L’émigration des immigrés en Espagne, une invisibilité statistique

Dans les pays du Nord connaissant une forte immigration internationale (États-Unis, France, Allemagne ou encore Royaume-Uni), l’émigration des immigrés est un sujet relativement peu traité. Il l’est en tout cas bien moins que l’immigration des immigrés, au cœur du débat public depuis plusieurs décennies. Les représentations associées à l’immigré renvoient à une immigration définitive et à l’installation durable sur le territoire. Or, la perception statique de ces populations occulte une partie des mobilités qui pourraient à nouveau les concerner.

L’absence de recherches sur l’émigration des immigrés est en partie liée à un manque de visibilité statistique. En effet, on mesure bien l’immigration, notamment grâce aux recensements qui dénombrent la population résidant de façon permanente sur le territoire, quelle que soit sa nationalité et son titre de séjour. En revanche, la statistique publique a beaucoup plus de mal à dénombrer les émigrations, et encore moins à identifier leur destination.



Comment mesure-t-on l’émigration ?

Dans la plupart des systèmes statistiques nationaux, on connaît l’accroissement total de la population, c’est-à-dire la quantité dont s’est accrue la population entre deux recensements. On connaît aussi la part de cet accroissement liée au mouvement dit « naturel », cette différence entre les naissances et les décès, qu’on appelle également le solde naturel.

La part restante de l’accroissement total est par conséquent le fait du mouvement migratoire et correspond à la différence entre les entrées et les sorties – qu’on appelle aussi le solde migratoire. Comme indiqué plus haut, les entrées (l’immigration) sont relativement bien mesurées grâce aux recensements. Pour estimer l’émigration, on calcule la différence entre l’immigration (les entrées) et le solde migratoire. Le cas de l’Espagne permet d’illustrer ces grandes catégories.

Du 1er janvier 2018 au 1er janvier 2019, la population résidant en Espagne s’est accrue de + 276 185 habitants (accroissement total). On passe ainsi d’un peu moins de 46,7 millions d’habitants à 46,9 millions d’habitants en un an. Les 426 053 décès enregistrés dans la période retranchés des 369 302 naissances survenues en 2018 donnent un solde naturel négatif de – 56 751. On en déduit un solde migratoire estimé par la différence entre l’accroissement total et l’accroissement naturel de + 332 936. La dernière étape pour estimer l’émigration est la différence entre les 559 309 immigrations et le solde migratoire. Selon ce calcul, 226 373 personnes auraient quitté l’Espagne au cours de l’année 2018.

Cette estimation indirecte est peu satisfaisante et les chercheurs restent sur leur faim lorsqu’il s’agit d’étudier l’émigration. Pour étudier l’émigration des nationaux, les données des consulats à l’étranger peuvent alors être mobilisées car elles permettent d’étudier leur localisation dans le monde. Les ressortissants vivant à l’étranger représentent en effet une population détenant un certain pouvoir économique et peuvent constituer un enjeu électoral non négligeable au moment des élections ce qui explique cette visibilité statistique par l’intermédiaire des données consulaires. Au contraire, l’émigration des étrangers est souvent invisible, à moins que le système de statistiques ne soit doté de registres de populations.

Comment mesure-t-on l’émigration des immigrés ?

En Espagne, l’invisibilité statistique de l’émigration des immigrés et des étrangers est moindre, car le dénombrement de la population et de ses mouvements repose principalement sur l’usage des registres de populations ou padrón. Toute personne qui réside habituellement dans une commune espagnole doit s’enregistrer dans le padrón ; si elle a plusieurs résidences, elle doit s’enregistrer là où elle réside la majeure partie de l’année. Chaque personne entrant dans le pays doit s’inscrire dans le padrón de la commune de résidence et se désinscrire du registre en en sortant. Elle doit également indiquer l’endroit où elle compte déménager. Théoriquement, on est donc en mesure de localiser les destinations des départs des Espagnols comme des Étrangers.

Un biais existe cependant : certaines personnes hébergées ailleurs sur une courte période ne déclarent pas ces changements de résidence ; d’autres ne veulent pas signaler ce changement quand il s’opère vers une destination en dehors du territoire espagnol, car des droits d’accès aux services publics sont associés à l’inscription au registre municipal. L’Institut de Statistiques Espagnol (INE) a essayé de corriger cette sous-déclaration, en radiant les personnes immigrées qui n’auraient pas confirmé leur résidence.

En pratique, on ne dispose donc d’informations que sur 20% des départs d’immigrés, définis ici comme des personnes nées à l’étranger quelle que soit leur nationalité à la naissance (ce qui diffère de la définition française de l’immigré. En France, un Français né Français à l’étranger n’est pas considéré comme immigré). Pour les 80% restant, on sait seulement que les individus ont quitté le territoire.

L’évolution des mouvements migratoires internationaux de 2008 à 2018

L’attention portée à la migration internationale en Espagne s’est longtemps focalisée sur le départ des Espagnols, qu’il s’agisse de l’exil républicain consécutif à la guerre civile ou du départ de jeunes travailleurs et travailleuses fuyant la pauvreté rurale à la recherche d’emplois peu qualifiés en Europe de l’Ouest dans les années 1950. Ce n’est qu’à la fin des années 1990 que l’immigration internationale apparaît brusquement dans la péninsule ibérique : c’est une immigration principalement féminine, provenant d’Amérique latine (Équateur, Colombie, Bolivie), d’Afrique du Nord (Maroc) et d’Europe de l’Est (Roumanie, Ukraine). Cet essor de l’immigration est à la fois lié au dynamisme économique de l’Espagne et à la facilité à entrer dans l’espace Schengen sans visa (jusqu’en 2002).

