Femmes catholiques : entre soumission et engagement dans la cité

En mai 2020 la théologienne Anne Soupa défrayait la chronique en annonçant sa candidature à la succession du cardinal Barbarin à l’archevêché de Lyon. Sept autres femmes engagèrent ensuite publiquement des démarches analogues. Elles voulaient ainsi signifier l’impossibilité dans laquelle se trouvent les femmes, aussi compétentes soient-elles, d’accéder à des responsabilités majeures dans l’Église catholique. Celles-ci étant réservées à des ministres ordonnés, des hommes donc.

Même si, dans l’Église, les femmes jouent, dans maints domaines, des rôles essentiels, indispensables même, elles sont tenues très majoritairement dans des positions subalternes. En cela l’Église ne se distingue pas des autres institutions, des entreprises ou des organisations militantes. Mais, chez elle, l’inégalité entre les sexes est justifiée théologiquement et juridiquement.

Les stéréotypes sur la nature féminine, diffusés notamment dans les conseils donnés aux prêtres au début du XXe siècle, jouent également un rôle dans l’acceptation partagée de cette situation. Dans ceux-ci les femmes pieuses sont à la fois sublimées à l’image de la Vierge Marie, valorisées comme mères et comme éducatrices de la foi, mais parfois jugées menaçantes pour le pouvoir des clercs. Leur est dénié tout rôle public, dans l’Église et dans l’ensemble de la société.


  • Duriez B., Rota O., Vialle C. (dir.), 2019, Femmes catholiques, femmes engagées – France, Belgique, Angleterre – XXe siècle, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.


Une reconnaissance graduelle

Depuis longtemps, pourtant, des femmes ont joué un rôle majeur et reconnu dans l’Église catholique, notamment dans les congrégations religieuses ou dans des organisations caritatives. Récemment, des changements se sont fait jour. Le rôle des laïcs, dont celui des femmes, a été revalorisé. Certaines femmes accèdent à des responsabilités importantes dans les diocèses et au Vatican. Des dispositifs visant à la parité entre femmes et hommes dans les responsabilités ont été mis en place ici ou là.

Par ailleurs, le droit de l’Église (le droit canon) a connu des évolutions sensibles vers l’égalité entre sexes. Les textes de l’institution, notamment ceux du concile Vatican II (1962-1965) et plusieurs textes pontificaux affirment à la fois le « sacerdoce commun des fidèles » et l’égale dignité de l’homme et de la femme. On peut lire ces changements comme la marque dans l’Église d’une évolution générale de la société, notamment de l’esprit démocratique et d’une conception égalitaire des sexes.

Cependant, les affirmations répétées sur l’égalité homme-femme et la mise en valeur du rôle de certaines femmes ne font pas disparaître le point d’achoppement qu’est le non-accès des femmes à l’ordination sacerdotale. Sur ce point, objet de revendication de mouvements féminins, soutenus par des théologiens, les responsables de l’Église s’opposent à toute évolution.

Les inégalités de sexe trouvent, entre autres, leur justification dans l’interprétation des textes sacrés. Celle-ci choque les sensibilités contemporaines, au-delà des cercles féministes qui reprochent à l’Église sa misogynie. Reprenant le point de vue des études féministes, des théologiennes, et quelques théologiens, développent une lecture féministe de la Bible. Elles et ils mettent en question le point de vue androcentrique de l’interprétation des textes, par exemple la Genèse ou les écrits pauliniens, souvent pris comme exemples d’une vision dévalorisante de la femme.

La naissance d’un militantisme catholique féminin

Au début du XXe siècle, on est loin de ce type de lecture des textes bibliques qui est même alors condamné par les autorités ecclésiastiques. Et le droit canon maintient les femmes dans une condition seconde. Mais, à ce moment même, des femmes catholiques ont été présentes et actives dans l’espace public. Dans plusieurs pays, elles se sont alors groupées dans des grandes associations féminines.

À un moment où se développaient les mouvements socialistes et où, en France, s’exacerbait le combat entre les mouvements laïques et l’Église (les « deux France »), pour défendre celle-ci, des femmes se sont organisées dans des associations nationales, notamment en Allemagne, en Belgique, au Royaume-Uni, en France et aux États-Unis d’Amérique. C’est le cas, par exemple, en Angleterre, de la Catholic Women’s League (CWL), et, en France, de la Ligue des femmes françaises (LFF) et de la Ligue patriotique des Françaises (LPDF).

Ces associations, à la tête desquelles se trouvent des membres de l’aristocratie ou de la bourgeoise, ont pour but de défendre la vision d’un ordre social chrétien, et de fournir une force d’appui aux partis conservateurs (à un moment où les femmes n’ont pas le droit de vote). Elles bénéficient du soutien actif de certains prélats mais elles suscitent des oppositions dans certains milieux catholiques.

Alors que ces grandes associations se tiennent à distance du politique, d’autres associations chrétiennes, catholiques notamment, défendent le suffrage féminin. C’est le cas, en Angleterre, de la Catholic Women’s Suffrage Society (CWSS), dont les positions féministes suscitent l’opposition des milieux catholiques et la réserve des évêques. Cette association poursuit sa défense de la justice sociale lorsque le droit de vote est partiellement accordé aux femmes en 1918.

Des religieuses dans le siècle

En France, au début du siècle, pendant que des femmes se mobilisent dans des associations, les congrégations religieuses sont soumises à autorisation de l’État et, pour la plupart, interdites. Les religieux partent à l’étranger ou acceptent de se séculariser. C’est ainsi que des religieuses enseignantes abandonnent leurs habits distinctifs et vont enseigner dans d’autres écoles ou deviennent infirmières. Celles-ci, par les soins qu’elles apportent aux soldats, trouvent dans la guerre 1914-1918 une autre forme de reconnaissance.

