La fin de l’émigration ? Le cas d’un village chinois

Étudier l’émigration chinoise du point de vue d’une région de départ offre un regard nouveau sur les phénomènes migratoires concernant ce pays. Elle permet d’analyser les évolutions du lien entre le lieu de départ dans une Chine en pleine croissance économique et les membres de la diaspora qui cherchent à conserver un lien avec un supposé ancêtre commun.

L’enquête d’anthropologie historique menée à Shenzhen, en Chine, de 2011 à 2017, prend le contre-pied des tendances prédominantes dans le champ des études migratoires. Tout d’abord, elle rend compte de l’émigration depuis la région de départ – une démarche dont l’intérêt a été souligné par des spécialistes tels qu’Abdelmalek Sayad ou Douglas Massey, mais qui n’est que rarement mise en œuvre.

Ensuite, les travaux qui adoptent la perspective de l’émigration portent généralement sur des régions connaissant une forte émigration, et interrogent les facteurs et motivations de ces départs. Cette enquête s’intéresse au contraire à une région qui a été, pendant très longtemps, émettrice de flux migratoires majeurs à l’échelle mondiale, mais où le désir d’émigrer  a diminué – et où le sens donné à l’émigration a changé.

Si les économistes du développement privilégient l’étude des causes de l’émigration, comme par exemple la pauvreté, les démographes s’intéressent de leur côté aux réseaux sociaux qui alimentent les flux migratoires et privilégient certaines destinations. Les anthropologues, attachés à restituer la multidimensionnalité des faits sociaux, étudient quant à eux ces mêmes éléments mais tentent également de restituer les représentations, c’est-à-dire les valeurs et les significations associées au fait de quitter son lieu d’origine, les contraintes sociales et les imaginaires qui entourent l’émigration. En conséquence, cette étude rend compte de l’affaiblissement de la « relation diasporique », c’est-à-dire de l’ensemble des liens de parenté, moraux et économiques des émigrés, dans la Chine de l’ère des réformes et de l’ouverture.


  • Trémon A-C., 2019, Pour la cause de l’ancêtre. Relation diasporique et transformations d’un village globalisé. Shenzhen, Chine, Nanterre : éditions de la Société d’ethnologie, collection « Recherches sur la Haute Asie ».

Le choix d’un des villages d’origine de diaspora chinoise

Le projet qui a été débuté en Chine à l’été 2011 prenait la suite des recherches d’une thèse consacrées à la communauté chinoise de Tahiti, parues sous le titre Chinois en Polynésie française, Migration, métissage, diaspora . Cette communauté s’est formée au tournant des XIXe et XXe siècles dans le contexte de flux migratoires de grande ampleur qui se sont déployés à l’échelle mondiale. A cette époque, des millions de Chinois sont partis travailler et tenter leur fortune dans les colonies européennes de l’Asie-Pacifique et les « pays neufs » (États-Unis, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande). Ces recherches avaient porté sur les facteurs de maintien d’une communauté chinoise séparée au sein de la société polynésienne tout en montrant l’affaiblissement des liens avec les villages d’origine.

En Chine, l’objectif était d’étudier de plus près ces liens, non pas tant du point de vue des émigrés et de leurs descendants que de celui des habitants de ces villages d’origine. Il fallait vérifier si l’affaiblissement des liens constaté à Tahiti s’était produit avec d’autres communautés de la diaspora, les gens de ce même village  ayant migré vers l’Asie du Sud-est, le Pacifique, l’Amérique et plus récemment l’Europe. L’étude se concentre donc sur un des villages d’origine des Chinois de Tahiti, nommé « Fort-les-Pins », traduction adoptée dans un but d’anonymisation.

Le choix de ce village, situé dans la province du Guangdong, en Chine méridionale, s’est imposé en raison de la relation collaborative que j’entretenais depuis mes débuts à Tahiti, avec le généalogiste Alain. En effet, son grand-père paternel, qui avait émigré en 1911, était originaire de « Fort-les-Pins ». Je précise qu’Alain est un pseudonyme qui respecte son premier prénom français ; il porte comme beaucoup d’autres descendants d’immigré à la troisième génération, un second prénom chinois.

