Corrompre une élection sans se faire prendre dans la République de Venise

Peu d’Italiens savent qu’en se promenant sur la petite place entre le Palais des Doges de Venise et les Procuratie, ils déambulent sur celle qui fut surnommée autrefois « piazza del Broglio ». Si le mot « broglio » évoque bien peu à nos oreilles françaises – d’où dérive pourtant « l’imbroglio », il rappelle à l’inverse les fraudes électorales à l’ouïe italienne.

Pourtant, ce terme n’a pas toujours eu une connotation négative. Pour en arriver là, l’Italie – ou pour le moins Venise – a parcouru un long chemin façonné par une riche expérience politique comme le montre l’ouvrage récent de Maud Harivel sur les élections politiques dans la République de Venise.


  • Harivel M., 2019, Les élections politiques dans la République de Venise : entre justice distributive et corruption, Paris, Les Indes Savantes.

Une fascination pour la République de Venise ?

Si, au nord des Alpes, nous avons de la République de Venise une image plutôt décadente et frivole, les Vénitiens ne partagent pas cet avis. Aujourd’hui encore plane le mythe d’une République parfaite, contre-miroir de l’Italie actuelle. La cité lagunaire a effectivement de quoi impressionner. C’est l’une des plus grandes puissances européennes avant la Révolution. Son territoire s’étend jusqu’à la Lombardie à l’ouest et sur les côtes croates et grecques à l’est. C’est aussi l’une des rares républiques aristocratiques à rester politiquement stable pendant des siècles, tandis que le reste de la péninsule italienne connaît plusieurs changements de régime.

Cette stabilité politique fascinait et captive encore. Les patriciens – la noblesse dirigeante – chercheraient toujours à œuvrer pour le bien commun, la justice serait la même pour tous et effectivement de nombreux garde-fous, qui n’ont rien à envier à nos démocraties modernes, sont mis en place. Il est interdit d’être immédiatement réélu à la même charge, une famille patricienne ne peut pas exercer en même temps certains postes et les patriciens changent de charges politiques au plus tard tous les deux ans.

Enfin, le doge – le chef du gouvernement vénitien – a un pouvoir purement représentatif. Il ne peut pas transmettre sa dignité à ses héritiers et ses faits et gestes sont jugés à sa mort, à charge pour la famille de payer une amende si ses dépenses ont été trop modestes ou excessives. Dans ce contexte, étudier la corruption semble une gageure, et pourtant elle est le fil d’Ariane qui permet de s’orienter dans les méandres des coulisses électorales.

Une procédure électorale incorruptible ?

Avant de s’intéresser aux coulisses électorales, comment se déroulent les élections vénitiennes, incarnation, selon l’historien John Pocock, de « la vertu mécanisée » ? C’est en effet une minutieuse horlogerie électorale que les Vénitiens ont élaborée pour élire – d’après la liturgie républicaine – les meilleurs, les plus loyaux et les plus capables d’entre eux.


  • Pocock J.G.A., 1975, The Machiavellian Moment: Florentine Political Thought and the Atlantic Republican Tradition, Princeton, Princeton University Press.

Loin d’être réservées aux démocraties, les élections sont avant tout un processus de sélection privilégié des aristocraties. Le pouvoir, conçu comme un bien commun, doit être réparti entre tous les membres. Il ne peut, bien sûr, être partagé à parts égales, mais selon les mérites de chaque individu. La distribution et la rotation du pouvoir sont rendues possible grâce aux élections d’une part, et à l’impossibilité de reconduire un mandat d’autre part. La République répartit parmi son patriciat entre 600 à 800 charges à l’époque moderne dont le mandat s’étale de 6 à 36 mois. Cela entraîne un rythme électoral effarant à nos yeux : tous les dimanches et jours fériés les patriciens élisent entre 9 à 12 d’entre eux pour les prochains offices vacants.

Fixées au XIIIe siècle, les trois grandes lignes de la procédure électorale sont restées identiques jusqu’à la chute de la République en 1797. Premièrement, les patriciens, réunis dans le Grand Conseil, tirent au sort plusieurs d’entre eux à l’aide de balles d’or et d’argent. Deuxièmement, ceux qui ont pioché une balle d’or forment des commissions électorales qui nomment plusieurs candidats potentiels aux prochaines charges vacantes. En effet, il n’est pas possible de se porter candidat à un office avant les élections. Troisièmement, les noms de ces candidats sont lus dans le Grand Conseil et les patriciens élisent plusieurs d’entre eux. Tout cela en une demi-journée.

