Guy Di Méo, géographe, bâtisseur de théories et de laboratoires

Selon la Société de Géographie, Guy Di Méo est une « figure centrale de la géographie française contemporaine » (2017). La réputation de ce spécialiste de la géographie sociale s’est essentiellement construite à partir des années 1990. Ses ouvrages théoriques et ses articles publiés dans des revues de géographie en France et à l’étranger ont contribué, avec les travaux d’autres géographes, à ancrer la discipline dans la théorie et à la relier à la philosophie, l’anthropologie, la sociologie et l’économie.

Auparavant, la géographie était fortement caractérisée comme une praxis. À ce titre, du moins pour les autres sciences sociales, elle était suspecte d’empirisme. Du côté des géographes, elle était encore souvent appréhendée comme une science de synthèse, comme un ensemble de discours pouvant masquer un double tropisme : d’un côté, l’attraction des sciences de la nature (la géologie, l’écologie…), de l’autre celle des sciences sociales (l’économie et la sociologie principalement). Quant au concept de « territoire », aujourd’hui incontournable en géographie, le moins qu’on puisse dire c’est qu’il était peu usité, toutes disciplines confondues, dans les années 1980. Guy Di Méo contribuera à en faire un concept central qui s’exportera au-delà de la géographie et du monde académique.

Par ailleurs, en revendiquant son appartenance à la géographie sociale, branche de la géographie apparue dans les années 1960-1980, il a contribué à légitimer la dimension humaniste qui caractérise pour partie ce champ ; au point qu’aujourd’hui la géographie sociale peut apparaître comme une bannière derrière laquelle se placent nombre de géographes.


  • Di Méo G., 2014, Introduction à la géographie sociale, Paris : Armand Colin, Coll. U

  • Di Méo G., 1998, Géographie sociale et territoires, Paris : Nathan, Coll. Fac-géographie

  • Di Méo G., 1991, L’homme, la société, l’espace, Paris : Anthropos, Coll. géographie


Un géographe enraciné et bâtisseur

Enfant de l’après-guerre (il est né en 1945), Guy Di Méo est demeuré tout au long de sa vie un homme du Sud-Ouest. Sa jeunesse s’est déroulée à Bordeaux, son activité professionnelle entre Pau et Bordeaux. Lorsqu’il obtient le certificat d’aptitude au professorat du second degré (Capes) en 1968 et l’agrégation en 1969, , sommité de la géographie française à l’Institut de Géographie à Paris, lui propose deux postes, à Angers et à Marseille. Mais, aquitain enraciné, il les juge trop lointains et leur préfère un troisième choix : l’École normale de Périgueux.

Comme beaucoup de ses contemporains, Guy Di Méo est un produit de l’école républicaine, au sein de laquelle il gravit pas à pas tous les barreaux de l’échelle, depuis le primaire jusqu’à l’enseignement supérieur. Très jeune passionné par l’histoire et la géographie, il se consacre à ces disciplines après avoir passé le concours de l’École normale d’instituteurs, puis celui de professeur en collège d’enseignement général et enfin il entre à l’Institut de préparation des enseignements de second degré. Bon élève, il est davantage désireux de continuer à se former plutôt qu’à enseigner immédiatement. Il reconnaît lui-même avoir « fait de son mieux » pour n’être ni instituteur, ni professeur de collège.

Devenu formateur pour les instituteurs à Périgueux, sans avoir jamais exercé le métier d’instituteur, il concevra un enseignement adapté fait de visites de terrain et de rencontres d’acteurs, dans les vieux quartiers et les habitations à loyer modéré (HLM) de Périgueux, ou encore dans les exploitations agricoles de la Dordogne. Anecdotes des débuts qu’il racontera volontiers avec l’humour qui le caractérise à des doctorants mal à l’aise à l’idée d’enseigner à des personnes plus âgées et qualifiées qu’eux. De l’art de désinhiber…

