Les rapports entre les colons d’Amérique et la métropole

Les Colons contre l’Empire : la formule se veut volontairement forte, un tantinet provocatrice. Mais elle ne signifie pas pour autant la défense d’une affirmation : elle est une interrogation, une façon de questionner la perception des contestations par les autorités et par leurs acteurs même, d’interroger les relations entre les colonies et les métropoles. Il faut se souvenir qu’entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, de nombreuses contestations essaiment dans les établissements anglais et français. Ces mouvements permettent d’interroger les relations entre les colonies et les métropoles, et de comprendre comment les colons peuvent menacer ou fragiliser les empires coloniaux.

Le Nouveau Monde américain franco-anglais nait au XVIIe siècle à côté de celui des puissances ibériques, l’Espagne et le Portugal. À cette période, les Anglais sont installés en Virginie et les Français au Canada. Dans les Caraïbes, l’Angleterre et la France se partagent les Petites Antilles, et les grandes îles espagnoles (Hispaniola, Jamaïque) sont convoitées. Les Français s’installent à la Tortue et sur la côte nord d’Hispaniola, et les Anglais prennent la Jamaïque en 1655.

Les colons qui s’implantent dans ces espaces ne sont pas seulement les instruments d’une politique coloniale qui ne dit pas (encore) son nom. Ils sont des acteurs qui agissent et n’hésitent pas à prendre des initiatives pour satisfaire leurs propres intérêts, défendant leurs prérogatives et exprimant leur mécontentement quand ils se voient menacés. Analyser cette contestation, la remettre dans son contexte, permet d’étudier les rapports contrariés entretenus avec leurs métropoles.


  • Roulet E. (dir.), 2019, Les colons contre l’Empire. Les contestations dans l’Amérique franco-anglaise du XVIIe et du XVIIIe siècle, Düren : Shaker Verlag


La permanence des contestations

Les colons ne sont cependant pas les seuls acteurs de la vie coloniale à s’exprimer parfois avec violence. Les Amérindiens et les esclaves noirs, marginalisés chacun à leur façon dans les espaces américains par les Français et les Anglais, n’ont plus leur destin en main. Ils ont dû pour les uns accepter cette présence encombrante, et pour les autres subir une déportation depuis leurs terres africaines. Leurs actions questionnent alors la capacité des empires à intégrer des éléments culturels différents.

Parfois, les mécontentements s’associent : les Indiens et les esclaves noirs participent aux contestations des colons, leurs demandes rejoignant la cohorte des plaintes. Il en est ainsi notamment lors de la Révolution américaine. Cela étant, d’autres instrumentalisent une partie de la population soumise. Par exemple, les colons blancs des Antilles françaises, et notamment de Saint-Domingue, n’hésitent pas à armer les esclaves quand ils veulent contester les décisions royales.

Ce sont parfois même certains gouverneurs qui sont séditieux. Dans les Petites Antilles, Henry Hawley à la Barbade, et Philippe de Longvilliers de Poincy, à Saint-Christophe, les deux plus anciens établissements des Anglais et des Français, en sont de bons exemples ; sur le continent, Jacob Leisler se rebelle à New York. Leurs figures interpellent, tant il semble que des modèles se propagent et se reproduisent.

Les contestations peuvent aussi s’exprimer à travers une institution locale, ce qui leur donne plus d’ampleur. Dans les colonies nord-américaines anglaises, les assemblées et les jurys jouent un grand rôle : ils rendent légitime une action en s’inscrivant dans la tradition de la Common Law.

Les contestations sont donc permanentes dans les établissements français et anglais d’Amérique du Nord aux XVIIe et XVIIIe siècles. Elles ponctuent l’histoire des colonies européennes et s’inscrivent dans la durée : à la Tortue et à Saint-Domingue par exemple, l’État est contesté tout au long de la période. Mais au-delà des caractères communs, notons que chaque mouvement a une histoire qui s’inscrit dans un contexte particulier né de son environnement.

