Le réseau provincial de la recherche, une excellence sous-estimée ?

Depuis 2010, en France, les politiques relatives à l’enseignement supérieur se concentrent sur les villes qui réunissent de grandes masses de chercheurs. Les « petites » villes se retrouvent dans une situation paradoxale parce qu’elles font à la fois l’expérience d’une croissance importante de leurs effectifs d’étudiants et de chercheurs et celle de politiques qui tendent à les cantonner à une position subalterne d’intérêt purement local. L’analyse des publications scientifiques montre qu’en réalité, leur contribution à la science mondiale ne cesse de s’accroître et que leurs chercheurs sont de plus en plus engagés dans des collaborations internationales.

Depuis 1990, les gouvernements de tous les pays occidentaux ont mis en place des politiques d’excellence qui impliquent qu’un nombre limité de chercheurs et de secteurs, considérés comme excellents, bénéficient de financements exclusifs ou majorés. En France, des politiques d’excellence de la recherche ont été mises en œuvre à partir de 2010 avec les PIA (Plans d’Investissement d’Avenir) successifs.


  • Milard B., Grossetti M., 2019, « Excellence everywhere? Regional development of French scientific output and visibility », Regional Studies, vol.53, n°10.

Des politiques qui délaissent les sites scientifiques secondaires

Dans les décennies précédentes, les gouvernements avaient mis en place des politiques plutôt orientées vers le rééquilibrage territorial de la recherche. L’idée était de soutenir le développement de l’enseignement et de la recherche sur l’ensemble du territoire. Cette action visait à réduire l’inégalité entre les territoires en matière de recherche. La recherche telle que pensée à partir de 2010 s’éloigne au contraire de cette idée puisqu’elle se fonde sur l’idée d’une concurrence entre les territoires en valorisant financièrement ceux qui sont considérés comme les plus « productifs », en vue d’une visibilité internationale.

Les récentes politiques de l’État français orientent ainsi la recherche vers une conception de l’excellence susceptible d’être valorisée internationalement. Ces politiques conduites à partir de 2010 ont pour conséquence de délaisser les petits et moyens sites scientifiques. Elles visent à renforcer la recherche dans les grandes villes au détriment des plus petites en ignorant l’existence des dynamiques locales de ces dernières. Les petits sites sont notamment invités depuis la seconde moitié des années 2000 à se fondre dans de grandes fédérations d’établissements.

Cette logique est apparue avec la loi d’orientation de programme et de recherche mise en application par le gouvernement Villepin le 18 avril 2006, créant des Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES), puis a évolué le 22 juillet 2013 avec l’apparition des Communautés d’Universités et Établissements (COMUE) introduites par Geneviève Fioraso dans la loi relative à l’enseignement supérieur et à la recherche. Or les petits sites ont beaucoup moins de chance de « peser » dans les négociations de ces coordinations que les grands centres.

La géolocalisation de l’activité scientifique comme révélateur

Toutefois, doit-on considérer qu’avant 2010 les sites petits et moyens étaient peu productifs et invisibles à l’international ? Pour répondre à cette question, des chercheurs toulousains ont effectué une analyse des publications scientifiques dans le domaine de la chimie. Pour ces chercheurs, la chimie revêt un intérêt particulier. En effet, elle est bien implantée dans les provinces car elle est en relation avec les industries locales. C’est une discipline qui occupe une position « moyenne » dans le secteur de la recherche (ce n’est ni une discipline phare, ni une discipline dévalorisée). La chimie présente un grand panel de sous-disciplines allant de la « nano-chimie » à la « chimie verte » et s’étend donc sur un vaste domaine scientifique allant des micro-systèmes aux macro-systèmes. Leurs analyses sur la production scientifique et sa visibilité sont très différentes des considérations qui fondent les politiques conduites dans la période récente.

La production scientifique d’une discipline peut être approchée à partir des publications scientifiques. Dans cette recherche, la production scientifique des différents territoires français en chimie a été comptabilisée à partir des articles de recherche parus dans des revues scientifiques de différents domaines de la chimie et recensés par des bases de données internationales. Les publications prises en compte sont celles indiquant au moins une adresse d’un laboratoire de recherche en France. Les publications et les citations obtenues, comptabilisées par tranches de cinq ans depuis 1985, peuvent ainsi être attribués à une région, un département, une ville. Il est alors possible d’observer les effets particuliers de la hiérarchie spatiale entre les villes : grandes villes régionales, villes régionales secondaires, petites villes universitaires.

Il y a une vie scientifique en dehors des grandes villes

L’évolution des publications scientifiques produites entre 1985 et 2010 montre qu’au niveau national, l’activité scientifique ne se cantonne pas aux grandes villes françaises et que les inégalités spatiales de la recherche sont de moins en moins marquées. Les villes provinciales contribuent de plus en plus à la recherche, tant en termes de production que de visibilité scientifique. En plus des grandes villes, une cinquantaine de villes petites et moyennes sont activement impliquées dans la production nationale scientifique en chimie.

L’analyse de la répartition des contributions scientifiques pour les années 1985 à 2010 montre une régression de la part des contributions issues de Paris et sa zone urbaine, qui passent de 38% environ à 25%. On observe en revanche une croissance de la part des grandes villes scientifiques régionales, passant de 45% à près de 50%. Par ailleurs, le nombre moyen de citations, donc la visibilité, des recherches effectuées dans les grandes villes régionales scientifiques passe au-dessus de la moyenne nationale en 1995 et rejoint alors, dès cette date et jusqu’en 2010, le nombre moyen de citations des recherches effectuées dans Paris et sa zone urbaine. De plus, si le nombre de citations des recherches effectuées dans les villes secondaires reste en dessous de la moyenne nationale, on note toutefois une augmentation constante de celui-ci depuis 1995.

De 1985 à 2010, la science produite dans les sites petits et moyens est non seulement en développement constant, mais sa visibilité internationale ne fait également qu’augmenter. Même les villes qui affichaient auparavant globalement peu de coopérations internationales accroissent, à partir de 1985, leur nombre de publications en coopération internationale. En 2010, les pourcentages de publications impliquant des co-auteurs d’autres pays atteignaient 37% pour les petites villes provinciales et 52% pour les grandes villes régionales. La politique de rééquilibrage géographique de la recherche menée entre 1985 et 2010 n’a donc pas entraîné une détérioration de la qualité de la recherche. Ces résultats valent tout autant pour la douzaine de grandes villes régionales que pour la quarantaine de petites villes provinciales qui contribuent significativement à la production scientifique en chimie.

Recruter plus de chercheurs est le levier décisif

Les nombres de publications et de citations scientifiques d’une ville sont souvent pris pour base de l’évaluation des niveaux de qualité ou d’excellence du site scientifique. Or, ces indicateurs sont directement liés à la quantité de chercheurs présents dans cette ville. Plus le nombre de chercheurs est élevé, plus le nombre de publications et citations augmente. Entre 1985 et 2010, les recrutements d’enseignants-chercheurs et de chercheurs ont eu une répercussion majeure sur la dynamique spatiale de la recherche dans les villes moyennes et petites en France. Une politique publique de la recherche cherchant à maximiser ce type d’indicateur aurait tout intérêt à favoriser, avant tout et partout, le recrutement de chercheurs.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon Freepik, Eucalyp


Max Bouyssières

Université Toulouse Jean Jaurès (maxbouyssieres31@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search