Professionnalisation et employabilité : deux logiques pour penser l’insertion professionnelle des étudiant.e.s

Dans le contexte spécifique de la formation supérieure, les notions de professionnalisation et d’employabilité se rejoignent autour de l’insertion professionnelle posée comme objectif premier des études universitaires. En une décennie, les établissements sont entrés dans une logique de performance et de performativité des parcours de formation. La tendance à l’individualisation de ces parcours se repère dans les incitations à la proactivité faites aux étudiant.e.s pour acquérir les compétences spécifiques, transversales ou comportementales qui leur seront utiles pour leur futur professionnel. Leur responsabilité se trouve mise en avant dans le choix d’une formation, d’un stage et, ceci expliquant cela, dans le succès de leur insertion professionnelle qui dépend de leur capacité à savoir valoriser leurs compétences. Là encore et plus que jamais, la question de l’équilibre entre l’accompagnement à l’autonomie et la culpabilité de l’échec se pose.

Pour qui s’intéresse à l’insertion professionnelle des diplômé.e.s du supérieur, les notions de professionnalisation et d’employabilité apparaissent de plus en plus centraux. Mais professionnaliser et/ou rendre employable renvoient-ils au même processus de formation en vue d’intégrer le marché du travail ? Les logiques que ces deux processus sous-tendent, constituent-elles une menace pour la transmission de savoirs fondamentaux, un « détournement » de l’éducation par l’économie ? Passer de l’un à l’autre indique-t-il au contraire un changement de paradigme dans la manière de poser la problématique de l’insertion professionnelle ? Les deux termes ont été mis en perspective par sept chercheurs dans une publication collective du réseau Evaluation Formation Emploi soutenu par le CEREQ (Centre d’études et de recherches sur les qualifications) et trois laboratoires de recherches de l’université Toulouse.


  • Béduwé C., Soldano C. et Croity-Belz S. (dir.), 2018, La professionnalisation peut-elle ignorer l’employabilité ? Applications à l’enseignement supérieur et à la formation tout au long de la vie, Échanges du Céreq (n°8).

Former de futur.e.s professionnel.le.s ou rendre employables des diplômé.e.s ?

L’insertion professionnelle des diplômé.e.s. est aujourd’hui un critère important de l’évaluation des formations, mettant en avant le degré de professionnalisation des cursus. Plus une formation prépare les étudiants à l’exercice d’une profession ou d’une activité dans un champ professionnel donné, plus elle est censée leur donner un avantage sur le marché du travail, comme en témoigne le succès des DUT pour ne citer que cet exemple. A partir des années 1990, une nouvelle norme d’accès au marché du travail se diffuse pour soutenir le tournant vers une « économie de la connaissance » et dans une perspective plus libérale de l’accès à l’emploi. A la professionnalisation se superpose une exigence d’employabilité moins orientée vers les métiers et davantage tournée vers l’acquisition de compétences transversales.

La démarche est-elle pour autant suffisante pour garantir l’insertion professionnelle ? On peut en douter. Tout d’abord parce que l’insertion professionnelle des diplômé.e.s dépend, quel que soit leur cursus, de toutes les expériences vécues lors du processus de formation (travail salarié en cours d’études, engagement associatif, stages, séjour à l’étranger, etc.) soit une combinaison singulière de compétences. Ensuite, parce que l’insertion professionnelle est inhérente au fonctionnement du marché du travail, aux préférences des diplômé.e.s et des employeurs ainsi qu’aux politiques de l’emploi. Enfin parce que les représentations que s’en font les étudiant.e.s et leur stratégie d’anticipation pour entrer dans la vie active dépendent du cursus suivi.

Plus la formation est professionnalisée, plus les deux notions se recoupent dans la mesure où l’employabilité est restreinte à un champ d’activités prédéfinies. A l’inverse, dans le cadre d’une formation plus académique, la professionnalisation est davantage perçue comme une préparation en vue de trouver un emploi, « une employabilité d’accès » pour éviter chômage et précarité.

Ainsi, former de futur.e.s professionnel.le.s ou amener des diplômé.e.s à développer leur employabilité dépendent des cursus et ne procèdent pas d’une logique toujours identique. En d’autres termes, ni la professionnalisation ni l’employabilité ne garantissent l’insertion professionnelle. Les tensions entre la mise en œuvre des référentiels de formation et des référentiels de métiers s’accompagnent d’une transformation du sens et des finalités de l’activité professionnelle voire d’une crise des identités professionnelles que les étudiant.e.s doivent anticiper. 

Plus qu’un simple élargissement des compétences, une logique d’adaptation

Que ce soit dans le cadre des formations initiales ou des formations en cours d’emploi, les deux notions entretiennent des rapports complexes. Le glissement d’un objectif à l’autre a pour conséquence de lisser les frontières des professions en déportant l’attention sur l’emploi. Cette évolution répond aux nouveaux modes de management des organisations par les compétences et le développement d’une vision gestionnaire et standardisée des emplois.

