Comment penser la délinquance juvénile à l’aide de l’histoire ?

Alors que le nouveau Code de la justice pénale des mineurs doit entrer en vigueur cette année en France, un livre revient sur l’histoire des tribunaux pour enfants et leur origine états-unienne. Le droit chemin fait entendre la parole des jeunes délinquants, éclaire leurs parcours et interroge les modes de contrôle de la justice contemporaine.

Au fur et à mesure du XIXe siècle, le « social » brouille de plus en plus en Occident la frontière classique entre domaine public et domaine privé, facilitant l’intervention de l’État et des œuvres philanthropiques dans les familles. Le désir persistant d’humaniser les peines, combiné à l’essor des sciences de l’homme et à la découverte de l’adolescence comme âge intermédiaire de la vie, encourage également la mise en place de nouvelles formes de traitement de la délinquance juvénile en dehors du système pénal habituel. L’invention en 1899, à Chicago, du premier tribunal pour enfants (juvenile court) vient à point nommé apporter une réponse pratique aux préoccupations des « sauveurs d’enfants », désireux d’améliorer le sort des plus démunis qui apparaissent aussi comme les plus « dangereux ».

« La miséricorde ne se commande pas, Elle tombe comme la douce pluie du ciel ». Cette citation de William Shakespeare sert encore dans les années 1950 de devise au Tribunal pour enfants de Boston. À la fonction traditionnellement répressive du droit, elle tend à substituer une fonction idéologique sous l’expression de l’amour et non de la force. Le modèle américain de la juvenile court va connaître un succès mondial. Que cachent le progressisme des juvenile courts et le « néohumanisme judiciaire » vanté après l’ordonnance du 2 février 1945, qui constitue le véritable acte de naissance des tribunaux pour enfants en France ? Que signifie le succès rapide de ces juridictions spécialisées aux États-Unis, en Europe puis dans le monde ?


  • Périssol G., 2020, Le droit chemin : jeunes délinquants en France et aux États-Unis au milieu du XXe siècle, Paris : Presses universitaires de France.

Déconstruire la délinquance juvénile

L’ouvrage Le droit chemin propose de répondre à ces questions en retournant au pays d’origine des tribunaux pour enfants et en comparant la France et les États-Unis, tous deux influencés par de nombreux échanges transatlantiques d’idées et de pratiques. Par l’entremise de l’histoire, Le droit chemin permet de mieux comprendre la justice des mineurs, le phénomène de la délinquance juvénile et les logiques de protection de l’enfance. La période qui suit la Seconde Guerre mondiale est particulièrement propice à l’analyse, puisque se posent alors de manière aiguë des questions sur l’autorité et l’éducation dans un contexte de paniques internationales autour de la délinquance juvénile.

Cette étude s’inscrit dans un champ interdisciplinaire innovant, au croisement de l’histoire de la jeunesse, de l’histoire de l’éducation et de l’histoire de la justice. Tout à la fois qualitative et quantitative, elle s’appuie sur des archives inédites, comme les dossiers des tribunaux pour enfants de Boston et de la Seine, à Paris. Ces dossiers sont riches d’enquêtes sociales ou policières, d’examens et d’évaluations jugés nécessaires à la connaissance du mineur pour pouvoir le rééduquer. Ils recèlent même des éléments de première main : correspondances privées, poèmes, dessins… En tout, près de quatre cents dossiers ont fait l’objet d’une analyse approfondie, doublée le plus souvent par le relevé d’informations à des fins de production statistique.

Revues spécialisées, actes de congrès, recherches et enquêtes gouvernementales ont été également étudiés pour parvenir à cerner, selon différents points de vue et à différentes échelles, les dispositifs de régulation de la déviance et les individus qui en sont les acteurs et les objets. Dans un monde envahi par les flux croissants de communication, sinon par le « spectacle » (Guy Debord), les productions des médias de masse sont aussi incontournables que les sources institutionnelles pour saisir la délinquance juvénile dans sa complexité.

La fureur de vivre de Nicholas Ray ou Les tricheurs de Marcel Carné, deux films sortis respectivement en 1955 et en 1958, s’insèrent dans un dispositif où les reflets de la réalité finissent quelquefois par devenir la réalité. Romans, poèmes et chansons ont été pareillement mobilisés pour rendre compte des imaginaires qui se nouent au réel et pour reconstituer les morceaux d’histoire culturelle indispensables à la compréhension de l’histoire sociale de la jeunesse.

De Paris à Boston : là où l’historien flaire la chair humaine…

Pénétrons en observateur avisé dans les palais de justice de Paris et de Boston, dans les postes de police, les services sociaux, les institutions de rééducation, les cliniques et les hôpitaux psychiatriques. Suivons l’assistante sociale ou l’agent de probation dans les visites aux familles, qui ouvrent plus ou moins volontiers leurs portes, et écoutons d’une oreille attentive ce qu’expriment les jeunes et leur entourage, ainsi que les explications et les solutions avancées par les professionnels et les experts. N’hésitons pas à faire un détour par les studios d’Hollywood et les salles de presse qui fabriquent l’information, participant à créer ce qu’ils prétendent décrire.

Voyageons également dans le temps, en-deçà et au-delà des années 1940 et 1950, pour que le problème posé s’approfondisse dans l’épaisseur des ans. Tentons ainsi de comprendre les dispositifs de pouvoir que recouvre la délinquance des mineurs. En compagnie d’autres disciplines comme la sociologie ou la philosophie, suivons les pérégrinations de ces jeunes et la trace du droit chemin qu’ils sont invités ou exhortés à emprunter.

