Histoire d’une cité symbole des guinguettes : Nogent

Les guinguettes autour de Paris : une image symbolique de la « Belle Époque », où se sont multipliés les lieux de loisirs populaires sur les bords de Marne, à Nogent, à Champigny, ou à Joinville. Filmés plus tard par Marcel Carné en 1929 (court-métrage « Nogent, eldorado populaire »), on y voyait les parisiens affluer par la ligne de chemin de fer de la Bastille et se répandre joyeusement dans les lieux de loisirs populaires au bord de l’eau.

Le documentaire Nogent, des guinguettes au Grand Paris montre comment Nogent-sur-Marne s’est approprié cette image des guinguettes, mais aussi comment cette image a été façonnée. Une chanson populaire (Ah ! le petit vin blanc) devient l’hymne populaire des guinguettes de Nogent ; elle magnifie Nogent et associe la commune aux loisirs populaires des bords de Marne, à l’exclusion des autres communes, comme le souligne Vincent Villette, archiviste de la ville de Nogent-sur-Marne.

Une histoire recréée

Cette représentation des guinguettes et de Nogent est encore renforcée par l’action politique. Roland Nungesser, alors maire-adjoint de Nogent-sur-Marne, crée dès 1954 la « fête du petit vin blanc », adossée à la popularité de la chanson. La fête connait un grand succès pendant 25 ans et met en valeur un Nogent totalement remodelé, réactivant l’imaginaire collectif de la Belle Époque, plus imaginaire que réel. La « fête du petit vin blanc » vise aussi à créer un pendant symbolique (vide de contenu idéologique) à la fête de l’Humanité.

Par ailleurs, Roland Nungesser veut faire apparaître Nogent comme le « petit Paris » des bords de Marne. Il orchestre donc le transfert de monuments et d’équipements du « vieux Paris » sur le territoire de Nogent, comme le pavillon Baltard en 1976 (ancien pavillon du cœur des Halles de Paris).

Cette politique arrive à un moment où les bords de Marne et la culture populaire dépérissent (fermeture des guinguettes à la fin des années 1960). Les bâtiments architecturalement les plus emblématiques du temps des guinguettes sont même détruits. Alors que l’urbanisation gagne les bords de Marne, Nungesser promeut symboliquement une partie de cette culture du vieux Paris, pour associer l’image de sa ville à cet imaginaire parisien.

Nogent populaire et entre-soi bourgeois

Si le Nogent populaire a été celui de parisiens en sortie de loisirs, il a aussi été celui de l’immigration italienne, dont le journaliste et dessinateur humoristique François Cavanna fut la figure médiatique. Quant à la part bourgeoise de Nogent, elle a converti l’ensemble de la ville en une cité résidentielle, commerciale et administrative par le biais des politiques municipales. Contrairement à d’autres communes de la banlieue parisienne dont le développement de l’industrie a fragilisé la valeur du foncier, c’est donc la rente foncière qui est privilégiée à Nogent.

En conséquence, le rapport de Nogent à Paris est différent de celui d’autres banlieues. Le Nogent des  bords de Marne renforce sa centralité en attirant  les parisiens de sortie, mais surtout, comme le montre Emmanuel Bellanger, les édiles de Nogent, tout au long du XXème siècle, sont aussi des figures du Grand Paris. Ainsi Émile Brisson, maire de 1907 à 1919 veille au rayonnement de sa cité, en impulsant une forme de lobbying (création de la Ligue de défense des intérêts de l’est) pour favoriser la dynamique économique (choix de Nogent comme lieu de deux expositions coloniales par exemple).

Une autre figure du Grand Paris (président du conseil général du Val-de-Marne), Roland Nungesser, est maire de Nogent de 1959 à 1995 et fait de sa ville un bastion du Gaullisme. La rénovation urbaine qu’il impulse accélère la reconversion sociologique de son territoire vers l’embourgeoisement et les émigrés italiens disparaissent peu à peu du centre-ville.

Roland Nungesser veille à renforcer la centralité de son territoire, obtenant grâce à ses réseaux que Nogent soit la sous-préfecture du Val-de-Marne (alors que c’est une petite ville). Surtout, il parvient à faire financer les grands projets municipaux et équipements de services publics par le conseil général ou par des subventions des ministères. Il peut ainsi se targuer d’une baisse de « la pression fiscale » auprès de ses administrés, les équipements étant financés par d’autres contribuables.




Fiche technique

Type de film et année : film-recherche, 2017

Auteure-réalisatrice : Jeanne Menjoulet (CNRS-CHS)

Images, son, montage : Jeanne Menjoulet (CNRS-CHS)

Producteur : Centre d’Histoire Sociale des Mondes Contemporains (CHS)

Durée : 54 mn

Procédé audiovisuel : prises de vues sur fond bleu (incrustation chromatique au montage)

Films et archives sonores : Films d’archives SARDO-SNCF, archives sonores d’immigrés italiens de Nogent recueillies par la chercheuse Marie-Claude Blanc-Chaléard (IDHES-Nanterre)

Historiens : Emmanuel Bellanger, chercheur au CNRS, directeur du Centre d’Histoire Sociale des Mondes Contemporains (CHS), Vincent Villette, directeur des affaires culturelles des archives et du musée de Nogent-sur-Marne ;

Livre : « Nogent-sur-Marne, cité modèle – Histoire d’une banlieue résidentielle aux XIXe-XXe siècles»  Auteurs : Emmanuel Bellanger et Julia Moro. Editions La découverte, 2017

Crédits images en CC : Pixy#org, Pixabay OpenClipart-Vectors


Jeanne Menjoulet

Centre d'Histoire Sociale du XXe siècle - UMR CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (jeanne.menjoulet@univ-paris1.fr )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search