L’obsession du mur

Donald Trump, Viktor Orban, Ariel Sharon… tous ont eu recours à leur mur frontalier. Aujourd’hui, l’Union européenne investit massivement dans le contrôle de ses frontières extérieures. Comment expliquer une telle obsession pour la militarisation des frontières à l’époque contemporaine ? Retour sur une analyse et un processus de recherche.

Les dispositifs de contrôle élaborés autour de la « barrière de sécurité » israélienne en Cisjordanie occupée, et de la « barrière frontalière » états-unienne à la frontière mexicaine, sont deux exemples permettant d’illustrer la banalisation des politiques de sécurité frontalières. Au-delà de contrôler des mobilités considérées comme dangereuses, de gérer des situations de violences transfrontalières, le recours à ce qu’on nomme communément « mur », s’inscrit dans le cadre d’un spectacle politique destiné aux citoyens emmurés. En cela, il est joué par des acteurs conservateurs, sécuritaires et xénophobes.

Il est donc nécessaire d’adopter un regard critique sur la construction et le traitement des mobilités et des migrations comme des enjeux de sécurité. Toutefois, il ne faut pas oublier de souligner que le militarisme des sociétés en sort renforcé au détriment des approches humanitaires, juridiques ou économiques.

L’ouvrage L’obsession du mur. Politique de militarisation des frontières en Israël et aux États-Unis questionne les formes et les fonctions de la frontiérisation contemporaine. Il complète ainsi la thèse des murs comme signe du déclin de la souveraineté des États, et étudie le spectacle politique à partir des acteurs mobilisés autour des frontières. Son analyse repose par ailleurs sur la comparaison de processus équivalents de légitimation des murs et est organisée autour d’une enquête qualitative. Suivant une démarche ethnographique d’immersion auprès d’acteurs « pro-mur » dans deux contextes distincts, elle soulève enfin la question du rapport aux enquêtés sur un objet controversé et des terrains marqués par une forte asymétrie.


  • Simonneau D., 2020 L’obsession du mur. Politique de militarisation des frontières en Israël et aux États-Unis, Berne : Peter Lang, coll. « enjeux internationaux ».

Pourquoi le mur ?

Le premier apport de cette recherche est donc d’éclairer l’unilatéralisme des politiques de militarisation des frontières. Il est pour cela nécessaire de préciser et de prolonger la thèse de Wendy Brown : celle-ci défend l’idée du mur comme marquage et réaffirmation du contrôle territorial par l’État, en réponse à un déclin de la souveraineté étatique dans le monde contemporain. Au-delà du contrôle et de la protection, le mur remplit la fonction de spectacle politique destiné aux sociétés emmurées : les acteurs étatiques et ceux avec qui ils travaillent, se mettent en scène avec le territoire muré pour décor. Ils renvoient ainsi à l’image d’un État assiégé mais protecteur qui, à ses marges, contrôle pour se protéger des envahisseurs.

Ensemble, ces acteurs jouent le jeu de la frontière comme ligne d’exclusion. Dans leurs discours et leurs pratiques, ils manipulent des thématiques comme le respect de la souveraineté, la protection d’une identité menacée, la centralité de l’État dans le contrôle, la réassurance face aux conséquences de la mondialisation, etc. en les attribuant à la sécurité frontalière. Le contrôle frontalier est alors censé parler aux représentations des citoyens.

Cette mise en scène s’effectue au sein de controverses et de débats sur les modalités de sécurisation des frontières et sur le rapport à l’étranger : elle n’est donc pas hégémonique. En effet, les études s’intéressant à la thématique frontalière montrent que les effets de ce renforcement frontalier coïncident avec les effets d’allègements voire de suppression des contrôles. Il convient d’aborder la sécurité frontalière en termes de négociations, de coopérations, d’affrontements, et de revendications politiques, donc sous l’angle des processus politiques qui la construisent sans cesse. Une telle perspective va s’intéresser d’une part, à la construction de l’immigration en termes problématiques et sécuritaires par des entrepreneurs politico-moraux, et d’autre part, à la diffusion de récits dans différents arènes parlementaires, juridiques, et médiatiques.

Dans les cas états-uniens et israéliens, les acteurs « pro-mur » catégorisent l’altérité mexicaine et palestinienne comme une menace et une ennemie. Ils mettent en scène une identité défensive. Ils délégitiment ainsi des scénarios de frontiérisation alternatifs portés par d’autres acteurs mettant en avant la coexistence, l’acculturation, l’intégration ou la coopération économique. Ils renforcent ainsi dans leurs sociétés le militarisme, c’est-à-dire la préparation d’une société à un état de guerre – ici une « guerre des frontières ». Leur attitude fait écho à d’autres politiques de sécurité frontalière, comme par exemple aux confins européens ou encore en Australie.

Comment le mur ?

Le second apport de cette recherche est de sociologiser cette mise en scène du contrôle, en élaborant un modèle d’analyse tiré d’une comparaison. La comparaison des répertoires d’actions et des représentations de deux mouvements sociaux en faveur de ce qu’ils nomment « barrière » aboutit à l’identification de processus similaires. La comparaison permet de mettre de côté les différences en termes de contextes géopolitiques, d’intégration économique, de systèmes politiques et de cultures nationales, pour se focaliser sur ce qui est similaire en termes de processus politiques qui légitiment le recours aux murs. Cette démarche comparative permet ainsi d’équilibrer la spécificité des cas et la montée en généralité sur la sécurité frontalière. Il s’agit ainsi d’un modèle applicable au cas des frontières extérieures de l’Union européenne.

