le seul département du Lot-et-Garonne et plus de 40 en Dordogne…

 

Comparer la carte des enfants et celle des adultes montre également des concentrations bien plus nettes pour les seconds que pour les premiers dans le Sud du pays – dans les départements des Basses-Pyrénées, de la Haute-Garonne, de l’Ariège ou des Pyrénées-Orientales. Il s’agit d’adultes décédés dans des camps d’internement comme à Rivesaltes ou Argelès, Le Vernet, Noé ou Récébédou ou encore Gurs ; dans ce seul camp, situé dans la partie non-occupée des Basses-Pyrénées, plus d’un millier d’adultes sont morts. Très souvent, il s’agit de Juifs expulsés d’Allemagne vers la France, à l’automne 1940, et que le gouvernement de Vichy avait interné.

L’approche spatiale de la déportation souligne, pour certains convois, la nécessité de connaître le déroulement événementiel presque au jour le jour. Prenons un exemple.  Le convoi n° 44, est parti de Drancy en direction d’Auschwitz, le 9 novembre 1942, plusieurs semaines après la déportation des victimes de la grande rafle du Vel d’Hiv, les 16 et 17 juillet 1942. Les responsables de la déportation, et en particulier Heinz Röthke, sont inquiets car ce convoi ne pourra pas atteindre le seuil des 1000 déportés qui caractérise la plupart des convois.

Grâce au fichier juif, il ordonne une rafle en région parisienne, visant ceux qu’il appelle les « Juifs de nationalité hellène », les Juifs de nationalité grecque. Cette rafle se déroule le 5 novembre, soit quatre jours avant le départ du convoi n° 44. Dans ce seul convoi, on compte près de 700 natifs de Thessalonique sur les 1600 qui ont été déportés entre 1942 et 1944 !

Pour bien saisir la démarche, prenons un autre exemple, celui de la commune de La Bachellerie. Une analyse fine des cartes, menée dans le département de la Dordogne, où la déportation a été intense, souligne l’intensité de la persécution de cette petite commune. Forte de 756 habitants en 1936, cette commune du Périgord noir, enregistre la déportation de 33 femmes et enfants et l’exécution sommaire de 7 hommes (le plus jeune était âgé d’à peine 15 ans).

Rapporté à la population, le nombre des victimes juives des exactions a été 5 fois supérieur à Paris, pourtant très durement éprouvée avec environ 35 000 victimes. Dit autrement, si la capitale avait subi la persécution avec la même intensité que la Bachellerie, le nombre des victimes juives y aurait atteint le chiffre de… 150 000. La carte souligne – et avec quelle force – l’existence d’un événement exceptionnel qu’il faut expliquer.

Par ailleurs, l’étude de lieux de naissance des victimes montre aussi que la part des natifs de Strasbourg, et plus généralement d’Alsace, y était particulièrement élevée, conséquence de l’évacuation de septembre 1939. Entre la fin mars et la mi-avril 1944, la division Brehmer, du nom du général qui la dirigea, fit régner la terreur dans toute la région. La Bachellerie n’a pas été le seul village à souffrir de ses exactions. Persécution sauvage de la Résistance et des Juifs, persécutions de l’ensemble de la population… Massacres, incendies, déportations… se sont multipliés en Dordogne mais aussi en Corrèze….

La carte, outil de partage des connaissances

Ainsi, l’observation attentive de la carte suscite des questions. La carte interroge l’historien qui se doit d’expliquer les configurations spatiales aux lecteurs… Elle devient ainsi outil de partage des connaissances. On peut parler d’investigation heuristique par la carte, tant celle-ci a un fort pouvoir de découverte et d’échanges.

La déportation à Paris en fournit un exemple. Pour les enfants et les adultes, près de 12 000 adresses différentes sont concernées. Plus d’un millier d’entre elles n’existent plus aujourd’hui car elles correspondaient à des lieux détruits par la rénovation urbaine. Il s’agissait d’impasses, de cités, de passages, de villas… Pour les géocoder, il a fallu les reconstituer, à partir de cartes anciennes, pour compléter les adresses actuelles de l’Atelier Parisien d’Urbanisme qui ont servi de référence pour le géocodage de l’ensemble. Une fois la représentation à l’adresse réalisée, il devenait possible de calculer le nombre de déportés par îlot – ils sont un peu plus de 5000 en 1954 – et de le rapporter à la superficie des îlots, autrement dit de mesurer la densité de déportés à l’hectare. Deux seuils ont été retenus pour dresser la carte ci-dessous : dix et quatre-vingts déportés à l’hectare.

