La Lombardie au temps des guerres d’Italie

Territoire hautement convoité au temps des guerres d’Italie (1494‑1559), mais aussi richement doté en fonds d’archives, la Lombardie est un terrain d’enquête privilégié. Ses archives permettent d’étudier les relations entre les puissances, le développement de la diplomatie, le perfectionnement des outils militaires, les innovations politiques et les mutations sociales.

À la croisée des principaux chemins, la Lombardie est une des pièces incontournables de la formation de l’Europe moderne. À la fin du XVe siècle, ses seigneurs – les Sforza, ducs de Milan – jouissent de bons revenus, d’une population dense, nourrie par une agriculture irriguée excédentaire, et d’un commerce de produits variés. Cela en fait un territoire convoité, une pièce essentielle du jeu diplomatique italien et européen.

De sorte qu’au début du XVIe siècle, une partie du destin de l’Italie et de l’Europe se joue en Lombardie pour deux siècles au moins. Elle voit l’impossible unité italienne, l’échec du rêve d’un royaume de France transalpin et la domination durable des Habsbourg sur la dorsale européenne.


  • Duc S., 2019, La guerre de Milan. Conquérir, gouverner, résister dans l’Europe de la Renaissance (1515-1530), Ceyzérieu : Champ Vallon.

Trois princes pour un trône

Entre 1515 et 1530, une escalade mortelle s’enclenche car plusieurs princes associent la réussite de leur règne au contrôle de la Lombardie. L’honneur de François Ier († 1547), roi de France, se défend en même temps que les terres lombardes. L’empereur et roi d’Espagne Charles Quint († 1558) lie le destin de son jeune empire à la conquête de l’Italie. Plus encore, l’existence politique de Francesco II Sforza († 1535) dépend de la possession du duché de Milan.

Dans la compétition qui les oppose, il est possible de distinguer trois séquences : à partir de la bataille de Marignan, l’État royal de Milan tenu par François Ier (1515‑1521) ; après l’effondrement français, le stato ducal gouverné par Francesco II Sforza (1521‑1525) ; à la suite d’une nouvelle défaite française à Pavie et la marginalisation de Sforza, l’estado de Milan capturé par l’armée de Charles Quint et administré par celle-ci (1525-1530).

Au sein d’un tel champ de forces et de luttes, comment trois systèmes monarchiques désireux détenir le même espace politique tentent-ils de conjuguer la stabilité socio-politique à la coûteuse et violente défense du territoire ? En d’autres termes, comment articulent-ils consensus, délégation de leur pouvoir et répression pour tenir dix cités, des feudataires par centaines, des nobles par milliers et près d’un million de sujets ?

En 1524, le Vénitien Gian Francesco Valier écrit que « l’acquisition [d’un État] et sa conservation sont deux choses différentes en Italie ». Aux désirs de souverains trop souvent isolés des aspirations des populations s’oppose toujours la réalité du terrain. Si puissants soient-ils, les princes ne sont que des forces parmi d’autres.  Pour parvenir à leurs fins, ils recherchent les « forces propres » chères au Florentin Machiavel, c’est-à-dire la capacité de détenir, sans intermédiaire, les moyens humains, fiscaux et financiers (donc militaires) du maintien au pouvoir. François Ier et Charles Quint ne manquent pas de moyens et les consument l’un contre l’autre. Mieux adaptées au défi des opérations italiennes et soutenues par un crédit financier supérieur, les forces hispano-impériales dominent quasi systématiquement celles du roi de France.

Troisième en lice, le duc Sforza est loin de tenir la comparaison. Véritable prototype du prince italien,  il conçoit son pouvoir comme une survie de chaque instant : entouré d’une casa sforzesca compacte et de serviteurs fidèles, il manque toutefois de « forces propres » en nombre suffisant pour ne pas dépendre des armes d’autrui, notamment celles de Charles Quint. Son retour et son maintien au pouvoir sont  donc conditionnés par la somme des forces alliées qu’il regroupe autour de son projet politique.

Il parvient à convaincre le plus grand nombre du caractère indispensable de sa présence à Milan. Les violences des Français, la protection de Charles Quint et l’habilité des serviteurs sforzesques lui garantissent le ralliement d’une bonne partie des élites et des forces populaires. Par conséquent, la restauration des Sforza à Milan repose sur une alternative simple : seul, le duc de Milan ne peut rien mais, sans lui, il faut être prêt à lutter contre une part importante de la société.

