Polices et policiers dans la Première Guerre mondiale

Que fait la police durant les crises ? L’actualité sanitaire liée à la crise du COVID-19 – qualifiée de « situation de guerre » par plusieurs responsables politiques – attire une nouvelle fois l’attention sur une question loin d’être neuve dans l’analyse des sociétés contemporaines. La recherche historique s’intéresse en effet à ces moments intenses que sont les crises sanitaires ou économiques, les guerres, les occupations, les transitions politiques, la faillite des institutions. S’ils sont des moments uniques, des « laboratoires » où se repensent et se reconfigurent les logiques de la sécurité publique, ces instants sont également des révélateurs d’une supposée normalité, faite de pratiques quotidiennes inscrites dans la longue durée. La Première Guerre mondiale constitue à ce titre un terrain d’enquête primordial.

Que devient l’ordre public lors du passage du temps de paix au temps de guerre ? Par essence, la question transcende les frontières nationales. Au cours de ce conflit, l’ensemble des sociétés et tous les États sont bouleversés par des situations extraordinaires que les policiers vivent « au cœur » de l’action : mobilisation, massacres massifs sur les champs de bataille, nouvelles formes de combats ; mais aussi famines, occupations militaires, agitations politiques et révolutions, déplacements de population pendant et après les combats. Policiers et gendarmes sont donc confrontés à des formes spécifiques de désordre et à l’élargissement des logiques de la criminalisation de personnes ou de comportements, par exemple en matière de ravitaillement.



Croiser les approches historiographiques

Voir ce que la guerre fait aux agents de l’ordre et comprendre le rôle de ceux-ci durant le conflit. Ce sont deux des questions qui traversent les contributions réunies dans cet ouvrage. En cela, il se place à la croisée de deux chantiers historiographiques matures, mais qui n’ont pas encore eu l’opportunité de se rencontrer : le profond renouveau de la recherche en histoire des polices et l’historiographie analysant le monde et les sociétés en guerre dans le cadre des commémorations du Centenaire de 1914-1918.

Alors que l’historiographie de la guerre s’est employée, non seulement à restituer le détail des événements qui ont constitué le premier conflit mondial, mais aussi à l’expliquer et à l’interpréter, l’aspect policier du conflit est pourtant resté largement ignoré. En dépit de l’utilisation fréquente de l’argument de la « contrainte » pour expliquer la soumission et l’obéissance des soldats, l’historiographie générale du conflit reprend assez peu les recherches concernant les forces de l’ordre – et ce, alors que cette même historiographie sous-tend de facto une présence répressive (judiciaire et policière) aussi indispensable que massive

Civiles ou militaires – comme les gendarmes – les forces de l’ordre sont pourtant au premier plan de la régulation sociopolitique, à plus forte raison lorsqu’elle est sous tension. Si l’on utilise parfois les archives policières pour l’information « factuelle » et « fiable » qu’elles fourniraient, on ne s’intéresse que trop peu aux logiques de leurs créations, ou aux circulations et utilisations des renseignements qu’elles reflètent. Entre guerre et paix, l’objectif de ce projet éditorial est donc de replacer les institutions titulaires de fonctions de police, ainsi que leurs agents, au cœur de l’analyse de cette période.

Le livre élargit ainsi les perspectives géographiques, chronologiques ou les catégories communément admises en matière de recherches, tant sur la guerre, qu’en ce qui touche les polices et les gendarmeries. Il apporte par ce biais des éléments pour construire une histoire globale et renouvelée des polices et gendarmeries d’une part, des policiers et gendarmes de l’autre, autour de la Première Guerre mondiale.

Géographie, chronologie : un regard spécifique sur la guerre ?

Son premier apport est de repenser la définition traditionnelle des espaces. L’Europe y est évidemment considérée dans sa diversité, de la Russie aux Balkans, du front de l’Ouest à celui d’Orient. La comparaison de ces espaces éclaire ainsi les critères de définition et d’exercice de l’ordre, qui se construit au carrefour de contextes sociopolitiques, du fait guerrier, mais aussi de logiques ethniques, économiques et idéologiques. Il devient alors possible de tisser des liens, de souligner similitudes ou différences au prisme des logiques policières au sein des sociétés en guerre.

Pour prospecter dans ces différents espaces, les contributions passent au tamis policier les différentes notions que sont le « front », « l’arrière », les « zones occupées » ou « libérées », les « centres » et les « périphéries ». On constate ainsi que l’arrière s’étend de quelques kilomètres en deçà des tranchées jusqu’à des horizons ultra-marins parfois aussi éloignés que possible du front européen. L’Europe est ainsi mise en relation avec les colonies et les dominions, ce qui souligne les spécificités respectives des métropoles et des territoires ultramarins dans le domaine de la sécurité intérieure. On interroge de cette façon la notion de distance par rapport au front principal du conflit, pour en comprendre l’impact même très loin, au-delà des océans.

Mais l’Europe est également repensée puisqu’il s’agit d’étudier tant les « grands » que les « petits » États, en envisageant parmi ceux-ci, les cas distincts des pays occupés et des neutres. Il n’y a pas que dans les États belligérants que les polices civiles et militaires ont été mises sur pied de guerre ; celles de la Suisse ou du Luxembourg furent également soumises à ce contexte si particulier, notamment en matière de régulation de l’espionnage ou d’enjeux politiques de l’après-guerre.

