Les fonds d’investissement contrôlent-ils votre entreprise ?

Lors d’une enquête sur l’expérience du chômage, mes collègues et moi rencontrons deux femmes ayant eu affaire, sans le savoir, à des fonds d’investissement. Les opérations mises en œuvre par ces fonds, caractéristiques du capitalisme financier, permettent d’orienter la gestion des entreprises vers la rentabilité du capital mais sont loin de constituer un jeu à somme positive.

Nadia travaillait dans une entreprise de télécommunication depuis vingt ans en tant que chef d’équipe, avant que celle-ci ne soit rachetée par un fonds d’investissement anglais, allié à un homme d’affaire français. Elle décrit la mise en place d’ « un management américain avec une hiérarchie vraiment très présente » et la perte d’adéquation avec les valeurs de l’entreprise. Comme l’entreprise est fusionnée avec une autre, des postes redondants sont supprimés et un plan de départ volontaire est mis en place, ce qu’accepte Nadia.

Aissata travaillait depuis dix ans en tant que femme de chambre dans un hôtel parisien. Cet hôtel, appartenant à une marque familiale, est détenu par un groupe lui-même détenu par un fonds d’investissement américain et un français. Selon Aissata, la nouvelle direction désire que les salariés réalisent un plus grand nombre chambres (une vingtaine contre une dizaine auparavant) pour une rétribution bien moindre – ce qui représente une réduction du coût du travail, d’un seul coup, par deux. Pour Aissata et l’ensemble de ses collègues « ça n’a rien à voir » et elle part en rupture conventionnelle.

Malgré leurs différentes expériences, Nadia et Aissata ont toutes les deux travaillé dans des entreprises contrôlées par des fonds d’investissement, dont au moins une sous une procédure dite de Leveraged Buy-Out, LBO . Les « fonds d’investissement » dont on parle ici sont des firmes de private equity ou fonds de capital-investissement qui prennent des participations dans des entreprises généralement non cotées en bourse. Une opération privilégiée est justement le Leveraged Buy-Out, par laquelle ces acteurs rachètent ces entreprises par l’endettement, essayent d’améliorer leur rentabilité en vue de revendre leur capital quelques années après. Suite à ces opérations, les deux femmes ont vécu la mise en place d’un nouveau mode de régulation qui leur était défavorable : in fine cela a abouti à leur mise au chômage car la situation étaient devenues pour elles insupportable (Nadia) ou inacceptable (Aissata).

Selon moi, ces deux expériences ne sont pas des conséquences malheureuses d’une économie de libre entreprise, mais les conséquences prévisibles de l’utilisation d’une technique destinée à remodeler le capitalisme français. Pour le montrer plus précisément, il faut en démonter les mécanismes.



Le LBO comme arme organisationnelle

Les fonds de private equity et les LBO représentent une nouvelle forme de propriété et de contrôle des entreprises, jouant le rôle d’agents de changement dans le capitalisme français. Aujourd’hui il y aurait en France au moins 195 fonds détenant 738 entreprises dans lesquelles travaillent des centaines de milliers salariés.

Cette activité repose sur deux innovations permises par l’État français au début des années 1980. La première est constituée par les Fonds Communs de Placement à Risque (FCPR), qui représentent une nouvelle forme de centralisation de du capital pour l’investissement dans des entreprises non cotées. La seconde est le LBO. Il repose sur la prise de participation majoritaire de ces entreprises par des investisseurs externes alliés à l’équipe dirigeante et s’appuie sur des banques prêteuses.

Ses traits distinctifs sont les suivants :

  1. la prise de participations majoritaire au capital de l’entreprise cible pour en prendre le contrôle économique ;
  2. l’effet de levier financier qui permet d’utiliser la dette pour démultiplier la rentabilité de la revente de la cible ;
  3. l’autofinancement de l’opération, c’est-à-dire rembourser le prêt en prélevant des dividendes issus de l’activité de la cible.

Les individus répètent ce genre d’opérations sur plusieurs entreprises : elles constituent pour eux et leurs propres investisseurs un portefeuille d’actifs sur une période de dix ans. Dès les premières cessions, ils retournent l’argent aux investisseurs, augmenté d’une plus-value et s’enrichissent personnellement en prélevant 20 % du montant. Patrick Sayer, dirigeant du fonds d’investissement français Eurazéo, a par exemple gagné environ 15 millions d’euros en 2008, dont 90 % est tiré de la plus-value réalisée sur la vente des parts d’entreprises contrôlées par son organisation.

Mais les LBO ne sont pas seulement des techniques financières astucieuses qui permettent l’enrichissement rapide ; elles sont aussi des « armes organisationnelles » utilisées pour prendre le contrôle d’entreprises et les faire fonctionner selon de nouvelles règles en accord avec les intérêts des actionnaires. Elles permettent de forcer le changement du mode de régulation de la firme vers un modèle où les dirigeants sont incités à restructurer l’organisation puis distribuer le surplus dégagé par la coopération dans l’entreprise.

