Retrouver l’histoire des élèves en France

Les élèves ont-ils toujours été ce dont chacun d’entre nous a fait l’expérience en tant qu’élève ? Les classes de l’école de Jules Ferry posant sagement devant l’objectif du photographe ne donnent qu’une image fixe de réalités bien plus mouvantes. Retrouver l’histoire des élèves, en faisant le pari de la longue durée, c’est donc d’abord redécouvrir, grâce aux archives, la diversité des élèves, de leurs parcours, de leurs engagements dans l’institution scolaire, ainsi que retracer les inégalités sociales et les différences sexuées.

La parution de deux volumes consacrés à l’Histoire des élèves en France du XVIe au XXe siècle, rassemblant 25 chercheuses et chercheurs autour de 31 contributions, répond à un constat de départ : celui d’une forte méconnaissance de l’histoire des élèves. Cette méconnaissance est paradoxale pour l’histoire de l’éducation, puisque les élèves sont, sans conteste, les acteurs les plus nombreux du système éducatif. Or, si les enseignants et les administrateurs – des recteurs aux inspecteurs en passant par les chefs d’établissement – ont été étudiés par les historiennes et historiens de l’éducation, les élèves restent le plus souvent dans l’ombre.

De nombreux travaux abordent pourtant l’entité générique « élève », souvent sous forme de séries statistiques pour montrer la hausse ou la baisse des effectifs, et donc la bonne ou la mauvaise santé de l’établissement étudié. D’autres travaux consacrent une petite place aux élèves mais comme, le plus souvent, au moyen d’un usage illustratif dans une démonstration plus large pour donner un peu de chair aux récits. Il fallait donc rendre aux élèves toute leur place et remédier à cette forte méconnaissance de leur histoire.


  • Condette, J.-F., Castagnet-Lars, V.(dir.), 2020, Histoire des élèves en France, Villeneuve-d’Ascq. Vol. 1, Parcours scolaires, genre et inégalités, XVIIe-XXe siècles, Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion.

  • Krop, J., Lembré, S. (dir.), 2020, Histoire des élèves en France, Villeneuve-d’Ascq. Vol. 2, Ordres, désordres et engagements, XVIe-XXe siècles, Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion.


Les élèves en sujets d’histoire

Il s’agit cette fois de placer l’élève au cœur des analyses, au plus près des réalités et des ressources archivistiques encore existantes. Cette approche permet de « retrouver l’élève », au-delà des récits de vie trop souvent utilisés et qui sont généralement des reconstitutions littéraires en partie imaginées, des mémoires ou des souvenirs rédigés a posteriori, parfois plusieurs décennies après les faits, dans une étrange dialectique entre mémoire et oubli. Le travail d’archives confirme à l’évidence la possibilité d’écrire cette histoire des élèves, de la maternelle aux dernières années du lycée, pour les garçons comme pour les filles, mais aussi ses difficultés qui sont d’abord liées aux sources conservées.

Il est en effet beaucoup plus aisé d’interroger le regard des enseignants sur les élèves, d’étudier les programmes scolaires prescrits par les textes officiels, de connaître l’organisation administrative et règlementaire de la vie des élèves (emplois du temps, régime des punitions, etc.), que de retrouver des traces émanant des élèves eux-mêmes. On a ainsi beaucoup d’éléments sur « l’élève prescrit » ou imaginé mais moins sur le vécu de ces élèves.

Composées par des adultes – les enseignants, les chefs d’établissement ou les inspecteurs – pour d’autres adultes – leur supérieur hiérarchique ou leurs subordonnés – les documents archivistiques sont souvent réducteurs. Dès lors, c’est grâce à leur croisement et à leur confrontation avec de possibles ego-documents que leur histoire peut s’écrire. Tout en prenant en compte l’histoire de l’enfance et de l’adolescence, à laquelle une histoire des élèves est indissolublement liée, cette dernière doit aussi prêter attention aux termes mobilisés, puisque le mot même d’élève est à manier avec précaution pour la période moderne, et désigne des réalités très différentes.

Contextualiser les parcours scolaires des élèves

Lorsque l’on fait référence aux parcours scolaires des élèves, de nombreuses questions se posent : quelle place peut-on faire au choix personnel et/ou familial dans la détermination du type de scolarité ? Aux décisions personnelles et/ou familiales dans le choix de l’établissement scolaire au sein d’un espace territorial donné et d’un milieu social ou socioprofessionnel déterminé ?

À l’inverse, quelle place doit-on accorder aux déterminismes sociaux, aux héritages socio-économiques, culturels voire idéologiques dans le parcours scolaire des élèves sur la longue durée des XVIIe -XXe siècles ? Quels sont les processus que l’État central ou les décideurs locaux mettent en place pour lutter contre ces déterminismes – on peut penser ici aux bourses, aux réductions de frais ou à la mise en place de la gratuité et de l’obligation scolaire ? C’est la question de la mobilité sociale que nous souhaitons interroger ici et, avec elle, celle de la mesure des libertés individuelles pouvant permettre d’éviter la « reproduction » des hiérarchies sociales et des rôles sociaux, légitimés par l’École. Mais aussi de permettre la mise en place d’une réelle méritocratie scolaire.

