Les avatars d’une statue antique, la Dame d’Elche

La Dame d’Elche (Ve-IVe siècle av. J.-C.) est un buste en pierre que des ouvriers agricoles découvrirent par hasard le 4 août 1897 alors qu’ils travaillaient un champ situé à La Alcudia, au sud d’Elche (Alicante), où se trouvait dans l’Antiquité la ville d’Ilici. De passage à Elche, l’archéologue français Pierre Paris fut l’un des premiers à être informés de la découverte. Il comprit immédiatement son caractère exceptionnel et proposa au Musée du Louvre d’acheter la sculpture au propriétaire du terrain où elle avait été trouvée. Dès la fin du mois d’août, elle partait pour la France.

Un autre archéologue français, Léon Heuzey, l’identifia peu après comme le chef-d’œuvre de l’art ibérique. Cette qualification permit aux nationalistes espagnols de voir en elle une preuve de la continuité ethnique et culturelle entre le monde ibère et l’Espagne. Objet de débats passionnés dans le monde savant du tournant du XIXe siècle, la Dame d’Elche se trouva dès lors plongée dans les remous de l’histoire politique et idéologique du XXe siècle.


  • Albert-Llorca M., Rouillard P., 2020, La Dame d’Elche, un destin singulier. Essai sur les réceptions d’une statue ibérique, Madrid : Casa de Velázquez.

Une œuvre énigmatique

En 1897, on connaissait encore très mal la sculpture ibérique, si bien que la Dame apparut aux archéologues espagnols, français et allemands comme une œuvre unique. Frappés par sa qualité artistique, ils furent fascinés aussi par son caractère hybride. A la suite de l’helléniste Théodore Reinach, qui évoqua « l’aspect saisissant » du buste, « moitié grec, moitié “mauresque” », l’historien de l’art Henri Lechat releva le contraste étonnant entre la « sévère beauté et l’altière noblesse » de son visage et le « luxe excessif, oriental et quasi-barbare » de sa parure : trois lourds colliers, un diadème orné de perles et, plus étonnant, d’énormes rouelles qui encadrent le visage. Lechat conclut sur le caractère  « énigmatique » de la statue, « qui a quelque chose à la fois d’une idole et d’une almée [une danseuse égyptienne] ».

Énigmatique, la statue l’était sur bien des points. Représentait-elle une divinité, une prêtresse, une femme de la haute société ? Dans le premier cas, on pouvait penser que le buste avait eu une fonction cultuelle et que la cavité creusée dans son dos était destinée à recevoir des offrandes. Mais ce pouvait être aussi le portrait funéraire d’une grande dame ; la cavité, dans cette hypothèse, pouvait avoir contenu les cendres de la défunte – ce que nous avons établi depuis de façon certaine. Les archéologues se demandèrent également si la Dame était sortie des mains de son créateur sous la forme où on la connaissait, un buste, ou si c’était initialement une statue en pied ou assise qui avait été retaillée à une date et pour des raisons inconnues.

Les débats portèrent enfin sur la datation de la sculpture et son inscription dans les cultures de l’Antiquité. La péninsule ibérique a participé à tous les échanges qui ont traversé la Méditerranée au fil du dernier millénaire av. J.-C. Les Phéniciens et les Grecs y sont venus, attirés en particulier par la richesse de ses métaux, les premiers s’installant surtout sur le littoral andalou à compter du VIIIe siècle, les seconds au nord-est à partir du VIe.

Rien d’étonnant, dès lors, que la Dame emprunte certaines de ses caractéristiques iconographiques et stylistiques à la fois au monde grec et au monde phénicien. Tout en reconnaissant ces influences, Léon Heuzey, conservateur au Musée du Louvre, déclare dès le 24 septembre 1897 que la Dame témoigne, comme les statues découvertes quelques années auparavant dans les ruines du sanctuaire ibère du Cerro de los Santos (Albacete), de l’existence d’un art proprement ibérique, qu’on ne peut assimiler à l’art grec ou phénicien.