Les caractères de la contestation aux Amériques

Évidemment, la contestation n’est pas qu’« américaine », en Europe, de la même façon, les mécontents s’expriment de manière plus ou moins spontanée et structurée pour dénoncer les abus, combattre les injustices et réclamer des droits. Les outils mobilisés et les argumentaires sont identiques. D’ailleurs, pourquoi en serait-il autrement aux Amériques ?

Le poids du contexte local est toutefois important dans les contestations des colons. Les conditions de vie aux Amériques sont particulièrement rudes en raison du climat et de la situation sanitaire des établissements ; la menace des Indiens accentue par ailleurs sentiment d’insécurité. Les famines sont fréquentes et la mortalité importante. Où est ce pays de cocagne tant vanté dans les gazettes qui circulent en Europe et que lit le passant ?

Parmi les colons, les engagés, ces hommes qui sont partis aux Amériques pour servir un maitre durant quelques années, apparaissent comme des contestataires. Leur dur labeur et leur insertion parfois difficile dans la société coloniale naissante – quand ils veulent bien s’installer et rester – sont des raisons évidentes de leur mécontentement. Si les sociétés sont mieux établies au XVIIIe siècle, le sentiment de précarité économique et politique persiste, en particulier dans un contexte de tensions entre les nations. Les questions de la fiscalité – jugée trop forte et injuste – génèrent un grand ressentiment envers la métropole. Cette question de la fiscalité demeure une permanence depuis les premiers temps de la colonisation jusqu’à la rébellion des insurgés américains.

D’autres critiques plus profondes existent aussi et concernent l’autonomie des territoires lointains et la liberté du commerce. Les établissements français et anglais en Amérique sont en effet dans la dépendance de leurs métropoles respectives. La remise en cause de l’exclusif par les colons français et anglais s’amplifie au fil des décennies pour constituer le cœur des crises dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Les actes de navigation anglais et la politique des tarifs douaniers en France en sont les manifestations : il faut préserver le marché national des marchands et des produits étrangers.

Il existe pourtant une volonté de commerce libre, notamment régional. La géographie des Antilles à cette époque en fournit un bon exemple : toutes les nations d’Europe y occupent des îles voisines. Dans ce contexte, il est bien tentant pour un marchand français de commercer avec les Anglais de la Barbade. De leur côté, les Hollandais apportent des denrées qui sont recherchées. Et pourquoi ne pas échanger avec les Espagnols qui sont si proches ?

Alors qu’il est interdit, du moins officiellement, de commercer avec les nations voisines, les populations dépendent des marchandises venant d’Europe qui tardent souvent à venir – ce qui compromet leur survie. Si le pouvoir se montre finalement assez compréhensif durant une bonne partie du XVIIe siècle, les exigences sont plus fortes par la suite et provoquent inévitablement des contestations. La création de nouveaux ports francs et l’ouverture du commerce dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle calment – un temps – les revendications. Cela n’interrompt toutefois pas le commerce interlope.

Regards croisés entre l’Europe et l’Amérique

Les deux rives de l’Atlantique sont liées et leur relations multiples ; elles s’inscrivent surtout dans un même espace politique et culturel. Les événements qui se produisent en Europe ou en Amérique ont inévitablement des répercussions des deux côtés de l’Atlantique. C’est ainsi que les révolutions anglaises du XVIIe siècle se prolongent dans la Chesapeake et les Antilles.

Pourtant, les contestations en Amérique sont souvent mal vues par les métropolitains et par les colonies voisines : il y a un décalage et les situations, souvent originales, sont mal comprises. À Londres, le mouvement réformateur britannique s’interroge par exemple sur les révoltes dans les colonies anglaises d’Amérique et les événements qui conduisent à la Déclaration d’Indépendance en 1776 ainsi mal appréciés. La Révolution américaine constitue ainsi une forme d’apothéose des contestations, en ce qu’elle met en lumière tous les ressentiments qui peuvent exister après près de deux siècles de présence aux Amériques.

