Analyser la politique pendant la Révolution

À quand remontent les origines de notre système municipal ? À l’époque médiévale ? À l’époque moderne ? Elles datent essentiellement de la dernière décennie du XVIIIe siècle, période ayant vu l’ouverture du pouvoir communal à un plus grand nombre d’individus et l’apparition de camps politiques rivaux. Dans le cadre de la Révolution, une transformation en profondeur des cultures politiques des Français s’effectue alors, ainsi que l’illustre le cas de la vallée du Rhône de 1750 à 1820.

À la veille de la Révolution, la vallée du Rhône constitue un espace géographique hétérogène s’étendant sur plusieurs provinces françaises – comme le Languedoc, la Provence, le Dauphiné et le Lyonnais – et étrangères, comme Avignon et le Comtat Venaissin. Le dynamisme important des communautés ou des villes situées le long du Rhône rendent cet espace particulièrement intéressant à étudier. Grâce à l’existence d’archives très riches, il permet de saisir la complexité de la période révolutionnaire à travers l’étude des réseaux formés par des individus – ou prosopographie –, l’analyse du fait politique au niveau municipal et la prise en compte des jeux d’échelles.


  • Soulas N., 2020, Révolutionner les cultures politiques. L’exemple de la vallée du Rhône, 1750-1820, Avignon : Éditions universitaires d’Avignon.


Des arènes politiques et locales en mutation

Sous l’Ancien Régime, le profil social des municipalités rhodaniennes varie considérablement d’un lieu à un autre, selon des critères socio-économiques ou démographiques. Dans les pôles administratifs, comme Vienne ou Valence, les juristes sont plus représentés que dans les centres économiques comme Bagnols ou Pont-Saint-Esprit, où les artisans et les commerçants sont beaucoup plus nombreux. Quel que soit le profil administratif du lieu – consulats en Provence, Avignon, Comtat, Languedoc ou échevinages en Dauphiné à partir de 1768 –, le personnel politique local ne se renouvelle guère. La mobilité municipale demeure importante, soit parce que les individus alternent régulièrement à la tête des fonctions clés, soit parce que la réforme Laverdy instaure un ordre d’accès à la magistrature qu’il faut scrupuleusement respecter en Dauphiné. 

À partir de 1790, les révolutionnaires suppriment les critères sociaux dans le recrutement des élus locaux. Leur décision favorise une meilleure représentativité dans les conseils municipaux et élargit le panel d’individus aptes à exercer le pouvoir municipal. Cette décision se traduit notamment par l’entrée précoce de catégories socioprofessionnelles plus humbles, comme les artisans et les boutiquiers, et parfois d’édiles plus jeunes que précédemment. Malgré cela, les municipalités rurales restent dominées, comme sous l’Ancien Régime, par les propriétaires fonciers.

Dès 1791, une nouvelle génération d’édiles s’impose et supplante les administrateurs d’Ancien Régime. Entre 1790 et 1792, les multiples élections amplifient la mobilité municipale. Si ce ne sont presque jamais les mêmes individus qui occupent les fonctions clés, ces dernières restent confiées, comme par le passé, à des hommes puisés au sein d’un cercle restreint d’administrateurs chevronnés promus par la Révolution.

En ville, la Révolution favorise l’essor d’une bourgeoisie d’affaires qui s’impose dès le Directoire. Le monde de l’atelier et de la boutique s’affirme dès 1790 jusqu’au printemps 1795, date marquant une forte instabilité dans la composition socioprofessionnelle des municipalités urbaines. En somme, ce n’est pas la période de la « Terreur » qui constitue la rupture majeure de la décennie révolutionnaire mais le Directoire, au cours duquel les rapports de force établis depuis 1790 se retrouvent complètement bouleversés.

Fermeture des pouvoirs locaux

En conséquence, privilégier une approche prosopographique permet de mettre en évidence le faible nombre de nouveaux acteurs aptes à exercer le pouvoir municipal. En effet, si des individus peu fortunés intègrent davantage les hôtels de villes, les postes clés échoient rarement aux catégories sociales les plus humbles comme les artisans – et ce, même en l’an II. Ces derniers sont massivement rejetés des hôtels de ville de la vallée du Rhône, et les fonctions locales sont confiées à des individus fortunés et âgés.

Les premières décennies du XIXe siècle inaugurent une nouvelle ère qui rappelle en de nombreux points les municipalités d’Ancien Régime. Les catégories sociales déjà présentes sous l’Ancien Régime peuplent les conseils municipaux après 1799, à la différence notable que la noblesse s’impose presque partout à la tête des municipalités.

En suspendant les élections, les gouvernements d’exception de 1793-1795 dérèglent les mécanismes qui départagent les individus dans leur course au pouvoir local et favorisent l’autoreproduction des édiles à partir du Directoire. Il faut attendre la mise en place du système napoléonien pour voir apparaître une nouvelle génération d’édiles, résultant du brassage d’ex-administrateurs avec de nouveaux venus, ne comptant aucun ascendant qui les précèdent à l’hôtel de ville. En définitive, les premières décennies du XIXe siècle ne se soldent pas par un retour à l’Ancien Régime mais créent une situation inédite de fermeture des pouvoirs locaux.