S’enchaînant des premiers éléments de l’enquête à la décision du juge, plusieurs questions organisent la réflexion. Comment fonctionnent et évoluent la connaissance du jeune et la recherche des explications de ses actes autour desquelles se querellent régulièrement les experts, de l’assistante sociale au psychologue ou au psychiatre ? À partir des oppositions structurantes mettant en jeu la classe, le genre et l’âge, comment s’articulent jeunesse populaire et jeunesse délinquante dans le contexte spécifique de l’après-guerre ?

Alors que la probation, qui consiste à maintenir le jeune dans sa famille sous le contrôle d’un agent, devient la principale mesure de rééducation, peut-on encore parler de modèle disciplinaire ? Et que reste-t-il a fortiori de la société disciplinaire qu’évoquait Michel Foucault dans Surveiller et punir lorsqu’il proposait la prison comme modèle analogique des milieux clos enserrant l’homme moderne (école, caserne, usine, etc.) ?

Perspectives sur les logiques de contrôle

En analysant les dossiers de mineurs dans leur globalité et leur unité, on peut décrypter les jugements rendus et les suivis mis en œuvre, tout en réfléchissant au déclin relatif du modèle carcéral. L’invention d’un système probationnaire, gérant de plus en plus de délinquants, semble signer le passage des sociétés disciplinaires aux sociétés de contrôle envisagées par Gilles Deleuze dans son « Post-scriptum sur les sociétés de contrôle » de 1990.

Constatant le déclin d’un certain art de punir traditionnel, Le droit chemin fait donc l’hypothèse d’un nouveau mode de gestion des déviances. Il défend l’idée que l’univers probationnaire constitue désormais l’univers ordinaire des acteurs de la justice et tend même à devenir l’univers commun à tous. Ne vit-on pas dans un monde où la communication et le relationnel s’échangent dans des flux ininterrompus que ni l’espace privé, ni les traditionnelles frontières institutionnelles, sont en mesure de retenir ? Ce jeu des interactions dans la vie réelle ou virtuelle, comme sur internet, n’est-il pas devenu l’enjeu principal du contrôle ?

Le contrôle s’est ainsi diffusé dans les institutions disciplinaires déclinantes et au-delà. Il est spatialement représentable comme un réseau multiréférentiel. L’information, c’est-à-dire « le système contrôlé des mots d’ordre » pour reprendre Gilles Deleuze, y circule en continu. La persuasion et l’échange l’emportent sur le principe d’autorité, la flexibilité et l’auto-organisation sur les hiérarchies rigides. L’agent de probation, « votre ami et votre surveillant », est l’incarnation la plus parfaite de ce contrôle. Insistant sur l’idée que « c’est vraiment à vous de vous prendre en charge », il n’indique plus précisément le chemin à suivre dans la « relation d’aide » qu’il installe. Tolérant certains écarts, il accepte que ce chemin ondoie sans suivre une ligne droite.

Intérêt de l’histoire comparée et internationale

Les tribunaux pour enfants ont permis l’expérimentation de ce nouveau mode d’exercice du pouvoir, qui domine progressivement à partir du XXe siècle les sociétés occidentales, et précocement la société américaine. Que ces sociétés soient devenues des sociétés de contrôle ne signifie évidemment en aucune manière qu’elles soient sous contrôle, le désordre et les résistances de toutes sortes réduisant la portée des dispositifs, eux-mêmes incomplets et inachevés, où subsiste encore le souvenir des techniques et méthodes disciplinaires.

Alors que surgit, au milieu du XXe siècle, une vague internationale de paniques autour de la délinquance juvénile, censée monstrueusement croître, l’analyse des statistiques atteste surtout d’un phénomène inédit de baby-boom, associé à un développement économique sans commune mesure. La croissance de l’après-guerre favorise la commission d’infractions liées à une civilisation urbaine et automobile, par ailleurs bien plus investie par la police et la justice que les civilisations rurales traditionnelles.

Les juridictions pour mineurs révèlent comment les appareils d’État ont répondu, en lien avec des initiatives privées et en s’étayant sur les familles, à des peurs collectives se nourrissant d’une société du spectacle en expansion. Sur la scène mondiale s’impose alors une jeunesse de plus en plus nombreuse et homogénéisée sur laquelle les adultes projettent leurs propres inquiétudes, ainsi que leur difficulté, voire leur culpabilité, à ne plus savoir comment accueillir ces nouveaux venus dans le monde, refusant parfois même de les accueillir.

L’histoire des tribunaux pour enfants amène donc à réfléchir aux notions de justice, d’éducation, de pouvoir et de liberté. Parent pauvre dans les travaux historiques en raison des difficultés matérielles, méthodologiques et linguistiques qu’elle soulève, la comparaison internationale s’impose s’agissant d’une institution, comme la juvenile court, qui a très tôt traversé les frontières de son pays natal. Elle permet de découvrir ce que le spécialiste d’un seul pays peut avoir du mal à percevoir, comme ici les modes d’exercice du pouvoir sous-jacents au phénomène de la délinquance juvénile. La comparaison franco-américaine menée dans Le droit chemin participe ainsi à faire émerger les structures élémentaires d’un mode de contrôle en voie de consolidation dans les sociétés contemporaines, appelant à poursuivre de nouvelles investigations.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon Freepik


Guillaume Périssol

Guillaume Périssol, École nationale de protection judiciaire de la jeunesse, CESDIP (guillaume.perissol@justice.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search