À la frontière : tri migratoire et solidarité dans les Alpes Maritimes

Départ de la gare ferroviaire de Vintimille, descente à Menton Garavan à la suite des contrôles opérés par des agents CRS dans le train, transfert dans les locaux de la PAF (Police aux frontières) situés sur la moyenne corniche, détention d’une durée variable de quelques heures à plus qu’une nuitée entière dans des Algécos positionnés à l’extérieur du poste de police, puis retour à pieds, refus d’entrée à la main, vers le centre de Vintimille, à une dizaine de kilomètres de distance.

C’est ce que les militant.e.s sur place ont surnommé « le manège ». Reprenant cette image, l’ouvrage signé par les chercheurs du collectif Observatoire des Migrations dans les Alpes Maritimes met au jour le déploiement concret et territorialisé des politiques européennes et nationales de contrôle et répression des mobilités « indésirables », associant chercheur.e.s issu.e.s de disciplines différentes et acteurs associatifs autour d’un cas d’étude particulier : la frontière franco-italienne des Alpes Maritimes.


  • ObsMigAM, 2020, Le manège des frontières. Criminalisation des migrations et solidarités dans les Alpes-Maritimes, Paris, Le passager clandestin, collection « la bibliothèque des frontières ».

Il apporte un éclairage empirique sur les processus de « frontiérisation » et complète la thèse de la frontière comme « spectacle », en montrant comment une pluralité d’acteurs locaux, institutionnels et non institutionnels, contribuent à façonner et à (dé)faire son fonctionnement et son déploiement sur le territoire. Il nourrit également les débats, à la fois scientifiques et militants, sur la portée des mobilisations et des actions solidaires aux personnes exilées en Europe, en se plongeant sur les principaux dilemmes que traversent cet espace militant transfrontalier, à la croisée des chemins entre humanitarisme et désobéissance civile.

Un territoire au cœur de la « forteresse Europe »

La frontière franco-italienne entre Alpes-Maritimes, Piémont et Ligurie, est, depuis sa fixation en 1860, un haut lieu de passages et de traversées, régulières ou non. Elle a vu transiter les dissidents du régime fasciste ainsi que les Juifs fuyant les lois raciales imposées par Mussolini à la fin des années trente. Elle a aussi été le théâtre de traversées complexes comme celle des Juifs en 1938, fuyant cette fois-ci les lois de Vichy. Elle a ensuite été un lieu de passage majeur de l’émigration italienne jusqu’aux années 60, avant de devenir un lieu de transit pour les personnes venant en grande partie des pays de l’Est européen et du pourtour méditerranéen dans les années 80 et 90, parfois à l’aide de cultivateurs ou pêcheurs locaux qui arrondissaient ainsi leurs entrées hors saison.

Tous ces mouvements ont été ponctués d’accidents souvent mortels, nourrissant le mythe macabre du Pas de la Mort et impliquant parfois directement les forces de police, comme cela a été le cas pour la plus jeune victime connue dans l’histoire de la frontière des Alpes Maritimes : un enfant de huit ans touché par une balle policière à Sospel le 20 août 1995.

Si la mise en place des accords de Schengen en 1997 n’a pas mis fin aux contrôles visant les mobilités « indésirables », la frontière franco-italienne des Alpes Maritimes a aussi été la première frontière interne à l’espace de libre circulation européen à faire l’objet d’un renforcement aussi important, en 2015, donnant le ton au « retour des frontières » sur le continent.  Elle constitue aujourd’hui un pôle de premier plan dans la carte européenne des mobilités, en termes d’intensité de passage et de contrôle.

Pour en avoir un indice, selon la Direction centrale de la police aux frontières, 1 200 refoulements (« non-admissions ») ont été comptabilisés en 2015, 32 285 en 2016, 48 362 en 2017 et 23 695 en 2018. Selon les données fournies par les associations et les groupes militants actifs territoire, entre 30 et 60 refoulements par jour en moyenne – avec des pics d’une centaine de refoulements en une journée – ont eu lieu durant les années 2019 et 2020, hors période de confinement.

