Pourquoi regarde-t-on des vidéos d’acné sur Youtube ?

Connaissez-vous les vidéos de « Pimple Popping », ces vidéos où l’on voit des dermatologues, des esthéticiennes voire de simples profanes éclater des points noirs, des boutons d’acné, des abcès et des kystes ? Elles procurent de multiples émotions, du dégoût, de la répulsion mais aussi du plaisir et de la satisfaction. Pourquoi et comment regarde-t-on ce genre de vidéos ?

L’étude de la culture numérique est aujourd’hui bien établie dans le monde scientifique, qui prend au sérieux son existence, ses pratiques et ses rites. Professeure au département « Media, Culture and Language » de l’Université de Roehampton, Annabelle Mooney étudie trois vidéos de « pimple popping » tirées de chaînes YouTube de dermatologues célèbres, parmi lesquelles la docteure Lee. En s’appuyant théoriquement sur un courant émergeant (les « skin studies ») et la sémiotique, la chercheuse montre que la peau exposée médiatiquement a un statut particulier, qui permet d’en apprécier les manifestations impropres, comme l’attestent les commentaires sous les vidéos qu’elle a analysés.

À l’écran, la peau apparaît d’abord comme une surface, indépendante d’un corps : elle est scrutée, touchée, elle se tend et se détend, elle prend des formes différentes sous l’effet des plans.  Scénarisée, distanciée, elle n’appartient donc à personne : c’est pourquoi nous pouvons la regarder, comme un objet de curiosité.

C’est ensuite une frontière : les vidéos de « pimple popping » situent les boutons, abcès et kyste à une zone liminaire, à la fois dedans et dehors. En les retirant, les dermatologues leur donnent un statut clair ; l’extraction les transforme symboliquement : ils ne sont plus que des déchets, des « aliens » expulsés. Le sujet peut alors retrouver une vie « proprette » ; le spectateur est soulagé.

Enfin, la peau est un texte  : on lui attribue une personnalité, des qualités, des propriétés (les « adolescents acnéiques », etc.). Le geste médical et médiatique participe de ce « storytelling », auquel il propose une résolution, un « happy end ». Ainsi, le plaisir ressenti naît d’un double cadrage (médical, médiatique) qui permet au spectateur de passer par toute une gamme d’émotions, du dégoût, de la répulsion jusqu’à la satisfaction.




Fiche technique

Date de la captation : 1er novembre 2020

Durée : 17:03m

Producteur : Marc Jahjah

Crédits images en CC : FlatIcons Flat icons, Freepik


Marc Jahjah

Université de Nantes, LS2N (marc.jahjah@univ-nantes.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search