Comment comprendre les guerres de Religion en France ?

Les années de la fin du règne d’Henri II jusqu’à la fin de la première guerre de religion en mars 1563 voient la rupture religieuse entre catholiques et protestants s’accélérer. L’étude des sources judiciaires permet de suivre la mécanique qui conduit à la constitution de partis antagonistes et à une terrible guerre civile. Dès l’origine, l’épouvantable peine du feu a focalisé l’intérêt des chroniqueurs, des martyrologes protestants puis des historiens. Mais, pour ceux qui échappent au bûcher – et ils sont nombreux – il existe toute une gradation de châtiments. C’est ce que révèlent les archives criminelles du parlement de Paris.

Cette cour rend une justice souveraine non susceptible de recours sauf à en appeler à la justice retenue du roi. Elle rend des arrêts au nom du roi, source de toute justice. Le Parlement représente le roi depuis que le souverain est de moins en moins présent, si bien que cette dernière est conduite à rendre une justice à la fois déléguée et souveraine. C’est pourquoi nous parlons de justice du roi, qui désigne la justice exercée par le parlement de Paris.

Au XVIe siècle, les fonctions judiciaires et législatives ne sont pas distinctes. La législation, pas plus que l’administration, n’est séparable des fonctions judiciaires du roi. Le pouvoir royal a pour mission de faire vivre les hommes en paix, par la justice. Les édits et ordonnances du roi, comme les arrêts des cours souveraines, sont d’abord des mesures de justice. C’est pourquoi, les arrêts rendus par le Parlement sont riches d’enseignements.

À juste titre, la première démarche des historiens a été d’observer de quelle manière les rois Valois avaient réagi à la Réforme protestante ainsi que le fit rigoureusement Denis Crouzet. Mais ce sont les historiens américains qui, les premiers, ont eu l’audace d’exploiter les archives criminelles des parlements afin d’en présenter de riches et précieuses synthèses. Notre défi a été de suivre au quotidien l’activité judiciaire du parlement de Paris, pendant une période de huit années, dans la masse des archives. Il s’est agi de plonger plus profondément au cœur de la machine judiciaire et de suivre son travail concret, au quotidien à partir de ses archives.

Pour reconstituer des procédures étalées sur de longs mois, éparpillées dans des archives différentes, il a fallu établir une base de données unique en son genre pour le XVIe siècle. Issue d’un long travail de dépouillement, d’indexation et de saisie, cette base permet d’avoir un aperçu assez précis de la situation des poursuivis pour « fait de religion » grâce à l’établissement de 1320 fiches, qui concernent 1317 personnes. Le « fait de religion » est l’accusation qui revient la plus fréquemment, davantage utilisée par les hauts magistrats parisiens que celle d’« hérésie ». Cette incrimination générique englobe des qualifications qui sont innombrables et protéiformes. La plus fréquente de ces qualifications touche à la parole, ce qui illustre, une fois de plus, le pouvoir des mots.


  • Daubresse S., 2020, A propos du livre, Conjurer la dissension religieuse : la justice du roi face à la Réforme (1555-1563), Ceyzérieu : Champ Vallon.


Une plongée au cœur de la justice criminelle

Les arrêts criminels pour « fait de religion » présentent deux intérêts. D’une part, ils offrent la possibilité de suivre presque au jour le jour les violences et les affrontements toujours plus intenses entre catholiques et réformés. En cela, ils sont un observatoire privilégié, sorte de caisse de résonance de leur époque. D’autre part, ils sont des révélateurs précieux de la manière de gouverner : en matière de religion, la politique royale tente la solution de l’apaisement mais elle se heurte à l’opposition des sujets, laquelle entraîne l’inapplication des lois et le développement de la violence. Ce constat permet de conclure qu’il est vain de combattre une idée nouvelle avec une arme judiciaire.

Beaucoup d’arrêts du Parlement concernent Paris et l’Ile-de-France. Nous avons également étudié ce qui se passe dans les villes appartenant à l’immense ressort de la cour souveraine, qui s’étend d’Aurillac à Calais, de Lyon à Mayenne et aux Sables d’Olonne, de la Rochelle et Cognac à Langres, à Bar-le-Duc et à Rocroi. Il s’agit donc de la moitié de la superficie du royaume, avec environ huit à neuf millions de justiciables. Les interrogatoires, jetés sur le papier et donc difficiles de lecture, livrent la parole des accusés. Le métier ou le statut social d’un accusé n’est pas systématiquement noté par le greffier, ce qui ne permet pas de faire une analyse sociale complète. Néanmoins, il apparaît que les accusés d’hérésie devant le parlement de Paris sont en grande majorité des artisans et compagnons des corps de métiers, les plus nombreux étant ceux attachés à l’approvisionnement.