Cela étant, dans les colonies mêmes, tout le monde ne se sent pas concerné. Les colons canadiens – donc français – qui viennent de passer sous la couronne britannique en 1763, ne se laissent pas bercer par les sirènes de la contestation dans les Treize colonies. Ils ne rejoignent pas les Insurgés car ils n’ont pas oublié les raids menés tout au long du XVIIIe siècle par les colons anglais de Nouvelle-Angleterre sur Québec et Montréal. Pourquoi les rejoindraient-ils dans leur lutte contre le roi d’Angleterre, qui les protège désormais ? Français et Anglais d’Amérique posent à leur façon à travers les différents mouvements de contestation la question de leur participation à un espace politique commun.

On pourrait croire que les États n’entendent tout simplement pas voir ces territoires lointains leur échapper d’une quelconque façon. Ils en reprennent le contrôle, non sans difficulté et avec les armes s’il le faut, quand ceux-ci tentent de leur échapper. Le soutien des colonies à la cause du roi contre celle du Parlement lors des guerres civiles anglaises du XVIIe siècle, conduit ainsi à une reprise en main autoritaire.

Les revendications des colons anglais des Treize colonies d’Amérique du Nord provoquent une vive réaction du pouvoir. Mais il y a plus : ces séditions sont vues comme des remises en cause profondes de l’autorité du roi et de ses représentants ; elles sont perçues comme une menace de l’intérieur, alors que les rivalités entre les puissances – et en particulier entre la France et l’Angleterre – s’affirment et trouvent un nouveau champ d’expression sur les terres d’outre-Atlantique. En déstabilisant des établissements peu assurés, elles portent aussi atteinte à l’intégrité territoriale d’un nouvel espace politique fragile.

Dans ce contexte, les métropoles esquissent un portrait particulier du colon, séditieux dans l’âme, toujours prompt à prendre les armes, d’aucuns diront un éternel insatisfait, voire un ingrat envers la mère patrie. Cette perception erronée, souvent simpliste, peut conduire à la rupture.

La distance – plusieurs milliers de kilomètres – est assurément un facteur et une cause de difficulté dans la gestion des établissements lointains. Mais si elle explique bien des choses, elle ne dit pas tout. Le pouvoir central est certes lointain, mais il dispose d’agents sur place qui sont les relais de son autorité et qui savent faire preuve d’initiative afin de régler rapidement les problèmes – parfois de façon expéditive.

La qualité et la fidélité des hommes de pouvoir établis pour gouverner les terres sont de réels soucis pour les autorités : il faut à la fois des hommes dévoués et fidèles, énergiques et entreprenants. L’équation est difficile à résoudre car le risque est grand de les voir prendre leurs distances et d’entrevoir un avenir personnel distinct du projet politique voulu par la métropole.

Les mouvements de contestation qui affectent les établissements français et anglais d’Amérique aux XVIIe et XVIIIe siècles s’inscrivent finalement dans les réalités et les considérations du temps. Ils connaissent souvent les mêmes raisons qu’en Europe mais sont amplifiés par la distance et le sentiment d’isolement et d’abandon ; la vie coloniale leur offre un terreau fertile pour s’affirmer. Ils interrogent colons, autorités locales et métropole, dans leur capacité de proposition et de dialogue à une époque où les monarques se veulent absolus. Mais n’en doutons pas, si les colons ne sont pas contre l’empire, leurs contestations fragilisent d’une façon ou d’une autre l’espace politique sous l’autorité de la France ou de l’Angleterre. Les Français l’ont bien compris quand ils appuient les insurgés américains qui luttent pour leur indépendance.

Crédits images en CC : Flaticon Freepik, Surang, Iconixar


Éric Roulet

Université Littoral Côte d’Opale, équipe CRHAEL, UR HLLI 4030 (eric.roulet@univ-littoral.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search