Or dès le XVIe siècle, les lettrés espagnols pensent que la population de la péninsule descend des Ibères, un ensemble de communautés ayant selon eux une homogénéité à la fois ethnique et culturelle. Dans les premières années du XXe siècle, la revendication de cette ascendance ibère est particulièrement vive en Catalogne et dans le Pays valencien, où les vestiges archéologiques ibères sont très nombreux. La Dame en fait partie et les idéologues régionalistes vont s’attacher à montrer qu’elle fournit une preuve éclatante de la continuité entre les mondes ibérique et hispanique.


  • Lechat H., 1899, «Bulletin archéologique [note bibliographique] », Revue des Études grecques, T. XII, fasc. 46, p. 176-336.
  • Reinach T., 1898, « La tête d’Elche au Musée du Louvre », Revue des Études grecques, T. XI, fasc. 41, p. 39-60.

La Dame et les Valenciennes

Dans toute l’Europe, au XIXe siècle, se développent des constructions identitaires qui font des nations ou des régions des réalités anhistoriques. C’est le cas de la Renaixença, la renaissance, un mouvement qui naît en Catalogne au milieu du XIXe siècle. Ses fondateurs se donnent pour objectif de rétablir l’usage littéraire du catalan et de mettre en avant les spécificités culturelles des régions où il est communément parlé : outre la Catalogne, le Pays valencien et les Baléares. Comme les acteurs de la Renaixença s’accordent aussi à penser que les populations catalanophones sont les héritières par excellence des Ibères, ils sont les premiers à ériger la Dame d’Elche en emblème identitaire.

José Pijoán, un historien de l’art catalan, écrit ainsi en 1914 que la Dame est « la vraie incarnation de l’Ibérie ». Et il ajoute : « sculptée dans un calcaire de couleur brune, elle a le teint des races hispaniques ». C’est aussi cette continuité, fondée sur la « race », entre l’Ibérie et l’Espagne qu’exprime en 1918 un intellectuel valencianiste, Eduard Martínez Sabater : « Le type valencien existe. Il est la durable survivance de [l’]ethnie ibérique ». Et il mentionne à l’appui de son affirmation « l’admirable Dame d’Elche ». Si cette sculpture peut selon lui cristalliser « le type valencien », c’est d’abord parce qu’Elche est située au sud du Pays valencien.

Plusieurs archéologues, en outre, ont rapproché les parures de la statue de celles en usage en Espagne et, plus spécifiquement, dans la région de Valence. Certains ont avancé que sa coiffe était une sorte de mantille fixée sur sa chevelure par un peigne ; d’autres, que les roues qui encadrent son visage étaient des étuis contenant ses tresses de cheveux, d’où ils concluaient que la coiffure cérémonielle des Valenciennes, des macarons, était un héritage de la culture ibère.

La Dame a été invoquée par les régionalistes catalans et valenciens à l’appui de leurs conceptions identitaires mais ils ne sont pas seuls à lui avoir donné ce rôle. Dans les années 1930-1940, le même processus se produit, au niveau national cette fois.


  • Pijoán J., 1914, Historia del arte : el arte a través de la historia, 3 vol., Barcelona : Ed. Salvat, vol. I.
  • Martínez Sabater E., 1919, El pensament valencianiste. Declaració oficial i comentaris, Valencia : Publicacions de la Unió Valencianista Regional.

Un emblème national

En 1897, fort peu de voix s’étaient élevées en Espagne pour déplorer la vente de la Dame d’Elche à la France. Il en va autrement à partir des années 1920. Les savants européens s’accordant désormais à reconnaître la Dame comme une œuvre majeure, tant d’un point de vue archéologique qu’artistique, les lettrés espagnols commencent à demander qu’elle soit ramenée dans son pays d’origine. Les premiers efforts en ce sens sont faits en 1935, sous la Seconde République, mais la guerre qui suit le coup d’Etat perpétré par le général Franco et ses pairs arrête les négociations.

Elles reprennent en 1940, à l’initiative du gouvernement franquiste cette fois et, en février 1941, le buste revient en Espagne. Eduardo Giménez Caballero, un théoricien du fascisme espagnol, exalte dans un article paru dans le journal Arriba cette nouvelle victoire du camp des nacionales (les nationaux). Il salue la « réintégration de la “Dame d’Elche” à sa patrie espagnole » en l’inscrivant dans la « reconquête nationale » qu’aurait été la guerre « du Caudillo et de sa Phalange » contre la Seconde République.