A distance des firmes, les fonds doivent s’appuyer sur la direction en place qui possède l’expertise nécessaire pour mettre en œuvre les stratégies de profit. Plusieurs moyens sont utilisés pour les enrôler, mais deux sont cruciaux. Ils se rattachent à la théorie de l’agence, un courant économique prônant une approche du gouvernement des hommes en termes de « carotte et bâton » : le bâton étant la menace de faire faillite dû à l’endettement, et la carotte, le droit de recevoir une partie de la plus-value à l’issue du LBO.

Les autres moyens d’effectuer ces changements sont liés au rôle prééminent que les fonds se donnent dans le gouvernement d’entreprise : rédiger un pacte d’actionnaires, élaborer un business plan, faire intervenir des consultants et mobiliser les relations informelles. Tous ces moyens permettent d’affirmer leurs intérêts et empiètent sur la souveraineté des dirigeants sans coloniser les entreprises. Lorsque cet équilibre est trouvé, les chefs d’entreprises peuvent profiter de leur propre subordination et s’enrichir encore plus rapidement que les associés des fonds d’investissement. Dans le cas contraire, la rupture de la relation est entérinée par la démission ou la révocation.

Vulnérabilité et mode de régulation financiarisé

Il est difficile de tirer des conclusions générales sur les conséquences de ces opérations, mais il est sûr qu’elles rendent les entreprises plus vulnérables. Les résultats contradictoires de certaines études économétriques indiquent que les conséquences des LBO ne sont pas uniformes ; elles sont sans doute liées à la position des fonds dans un champ progressivement sédimenté et soumis à une dynamique récurrente de bulle.

Les effets sur l’emploi sont les plus controversés, mais l’enseignement le plus général est que les entreprises sous LBO à la fois créent et détruisent plus d’emplois que les entreprises comparables, de telle sorte que le développement du private equity accélère le processus de « destruction créatrice » à l’œuvre dans le capitalisme. Le résultat net de ce processus est globalement négatif pour le cas des Etats-Unis mais incertain pour le cas de la France.

Au niveau organisationnel, les études ne permettent pas de dire que les LBO sont purement spéculatifs et sans effets, mais on ne peut pas non plus affirmer qu’ils mènent à un dépeçage systématique et une déstructuration des entreprises. Ils mettent plutôt en branle toute une série d’instruments pour réorganiser la bureaucratie et l’orienter vers des objectifs de rentabilité du capital. La création de valeur à l’issue de l’opération n’est pas seulement spéculative ; elle provient aussi de changements réels : l’augmentation de la vitesse de circulation du capital – par la mise en place de dispositifs de gestion des stocks – et l’augmentation du taux d’exploitation – par la remise en cause du « compromis fordien ».

Dans les études, on constate en effet qu’une trésorerie importante est le facteur le plus important dans le fait d’être pris pour cible par les fonds d’investissement. Une fois l’entreprise rachetée, on observe généralement une pression à la hausse sur la productivité, de même qu’une pression à la baisse sur les salaires, ce dont atteste l’expérience cruelle d’Aissata. Dans tous les cas, les changements induits par la mécanique du LBO mettent les collectifs de travail à l’épreuve.

En plus d’être dépendants des stratégies hétérogènes employées par les fonds d’investissement, les changements dus au LBO ne sont pas mécaniques.  Du fait de l’endettement, ils rendent les entreprises plus vulnérables aux aléas comme la perte d’un client important ou la hausse du prix des matières premières. L’entreprise se trouve alors dans l’incapacité d’honorer ses engagements financiers et doit prendre des mesures pour restaurer sa profitabilité, notamment tailler dans sa structure de coûts.

Pour conclure, le développement des LBO illustre très bien le processus de financiarisation des entreprises et la mise en œuvre de stratégies actionnariales. Il met en évidence la mise sous tension des entreprises suite à la prise de contrôle par des fonds d’investissement qui négocient, avec les dirigeants, des stratégies permettant d’obtenir des rentabilités particulièrement élevées. Il donne à voir le « couplage serré » de l’entreprise avec son environnement capitalistique, de telle sorte que l’emballement des marchés financiers et l’éclatement de bulles de crédit se répercutent immédiatement sur son fonctionnement interne.

En définitive, le modèle LBO ne constitue pas un jeu à somme positive : alors même que les actionnaires et dirigeants peuvent s’enrichir considérablement, il rend plus probable les restructurations et débouche sur des crises dont les salariés doivent en payer le prix fort. Les coûts sociaux illustrés par les expériences de Nadia et Aissata peuvent apparaitre négligeables aux yeux des dirigeants de fonds d’investissement qui, bien que concentrant un énorme pouvoir, ne sont pas exposés aux conséquences de leurs décisions.

Crédits images en CC : Pixabay mohamed_hassan, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux, Needpix.com, freepng.fr

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/


Fabien Foureault

Université de Lausanne, LINES/OBELIS (fabien.foureault@unil.ch)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search