Réguler la famille, une affaire publique

Adoption, GPA, PMA… Qu’autoriser ? Qu’interdire ? Comment procéder ? Les familles contemporaines sont au cœur de l’agenda politique depuis de nombreuses années. Familles : nouvelle génération renseigne sur ces sujets d’actualité en observant le quotidien des institutions chargées de la « fabrique des familles ». En traitant de situations souvent commentées mais rarement étudiées, ce livre montre comment les vies privées font l’objet d’interventions multiples. Attentif aux savoirs et aux pratiques des professionnels de la famille, l’ouvrage propose un regard neuf sur des formes douces « d’encadrement » et « d’accompagnement ». Il suggère une analyse du pouvoir attentive aux situations où il s’exerce au nom du bien et du meilleur, pour montrer, au-delà des cas particuliers, comment nos vies se voient régulées par des invites constantes à la normalité.

Qu’ont en commun les propos d’une directrice de l’Aide sociale à l’enfance sur l’attribution des enfants adoptifs, la découverte d’une paternité à l’occasion d’un test ADN requis par l’administration américaine ou le soutien hospitalier des mères en mal d’attachement ? Ces situations révèlent que la famille n’est ni une entité naturelle, ni une affaire privée. Bien au contraire, elle est un enjeu et un problème à administrer – une institution qui fait l’objet d’attentions variées et d’interventions continues, souvent invisibles et oubliées.


  • Roux R., Vozari A-S. (dir.), 2020, Familles : nouvelle génération, Presses Universitaires de France, collection « La vie des idées ».


L’ordre intime

Nombreu·ses·x sont les professionnel·le·s qui encadrent la famille, la régulent, la surveillent, l’aident ou la soutiennent – faisant métier de leurs actions : médecins, assistantes sociales, juges, procureurs, psychologues, conseillers conjugaux, infirmières… Certes, leurs missions, leurs regards et leurs interventions ne s’équivalent pas. L’enquête d’un procureur qui soupçonne des parents d’avoir eu recours à la Gestation Pour Autrui (GPA) n’est similaire ni aux formations de puériculture que toute parturiente reçoit à la maternité, ni à l’action d’un administrateur consulaire exigeant par un test ADN la preuve biologique d’un lien de parenté. Pourtant, si ces actions diffèrent, elles partagent aussi un certain nombre de similarités. Après avoir conduit leur recherche en suivant une méthode ethnographique (c’est-à-dire par immersion de longue durée au sein des institutions étudiées), une équipe de sociologues et d’anthropologues a proposé de les interroger ensemble, pour saisir par la comparaison et la mise en dialogue la manière dont s’administre aujourd’hui la famille.

Ces interventions s’inscrivent dans une temporalité longue, qui fait de la famille une évidence alors que sa définition, une fois soumise à la question, dévoile son arbitraire. En effet, et contrairement au sens commun et aux fantasmes idéologiques qu’elle véhicule, la famille n’est pas – et n’a jamais été – un fait de nature. Elle est davantage le produit d’opérations successives qui, au fil du temps, ont dessiné les contours et les frontières des unités que l’on désigne comme telle et « naturalisé » la perception que l’on en a. Or ce travail nécessite des agents, des projets, des volontés, en un mot des politiques qui consacrent différemment les agencements, distribuent la légitimité relative des configurations et font de l’intime, moins qu’un espace hors du monde, un locus privilégié du pouvoir. Or, si ces politiques ont varié au fil des époques et des préoccupations du moment, elles n’en n’ont pas moins réalisé la famille comme « catégorie » – justifiant en retour de lui porter attention et d’agir à son chevet.


  • Bourdieu P., « À propos de la famille comme catégorie réalisée », Actes de la recherche en sciences sociales, n°100, 1993, 32-36.


Les interventions institutionnelles produisent un ordre singulier

Les différentes enquêtes ont montré que les interventions professionnelles ne pouvaient se limiter à une « police » des familles qui viserait à normaliser les sujets et leurs existences de façon univoque. Certes, cette dimension est réelle, et s’observe. Ainsi, par exemple, accompagner des candidates infertiles à renoncer à leur désir de fécondation in vitro (FIV) est un empêchement qui trouve pour partie sa source dans un souci de « normalité » ; soigner les mères més-aimantes pathologise et corrige tout écart à l’évidence supposée de l’affection maternelle ; écarter les candidats atypiques de l’adoption est un moyen de consacrer et valoriser une définition située de la « bonne » famille… Les interventions institutionnelles sont des actions normalisées et normalisantes qui produisent un ordre singulier, d’autant plus efficace et accepté qu’il n’apparaît jamais comme tel. Aux un·e·s, des fonctions et des attributs ; pour d’autres, des attentes et des exigences ; pour tou·te·s, des places et des comportements déterminés auxquels les écarts sont corrigés.

Pour autant, les actions des professionnel·le·s ne fonctionnent pas nécessairement sur le monde de la coercition ou de l’imposition. De nos jours, la mise en ordre des familles s’effectue en grande partie par un travail sur la psyché – ou, pour le dire autrement, sur « l’intériorité » des individus. Conformément à la loi, on ne refusera pas explicitement un·e candidat·e dont le profil est jugé moins « séduisant » de se présenter à l’adoption ; on l’invitera plutôt à s’interroger avec les accompagnant·e·s sur les besoins de l’enfant et sa capacité à y répondre. De même, on évitera de culpabiliser des mères qui n’aimeraient pas leurs nouveaux-nés ; on cherchera davantage à travailler avec elles à l’émergence du sentiment qu’elles espèrent et dont on est convaincus qu’il est nécessaire à l’épanouissement de chacun. Les exemples pourraient se multiplier. Bien souvent, les relations de pouvoir qui se tissent dans la relation entre sujets et institutions ne sont pas des obligations mais des invitations, formulées aux administré·e·s pour qu’ils et elles deviennent les acteurs de leur propre transformation.

