Pourquoi taillait-on des diamants dans le Jura ?

Exploiter et tailler les diamants est une activité ancienne : dès à la fin du Moyen-Âge, une chaîne de production relie les territoires de production du diamant brut – l’Inde d’abord, le Brésil à partir de 1730 – à l’Europe. Les diamants y sont alors taillés, essentiellement à Amsterdam, et montés sur des bijoux dans les ateliers des joailliers. Cette configuration est toutefois bouleversée par la découverte des gisements diamantifères d’Afrique australe à la fin des années 1860. Leur mise en exploitation provoque un décuplement de la production de diamant brut, ce dont profite la ville de Saint-Claude dans le Haut-Jura à partir de 1870.

En aval, cette explosion de la production de diamant brut entraîne un essor sans précédent de l’industrie diamantaire, même si ses « dimensions » restent modestes au regard de celles d’autres branches industrielles : 12 000 ouvriers en 1896 et 28 000 en 1913. Quantitative, la croissance est aussi géographique : d’Amsterdam, l’industrie diamantaire gagne Anvers, Hanau et Idar-Obserstein en Allemagne, Paris, le pays de Gex, Saint-Claude et le Haut-Jura, certaines localités de Haute-Savoie et Felletin dans la Creuse en France, mais aussi Londres et New-York ou encore Bienne et Genève en Suisse. Si plus de 80 % des effectifs ouvriers demeurent concentrés à Amsterdam et Anvers entre 1870 et 1914, la place prise par l’industrie diamantaire du Haut-Jura n’est pas négligeable. Pourquoi cette industrie s’est-elle alors précisément implantée dans ce territoire ?


  • Figarol T., 2020, Les diamants de Saint-Claude. Un district industriel à l’âge de la première mondialisation (1870-1914), Tours : PUFR.


Le Haut-Jura à la fin du XIXe siècle, un territoire industriel

À l’époque où commence l’expansion rapide de l’industrie diamantaire, petites villes et campagnes du Haut-Jura sont assez largement industrialisées. À Morez et dans ses alentours, on fabrique par exemple des horloges et, de plus en plus, des lunettes. Saint-Claude et ses environs sont spécialisés dans la tournerie sur bois et la fabrication des pipes de bruyère tandis que des centaines d’ouvriers-paysans du plateau de Septmoncel, dans les montagnes qui séparent Saint-Claude de Genève, sont des lapidaires. Ils taillent toutes sortes de pierres précieuses et fines mais pas encore le diamant.

Dans le district industriel de Saint-Claude prévaut une organisation du travail héritée du Verlagssystem, un « système de production décentralisée fondé sur le travail à domicile ». Les ouvriers travaillent à façon pour les négociants ou les sous-traitants de ces derniers. Le cadre de leur travail peut être leur domicile – le travail en famille restant largement répandu – ou une place qu’ils louent dans l’atelier de leur patron ou dans un autre atelier lorsque l’usage de l’énergie hydraulique est requis .

Cette organisation de la production confère un premier avantage compétitif au district industriel de Saint-Claude : la flexibilité. En cas de mévente, les négociants peuvent cesser de fournir de l’ouvrage à leurs sous-traitants ou à leurs ouvriers et faire reposer sur eux les aléas de le conjoncture. Un deuxième avantage compétitif réside dans l’ « atmosphère industrielle » qui règne à Saint-Claude et dans les campagnes qui l’entourent. Dès l’enfance, le travail industriel fait partie de la vie des Hauts-Jurassiens et l’apprentissage du travail manufacturier se fait en famille.

Développer l’industrie d’un territoire

C’est à coup sûr cette main-d’œuvre, qui plus est bon marché, que viennent chercher Eugène Goudard et Charles Roulina, deux patrons et négociants diamantaires parisiens à la fin des années 1870. Le premier n’est pas sans lien avec le pays puisqu’il s’est marié avec une native d’Avignon, un petit village près de Saint-Claude, dont il est par ailleurs devenu le maire. L’un et l’autre recrutent sans peine plusieurs dizaines d’ouvriers, probablement reconvertis de la tournerie sur bois ou de la lapidairerie à la taille du diamant, ou des sous-traitants qui se chargent de recruter la main-d’œuvre.

Ils sont rapidement suivis par une famille de négociants d’origine locale et des maisons de négoce « étrangères » au district, implantées à Paris, Londres, Birmingham, Amsterdam et Anvers. L’ensemble de ces maisons de négoce fait massivement tailler dans le Haut-Jura des petites pierres issues d’un brut médiocre pour les écouler dans le Birmingham Jewellery Quarter où des dizaines de petites entreprises de joaillerie et des milliers d’ouvriers fabriquent des bijoux bon marché.

En d’autres termes, au sein de l’industrie diamantaire, Saint-Claude et le Haut-Jura occupent, avec d’autres territoires avec lesquels ils sont en concurrence, le créneau du « bas de gamme ». L’activité y dépend assez largement des choix et de l’opportunisme d’une poignée de négociants « étrangers » au district. Elle donne du travail à 200 ou 300 ouvriers dans les années 1880, 800 à 900 à la fin du siècle et environ 1 600 à la veille de la Première Guerre mondiale.