Ainsi, pour les salarié.e.s, professionnalisation et employabilité peuvent relever d’une logique similaire d’ajustement au marché du travail. Cet ajustement est censé accroître la flexibilité et la sécurisation des parcours des salarié.e.s et des organisations du travail par le développement de compétences transversales et transférables visant l’efficacité professionnelle durable. Mais les formes de reconnaissance diffèrent : là où la professionnalisation met en avant la spécificité des qualifications, de compétences techniques et professionnelles et d’une expertise reconnue, l’employabilité insiste sur le développement de méta-compétences (connaissance de soi, pragmatisme et adaptabilité) nécessaires pour s’adapter aux changements professionnels à venir. Il en va de même concernant les finalités d’une démarche de formation en cours d’emploi.

Professionnaliser contribue ainsi à la construction des identités professionnelles et des collectifs de métier. L’objectif d’employabilité est lui davantage tourné vers le développement, tout aussi important mais plus instrumental, de capacités individuelles d’adaptation aux évolutions professionnelles et organisationnelle.

L’usage de plus en plus répandu de l’employabilité marque-t-il la fin de la professionnalisation ? Non, certainement pas. L’acquisition et le renforcement de compétences disciplinaires (ou spécifiques à un champ professionnel) restent des éléments clés pour accéder à un emploi de bonne qualité et, qui plus est, dans le champ professionnel visé. La recherche d’employabilité n’efface pas la pertinence de la professionnalisation. Ce qui pose la question des inégalités d’accès, scolaires et sociales, aux filières supérieures les plus professionnalisées et souvent sélectives, celles qui permettent de cumuler compétences spécifiques et compétences transversales, professionnalisation et employabilité.

Professionnalisation vs employabilité : une même finalité d’insertion professionnelle

D’un point de vue interdisciplinaire, les deux notions sont finalement plus complémentaires que substituables. Cela oblige cependant à s’interroger sur la manière dont évoluent l’analyse et l’évaluation des relations entre formations et emplois. Les finalités d’employabilité marquent-elles une rupture dans les finalités de l’enseignement supérieur ? Fondamentalement, l’usage de la notion d’employabilité est dans la continuité d’une transformation plus radicale qui a été celle de la professionnalisation des savoirs à l’université. Si la formation de professionnel.le.s existe depuis longtemps (droit, médecine, ingénierie), elle s’est étendue aux savoirs académiques par la création de filières professionnelles à tous les niveaux (DUT, Licence pro, Master …) puis par la généralisation des stages ou des modules d’accompagnement au projet professionnel. Ce changement a été imposé par le passage à un enseignement supérieur de masse qui conduit les acteurs à se préoccuper toujours davantage de l’insertion professionnelle des diplômé.e.s. C’est l’introduction de la professionnalisation comme mission de l’université qui a changé la conception de l’insertion professionnelle.

Aujourd’hui, la professionnalisation repose toujours et assez fondamentalement sur une spécialisation des savoirs disciplinaires. Dans le contexte actuel, la formalisation de compétences transversales ou génériques s’inscrit dans une évolution du marché de l’emploi qui n’enlève rien à cette manière de former les étudiant.e.s. Sans doute que l’évolution des futures maquettes de diplômes vers l’affichage de blocs de compétences, comme le développement des formations à l’entrepreneuriat, peuvent être interprétées comme des formes d’adaptation des établissements universitaires à l’émergence de nouvelles formes d’emploi et/ou la nécessité de développer l’innovation. Mais ces évolutions ne nous semblent pas suffisantes pour parler d’un changement de paradigme à ce niveau.

Au niveau sociétal, le glissement de la professionnalisation vers l’employabilité est un révélateur des transformations sociales et économiques contemporaines. La nécessité impérative d’acquérir des compétences transversales nourrit une nouvelle représentation du travail et transforme les identités professionnelles. La recherche d’employabilité déplace la responsabilité sociale de l’accès à l’emploi des institutions vers les individus. La logique d’individualisation des parcours qui en découle se trouve grandement facilitée par l’introduction de nouveaux modèles de management des organisations et des carrières, mais aussi par l’aspiration de certain.e.s salarié.e.s à mieux articuler vie personnelle et vie professionnelle.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon Freepik, Icongeek26


Catherine Béduwé, Sandrine Croity-Belz et Catherine Soldano

Catherine Béduwé, Université Toulouse 1 Capitole, TSM Research, UMR CNRS 5303 (beduwe@ut-capitole.fr); Sandrine Croity-Belz, Université Toulouse Jean Jaurès, Laboratoire LPS-DT (scroity@univ-tlse2.fr) et Catherine Soldano, CERTOP, Université Toulouse Jean Jaurès, UMR CNRS 5044 (soldano@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search