Démographie algérienne et histoire anthropométrique

Travailler sur un terrain comme l’Algérie n’est pas de tout repos pour un historien. L’ombre de la guerre d’Algérie s’étend en effet de manière impériale sur les mémoires contemporaines de la colonisation française. Pourtant, d’autres périodes que celle de la guerre sont aussi étudiées par les historiens. L’histoire de ce pays au XIXe siècle, moins connue du grand public, fait par exemple l’objet de vifs débats historiographiques, notamment concernant ses enjeux démographiques.

L’Algérie constitue la seule colonie de peuplement de l’empire français. La question du nombre d’habitants, Européens ou indigènes – sans guillemet, il s’agit d’une catégorie légale, comme esclaves aux États-Unis – est primordiale pour définir et justifier le projet colonial. Et ce d’autant plus que le pays est le théâtre d’une longue guerre d’invasion, de 1830 à 1871, en proportion l’une des plus meurtrières de l’histoire coloniale, et qu’il est frappé par l’immense famine de 1867-1868, d’ampleur comparable à la fameuse famine irlandaise des hungry forties.

Maladies, famine, guerre : dans quelle mesure l’Algérie en voie de colonisation a-t-elle été frappée par ce triptyque caractéristique de l’Ancien Régime démographique ? L’histoire , qui mesure les changements de stature moyenne considérée comme indice de niveau de vie biologique, vient éclairer d’un jour nouveau ces nombreux enjeux. Elle part pour cela d’un paradoxe qui sera expliqué ici : l’augmentation de la stature des soldats indigènes malgré le contexte colonial et la famine de 1867-1868.


  • Heyberger L., 2019, Les Corps en colonie. Faim, maladies, guerres et crises démographiques en Algérie au XIXe siècle. Approche anthropométrique, Presses universitaires du Midi : Toulouse,.


Deux ou trois choses à savoir sur l’histoire anthropométrique 

Pour l’historien.ne comme pour l’économiste, la stature d’un individu constitue un indice alternatif et complémentaire aux indices classiques de niveau de vie. Corrélée à la mortalité infantile, à l’espérance de vie et à l’alphabétisation, elle est, pour de nombreuses sociétés passées, notamment coloniales, plus facile à construire à partir des sources existantes, la plupart du temps d’origine militaire. Mesurée à l’âge adulte, elle rend principalement compte des conditions de vie entre la naissance et l’âge de trois ans : on cite donc la stature adulte à l’année de naissance.

L’histoire anthropométrique a confirmé certains apports antérieurs de l’histoire économique et sociale européenne. De 1760 à 1800, dans un contexte de forte pression démographique, le déclin statural du continent, de la Russie à France, accompagne une baisse sensible des salaires réels, eux-mêmes corrélés à la chute des températures. Cette approche a aussi nuancé la vision classique de l’industrialisation du XIXe siècle, en mettant en évidence une baisse de la stature moyenne en Europe et aux États-Unis (1830-1860, voire 1890), contemporaine d’une stagnation, voire d’une hausse des salaires réels ou du PIB par habitant.

Ce hiatus entre indices du développement montre que les niveaux de vie sont une réalité à plusieurs dimensions. La stature est sensible à la répartition de l’alimentation entre les différents groupes de population (femmes et hommes, pauvres et riches, citadins et ruraux). Les inégalités et évolutions observées sur plusieurs décennies sont de l’ordre de 5 cm, car un rythme de (dé)croissance de 1,5 mm par an constitue un maximum à l’échelle des populations. Ainsi, selon l’OMS, les disparités de stature actuelles à l’échelle mondiale renvoient principalement à des facteurs sociaux, . Toutefois au XIXe siècle, les biais sociologiques du recrutement peuvent fausser les comparaisons entre groupes, ici entre indigènes et européens.

La famine de 1867-1868 : une crise des échanges ?

Alors qu’elle est encore peu des non-spécialistes la famine de 1867-1868 est l’événement le plus dramatique de l’histoire démographique de l’Algérie de l’époque coloniale. Elle ampute la population indigène de 19% à 24% de ses effectifs, soit entre 500 000 et un million de morts. Par comparaison, la plus grande famine du temps du Roi-Soleil (1693-1694) tue entre 10 et 15% de la population française. La famine algérienne est-elle due à des facteurs naturels, notamment la sécheresse, une invasion de sauterelles, la propagation du choléra et du typhus ? Ou résulte-t-elle de facteurs plus coloniaux comme l’essor de l’économie monétaire à partir de 1850 et la répression militaire française, encore très active dans les années 1860 ?

Bien des caractéristiques distinguent alors la population indigène et la population européenne : spoliation des terres les plus par les colons, accès au pouvoir politique et économique, aux emplois, différences en termes de techniques agricoles, de capital productif, d’accès au marché, de solidarité et de système d’entraide, de fiscalité, etc. Ces particularités autorisent à envisager une lecture de cette famine comme une crise des droits à l’échange, c’est-à-dire une crise qui fait interagir des groupes inégalement dotés en droits juridiques et économiques, ces derniers permettant d’obtenir des ressources donnant accès à la nourriture.