Shenzhen et le décollage économique chinois

Afin de comprendre les changements intervenus dans la nature et l’intensité des liens avec la diaspora, il faut les situer au regard de ce qui s’était passé dans ce village au cours des dernières décennies. La première étape est de retracer les mutations qui se sont opérées dans ce village, et plus largement, dans la région. « Fort-les-Pins » est situé dans l’actuelle ville de Shenzhen, qui se trouve dans le delta de la rivière des Perles, au nord de la frontière avec la Région administrative spéciale de Hong Kong. C’est cette région rurale qui a été choisie par les autorités chinoises pour y créer une des quatre premières Zones économiques spéciales (Z.E.S.), en 1980.

Ces Z.E.S., destinées à ouvrir la Chine aux capitaux étrangers et à la convertir au socialisme de marché, sont délibérément localisées dans les principales régions d’origine des migrants, les provinces méridionales et côtières du Guangdong et du Fujian. A une période de fermeture de la Chine entre 1949 et 1979, durant laquelle les contacts avec la diaspora avaient fortement diminués, a succédé une stratégie d’ouverture. Les autorités  ont cherché à mobiliser les réseaux familiaux des habitants de ces provinces avec leurs parents installés à Hong Kong et à l’outre-mer. Il était attendu qu’en encourageant les émigrés et descendants d’émigrés à revenir visiter leurs villages d’origine, les investissements suivraient, et permettraient le décollage économique de la Chine.

Comme plusieurs centaines d’autres villages de la région, « Fort-les-Pins » s’est retrouvé englobé dans la mégapole de Shenzhen, à la croissance fulgurante. Il s’en est suivi la suppression du village de la carte administrative : il est devenu un quartier de Shenzhen. Les gens de « Fort-les-Pins », ont construit sur leurs anciennes terres agricoles des usines assorties de dortoirs, louées à des entreprises multinationales, ainsi que des immeubles d’habitation servant à loger les familles des travailleurs migrants. Leurs revenus immobiliers, collectifs et individuels, ont ainsi fortement augmenté. L’aménagement de la Zone économique spéciale de Shenzhen a fait de l’ensemble des villages comme « Fort-les-Pins » des localités qui ont permis, par leurs efforts et le soutien économique de leurs émigrés, la transformation de la région en cœur manufacturier de l’économie mondiale.

Le rôle du lignage dans le maintien des liens diasporiques

La relation diasporique constitue une relation de parenté tout autant qu’un lien à un territoire ; elle joue un rôle particulièrement fort dans le maintien de liens au-delà des liens de la « parenté proche », entre parents et enfants, frères et sœurs, en raison de l’organisation lignagère, qui entretient des liens de « parenté éloignée ». Le village de « Fort-les-Pins » a jusqu’à récemment été un village quasi mono-lignager, c’est-à-dire, dont presque tous les habitants descendent d’un même ancêtre, dit ancêtre fondateur. Le Parti communiste, après son arrivée au pouvoir en 1949, a cherché à éradiquer l’organisation lignagère en raison de son caractère patriarcal, inégalitaire et conservateur.

Le culte lignager de l’ancêtre a perduré durant la période de prohibition maoïste des activités religieuses – notamment en se délocalisant à Hong Kong, où se sont réfugiés de nombreux villageois de la région. Il a ensuite été « rapatrié » au village au tout début des années 1980. L’organisation lignagère connait depuis un renouveau généralisé mais dans le cas de Shenzhen, elle a repris d’autant plus de vigueur que les collectifs économiques créés sous Mao Zedong s’y sont reconverties en sociétés par actions détenues par les villageois organisés en lignages. Ces lignages fonctionnent donc comme de véritables entreprises, tout en ayant aussi une vocation rituelle et philanthropique. Ils ont ce que les anthropologues appellent une « économie morale ».