Conquérants et gouvernants

Pour tenir la Lombardie, le choix des conseillers et des lieutenants, auprès du prince et au loin sur la plaine du Pô, est capital. Sforza est le seul prince à imposer sa présence au cœur physique de cet espace ; ses conseillers sont donc ses lieutenants. Tous sont le produit d’une haute culture politique. Girolamo Morone († 1529), grand chancelier, ou Francesco Taverna († 1560), longtemps orateur à la cour de France, voient le monde avec des yeux froids. Par la pensée politique, ils sont les cousins de Machiavel et Guicciardini.

Pour leur part, François Ier et Charles Quint sont maîtres des deux plus grandes formations politiques d’Europe. Leur délégation du pouvoir en Milanais est la traduction pragmatique de leurs ambitions européennes et la qualité des personnages investis indique le sens assigné à la domination de cet espace. Certains conseillers ont foi en leur politique italienne; d’autres n’y voient que pertes de temps et d’argent.

Après Marignan et la courte mais efficace lieutenance du connétable de Bourbon († 1527), place est faite, du côté français, aux amis du roi. Odet de Foix († 1528) et de Guillaume Gouffier († 1525) ne sont certes pas dénués de compétences ; mais pour eux, le maintien de la faveur royale et l’imposition de la verticalité du pouvoir royal sur les sujets italiens l’emportent sur la capacité d’adaptation aux complexités lombardes. Ils commandent en outre des armées plus aptes à la conquête rapide et brutale qu’à l’occupation pacifique et aux violences de basse intensité.

Quant aux hommes de Charles Quint, vétérans castillans et italiens de la guerre, fidèles mais à la désobéissance facile, ils allient compétences militaro-politiques et connaissances de la péninsule italienne. Ils sont les agents conscients de l’expansion de l’empire. Invincibles sur les champs de bataille, les capitaines hispano-impériaux, notamment le marquis de Pescara († 1525) et Antonio de Leyva († 1536), profitent de la tendance au compromis des élites locales, mêlant la domestication autoritaire à la pastoralité bienveillante.

Le cas lombard met ainsi en avant la place importante de la métaphore pastorale dans la pensée politique médiévale et moderne. Entendu comme un bon berger, on attend du bon prince qu’il garde son troupeau contre les assauts des prédateurs. Cependant, cela ne suffit pas. La pastoralité bienveillante consiste à prendre soin des sujets en maintenant un cadre juridique, en licenciant la troupe et en réduisant les impôts. Inversement, le bon berger peut recourir à la force pour domestiquer les sujets récalcitrants. Par la contrainte, il s’agit de les faire pénétrer dans l’enclos, à la manière d’un maître qui soumettrait un animal sauvage.

Dans les faits, entre 1521 et 1530, l’armée impériale déploie les trois positionnements du pouvoir pastoral. Tout d’abord, elle expulse l’armée du roi de France et prévient tout retour. Dans le même temps, elle offre un cadre propice au rétablissement de la juridiction impériale en Italie du Nord. Cela permet de replacer Charles Quint au sommet de la pyramide féodale et de stabiliser les réseaux de pouvoir. Cependant, les cités et les groupes récalcitrants sont soumis dans la brutalité. Les longues listes de bannissement en témoignent. Le risque est alors net : que le bon berger se transforme en nouveau prédateur. Quoiqu’il en soit, ces années posent les bases de l’ascendant historique des Habsbourg en Italie.

Conquis, médiateurs et révoltés

Que faire face à une succession de guerres, de princes et de dominations ? Parmi les Lombards, les prises de position sont multiples et changeantes : passivité et attente des jours meilleurs, ralliement immédiat ou tardif au vainqueur, exil avec le prince déchu, opposition intérieure, soulèvement à l’approche d’une armée de « libération », etc. Du point de vue des conquérants, il est primordial de s’attacher les services du plus grand nombre de médiateurs, c’est-à-dire de ceux qui tiennent les campagnes et les cités. Seigneurs féodaux et/ou urbains, ils peuvent lever des troupes, pousser à la révolte ou la conjurer, ouvrir ou fermer les portes d’une cité, etc. Jusqu’à un certain point, le serment de fidélité des cités et des vassaux joue un rôle unificateur de l’espace lombard.