Il est nommé à Pau en 1970 comme maître-assistant dans une université nouvelle, où tout est à construire. La plupart de ses collègues ont 5 ou 6 ans de plus que lui. Ils deviendront des complices. Rapidement, ils organisent des séances où la géographie classique, la géographie régionale et la géographie physique sont remises en question, tout comme la géographie bordelaise, alors très conservatrice. La pluridisciplinarité est recherchée, surtout avec les économistes. Ils invitent des grands noms de la géographie pour des conférences et des débats. « C’était un ouragan qui lessivait les convictions des années d’étudiant » se plait à rappeler Di Méo, si déstabilisant qu’il s’est même demandé s’il resterait à l’Université.

Mais les attraits de l’enseignement et la recherche emportent ses dernières hésitations. Dès lors, il dispense des cours de géographie dans tous les niveaux d’enseignement et encadre un nombre important de travaux de recherche : des mémoires de maîtrise, puis de master, bien sûr et surtout des thèses sur divers objets relevant des géographies sociale, culturelle et urbaine (29 au total : 15 à Pau, 14 à Bordeaux où il sera nommé en 1994).

Durant dix ans,  il dirigera (1983-1993) avec Xavier Piolle, directeur de recherche, une unité dont le nom provoque des grincements de dents, le CRISSA (Centre de recherche sur les interventions socio spatiales et l’aménagement). Sous leur houlette, l’équipe devient ensuite une Unité mixte de recherche : l’UMR « Société, environnement, territoire » (SET, UMR 5603) placée sous la double tutelle de l’Université et du CNRS. Elle réunit alors une grande partie des enseignants-chercheurs géographes palois, mais aussi des sociologues et des ethnologues. Durant ces années,  il est également directeur du Département de géographie.

En 1994, Guy Di Méo candidate à la mutation à Bordeaux sur le poste de Serge Lerat, qui fut son directeur de thèse et sa figure tutélaire, mais il demeure rattaché au laboratoire SET. Puis, à la demande du Président de l’Université Bordeaux 3 – un géographe – il restructure la recherche en Sciences Humaines et Sociales et dirige entre 2003 et 2011 une importante équipe de recherche rassemblant plus de 80 enseignants-chercheurs et chercheurs ainsi que 60 doctorants. D’abord appelée « Aménagement, développement, environnement, santé, société », l’UMR ADESS regroupe des équipes de géographie et d’anthropologie des Universités Michel de Montaigne et Victor Segalen (Bordeaux 3 et Bordeaux 2). En 2016, l’équipe (UMR 5319) sera renommée « Passages » après avoir fusionné avec l’UMR SET de Pau, à la demande des tutelles.

La géographie économique dans un premier temps

En début de carrière, Guy Di Méo est spécialiste de géographie économique. Il est le produit de son époque puisqu’il soutient une thèse d’État, à l’heure du premier choc pétrolier, sur les « industries françaises du pétrole et du gaz naturel ». Son directeur lui propose ce sujet de thèse dont la dimension régionale est réelle puisque un important gisement de gaz a été découvert à Lacq, près de Pau, en 1957. Il est exploité par la Société nationale des pétroles d’Aquitaine, la future Elf-Aquitaine. Une ville nouvelle, Mourenx, accueille à partir de 1958, les cadres et les employés. Elle sera notamment étudiée par plusieurs chercheurs, dont le sociologue Henri Lefebvre. Les cadres et ingénieurs qui s’installent sont demandeurs d’une université. Elf Aquitaine participera à la demande de création d’un collège universitaire à Pau, transformé en université en 1968.

Guy Di Méo soutient sa thèse d’État en 1979, à 34 ans, et la publie dans la foulée chez Edisud. A la même époque, des interrogations sur la géographie, notamment à propos des théories de l’espace, du territoire, du développement local, de l’urbanisme le conduisent à entretenir des contacts réguliers avec le Centre Interdisciplinaire d’Etudes Urbaines (CIEU), laboratoire toulousain, ainsi qu’avec les géographes de Montpellier, Avignon, Bordeaux. C’est dans ce contexte que le géographe ruraliste toulousain , lié au sociologue Henri Mendras, capte l’Action Thématique Programmée (ATP) « Observation du changement social et culturel » à la fin des années 1970.