Des cultures politiques en (r)évolution

Le recours à la sociologie politique, conduite à partir du profil des élus et de leurs comportements, montre comment la Révolution façonne de nouvelles identités politiques. L’analyse des différentes élections et des prises de position des élus donne à voir la constitution d’une géographie complexe, fracturant la vallée du Rhône en deux ensembles régionaux aux trajectoires politiques opposées.

Terre d’adhésion massive à la Révolution, la vallée du Rhône septentrionale (de Vienne à Montélimar) s’oriente, dès 1792, vers une voie modérée qui ignore les violences et les conflits politiques, facilitant ainsi tout au long de la période des transitions en douceur et portées par des édiles autant modérés que conformistes. En revanche, la vallée du Rhône méridionale oppose un tout autre profil. La rupture précoce du consensus politique, inhérente à la guerre civile comtadine en 1791, oppose partisans et adversaires de l’annexion à la France tandis que le schisme divise et radicalise les communes autour de la question du serment des ecclésiastiques.

La virulence des antagonismes est telle que chacune des impulsions nationales comme la crise « fédéraliste » de 1793 ou les nombreux coups d’État du Directoire y trouve un écho violent et amplifié. La soif de revanche des différents acteurs interdit toute normalisation de la vie politique jusqu’aux premières années du Consulat et marque durablement les esprits, comme l’illustrent les épisodes guerriers des Cent-Jours et de la « Terreur blanche ».

L’étude des conflits permet d’envisager les pratiques politiques de la décennie révolutionnaire sous un nouvel angle. S’il existe une solide culture politique d’Ancien Régime, possédant sa propre grille de lecture, ses codes et ses gestes, la Révolution change brutalement les règles du jeu. L’entrée en lice de nombreux individus dans le nouvel espace public génère des conflits d’une intensité inégalée.

La Révolution soupoudre les conflits sociaux et familiaux de politique et  donne aux acteurs la possibilité de projeter leurs antagonismes dans un nouveau cadre institutionnel. Elle relance aussi des conflits anciens – élections municipales, refus du curé étranger, défense des pratiques cultuelles, refus du service militaire, combat contre le seigneur, ou passage des militaires. La Révolution offre de nouvelles modalités d’expression à ces conflits et fabrique de nouveaux objets de conflictualité comme la question du serment des ecclésiastiques, la déchristianisation ou le brigandage politique. La situation dans le Sud de la basse vallée du Rhône devient alors explosive.

En générant des conflits d’un nouvel ordre, la Révolution transforme en profondeur les arènes politiques locales. La conflictualité politique sort largement de l’espace de la communauté d’habitants, à laquelle elle est généralement circonscrite au XVIIIe siècle. Elle affecte parfois des espaces géographiques importants, à la faveur d’une très forte circulation des individus – clubistes, militaires ou paysans insurgés.

En créant de nouveaux antagonismes, résultant de positionnements idéologiques en dehors du cadre communautaire, la Révolution favorise la reconfiguration des alliances partisanes et une renégociation des stratégies politiques. Des lors, des individus, alliés sous l’Ancien Régime, peuvent subitement se retrouver dans des camps opposés – l’exemple de la Constitution civile du clergé l’illustre particulièrement.

Enfin, le recours à la micro-analyse montre que l’évolution de la conflictualité va de pair avec les mutations de la culture politique locale. Cette transformation résulte de l’agrégation de pratiques anciennes avec un nouveau répertoire d’actions et un nouveau lexique politique, redéfinissant les rapports à l’espace quotidien ou à l’adversaire.

En définitive, aborder la Révolution à travers le prisme de l’adaptation des individus lui fait perdre son caractère extraordinaire : des pratiques politiques très ordinaires, constituées d’héritages plus ou moins anciens resurgissent dans un contexte qui l’est moins. C’est, du reste, ce qui fait la singularité de la période.

En favorisant l’émergence de camps antagonistes, auxquels se rattachent un plus grand nombre d’acteurs que par le passé, la Révolution pose les jalons d’une nouvelle culture démocratique que les régimes successifs ne parviennent jamais à éradiquer. Les violences postrévolutionnaires illustrent la survivance de pratiques solidement enracinées servant de support d’expression et de contestation à la culture politique révolutionnaire, à une époque où la sphère politique s’est considérablement rétractée. Le bouleversement sans précédent qu’a été la Révolution interdit tout retour en arrière.

Crédits images en CC : Wikimedia Commons Jérôme Blum, Angelus, Joeartcon from the Noun Project, GDJ, creozavr

 


Nicolas Soulas

LARHRA-UMR, CNRS 5190 (nicolas.soulas@ac-aix-marseille.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search