Cependant, si le prince ou son lieutenant ne redistribuent pas assez les richesses prélevées, s’ils empêchent d’accroître les positions de chacun, s’ils multiplient les humiliations, en somme si la domination déshonore plus qu’elle n’élève, le pas de la rébellion est franchi, souvent discrètement, plus rarement ouvertement. En ce cas, le pouvoir produit des listes de bannissement.

Par l’intermédiaire de celles-ci, les Français ciblent les hauts personnages, puis s’attaquent aux strates intermédiaires et enfin à celles inférieures. Les Sforzesques veulent extirper les maisons nobles les unes après les autres. Enfin, les Hispano-impériaux ratissent géographiquement le territoire lombard, notamment la cité de Milan pour traquer les anciens cadres de la milice ambrosienne, identifier les absents et amasser de précieuses confiscations pour rétribuer la soldatesque.

Les forces populaires, à commencer par le popolo de Milan, ne sont pas des masses inertes. Politisées, elles estiment avoir leur mot à dire sur la manière dont on les gouverne et sur les ordres qu’on leur donne. Dans ce contexte, concevoir le peuple des boutiquiers et des artisans comme une simple ressource fiscale est une des incompréhensions majeures des Français. À force de prédations économiques et de violences politiques, le risque est grand qu’une cité se soulève tout entière contre ses occupants. Au temps des guerres d’Italie, la mémoire des Vêpres siciliennes est d’ailleurs particulièrement vive.

Sans vouloir réifier la notion de « peuple » à l’excès et gommer les tensions internes, celui‑ci constitue à Milan un corps socio-politique d’une rare puissance, l’un des plus puissants agents de renversement. Au son du tocsin, possiblement à l’instigation des élites, artisans et boutiquiers peuvent fermer leur boutique, prendre les armes et se réunir dans leur paroisse pour défendre leur cité.

Contrairement aux Français qui prétendent gouverner sans le popolo et délèguent le pouvoir à des élites qu’ils ont en partie formées, le pouvoir sforzesque place le popolo au premier plan. Sous Francesco II, le militantisme ambrosien (de saint Ambroise, protecteur de Milan) est promu au rang de vertu ducale. Son « identité martiale » (L. Arcangeli) s’exprime pleinement dans la milice urbaine levée à plusieurs reprises entre 1522 et 1524. Commandée par des nobles et encadrée par des populari, elle est un des piliers du stato sforzesco.

Dans leurs proclamations et leurs listes de bannissement, les Français en 1524-1525 puis les Hispano-impériaux en 1526 ciblent les capi et les banderali à la tête du popolo. Pilier d’un régime, ennemi de deux autres, ce popolo rêve et tente de les renverser, mais il est dépourvu d’un commandement noble à la hauteur, hormis quelques-uns comme Gian Battista Pusterla.

En effet, dans leur ensemble, les élites lombardes se révèlent plus zélées à servir un grand prince redistributeur de richesses et d’honneurs pour leur maison et leur clientèle que de commander le peuple sur le sentier de la révolte générale et de l’honneur civique. Du reste, sur un terrain nivelé par trois décennies de guerre, de peste et de bannissement, la prudence et la survie priment sur toute autre considération.

La fin de la décennie 1520 arrivant, le jeu se simplifie progressivement avec les défaites multiples du roi, le bannissement des francophiles et la trop grande faiblesse de Sforza. Les circonstances deviennent de plus en plus favorables au tissage de liens avec les lieutenants de Charles Quint. Dès 1530, les lignes ne bougent presque plus : François Ier a perdu ; Charles Quint l’a emporté ; Sforza, un temps félon, est pardonné mais soumis à une forte présence militaire. En 1535-1536, après la mort naturelle de ce dernier et de son frère Gian Paolo (probablement assassiné), le duché de Milan revient à Charles Quint.

Crédits images en CC : Pixabay OpenClipart-Vectors, 

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/


Séverin Duc

École française de Rome (severin.duc@protonmail.com)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.