Comment la presse parle-t-elle de la schizophrénie ?

Comment la presse française parle-t-elle de la santé mentale, cet état qui englobe « la promotion du bien-être, la prévention des troubles mentaux, le traitement et la réadaptation des personnes atteintes de ces troubles » ? Ou pour le dire autrement : quel rôle jouent les médias dans la construction d’un regard social sur ce sujet ? Depuis que le gouvernement en a fait une question présente dans l’espace public, son traitement médiatique et celui des pathologies qui lui sont liées semblent avoir du mal à évoluer. À la suite du lancement par le ministère de la Santé du troisième plan Psychiatrie et Santé mentale (PPSM) en 2018, nous nous sommes interrogées sur la situation actuelle et sa possible évolution – notamment pour la schizophrénie.

Bien souvent, les journalistes font un usage détourné du vocabulaire de la psychiatrie : ils stigmatisent alors les usagers et les services psychiatriques, ce qui est ressenti par les malades et leurs familles. Dans ce cadrage, la schizophrénie apparaît comme une pathologie traitée de manière la plus négative qui soit – alors même qu’elle touche en France plus d’une personne sur 100.

Dans la mesure où les représentations sociales conditionnent pour partie nos relations aux autres, porter son regard sur la presse écrite est intéressant pour percevoir la manière dont la société considère la schizophrénie. Les journalistes donnent-ils la parole aux malades ? Utilisent-ils le terme schizophrénie de manière correcte ? Abordent-ils les conséquences sociales de cette maladie ou participent-ils à la stigmatisation des malades ? Pour y répondre, nous avons réalisé une étude de corpus de presse à partir de deux quotidiens nationaux de référence – Le Figaro et Le Monde –, respectivement les quotidiens nationaux papiers les plus vendus et les plus consultés, et à partir de dépêches de l’Agence France Presse, organisation alimentant en information tous les médias confondus



Le fait divers et l’image du dangereux schizophrène

La schizophrénie est un cas particulièrement éclairant de traitement inapproprié de la santé mentale par les médias. Le mot est en effet utilisé de manière très diverse – et régulièrement dans un sens métaphorique – ce qui a pour effet de porter discrédit aux malades.

Notre analyse met en lumière le recul de l’association classique schizophrénie/faits divers même si l’évocation dans le cadre de faits criminels reste présente : les exemples associant des faits criminels à une personne atteinte de trouble psychique restent donc monnaie courante. Pour autant, cela ne concerne que 5% des cas dans la réalité : l’angle journalistique adopté stigmatise donc les schizophrènes, les entrainant eux-mêmes à s’exclure du tissu social. Notons que l’usage de cette terminologie par l’Agence France presse est différent : 63 % des dépêches utilisant le terme de « schizophrène » concernent directement des faits divers.

Paradoxalement – alors que le terme de schizophrénie apparaît régulièrement dans le vocabulaire des journalistes – cette pathologie reste très mal connue du grand public. Le grand baromètre de la schizophrénie, atteste en 2018 que les idées fausses ou erronées sont légion pour plus de 80% des personnes interrogées. Ils sont autant à considérer ne pas être suffisamment informés sur ce sujet, d’où l’importance que les journalistes peuvent avoir sur cette question. Le choix des mots étant en prise directe avec nos représentations sociales, il devient donc urgent de faire évoluer la situation et d’atténuer les usages non appropriés du terme « schizophrénie ».

Comment dé-stigmatiser la schizophrénie ?

En santé mentale, on considère qu’il y a stigmatisation dès lors qu’« il s’agit d’une attitude générale, de l’ordre du préjudice, induite par la méconnaissance ou l’ignorance d’une situation ou d’un état, et cette méconnaissance ou ignorance va générer des conduites et des comportements de discrimination. Il s’agit ainsi de toute parole ou toute action qui viserait à transformer le diagnostic d’une maladie, par exemple, en une marque négative pour la personne ayant cette affection » (Giordana, 2010 : 8). Dans cette acceptation, la stigmatisation médiatique n’est pas un phénomène actuel : elle est reconnue par les pouvoirs publics, notamment via le deuxième plan PPSM de 2011 qui entend la combattre.

Les médias ont un rôle essentiel dans cette lutte, en veillant notamment à limiter la diffusion d’images négatives sur le sujet ou encore en favorisant le déploiement de campagnes informationnelles. D’autres acteurs publics, tel le Groupement de coopération sanitaire (GCS) Psychom, œuvrent aussi contre celle-ci et en appellent à la modération sur les sites et forums de presse. Surtout – et c’est là un point essentiel –, ces acteurs demandent le développement d’une co-production de l’information afin de favoriser la parole donnée aux malades et ce, dans une logique d’autonomisation de ces derniers.