Après la guerre, les congrégations ont de nouveau droit de cité. On en voit naître de nouvelles. C’est le cas de la congrégation des Petites sœurs des maternités catholiques, fondée à Jallieu (Isère) par Marie-Louise Lantelme, qui s’inscrit dans le courant du catholicisme social, avec le projet de restaurer la famille chrétienne en formant les femmes du milieu ouvrier à l’exercice de leur fonction maternelle.

Dans cette expérience, se pose le problème du rapport des femmes au sacré à travers, notamment, la question du droit des religieuses à pratiquer des accouchements. L’impureté de la femme est vue comme corruptrice du sacré. La même question est, à l’heure actuelle, sous-jacente au refus de l’accès des femmes au ministère sacerdotal.

Catholiques militantes

Avec la même visée apostolique que cette congrégation de religieuses sages-femmes, s’était créée en Flandre, dès le début du XXe siècle, la Wrouwervenbond voor Katholieke Actie (Ligue flamande des femmes pour l’action catholique). Dans l’Action catholique, femmes et hommes sont groupés séparément. La stratégie offensive de l’Action catholique, ne met pas en cause les rapports de sexe existants, au contraire même. Mais l’organisation autonome des femmes dans ces organisations a pour effet de forger chez elles la conscience de leur pleine capacité à agir dans la sphère publique.

La naissance, à la fin des années 1920, toujours dans une vision globale de transformation sociale, de l’Action catholique spécialisée par « milieu » social (terme préféré dans l’Église à celui de classe sociale) introduit une rupture avec les organisations existantes. Après les mouvements de jeunesse, rassemblant séparément les garçons et les filles, telles la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) et la Jeunesse ouvrière chrétienne féminine (JOCF), sont créés des mouvements adultes, tels la Ligue ouvrière chrétienne (LOC).

Ces mouvements, mixtes cette fois, vont développer une exigence de l’engagement qui va conduire de nombreuses catholiques à s’impliquer dans des associations, des syndicats et des organisations politiques. C’est le cas par exemple des associations familiales (Associations populaires familiales et Confédération syndicale des familles) dans lesquelles les femmes ont une place prépondérante. Mais, pour celles-ci, dans ces organisations, la référence de classe prévaut sur celle du genre.

Au début des années 1930, en France, l’épiscopat place sous son autorité directe l’ensemble des mouvements au titre de l’Action catholique. Les deux ligues féminines (LFF et LPDF) se regroupent alors pour former la Ligue féminine d’Action catholique française (1933). Celle-ci constitue dès lors l’Action catholique générale (c’est-à-dire pluriclassiste). Dans une perspective intégrale (prendre en compte tous les aspects de l’existence), l’Action catholique générale et l’Action catholique spécialisée (par milieux sociaux) mettent sur pied, toutes deux, des services aux femmes et aux familles, moyens de gagner les femmes à l’Église et, par elles, d’influencer l’ensemble de la société.

Changements des perspectives et des représentations

Toutes ces organisations partagent une même représentation de la femme, d’abord vouée à la maternité, au travail domestique et à l’éducation des enfants. Leurs positions vont se transformer dans la seconde partie du siècle. Une partie de leurs activités vont alors sortir du cadre confessionnel. Elles vont abandonner la perspective d’une conquête chrétienne de la société et vont parfois prendre des positions avancées sur certaines questions, notamment sur celle de la parité en politique. On le voit par exemple, en France, dans l’évolution de la LFAC devenue l’Action catholique générale féminine (ACGF), puis l’Action catholique des femmes.

Dans une Église qui valorise les femmes comme mères et maîtresses du foyer, l’engagement public de celles-ci dans des mouvements de défense religieuse du début du XXe siècle puis dans les mouvements de conquête d’Action catholique semble paradoxal. Or, c’est bien sur la base des représentations et de ressources jugées particulières aux femmes que celles-ci se sont mobilisées d’abord sur certains enjeux, la famille notamment, puis sur des questions plus larges, souvent, comme les hommes catholiques, à distance du politique, mais en franchissant parfois le pas.

Interrogées, elles disent comment elles ont été amenées à s’impliquer dans la vie publique, dans l’action politique notamment. Elles disent aussi les obstacles auxquels, comme les autres femmes, elles ont dû faire face. Les mobilisations féminines, même non féministes, ont contribué à modifier les représentations des rapports de genre chez les catholiques, les femmes au premier chef. C’est aussi le cas d’organisations qui militent au sein même de l’Église en vue de l’égalité entre hommes et femmes dans l’accès aux responsabilités dans l’institution.

À travers l’évocation de plusieurs organisations, l’ouvrage Femmes catholiques, femmes engagées permet de mesurer comment, au fil du XXe siècle, des femmes catholiques ont trouvé dans leur foi religieuse la source de leur engagement dans la vie publique et comment leurs positions ont évolué, de la soumission à laquelle les invitait – et les invite encore – l’institution religieuse à un engagement dans la cité.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon Freepik, Roundicons, wanicon


Bruno Duriez, Olivier Rota et Catherine Vialle

Bruno Duriez, Université de Lille, CNRS, Clersé (bruno.duriez@univ-lille.fr), Olivier Rota, Université d’Artois, CREHS (olivier.rota@univ-artois.fr) et Catherine Vialle, Université catholique de Lille, Faculté de théologie (catherine.vialle@univ-catholille.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search