2020, avec ses mesures draconiennes de protection sanitaire au printemps et ses intempéries meurtrières d’octobre, n’a fait qu’exacerber et rendre encore plus criants les effets sur ce territoire frontalier de la crise européenne de l’accueil. Une « crise » dont les racines sont en réalité profondes et s’inscrivent dans un long processus de restriction des canaux d’entrée légaux pour les travailleur.se.s peu qualifié.e.s venant d’hors Union Européenne, et de précarisation de l’asile par la mise en place des règlements de Dublin et d’une procédure orientée à départager les « vrais » des « faux » réfugié.e.s.

Que fait la frontière ?

La centralité de cette région est liée à plusieurs facteurs géographiques, économiques et politiques, que l’ouvrage illustre en s’appuyant aussi sur des études comparatives. Sa principale spécificité réside dans la densité des mobilités humaines, encore plus que marchandes, qui la traversent.

Ainsi, se pencher sur le fonctionnement quotidien et pratique de la frontière des Alpes Maritimes permet d’en mettre au jour la fonction de filtre départageant entre des mobilités « désirables » (touristes, acheteurs, travailleurs frontaliers) et « indésirables » (les exilé.e.s, ces personnes que les politiques migratoires rendent « illégales »). Ces derniers restent le plus souvent dans les mailles de plus en plus étroites de la frontière.

Cependant, la frontière n’est pas étanche : mis en place sur l’ensemble des voies permettant de la franchir – chemins de fer, chemins de montagne, routes et autoroutes – les contrôles de police sont serrés, insistants, éprouvants, et souvent violents (l’ouvrage rend compte des violations des droits humains et du droit de l’asile détectées sur le terrain par les observateurs et les observatrices des associations), mais n’empêchent pas les traversées.

Les traversées persistent, mais elles deviennent plus dangereuses. Prenant des risques de plus en plus élevés pour essayer de franchir la frontière, les personnes en migration redessinent les cartes du passage et alimentent les tristes statistiques des morts et des blessés de la frontière : renversé.e.s par des poids lourds sur l’autoroute, chutant des falaises qui entrecoupent les chemins de montagne, électrocuté.e.s sur les toits ou dans les cadres électriques des trains, noyé.e.s dans la mer ou à l’embouchure de la Roya.

Celles et ceux qui survivent à la frontière le paient aussi au prix fort et seule une minorité parvient à régulariser sa position une fois arrivée sur le sol français. La procédure pour la demande d’asile est parsemée d’obstacles : accéder à un logement, être aidé.e dans la préparation de son dossier et son récit de vie, avoir accès au recours, recevoir du conseil juridique, ne sont que des exemples de frontières à franchir, que tou.te.s les demandeur.se.s ne franchiront pas.

A quoi servent donc ces contrôles, partiellement inefficaces lorsqu’il s’agit d’empêcher la mobilité humaine, extrêmement coûteux et aux limites de la légalité ? Les études synthétisées dans l’ouvrage montrent à quel point ils sont fonctionnels pour toute une série d’économies informelles – de celles desdits « passeurs » au marché noir du travail domestique ou du sexe. Dispositif filtrant, la frontière est donc aussi un dispositif disciplinant, un « moule » produisant une force de travail facilement exploitable puisque privée de ses droits et vivant sous la menace de la déportabilité quotidienne.

Qui fait la frontière ?

Aussi, les contrôles frontaliers nourrissent plusieurs économies formelles. De celle des technologies sécuritaires, à celle des vecteurs privés utilisés par exemple dans les opérations de transfert, sans compter l’attraction d’une population de professionnels liés à la frontière et qui investissent les activités réceptives et l’économie commerciale de la région.

En effet, tout comme l’île de Lampedusa décrite par Paolo Cuttitta, la frontière des Alpes-Maritimes s’est aussi peuplée de professionnels du contrôle, de l’humanitaire et du récit frontalier : gendarmes, policiers (mais aussi soldats de l’armée et de la légion étrangère, CRS et vigilants privés), médecins, interprètes, juristes, journalistes, chercheurs, artistes… La frontière n’est donc pas seulement le lieu de l’affrontement entre policiers et migrants, mais aussi un lieu de savoirs professionnels variés, ou le terrain d’action de multiples logiques professionnelles, du domaine sécuritaire jusqu’aux champs intellectuel et artistique en passant par le secteur humanitaire.