Ce vaste dispositif de recherche national repose sur des programmes qui se déploient sur la France entière, dans des petites villes ou des quartiers de grandes villes. Il fait travailler de concert plusieurs disciplines des sciences sociales et humaines relevant de plusieurs universités. Les Palois se voient attribuer l’étude de la capitale de l’espadrille française, Mauléon, petite ville des Pyrénées-Atlantiques en déclin industriel. Cette recherche dynamise le laboratoire. Les chercheurs conduisent des entretiens avec les chefs d’entreprise, tout en participant à des réunions organisées avec la municipalité ou avec des ouvriers syndiqués.

Un groupe d’étudiantes de la licence MASS (Mathématiques Appliquées aux Sciences Sociales) lance de sa propre initiative des enquêtes auprès des habitants. Cette recherche menée entre 1977 et 1980, est publiée sous le titre Mauléon en automne dans l’un des vingt volumes des Cahiers de l’Observation du Changement Social et Culturel (1981).

Dans les années 1980 et au tout début des années 1990, Guy Di Méo reste attentif aux questions d’industrialisation, notamment avec la publication de trois ouvrages : La Franche Comté ; Les démocraties industrielles. Crise et mutation de l’espace ; La ville moyenne dans sa région : Pau, les pays de l’Adour et l’Aquitaine.


  • Di Méo G., Guérit F., 1992, La ville moyenne dans sa région : Pau, les pays de l’Adour et l’Aquitaine, Bordeaux : Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

  • Di Méo G., 1988, Les démocraties industrielles. Crise et mutation de l’espace, Paris : Masson, Coll. Géographie

  • Di Méo G., 1981, La Franche Comté, Paris : Bréal


Le territoire, nouveau concept de la géographie française des années 1990

Guy Di Méo choisit progressivement le concept de « territoire » pour désigner le rapport, peu étudié par la géographie classique, entre société et espace géographique. Sa généalogie du territoire prend en compte plusieurs facteurs : une sensibilité aux « pays », mise en exergue au début du XXe siècle par le géographe qui le rend curieux des toponymes utilisés par la presse locale, la signalétique ou les mots que les habitants utilisent ; la décentralisation qui valorise le « local » ; les travaux de sociologues (Yves Barel, Michel Marié en particulier) et d’anthropologues. 

Dans un premier temps, il cherche à agglomérer différentes mailles de l’espace, notamment les petits pays et les quartiers des villes dans une construction qu’il appelle « formation socio-spatiale » (FSS). Celle-ci a deux fonctions : d’une part, comprendre par le structuralisme et la dialectique comment se mettent en place des territoires, ce sera donc un outil de compréhension, notamment destiné aux étudiants ; d’autre part, désigner le rapport intense des habitants à leur espace. Notons que la plupart des mailles qui sont retenues par Guy Di Méo, notamment les pays et les quartiers, étaient présents dans l’ATP Observation du changement social et culturel comme lieux singuliers, reconnus dans l’intersubjectivité.

Autre influence, celle de la « classe socio-spatiale » promue par le géographe Alain Reynaud qu’il apprécie particulièrement. La classe socio-spatiale correspond à des formes spatiales découpées et délimitées par des pouvoirs et des idéologies, avec une histoire ancrée dans des temps plus ou moins longs, mais aussi une économie et une géographie, toutes les deux singulières. Toutefois, chez Guy Di Méo, la classe socio-spatiale et la métastructure territoriale qui lui est associée sont progressivement remplacées par le territoire et la territorialité, le premier désignant le produit d’une appropriation collective, la seconde, le rapport individuel à l’espace. Il en fera des concepts centraux de la géographie des années 1990 et 2000. Ces concepts sont en phase avec la territorialisation de l’action publique qui fait que les responsables et animateurs des Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), des pays ou des associations se saisissent du terme et l’invitent souvent comme conférencier.