En 2008, la crise des subprimes met fin à la bulle immobilière espagnole, début d’une période de récession dont le pays se remet à peine une décennie plus tard. Alors que l’accroissement migratoire positif dans les années 2000 contribuait fortement à la croissance de la population dans un contexte de baisse de la fécondité des Espagnoles, le panorama migratoire s’inverse à partir de 2011.

L’immigration diminue de manière continue de 2008 à 2013 tandis que l’émigration ne cesse de s’accroitre sur la même période. Ce double phénomène d’augmentation des départs et de baisse des arrivées creuse le solde migratoire qui atteint le record de -250 000 en 2013. Après ce creux, les deux courbes de l’émigration et de l’immigration vont à nouveau se croiser en 2015, date à partir de laquelle les immigrants sont plus nombreux que les émigrants. En 2018, le solde migratoire espagnol retrouve son niveau de 2008 (+300 000).

Il est intéressant d’observer le solde migratoire des Étrangers en Espagne (qui comprend des immigrés non naturalisés et des Étrangers nés en Espagne) et de le comparer à celui des Espagnols (catégorie qui comprend des Espagnols nés en Espagne et ailleurs et des immigrés naturalisés). On observe que le solde migratoire des Espagnols est en fait tout à fait comparable à celui des Étrangers dont les fluctuations sont bien plus importantes, en volume, que celles des Espagnols : un solde migratoire de – 210 000 en 2013, + 330 000 en 2018 pour les Étrangers contre – 40 000 et + 10 000 pour les Espagnols aux mêmes dates. À noter toutefois que le solde migratoire des Espagnols est négatif sur toute la période.

Où sont partis les immigrés depuis 2008 ?

Cette comparaison entre les mouvements des Espagnols et des Étrangers montre que les Espagnols sont bien moins mobiles que les Étrangers. Dans la mesure où les Étrangers sont 10 fois plus mobiles alors qu’ils sont 10 fois moins nombreux, leurs mobilités méritent d’être étudiées.

Les espaces migratoires internationaux sont habituellement pensés sous la forme de pays d’origine/ pays de destination sans autre horizon possible. Selon ce schéma dit du « couple migratoire » les immigrés qui quitteraient le pays d’accueil seraient cantonnés au seul retour dans le pays d’origine. Qu’en est-il dans les chiffres ?

Certes les retours au pays d’origine sont majoritaires mais une part non négligeable de départs se fait à destination d’un pays tiers, c’est-à-dire un pays différent du pays de naissance. A titre d’exemple en 2013, on estimait cette part des ré-émigrations à près d’un quart des départs en 2013. Si l’Europe est la principale destination des départs, selon l’origine des migrants, les directions empruntées par les ré-émigrations peuvent être très différentes. Les Marocains ne ré-émigrent pas vers les mêmes destinations que les Colombiens, les Boliviens, les Equatoriens ou encore les Roumains pour ne citer que les principaux groupes de migrants en Espagne. Ces différences de destination de l’émigration des immigrants en Espagne s’expliquent par plusieurs facteurs (Sierra-Paycha 2019).

Les migrants quittant l’Espagne ont tendance à privilégier des destinations proches mais surtout des destinations plus développées au plan économique que leur pays d’origine. Toutefois, l’implantation du réseau migratoire, même minimal, soit par le passage des trajectoires antérieures avant l’installation en Espagne, soit par la présence de membres de leur famille, apparaît comme une condition déterminante pour que se déploie un flux migratoire suffisamment important pour être visible dans les statistiques espagnoles.

L’analyse des intentions de départ des migrants interrogés en Espagne en 2007 à partir de leurs caractéristiques démographiques, positions socioprofessionnelles, situations juridiques, parcours migratoires et géographies familiales a révélé la sélectivité des projets de ré-émigration au regard des projets de retour et des projets d’immobilité. Les projets de résidence dans un pays qui n’est ni l’Espagne, ni le pays de naissance, concernent surtout les personnes les plus à même de circuler sans visa dans le monde et dans l’espace Schengen, c’est-à-dire les personnes dotées de nationalités européennes, mais aussi les personnes en emploi et les étudiants, et enfin les personnes les plus diplômées.

Toutes choses égales par ailleurs, on observe une plus grande capacité à se projeter dans un pays tiers chez les individus inscrits dans un réseau migratoire, soit par leur expérience migratoire antérieure, soit par l’appartenance à des familles transnationales. Cette ressource « réseau » est rare car elle ne concerne que 16% de la population mais elle est souvent déterminante pour la mobilité.



Crédits images en CC : Pixabay Clker-Free-Vector-Images, janjf93, Pryanka from Noun Project,  Red Cross Red Crescent Climate Centre, Josethestoryteller

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/


Célio Sierra-Paycha

Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRIDUP (celio.sierra-paycha@univ-paris1.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search