Gímenez Caballero n’avait pas la même conception de la nation espagnole que Pijoán et Martínez Sabater. Ces derniers voulaient promouvoir l’identité culturelle de leur région, voire son autonomie politique, alors que le premier, membre actif de la Phalange, le parti fasciste espagnol, faisait de l’unité nationale un principe qui devait prévaloir sur l’expression des différences régionales. Ces théoriciens, cependant, partagent la même vision essentialiste de leur nation ou de leur région. C’est pourquoi les uns et les autres ont également donné à la Dame une valeur identitaire. Ils ne la perçoivent pas pour autant de la même manière.

Les imaginaires de la Dame d’Elche

Lorsqu’ils font ressortir, en s’appuyant sur les caractéristiques de la Dame d’Elche, le lien qui unit les Espagnoles, et plus précisément les Valenciennes, à leurs lointaines ascendantes ibères, les intellectuels régionalistes relèvent, outre la coiffure et le teint, la beauté. Une construction similaire avait été effectuée, peu d’années auparavant, par Frédéric Mistral. Lui aussi exalta la beauté des femmes, celles d’Arles cette fois, en y voyant un héritage des femmes de l’Antiquité gréco-romaine. Et lui aussi donna pour preuve de ce lien généalogique une statue antique, découverte au XVIIe siècle dans les ruines du théâtre antique de la ville et dénommée la Vénus d’Arles.

Les idéologues du franquisme ne relèvent pas, quant à eux, la beauté de la Dame, ni le caractère somptueux de ses parures – qu’ils semblent ne pas voir. Ils soulignent surtout la gravité de son expression et la décence de son vêtement. C’est le cas, en particulier, dans ce texte de l’écrivain José Maria Pemán que les historiens espagnols ont souvent cité: « La Dame d’Elche se montre avec pudeur la tête et le cou couverts de tissus. Il semble que les premières femmes espagnoles ne faisaient rien d’autre qu’attendre la construction de la première église du Christ, déjà prêtes à assister avec leur foulard à la première messe. » L’identité hispanique incluant l’appartenance catholique dans l’Espagne de Franco, la Dame se devait d’être, comme les femmes ibères dont elle incarnait le type idéal, déjà catholique, ou presque…

Ce même prisme religieux conduisit d’autres lettrés à voir dans la Dame une divinité. Un archéologue d’Elche prétendit en avoir la preuve. Le paysan qui aurait découvert la statue lui aurait assuré qu’elle était dressée dans une sorte de niche formée de pierres plates destinées à la protéger, ce qui donnait à croire qu’elle avait été enterrée volontairement pour la mettre à l’abri, comme on l’a parfois fait pour des objets sacrés, des statues de la Vierge en particulier, dans des périodes troublées. Un autre érudit, Lorenzo Riber, n’hésita pas, du reste, à la qualifier de « tranquille Madone païenne ».

Comme tous les vestiges archéologiques, la Dame a eu deux vies. La première, dans l’Antiquité ibérique ; la seconde, qui commence en 1897. Elle entre alors au musée mais en sort en quelque manière lorsqu’on l’investit d’une valeur identitaire et qu’elle entre sur la scène politique de l’Espagne contemporaine. Pour retracer la singularité et la complexité de son histoire, il a fallu conjoindre plusieurs approches : archéologique, historique et anthropologique.


  • Pemán J. M., 1939, La historia de España contada con sencillez, Madrid : Ceron.

Crédits images en CC : Pixabay deMysticWay, Flaticon Nikita Golubev, Freepik, photo3idea_studio ; Claude Delhaye / CNRS Images – Museo Arqueológico Nacional, Madrid


Marlène Albert Llorca et Pierre Rouillard

Marlène Albert Llorca, Université de Toulouse Jean Jaurès, LISST-Centre d’Anthropologie sociale (marie-magdeleine.albert-llorca@univ-tlse2.fr) et Pierre Rouillard, CNRS, UMR 7041, ArScAn (Pierre.ROUILLARD@cnrs.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search