Il est également important de s’intéresser aux logiques institutionnelles qui président à l’organisation du système éducatif, aux choix d’ouvrir des écoles et d’en accroître les capacités d’accueil, des choix qui sont effectués par les communautés d’habitants, les pouvoirs locaux et de plus en plus par l’État. Ces logiques institutionnelles sont saisies, refusées, aménagées, détournées par les acteurs éducatifs, au premier rang desquels se trouvent les élèves et leurs familles. La dimension genrée des trajectoires scolaires, de l’offre éducative et des apprentissages des filles et des garçons reste longtemps fondamentale.

Il est tout aussi indispensable de s’intéresser à la trajectoire des élèves en adoptant une approche à la fois sociologique et spatiale. Selon les filières étudiées et les périodes prises en considération, il s’agit dès lors de mieux connaître les caractéristiques sociologiques des élèves ; de voir dans quels milieux sociaux les établissements scolaires analysés recrutent et donc de mesurer le degré d’ouverture sociale ou de fermeture de ces derniers, tout en tentant de dégager des évolutions. Dans le même temps, il apparaît nécessaire de lier ensemble, par des logiques de soutiens étroits et d’entraide, de complémentarité ou de sauvage concurrence, les différents établissements qui existent au sein de l’espace géographique parcouru et parcourable par la famille de l’élève étudié.

La spatialisation des analyses est ici fondamentale, de même que la mise en réseaux des établissements pour bien comprendre les choix ou les non-choix des familles et leurs raisons. Dès lors, il est possible de réduire la focale pour proposer des analyses davantage centrées sur « l’expérience scolaire » des élèves. Cette nouvelle analyse permet également de s’intéresser au vécu de leur trajectoire scolaire et de faire le lien avec les évolutions sociales, politiques ou culturelles plus générales. Il s’agit, cette fois, de laisser plus de place à l’expérience subjective de l’école, les sources utilisées étant davantage marquées par les écrits du for privé, les correspondances familiales, les témoignages ou les enquêtes orales.

Les élèves, acteurs de l’histoire

Il est également nécessaire de s’intéresser à l’engagement et à la place des élèves au regard de l’ordre et du désordre, à l’échelle de l’établissement scolaire comme au-delà. Face à une histoire linéaire des institutions, s’intéresser à celles et ceux qui les fréquentent permet de mettre en évidence l’histoire plurielle d’une institution scolaire. Il s’agit d’aborder en particulier les normes disciplinaires, de souligner la diversité des expériences des élèves selon les établissements et de comprendre les différentes modalités de leur participation à la vie des établissements scolaires, dans et hors les murs.

La prise en compte du bien-être des élèves et le regard porté sur eux en tant qu’enfants, sont décisifs dans un système éducatif qui s’édifie progressivement en se confrontant aux défis de l’apprentissage de la démocratie. Comment former de futurs citoyens si les établissements n’offrent pas l’exemple d’un fonctionnement démocratique ? L’histoire des élèves et des manifestations de leur adhésion ou de leur rejet à l’égard de l’institution scolaire et de ses normes implique de réfléchir sur l’ensemble des usagers de cette institution. Les interventions des élèves dans l’institution scolaire ont des effets sur les représentations et les décisions du personnel d’encadrement et d’enseignement, dans une logique nécessairement interactive.

Aussi l’institutionnalisation de la participation des élèves aux instances organisant la vie des établissements à partir des années 1970 est une étape dans une histoire de longue durée : loin d’être les spectateurs passifs du fonctionnement de l’institution scolaire, les élèves ont, de longue date, participé à la vie et à la conduite de leur établissement ou de leur ancien établissement. Ne s’intéresser à ces participations et engagements des élèves que dans le cadre d’un passé proche empêche bien souvent de comprendre les dynamiques à l’œuvre.

Cela explique également l’importance accordée, parmi les élèves, aux collégiens et aux lycéens – et la place plus faible donnée aux jeunes enfants –, dans la mesure où ces adolescents sont les plus à même d’assumer une participation autonome, réfléchie voire collectivement structurée à la vie de l’établissement et à celle de la cité, et d’en laisser des traces. Le choix de privilégier l’échelle de l’établissement scolaire ou celle du réseau d’établissements envisagé dans un territoire délimité (ville, académie, région) a permis de documenter les différents engagements des élèves et de partir à la recherche de la parole de ceux-ci.

Bien que ces engagements connaissent des paroxysmes à l’occasion d’événements comme Mai 68 qui mobilisent la société dans son ensemble, de nombreux exemples, souvent appuyés sur des approches locales, montrent qu’ils ne s’y réduisent pas. Ainsi, l’approche du système de punitions et de la conflictualité dans les établissements permet de confronter les règles et leur observation ou leur transgression.

Dans les moments de tension, les termes employés pour caractériser l’irruption des élèves traduisent la perception des « révoltes » comme des événements qui perturbent un ordre au nom duquel il n’est pas rare que les élèves revendiquent leur action, considérant qu’une rupture de l’ordre s’est produite. Situation étonnante, mais nullement isolée, qui voit les élèves s’ériger en défenseurs d’un ordre ancien qu’ils jugent menacé, à rebours des idées reçues sur les lycéens facteurs évidents de désordre ou dénués du sens des responsabilités.

Crédits images en CC : Flaticon Freepik, Flat Icon, Iconixar


Jean-François Condette et Stéphane Lembré

Jean-François Condette, Université de Lille (INSPE Lille Hauts-de-France), CREHS UR 4027 (jean-francois.condette@inspe-lille-hdf.fr) et Stéphane Lembré, Université de Lille (INSPE Lille Hauts-de-France), IRHiS UMR 8529 (stephane.lembre@inspe-lille-hdf.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search