Grâce à ce regard comparé, trois opérations menées par ces mouvements sociaux dans leur système politique respectif peuvent être identifiées. Les mobilités dans la zone-frontière sont tout d’abord construites comme problématiques et établis comme enjeux politiques nationaux. Puis, ces problèmes sont recodés en enjeux de sécurité traitables par le déploiement de technologies militaires grâce à la mobilisation d’une expertise militaire et policière. Enfin, la diffusion de ce cadrage pro-barrière passe par une contestation des choix gouvernementaux en matière de défense et d’immigration : elle s’organise autour d’actions médiatisées, de mises en scène de la matérialité des barrières comme symbole de la nécessité de militariser la zone-frontière.

L’analyse de ces opérations repose donc sur un cadre théorique alliant théorie de la sécuritisation et construction des problèmes publics. La sécuritisation est une théorie majeure des études de sécurité qui permet d’étudier la manière dont un enjeu devient un « problème sécuritaire », c’est-à-dire relevant d’une menace existentielle et nécessitant la mise en œuvre de mesures exceptionnelles. L’étude de la sécuritisation passe par une étude de la mise en scène d’un « problème » migratoire, de sa dramatisation et des techniques qui le mettent en forme et l’inscrivent dans l’espace public.


  • Balzacq T., 2018, « Théories de la sécuritisation, 1989-2018 » Études internationales, vol. 49, n°1, 7-24.

Cette analyse envisage sa constitution au fur et à mesure de l’action contestataire entre ces acteurs et l’État, soumise constamment à un jugement public. La sociologie des problèmes publics améliore ainsi l’étude de la sécuritisation. En utilisant les notions de « publicisation » d’affrontement de « cadrage », elles permettent d’affiner le codage des mobilités et des situations frontalières. Dans ce processus, le rôle des experts policiers et militaires, ainsi que le poids des technologies de contrôle est crucial.

Autre apport et afin de prendre de la distance avec les récits étatiques de justification des murs, le modèle proposé est élaboré « par le bas », depuis les acteurs non-étatiques. Une telle perspective se concentre donc sur les processus et les relations entre les différents acteurs pour envisager la militarisation des frontières. L’étude de la sécurité frontalière est donc « processuelle » : elle part des lieux d’interactions entre les acteurs pro-barrière et débouche sur la compréhension du phénomène global de la militarisation des frontières, dans une approche de sociologie politique de l’international. L’étude de ces processus lie donc les enjeux individuels, locaux, nationaux et internationaux.

Comment enquêter sur les acteurs « pro-mur » ?

Étudier les acteurs « pro-mur » nécessite une immersion longue auprès de ces derniers sur les deux terrains. Concrètement, en Israël, il s’agit d’associations et de think-tanks qui se sont multipliés à partir de 2001. Certains se regroupent en une coalition nationale qui tente, en 2003, de faire pression sur le gouvernement Sharon. Cette coalition a coordonné les pressions locales le long de la Ligne verte, auprès des associations, des militaires et d’élus à la Knesset.

En Arizona, ce sont des parlementaires républicains qui, début avril 2010, ont regroupé au sein d’un comité et autour d’une initiative de levée de fonds intitulée « Build the Border Fence », l’ensemble des acteurs favorables à une militarisation accrue des confins de cet État. Leur demande ? Que le gouvernement fédéral renforce les moyens dédiés à la « sécurité frontalière ». La palette des acteurs impliqués est large : parlementaires, shérifs, directeurs d’administrations de l’Arizona, mais aussi associations de ranchers, chambres de commerces frontalières, groupes de miliciens patrouillant le désert et membres de la mouvance Tea Party.

Dans ces deux cas de figure, le travail de terrain repose sur une démarche ethnographique induisant une relation de contact avec les enquêtés et une immersion dans leurs évènements politiques. Les données produites ne reposent pas uniquement sur les entretiens avec eux mais elles sont aussi générées par observation non-participante, par imprégnation, et par la collection de sources écrites (presses, sites internet, rapports, tracts, etc.).

Ce travail d’enquête s’est déroulé dans un contexte asymétrique fort, à califourchon sur le mur, au-dessus d’un antagonisme social, politique et sécuritaire omniprésents. Cela attise nécessairement la subjectivité du chercheur, qui peut se mouvoir plus librement que les populations de chaque côté du mur et qui effectue donc une analyse impactée par ses affinités politiques et militantes. Enquêter auprès des acteurs « pro-mur » nécessite ainsi de tenir compte de leurs arguments, de les écouter, de dé-biaiser le regard qui leur est porté et qui est porté sur les politiques de mur.

Le résultat de cette mise en scène a donc permis de gagner la confiance des enquêtés. Au fur et à mesure des interactions, l’appréhension initiale, parfois l’hostilité ou l’amusement qui caractérisait le début de l’enquête, se perd progressivement. Ce changement de posture est le signe que la démarche ethnographique utilisée est féconde et s’avère efficace une fois la confiance des enquêtés obtenue.

En conséquence, l’image de « difficulté » associée à ces terrains « pro-mur » est à relativiser. « Difficile » ne signifie pas nécessairement « dangereux » : la difficulté de mener l’enquête sur le terrain peut provenir de l’existence de dangers physiques, d’un danger psychologique mais aussi de danger épistémologique, de défi à la neutralité axiologique. Dans cette recherche-ci, la difficulté réside surtout dans des enjeux d’ordre épistémologique, dans la distanciation par rapport aux valeurs, dus au contexte asymétrique dans lequel s’inscrit l’enquête.

Crédits images en CC : Flaticon Eucalyp, wanicon, ultimatearm, Freepik


Damien Simonneau

Collège de France, Institut Convergences Migrations (damien.simonneau@college-de-france.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search