L’encadrement des désirs familiaux

Familles : nouvelle génération propose ainsi d’examiner l’encadrement des désirs familiaux, pour penser conjointement l’expression des volontés individuelles et leur prise en charge institutionnelle. Pour ce faire, les différentes enquêtes se sont concentrées sur les techniques déployées pour inciter les sujets à se transformer. Nous montrons d’abord, et en priorité, comment les personnes accompagnées sont constamment invitées par les professionnels à mettre en mots leurs désirs et leurs pensées. Par la parole et, surtout, par le travail constant de réflexivité auquel elles se soumettent, les usager·e·s sont régulièrement encouragé·e·s à reconsidérer leurs existences. Que veut dire être parent ? Comment penser ma volonté ? Est-elle justifiée ? Quel est le type d’enfant que je recherche ? Ai-je envers lui ou elle des sentiments normaux ? Constamment, les individus s’interrogent (et sont interrogés) ; et les questions qu’on leur adresse et qu’ils s’adressent à eux-mêmes ne sont jamais sans conséquences… Elles produisent, par leur formulation même, une mise en question de l’in-questionné et une mise en problème de ce qui n’en était pas.

Ensuite, nous avons porté une attention particulière au poids des positions sociales dans la formulation de ces invites – et dans la manière d’y répondre. En effet, pour la très grande majorité des professionnel·le·s rencontré·e·s, leurs attentes sont universelles. Ils et elles les vivent comme des réalités disjointes de l’histoire et du social : les incitations à s’interroger sur soi, sur ses compétences, ses envies ou ses capacités se formulent à l’aune d’un corpus de connaissances pensées comme indépendantes des contingences. Pourtant, ces savoirs ont souvent été conceptualisés à partir de positions particulières, dont la spécificité s’est vue effacée par la prétention à l’universalité du discours produit. Les enfants auraient les mêmes besoins quels que soient leurs vécus ; tous les parents devraient ressentir envers leurs enfants les mêmes sentiments – dès lors considérés comme normaux ; toutes les familles, malgré une diversité qu’on pressent, seraient in fine réductibles à la complémentarité d’une mère et d’un père ; etc. Or, ces discours sont formulés à partir de positions sociales similaires, et sont souvent prononcés par des agents partageants un même rapport idéologique à la « vérité » des savoirs psys. En bref, et malgré la pluralité des situations, nous avons observé une forte régularité dans l’origine sociale des attentes « universelles ». À travers elle, nous avons rappelé que les savoirs de la psyché tirent pour partie leur force de leur capacité (octroyée) à faire oublier leurs conditions sociales de production, de diffusion et de réception.

Ethopolitiques contemporaines

Pour qualifier la nature de ces relations de pouvoir où des institutions invitent des sujets à travailler leur propre subjectivité, librement certes, mais toujours dans le sens qu’on leur indique, le sociologue britannique Nikolas Rose a proposé la notion « d’ethopolitique ». Le terme est construit sur le modèle de la biopolitique – le concept que Michel Foucault définit comme exercice du pouvoir sur la vie. Or, en remplaçant bios (la vie) par ethos (la manière d’être d’un individu), Nikolas Rose entendait caractériser une modalité de gouvernement qui se donne pour objet « l’ethos de l’existence humaine – les sentiments, la nature morale ou les principes directeurs des personnes, des groupes et des institutions ».


  • Rose N., 2001, « The Politics of Life Itself », Theory, Culture & Society, n°18, 2001.


Le terme nous est apparu particulièrement heuristique pour comprendre certaines des logiques à l’œuvre sur nos différents terrains d’enquête. En effet, invitées à préciser leurs désirs familiaux, à les raffiner, à les spécifier, à les « verbaliser » et, surtout, à s’interroger constamment sur la manière juste et bonne de les réaliser, les personnes que nous rencontrions vivaient un « accompagnement » qui les encourageait à se transformer pour s’améliorer – non seulement en agissant sur leur ethos (leurs manières d’être), mais aussi en exerçant ces actions de manière éthique (en suivant les nouveaux principes directeurs dont ils étaient désormais convaincus).

L’ouvrage reprend et développe le concept d’ethopolitique, entendu dorénavant davantage comme une « action à portée réflexive se donnant pour objectif premier l’auto-réforme libre et volontaire du sujet, orientée vers un idéal transformé et partagé ». Le recours à l’adoption, les pratiques de gestation pour autrui, les tests de paternité, le soin de la dépression périnatale et le traitement hospitalier des demandes de FIV ont en commun de permettre la réalisation, la confirmation ou la poursuite d’une vie de famille. Or, parce qu’ils touchent à la façon dont les institutions régulent les désirs, leur analyse révèle aussi une nouvelle manière de contrôler les sujets, de les gouverner et de les faire adhérer à leur propre normalisation.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon Freepik, iconixar


Sébastien Roux et Anne-Sophie Vozari

Sébastien Roux, Cnrs, LISST-Cas (sebastien.roux@ehess.fr) et Anne-Sophie Vozari, EHESS, Iris (annesophie.vozari@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search