  • Cuttitta, P., 2015, « La “frontiérisation” de Lampedusa. Comment se construit une frontière », L’Espace politique, vol. 25, n°1.

Où est la frontière ?

Les sciences sociales ont commencé à s’intéresser aux frontières au moment où le glas semblait sonner pour celles-ci : la fin de la guerre froide, l’accélération du processus d’unification européenne, la mondialisation économique et le développement des nouvelles technologies de communication ont pu faire parler de « fin des frontières ».

Les études frontalières ont montré que, plutôt que disparaître, les frontières ont subi des transformations remarquables conduisant à leur dématérialisation ainsi qu’à une dissociation grandissante entre leur fonction et leur emplacement géographique : l’établissement d’un visa européen, la constitution d’une base de données biométriques, la multiplication des lieux de contrôles et d’enfermement au-delà (dans les pays de départ et de transit) et en-deçà des confins continentaux en sont autant de manifestations.

Diffuse, la frontière se serait ainsi dissoute dans l’espace et dans le temps. D’autre part, les études ont également pointé la multiplication des murs, barrières, barbelés, et d’autres formes de matérialisation visuelle et de spectacularisation de la ligne frontière.


  • Duez, D., Simonneau, D., 2018, « Repenser la notion de frontière aujourd’hui. Du droit à la sociologie », Droit et société, vol. 1, n° 98, 37-52.

Déplacer la focale vers le local, comme le fait cet ouvrage, en observant le déploiement concret des dispositifs de contrôle dans une région transfrontalière, permet de voir comment la frontière s’ancre dans le territoire, le transforme et en est façonnée en retour. En effet, les contrôles s’étendent sur un territoire beaucoup plus vaste que la seule ligne de démarcation interétatique, participant ainsi à le militariser.

Aussi, les lieux et les pratiques de contrôle, empêchement et éloignement se multiplient dans les territoires sur lesquels s’appuie la frontière : la création de camps de transit plus ou moins institutionnels, la mise en place de transferts forcés ou encore les mobilisations visant le démantèlement de squats et encampements rentrent dans cette logique d’extension de la frontière.  

Défier la frontière par la solidarité ?

Les Alpes Maritimes sont aussi au cœur de la solidarité avec les personnes migrantes, et un théâtre international de premier plan des luttes autour des enjeux migratoires et frontaliers. En ce sens, elles constituent un des principaux champs de bataille européens où s’affrontent des conceptions opposées de la justice, de la citoyenneté, du « nous » (local, national, européen ou mondial) et de la vie en commun.

Les images des jeunes Soudanais retranchés sur les rochers de Vintimille en juin 2015, s’abritant de la pluie avec des couvertures thermiques ou arborant leurs pancartes « we need to pass, open the border » devant les barrières de policiers et journalistes, ont fait le tour de monde. Aussi, la trajectoire de l’agriculteur bio de Breil-sur-Roya Cédric Herrou, immortalisée dans le film Libre présenté au festival de Cannes en 2019, est sans doute l’une des expressions les plus médiatisées de la solidarité avec les personnes migrantes, et de la criminalisation de celle-ci au nom du soi-disant « délit de solidarité ».

En effet, plus d’une vingtaine d’aidants ont été inculpés par les gouvernements français et italien dans cette région sur la base des transpositions respectives de la directive européenne de 2002 pénalisant « la facilitation de l’entrée non autorisée, du transit et du séjour ». Du côté italien, par ailleurs, plusieurs dizaines d’interdictions de séjour pour trouble à l’ordre public (foglio di via) ont été prononcées à l’encontre de militant.e.s « No Border ».

L’ouvrage montre la complexité des choix et des dilemmes qui se présentent à tous ceux et celles qui viennent, d’une manière ou d’une autre, en aide aux personnes exilées, défiant ainsi le dispositif filtrant et disciplinant de la frontière : les manifestations de rue, la distribution de nourriture, l’hospitalité, les « passages solidaires », le montage de contentieux judiciaire, sont autant de répertoires mobilisés sur le terrain, entrainant des coûts divers et dont les résultats peinent à être satisfaisants lorsqu’on constate la persistance du dispositif frontalier.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon Freepik, monkik


Daniela Trucco

Université Côte d’Azur, URMIS-ERMES, École française de Rome (daniela.trucco@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search