L’importance du corpus a contraint à faire le choix d’une étude chronologique courte mais continue. L’enquête débute en 1555, année de la paix d’Augsbourg pour s’achever sur la paix d’Amboise en mars 1563, soit les huit années qui précèdent la première guerre de Religion, et qui l’englobe aussi. Cette enquête distingue trois phases différentes : une politique de répression menée par Henri II jusqu’à sa mort accidentelle en 1559, la recherche de conciliation menée par la régente Catherine de Médicis en 1560 et 1561, puis l’éclatement de la guerre en mars 1562 et ses effets.

Le pardon d’Amboise de mars 1560, tel un barrage qui cède, alimente un espoir immense, insensé chez les protestants. L’année 1561 est une année cruciale marquée par la forte pression des protestants sur le pouvoir. Les incidents se multiplient, dans les rues, les églises, autour des maisons censées abriter des huguenots. L’édit de janvier 1562 tente de mettre un terme aux violences, mais il échoue rapidement à cause du déclenchement des hostilités. En effet, un certain nombre d’officiers royaux sont de moins en moins attentifs à faire respecter la loi du roi, et finissent par basculer dans l’action violente et la sédition au moment de la prise d’armes en avril 1562. Tel est le tableau d’une montée inexorable de la violence, pour s’achever sur les pires excès de la guerre civile.

Cette « micro-histoire », sur huit années, permet d’observer le passé quasiment à la loupe, et révèle à quel point la Réforme a ébranlé le royaume de France. Elle convainc de l’importance du danger que constitue la résurgence de la violence au nom de la religion.

Parcours des accusés

Un procès criminel pour « fait de religion » peut être considéré comme un révélateur particulièrement fiable des réalités et des enjeux essentiels auxquels est confronté un individu à une époque de division religieuse. L’étude de l’activité criminelle du Parlement permet de saisir l’attitude de ces hommes, de ces femmes face à la machine judiciaire et  d’assister, parfois, au basculement de leur destinée. Suivre les interrogatoires est une plongée parfois bouleversante dans des fragments de vie, livrés à l’état brut, sans passer par le filtre du récit ou du discours. Jusqu’où peut-on aller pour défendre ses convictions religieuses ? Face au juge, le choix de l’accusé est-il uniquement entre soumission et martyre ?

Chaque acte, extrait des archives du Parlement, présente un cas particulier qui donne à voir une réalité complexe et passionnante. La minute criminelle est l’acte authentique, qui est signée en main propre par un président du Parlement et le conseiller rapporteur du procès. Derrière les signatures autographes, on imagine la plume, puis la main du haut magistrat qui tient la plume, qui scelle le sort d’un homme ou d’une femme. Que pouvait ressentir le président Christophe de Thou lorsqu’il signa la condamnation du conseiller Anne Du Bourg en décembre 1559 ? Le dégoût, la tristesse, certainement, face à la mort d’un jeune collègue, mais aussi le fatalisme, assurément, car Du Bourg, en faisant profession écrite de foi réformée, avait signé lui-même son arrêt de mort. Ces traces manuscrites font surgir de façon saisissante ces basculements de vie.

Une justice du roi impuissante face au schisme religieux ?

Pour le pouvoir royal, il fut nécessaire d’adapter la généralité de la loi à la complexité de circonstances totalement inédites. Il fallait conjurer une dissension religieuse qui s’aggravait avec le temps, écarter ce danger par différents moyens. La politique de pardon décidée par le pouvoir royal à partir de mars 1560 a été strictement appliquée par le Parlement. Dès lors, la justice ne pouvait qu’être accusée de partialité par les catholiques radicaux qui ne cherchent pas à comprendre l’action du droit, les décisions du juge et qui surtout rejettent le contenu de la paix d’Ambroise.

Face à un mouvement reformé qui n’a cessé de prendre de l’ampleur, les hauts magistrats ont pu ressentir un certain désarroi face au déchaînement des passions et de la violence. Ils ont pu douter de l’efficacité de leur action. Reconnaissons que la politique royale fut par trop fluctuante, soumise à la pression des catholiques zélés ou des jeux politiques. En cette deuxième moitié du XVIe siècle, la justice du roi est affaiblie par un pouvoir dérouté par la montée des troubles et qui a longtemps hésité sur la conduite à adopter. Le légalisme juridique du Parlement pouvait-il apaiser une violence qui exprime l’angoisse religieuse la plus poignante, celle qui touche au salut ? C’est là toute la problématique de cet ouvrage.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon Freepik, Monkik


Sylvie Daubresse

Université Paris Sorbonne, Centre Roland Mousnier (UMR 8596) (Sylvie.daubresse@laposte.net)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search