Guy Di Méo s’ancre dans la géographie sociale autant qu’il ancre ce courant dans la géographie française. Avec quelques collègues et ses doctorants, il participe au réseau de géographie sociale mis en place par Robert Hérin sous la forme d’écoles d’été qui font venir de 1990 à 1993 beaucoup d’enseignants-chercheurs et de chercheurs : les membres de l’URA 911 (aujourd’hui UMR multi sites ESO) de Caen, du Mans, de Nantes, de Rennes, ceux du SET de Pau, du CIEU de Toulouse et également les géographes grenoblois. Parallèlement un réseau de doctorants se crée en 1991, réunissant lors de la première édition des doctorants de Caen, Le Mans et Pau. Ces deux réseaux fusionnent lors d’une de leurs écoles d’été. Ces écoles d’été sont en outre l’occasion pour Guy Di Méo de ferrailler avec ses collègues sur les notions et concepts : le « Socio-spatial », la « rétroaction du spatial sur le social » et le « territoire » sont, par exemple, des motifs récurrents de débats animés.

La géographie sociale proposée par Guy Di Méo est une géographie des rapports à l’espace, différente de la géographie des questions sociales prônée par Robert Hérin. Mais toutes deux contribuent à la faire connaître et reconnaître. Et la notion de territoire permet d’élargir son spectre de recherches au registre festif, à la musique, au patrimoine, ou encore au genre, thèmes nouveaux pour les géographes qui les travailleront dans les décennies suivantes en creusant la dimension des rapports à l’espace.


  • Di Méo G., 2005, L’espace social, lecture géographique des sociétés, Paris : Armand Colin


Un auteur prolifique au service d’une géographe conceptuelle

Guy Di Méo rédige, en comptant sa thèse (publiée) et Mauléon en automne, il en sera le principal contributeur, treize livres, à la cadence soutenue d’un tous les trois à quatre ans dont Les pays du Tiers monde (Sirey, 1985), L’homme, la société, l’espace (1991), Les territoires du quotidien (L’Harmattan, 1996), Géographie sociale et territoires (Nathan, 1998), La géographie en fêtes (Géophrys, 2001), L’espace social, lecture géographique des sociétés (Armand Colin, 2005), Les murs invisibles (Armand Colin, 2011), Introduction à la géographie sociale (Armand Colin, 2014), Le désarroi identitaire (L’Harmattan, 2016). Un seul est co-écrit, quelques-uns associent plusieurs auteurs, pour beaucoup ses propres doctorants. Il est également très actif dans l’écriture d’articles publiés dans les différentes revues régionales, nationales et internationales. Enfin, il participe au comité de rédaction des Annales de Géographie, revue à la longue histoire, créée en 1891.

Ce théoricien reconnu de la géographie se déclare « Partisan d’un bricolage théorique ». Il veut dire par là que ses travaux résultent de son appropriation et de son interprétation de lectures au large spectre, nourries de philosophes, anthropologues, sociologues tels Barel, Berger et Luckmann, Bourdieu, Braudel, Deleuze et Guattari, Foucault, Giddens, Godelier, Habermas, Lévi-Strauss, Ricoeur… Autant d’auteurs qui accompagnent ses explications relatives aux rapports à l’espace et à l’appropriation de ces espaces par des individus et des groupes. Sa géographie du territoire est une géographie de la maille, c’est-à-dire d’unités délimitées, en général infrarégionales appréhendées comme des constructions historiques, politiques et économiques. En ancrant sa réflexion dans les sciences humaines et sociales, il a très clairement la volonté de faire de la géographie une discipline conceptuelle, ouverte à la pluridisciplinarité.

Crédits images en CC : tous droits réservés Guy Di Méo, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux, Pixabay Jhonatan_Perez

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/


Isabelle Garat

Université de Nantes, UMR 6590 ESO-Nantes CNRS (Isabelle.Garat@univ-nantes.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search