Or pour les années de naissance 1867-1868, la stature des tirailleurs accuse un bonus anthropométrique de 0,6 cm par rapport aux années précédentes : cas unique dans l’état de nos connaissances sur les conséquences anthropométriques des famines, où les effets sélectifs (positifs) l’emportent sur les effets nutritionnels (négatifs). Lors de la Grande Famine chinoise de 1959-1961, les effets positifs et négatifs s’équilibrent ; durant la famine indienne de 1876-1879, la stature stagne (au Nord) ou diminue sensiblement (au Sud : -1,6 à 2,9 cm).

Le cas algérien est d’autant plus exceptionnel que les populations européennes et juives, qui selon l’historiographie seraient épargnées par la famine, accusent en fait une perte de 0,5 cm : l’indice anthropométrique met donc en évidence les effets nutritionnels de la famine pour la population des citoyens. En résumé, la famine algérienne affecte à la fois les populations indigène et européenne, ce qui démontre l’importance des facteurs naturels, mais elle les frappe aussi de manière inégale, ce qui montre l’importance des facteurs humains. En quoi ce paradoxe nous invite à réévaluer les données statistiques élaborées à la période coloniale ?

Réviser les estimations démographiques algériennes

Après l’écroulement du Second Empire, la politique française devient encore plus favorable aux colons : l’appropriation sensiblement et la pression fiscale augmente. De plus, l’ouverture commerciale provoque l’extension de l’usure et la population croît à un rythme qui ne sera égalé qu’après 1945. L’Algérie bat alors les records mondiaux de fécondité, si bien que la production céréalière par habitant chute de 6,1 quintaux par indigène en 1876 à 4,2 en 1886.

L’augmentation sensible de la stature des tirailleurs pourrait alors s’expliquer par l’amélioration du contexte épidémiologique. Mais la lutte entreprise à la fin du siècle contre le paludisme, maladie qui frappe indifféremment indigènes et Européens, est avant tout menée pour améliorer le sort de ces derniers… Or la stature des Européens ruraux stagne entre les décennies de naissance 1850 et 1880, ce qui montre le faible impact anthropométrique de ces mesures pour les Européens, à plus forte raison pour les indigènes.

L’exubérante croissance démographique indigène, calculée d’après des dénombrements sommaires de la population qui, avant 1886, sont jugés très peu fiables par les spécialistes, doit donc être remise en cause. D’ailleurs, si on retient cette croissance démographique et que l’on corrèle les disponibilités alimentaires par indigène à la croissance staturale des tirailleurs, on n’obtient aucun résultat probant. En revanche, si on retient l’hypothèse d’une stagnation démographique entre 1872 et 1886, l’évolution des disponibilités alimentaires explique la croissance staturale des tirailleurs, dans un contexte où ces dernières sont corrélées aux précipitations algéroises.

Le régime des pluies constitue en effet un des fondements de l’économie maghrébine des siècles passés. Gage de fiabilité, les productions sont positivement corrélées aux précipitations, ce qui n’est pas le cas du montant des « impôts arabes ». Or, productions et montant des impôts sont estimés localement par les fonctionnaires coloniaux au cours des mêmes enquêtes. La corrélation entre productions et précipitations d’une part et l’absence de corrélation entre ces dernières et le montant de l’impôt d’autre part renvoient donc à une réalité économique et climatique et non à un artefact statistique. Le scénario ainsi dégagé s’inscrit dans un schéma climatique africain cohérent. Il invite aussi à une relecture de dimensions essentielles de l’histoire de l’Algérie : démographie, économie, fiscalité…

En effet, la stagnation démographique entre 1872 et 1886 implique par rétroprojection une population indigène de 1830 a minima – hypothèses conservatrices des pertes pour la période 1830-1868 – de 4,2 millions d’habitants, et non de 3 millions, comme admis sur la base des travaux de Xavier Yacono datant de 1954. L’indice anthropométrique confirme donc la réévaluation de la population indigène de 1830 déjà proposée en 1982 sur la base d’autres sources. Au final, la stagnation démographique qui suit la famine de 1868 invite à relire les débuts de la IIIe République comme une période de convalescence suite à cette syncope économique, dans un contexte où l’augmentation de la stature s’explique aussi par la fin de l’état de guerre qui prévalait auparavant pour la population indigène.

Crédits images en CC : needpix, Pixabay manfredsteger, ArtsyBee, l_cwojdzinski, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/


Laurent Heyberger

Université de Technologie de Belfort-Montbéliard, UMR 6174 FEMTO-ST/RECITS (laurent.heyberger@utbm.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search