Du côté des associations et des aidants, l’association Promesses a déployé sur son site la rubrique « À tort et à travers la presse », rubrique relevant les articles faisant un usage inapproprié du terme schizophrénie. Elle entend ainsi sensibiliser les journalistes incriminés en échangeant directement avec eux.

Par ailleurs, la profession elle-même commence à se saisir de la question et tente de faire coïncider déontologie et traitement de la santé mentale. Pour cela, les associations professionnelles de journalistes s’interrogent de plus en plus sur la manière d’aborder les thématiques en lien avec la santé mentale : s’il s’agit de réfléchir sur un type de contenu informationnel, il s’agit aussi de le produire en accord avec l’éthique journalistique promue au travers de La Déclaration des devoirs et droits des journalistes de Munich (1971).

À ce titre, on retiendra l’initiative remarquée de l’association Ajirpsy – l’Association de journalistes pour une information responsable en psychiatrie – à l’origine d’un guide de référence à destination du secteur professionnel : « Médias et psychiatrie mémo à l’usage des journalistes ». Parmi ses diverses préconisations, celle-ci préconise la nécessité de ne pas employer un vocabulaire métaphorique pour parler de la schizophrénie – et plus largement des pathologies relevant du champ de la santé mentale – lorsqu’il s’agit de traiter de faits d’actualité. Pour autant, ces recommandations ont encore du mal à être mises en application par les professionnels de l’information dans la construction de leurs articles.

Un usage métaphorique encore trop souvent utilisé

Dans ces derniers, les termes liés à la schizophrénie apparaissent davantage dans les titres et les sous-titres que dans le texte intégral. Dans près de 6 articles sur 10, le terme désigne autre chose que la pathologie : il qualifie des criminels, nomme des artistes ou caractérise des hommes politique. Cet emploi a été relevé dans les deux quotidiens étudiés. Les termes sont majoritairement utilisés pour évoquer les dérives comportementales du secteur politique.

Le terme « schizophrénique » est ainsi celui qui a le plus d’emploi métaphorique constaté – dans près de 3 articles sur 4. Il est essentiellement employé pour évoquer, outre le champ du politique, celui du monde de l’entreprise ; il peut aussi désigner l’écologie et l’environnement pour permettre aux journalistes de dénoncer l’inaction des gouvernements sur le sujet. Les dépêches de l’Agence France Presse utilisent beaucoup moins ce terme à mauvais escient, eu égard à une écriture informative sans recherche d’effets de style, beaucoup plus proche des faits.

Finalement, il n’y a que dans les rubriques sciences ou santé que l’usage du vocabulaire lié à la schizophrénie se révèle approprié. Pour autant, il convient de garder à l’esprit que ce constat ne s’applique qu’à notre corpus : il n’en est probablement pas de même dans la presse quotidienne régionale dont les titres accrocheurs sont encore souvent sujet à polémique.

En définitive, notre recherche rend compte du maintien d’un usage encore trop métaphorique des mots liés à la schizophrénie dans la presse écrite nationale – notamment pour commenter tout ce qui relève du fait d’actualité. Elle rend aussi compte d’une évolution des thématiques que les journalistes lui associent, délaissant progressivement le fait divers. Sans doute les différentes démarches associatives évoquées et le développement d’un questionnement éthique chez les professionnels n’y sont pas pour rien.

Dès lors, les professionnels de l’information sont invités à traiter les questions de santé mentale comme des sujets de « fonds », notamment pour répondre à leur devoir d’information au public. Le champ d’améliorations possible reste important : le traitement de la pathologie, les relations des malades avec leur famille sont encore trop partiellement abordées ; la place laissée à la parole des aidants est encore trop lacunaire tout comme celle laissée aux témoignages des malades qui est quasi absente dans notre étude. Les difficultés sociales des malades nécessitent par ailleurs d’être développées.

Sur ce dernier point, la question de la stigmatisation sociale n’est encore que trop rarement abordée par les journalistes. Ces derniers doivent se saisir de ces questions pour que leur discours puisse opérer comme élément de démystification de la schizophrénie et de ses malades. Cela va de pair avec l’utilisation d’un langage médiatique plus respectueux des malades et moins axé sur des hyperboles destinées à capter toujours plus de lecteurs et d’internautes. La prise en compte de ces paramètres permettrait la construction d’un miroir social plus positif pour la santé mentale.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon Freepik, Icongeek26


Mylène Costes et Sylvie Laval

Mylène Costes, Université Toulouse Jean Jaurès, LERASS (mylene.costes@univ-tlse2.fr) et Sylvie Laval, Université Toulouse Capitole, IDETCOM (Sylvie.Laval@ut-capitole.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search