Comment faire face à la compétition internationale ?

Patrons sous-traitants et ouvriers diamantaires jurassiens sont parfaitement conscients de cette situation et de la fragilité de leur insertion dans le monde du diamant. Pour cette raison, nombre d’entre eux multiplient les efforts pour améliorer la qualité du travail et assurer ainsi une « montée en gamme » de la production.

Cependant, au-delà de cette volonté commune de défendre leur activité, les diamantaires jurassiens sont divisés. Les négociants locaux, les patrons sous-traitants et une partie des ouvriers, mus par une forme de patriotisme économique, veulent jouer à plein la carte de la compétitivité. Ils croient en effet posséder les ressources nécessaires pour sortir vainqueurs des jeux de concurrence qui les opposent aux autres centres de production, en particulier Amsterdam et Anvers, et assurer ainsi le succès de l’industrie jurassienne – et plus largement française – du diamant.

La Chambre syndicale des ouvriers diamantaires de Saint-Claude et de sa région, créée en 1884, soutenue par des coopératives de production fondées par certains de ses membres, développe une autre vision. Inspirée par le syndicalisme de métier, elle élabore un projet de régulation de l’activité à l’échelle internationale. Dans celui-ci, elle prévoit que les tarifs ouvriers soient unifiés pour éviter la mise en concurrence de la main-d’œuvre entre les entreprises et les territoires de production. Elle exige par ailleurs l’interdiction ou la limitation de l’apprentissage pour éviter qu’un trop plein de main-d’œuvre ne fasse baisser les salaires ou ne provoque un essor du chômage. Elle demande enfin la réduction du temps de travail.

Pour mettre en œuvre ce projet, la Chambre s’allie avec les organisations ouvrières des autres centres de production. Cette alliance prend la forme de congrès ouvriers internationaux puis de la création d’un syndicat ouvrier international, l’Alliance universelle des ouvriers diamantaires. Fondée en 1905, celle-ci est en grande partie financée par les « riches » syndicats anversois et amstellodamois, ce qui lui permet de salarier plusieurs permanents dont un est chargé de Saint-Claude, du Haut-Jura et du pays de Gex. Sans être en mesure d’imposer totalement sa volonté aux patrons fabricants et au monde du négoce, elle parvient à mettre en œuvre en partie son programme, en particulier à Amsterdam où la syndicalisation est totale.

À Saint-Claude, elle arrive à lutter contre le développement de l’apprentissage, à imposer des hausses du tarif ouvrier lorsque la conjoncture est favorable et à limiter la durée maximale du travail. Dans le Jura, sa force repose non seulement sur la syndicalisation d’une majorité des ouvriers mais aussi sur le soutien des coopératives ouvrières qui font travailler plus de la moitié des ouvriers à la veille de la guerre. Les deux plus importantes, les coopératives Le Diamant et Adamas, sont aussi les deux plus grandes entreprises diamantaires du Jura à partir des années 1900. Or, les coopératives respectent scrupuleusement les décisions syndicales, assurant leur application à la majorité de la main-d’œuvre et de la production et montrant ainsi leur « faisabilité ».

Ce dynamisme n’empêche pas patrons et ouvriers jurassiens opposés au syndicat local et à l’Alliance universelle des ouvriers diamantaires de critiquer vertement leur action. Ils leur reprochent notamment de servir les intérêts des Anversois et Amstellodamois en « gelant » le nombre des ouvriers ou au moins leur répartition par centre de production. À leurs yeux, ce cadre ne permet pas à l’industrie diamantaire jurassienne de se développer et de faire concurrence à ses homologues d’Anvers et d’Amsterdam. C’est pour cette raison qu’ils présentent l’Alliance et son projet de régulation comme le résultat d’un véritable complot hollandais ou belgo-hollandais destiné à empêcher l’essor de la taille du diamant en France.

Le cas de la taille du diamant dans le district industriel de Saint-Claude offre donc un bon exemple de ce qu’a pu être le développement industriel et son incarnation sociale à l’âge de la première mondialisation. À cette époque d’ouverture des frontières aux flux de marchandises et d’investissement, sans aucun obstacle douanier dans le cas du diamant, l’implantation, l’essor et le maintien de l’industrie diamantaire dans le Haut-Jura dépendent largement d’acteurs « étrangers » à ce territoire : les négociants de Paris, Londres, Birmingham ou Amsterdam, mais aussi les syndicats ouvriers amstellodamois et anversois constituant le cœur de l’Alliance universelle des ouvriers diamantaires.

Pour autant, bien conscients d’être un petit maillon dans une chaîne de valeur globale ou, pour le dire autrement, d’occuper une place modeste dans une activité pleinement mondialisée, les Jurassiens ne sont pas des acteurs passifs de leur histoire. Ils cherchent au contraire à défendre leur place dans le monde du diamant tout en étant en désaccord sur la route à emprunter pour atteindre cet objectif.

Crédits images en CC : Creazilla kreatikar, OpenClipart-Vectors, Clker-Free-Vector-Images, fauzan291

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/


Thomas Figarol

Université Toulouse Jean Jaurès, FRAMESPA (thomas.figarol@ac-montpellier.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search