Les liens lignagers ont non seulement alimenté l’émigration mais ils ont également joué un rôle très important dans les levées de fonds lancées par les villageois auprès de leurs émigrés – notamment pour la construction et reconstruction des écoles du village. L’ancêtre fondateur est à la fois la cause et l’instrument de la poursuite du « bien public », concept central à la vie de la communauté lignagère et à ses relations avec la diaspora. Si l’on compare les levées de fonds qui se sont échelonnées sur près d’un siècle, on constate la part déclinante, au cours des dernières décennies, des envois d’argent en provenance de l’outre-mer au profit des membres du lignage habitant le village et Shenzhen.

La communauté de « Fort-les-Pins » est à présent plus que prospère et peut désormais se passer entièrement de ces contributions diasporiques. Celles-ci ont cependant joué un rôle déterminant, encore tout récemment, dans la résistance opposée à des plans d’urbanisation et de rationalisation administrative. Deux mobilisations collectives ont ainsi eu lieu pour sauver les restes de l’ancêtre fondateur, menacés d’exhumation, et pour l’école primaire, menacée de fermeture. Le soutien financier de la diaspora a permis de dégager en un temps record la forte somme d’argent nécessaire à ces opérations de sauvegarde, et dans les deux cas, de fournir un alibi aux gens de « Fort-les-Pins » dans leur résistance aux autorités.

La fin de l’émigration

Ces deux mobilisations de la fin des années 1990 ont constitué l’apogée de la relation diasporique ; depuis, il n’y a plus eu de nouvelles levées de fonds auprès des émigrés et descendants d’émigrés. Les habitants de « Fort-les-Pins » et leurs leaders se plaisent à souligner leur indépendance financière vis-à-vis de l’outre-mer. Pourtant, s’ils prennent une sorte de revanche historique sur leurs parents émigrés – dont certains ont fait fortune à l’outre-mer alors qu’ils ont connu la pauvreté jusque dans les années 1980 – ils n’en sont pas moins fiers de l’extension globale de leur lignage. Ceci se reflète dans l’attitude ambivalente des instances officielles chargées de recevoir et d’assurer la liaison avec l’outre-mer. Elles sont tiraillées entre la contrainte juridique de traiter les émigrés et leurs descendants comme des étrangers – ils ont souvent adopté la nationalité de leurs pays d’accueil – et l’obligation morale de leur réserver le bon accueil dû à des parents, fussent-ils éloignés.

À l’initiative du généalogiste Alain, un groupe de polynésiens d’origine chinoise s’est réuni en 2014 pour effectuer un « retour aux sources » à Shenzhen. Ce séjour à leurs côtés m’a amenée à observer les démarches entreprises par ces visiteurs pour retrouver les villages d’origines de leurs parents et grands-parents. Ceux-ci sont difficiles à localiser dans le contexte actuel de l’urbanisation et de la disparition des villages. L’observation des rencontres de ces visiteurs avec les lieux et les habitants de Shenzhen a permis de saisir les liens entre les habitants de Shenzhen et leurs parents de la diaspora, ainsi que leurs limites.

Les réactions des habitants de Shenzhen révèlent la vision qu’ont les Chinois de Chine des Chinois d’outre-mer. L’amélioration des conditions de vie locales – qui relativise le (sous-) développement de la Chine par comparaison au reste du monde – engendre des réévaluations critiques de l’émigration, qui n’apparaît plus souhaitable et cède le pas à des stratégies de mobilité transnationale. Si les gens de « Fort-les-Pins » glorifient l’attachement éternel des émigrés à leurs « racines », et louent leur soutien indéfectible, ils sont fiers de la fin de la dépendance économique envers la diaspora et ont le sentiment que la nouvelle prospérité de Shenzhen et de la Chine a en quelque sorte rétabli un ordre juste. Aussi décrivent-ils les Chinois d’outre-mer et l’émigration comme un passé révolu, et les contrastent-ils avec leur nouvelle modernité.

Crédits images en CC : Flaticon ultimatearm, freepik, Darius Dan

 


Anne-Christine Trémon

Université de Lausanne, ISS LACS (anne-christine.tremon@unil.ch)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search