Les îlots ayant eu entre 1 et 10 déportés à l’hectare représentent 36% des îlots parisiens et un peu plus d’un déporté parisien sur cinq. Ces îlots se trouvent dans tous les arrondissements de la capitale.

Dans un îlot parisien sur 5, la densité se situe entre le seuil de 10 et celui de 80. Dans ces îlots ont habité plus six déportés parisiens sur 10. Une vaste zone où la déportation a été féroce se dessine ; elle prend l’espace urbain en diagonale depuis les hauteurs de Montmartre jusqu’à la place de la Nation, avec un élargissement au niveau du Marais et des hauteurs de Belleville. Ce vaste espace de très forte persécution des Juifs apparaît comme une sorte de persistance amplifiée de l’implantation des familles juives que permet d’étudier le recensement de 1872, le dernier à avoir indiqué la religion.

Dans 2% des îlots parisiens où la densité a été supérieure à 80 déportés à l’hectare – ici la persécution a été extrême – près de 6000 Juifs ont été déportés. La première zone de polarité, sur les hauts de Belleville, se situe dans le quartier de l’actuel Parc de Belleville dans le 20e arrondissement. La seconde zone est beaucoup plus concentrée au cœur du 11e arrondissement, à proximité immédiate de la place Voltaire, aujourd’hui place Léon Blum. Dans le 4e arrondissement, enfin, on observe un plus grand nombre d’îlots contigus où la persécution été extrême. La persécution souligne aussi l’importance des îlots insalubres, ceux où la mortalité tuberculeuse était très supérieure à la moyenne parisienne, où les piètres conditions de logement se conjuguaient avec les fortes densités de population, zones qui ont disparu avec la rénovation urbaine.

Suivre les convois dans leurs réalité spatiale, et donc utiliser les SIG, facilite la compréhension de la déportation des Juifs de France. La dimension mémorielle n’est pas absente d’une telle démarche et la carte, souvent présentée comme un outil froid, technique, abstrait, nourrit des approches plus sensibles et établit des ponts avec des démarches non-historiennes. 

Le cas de la déportation et des persécutions en Dordogne, et plus précisément à la Bachellerie, en est un exemple. L’écrivain et journaliste, Jean-Marc Parisis, qui passait, enfant, ses vacances à la Bachellerie, suite à la découverte d’une photo de cinq enfants, tous nés à Strasbourg et déportés par le convoi n° 71, entame des recherches à l’origine d’un récit assez poignant, Les inoubliables.

L’étude de la densité des déportés dans les îlots parisiens ramène à Georges Perec. Né en 1936, ce dernier habitait avec ses parents 24 rue Vilin, dans un îlot du 20e arrondissement où la densité a dépassé 80 déportés à l’hectare. Cet îlot délimité par la rue Vilin, le passage Julien-Lacroix (aujourd’hui disparu) et la rue Julien-Lacroix avait une superficie de moins d’un demi-hectare. Plus de 50 Juifs y furent déporté dont la mère de Georges Perec. L’îlot aujourd’hui disparu a été recouvert par les pelouses et les arbres du Parc de Belleville inaugurée en décembre 1988.

En 1992, Robert Bober, a réalisé un superbe film, En remontant la rue Vilin. Y sont lus plusieurs textes de Perec dont celui-ci à propos du n° 24 de la rue : « c’est la maison où j’ai vécu ; d’abord un bâtiment à un étage avec au rez-de-chaussée une porte condamnée tout autour encore des traces de peinture et au-dessus pas encore tout à fait effacée l’inscription coiffure Dames puis un bâtiment bas avec une porte qui donne sur une longue cours pavée avec quelques décrochements escalier de deux ou trois marches ; à droite un long bâtiment à un étage donnant jadis sur la rue par la porte condamnée du salon de coiffure avec un double perron de béton ; c’est dans ce bâtiment là que nous vivions, le salon de coiffure était celui de ma mère ; au fond un bâtiment informe à gauche des espèces de clapiers ; je ne suis pas rentré » En 1978 explique le film, Georges Perec retrouve les siens dans le Mémorial de la Déportation de Serge Klarsfeld…

Crédits images en CC : Pixabay GraphicsUnited, Wikimedia Commons Auteur inconnu, Svg Silh, Mondes Sociaux

Cartes : tous droits réservés Jean-Luc Pinol


Jean-Luc Pinol

ENS de Lyon - LARHRA (Jean-Luc.Pinol@ens-lyon.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search