Le second apport tient à la redéfinition de la chronologie du conflit. Ses aspects classiques (militaires, politiques) sont confrontés à la temporalité policière et aux expériences des hommes (et rares femmes) exerçant ces fonctions. Pour comprendre le rôle essentiel des forces de l’ordre à partir de la mobilisation, il faut rappeler leur place dans les préparatifs et la planification du conflit dès la fin du XIXe siècle.

À partir de l’été 1914, les expériences du temps de guerre diffèrent selon les pays et la nature des polices : de par leur identité militaire, les gendarmes ont vocation à prendre une part active aux opérations militaires, ce qui n’est pas le cas des polices civiles. Leurs membres ne restent pourtant pas à l’écart du conflit, qu’ils soient mobilisés à titre individuel ou très actifs dans le ressort géographique de leur institution. Car les champs d’intervention de la police se multiplient, au regard de l’expansion législative et réglementaire propre aux sociétés mobilisées, du sort des armes, mais aussi de particularités locales – présence de voies de communications, d’usines, de permissionnaires.

Le rôle protéiforme des gendarmes et des policiers durant la longue sortie de guerre est, pour finir, largement mis en lumière. Accompagnant la démobilisation des armées, la reconstruction ou la construction des États, régulant de nouvelles formes de criminalité, ce sont des acteurs cardinaux de cette période de transition plus ou moins longue et difficile selon les pays. Lors de cette période incertaine, les agents de l’ordre s’adaptent à une nouvelle place au cœur des sociétés. Bien qu’ils retrouvent progressivement le vieil uniforme du « monde d’hier », celui de la paix, le patron de cette tenue est retaillé au regard du nouveau monde qui se dessine.

De l’avant à l’après-guerre, le croisement entre le « temps policier » et la chronologie des événements militaires, politiques ou sociaux met en lumière les logiques et processus de transformation des polices. De nombreux domaines sont concernés, au premier rang desquels les organigrammes institutionnels et les équilibres (concurrences ?) entre les corps constitutifs des paysages policiers. Les valeurs professionnelles, les profils sociologiques des agents, mais également les matériels ou les modalités de l’implantation territoriale des institutions policières sont également profondément marqués par le conflit.

Le profil des policiers et gendarmes change également autour du conflit, en matière d’âge, de genre, de rapport à la violence, d’expérience militaire enfin. La perception des populations et des comportements à policer – surveiller, réprimer ou défendre – est un autre champ transformé par la guerre. Des évolutions qui ne sont pas linéaires – parfois durables, parfois plus éphémères – sont ainsi mises en lumière ; s’y mêlent débats anciens, réactions aux conditions du conflit et anticipation sur les conditions et les craintes pour l’exercice de la sécurité dans l’après-guerre.

Sur tous les fronts ? Le difficile inventaire de l’action policière

Le troisième acquis du livre est de mettre en lumière la signification plurielle du travail policier en temps de crise. Entre 1914 et 1918, les polices sont à la fois forces combattantes, responsables du maintien de l’ordre au sein des armées, ou impliquées dans la régulation des multiples champs de la vie à l’arrière du front.

Elles encadrent de nombreux aspects des vies économique, sanitaire, culturelle ou morale des nations en guerre. Impliquées dans la censure, chassant les déserteurs, luttant contre l’alcoolisme, elles assurent également des missions de contre-espionnage ou de surveillance politique des « ennemis intérieurs ». Après-guerre, dans un contexte oscillant entre démocratisation et risque révolutionnaire, les polices doivent définir leurs pratiques professionnelles face à des groupes sociaux, jusqu’alors inconnus et pas toujours perçus comme illégitimes : des réfugiés, des apatrides, mais surtout les « anciens combattants ».

Ces catégories généralistes ne reflètent que difficilement la diversité des situations individuelles des pratiques et priorités policières au plan local. Elles ne rendent pas plus compte de l’écheveau complexe des circonstances et logiques (hiérarchiques, politiques, sociales) qui les expliquent. C’est un enjeu à laquelle l’approche micro-historique parfois développée dans le recueil apporte des réponses stimulantes.

Un large kaléidoscope géographique, chronologique ou de fonctions exercées illustre ainsi les tensions et les hybridations traversant les architectures policières avant, durant et après le conflit. Il fait ressortir, illustre et historicise les trois marqueurs traditionnellement mis en avant par la sociologie quand elle doit définir les polices contemporaines : leur caractère généraliste ou spécialisé, leurs compétences locales ou nationales et enfin, leur caractère civil ou militaire. Ce kaléidoscope ouvre finalement à un nouveau champ d’études : celui de savoir dans quelle mesure la guerre, par les contacts entre alliés ou entre occupants et occupés, a favorisé et accéléré les circulations et hybridations, participant à la définition de nouvelles formes et standards policiers qui seront largement mises sous pression durant les années trente d’abord, à partir de 1940 ensuite ?

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Pixabay OpenClipart-Vectors, BedexpStock, Clker-Free-Vector-Images


Jonas Campion et Laurent López

Jonas Campion, Université du Québec à Trois-Rivières, Centre interuniversitaire d’études québécoise (jonas.campion@uqtr.ca) et Laurent López, Service historique de la Défense, Cesdip (UVSQ – CNRS, UMR 8183) (laurent3.lopez@intradef.gouv.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search