Cette procédure en trois étapes est censée être incorruptible. De nombreuses solutions anti-fraudes sont inventées et améliorées au cours des siècles. Des symboles sont gravés sur les balles d’or, régulièrement changées pour éviter toute imitation. Les ballottes – petites balles de laine utilisées pour voter – sont peintes de différentes couleurs car certains malicieux apportent leurs propres balles cachées dans leurs longues manches. Les allées de bancs sont verrouillées pour empêcher les patriciens de changer de place et ainsi voter plusieurs fois. On invente l’urne des « sollicitations » pour dénoncer les candidats qui ont illégalement sollicité le vote de leurs compatriotes.

Enfin, par des serments publics et la répétition inlassable de la législation électorale, les patriciens sont encouragés à élire le meilleur d’entre eux sans tenir compte des intérêts familiaux, des amis ou encore des liens clientélaires. Ce système électoral fascine autant qu’il rebute. Si pour certains il est l’incarnation de la vertu, pour d’autres il n’est qu’un magnifique trompe-l’œil voilant les vices de la République.

Le « broglio » : concilier les intérêts familiaux et républicains

Si nous pouvons aujourd’hui voter a priori librement pour le parti ou le/la candidat.e préféré.e sans tenir compte de l’avis de nos proches, collègues ou supérieur.e.s hiérarchiques, le vote individuel est en revanche inconcevable dans une société d’Ancien Régime. Voter contre l’avis de la famille, des amis, clients et patrons conduit à la mort politique voire sociale de l’électeur en question.

Or, la République exige de ses citoyens qu’ils votent en privilégiant les intérêts de la République et non selon leurs liens familiaux et sociaux. Les patriciens se retrouvent ainsi devant un dilemme peu simple à résoudre. Comment concilier les intérêts de la famille – dont le prestige et la fortune dépendent de la carrière politique de ses membres – avec les principes républicains ?

C’est là qu’intervient le « broglio », autrement dit la campagne électorale à la vénitienne. Derrière le minutieux mécanisme électoral, les patriciens participent à une cérémonie officieuse mais non moins importante à l’ombre des colonnes de la « piazza del broglio », située devant le Palais des Doges. Avant qu’elle ne prenne l’allure d’une place, s’y trouvait un potager (un « brolo » en vénitien) qui lui donna son nom. Avant chaque élection, les patriciens ont l’habitude de s’y réunir, de solliciter les votes de leurs concitoyens posant leur étole habituellement tenue sur l’épaule, sur l’avant-bras dans un geste d’humilité.

Lors de cette cérémonie informelle, ils expliquent les raisons de leur engouement pour telle ou telle charge et leurs qualités pour l’exercer. Toutes ces pratiques se déroulant sur cette place ont ainsi pris son nom. Tout patricien souhaitant gravir les échelons du pouvoir doit fréquenter cette place du premier jour de sa vie politique jusqu’au dernier.

Le « broglio » représente donc avant tout un espace de manœuvre informel co-construit au fil du temps par les patriciens eux-mêmes, qui leur permet de concilier leurs intérêts privés avec ceux de la République. La famille passe en premier plan, puis les amis. Pour autant, ce soutien politique doit être réfléchi – les manuels d’éducation à l’attention des jeunes patriciens le leur rappellent : l’inaptitude d’un candidat doit freiner la main de l’électeur lors du vote.

Distinguer entre « broglio onesto » et « corruption »

Qui dit élection, dit campagne électorale. Mais à Venise, c’est plus compliqué, et même interdit. Se déclarer candidat revient à faire preuve d’ambition. Or, sous quelque forme que ce soit, l’ambition est un vice. Un patricien ne peut donc pas exprimer d’ambition politique, objet premier des campagnes électorales. Théoriquement, les électeurs nomment puis élisent un candidat en se fiant à sa seule réputation. Or, comment éviter dans un groupe d’un bon millier de membres que « l’esprit comme la main vote aveuglement » ne pouvant connaître les qualités de tous ?

Le « broglio » résout ce dilemme. Lorsque les candidats potentiels expriment officieusement leurs ambitions politiques auprès de leurs compatriotes, l’étole posée sur l’avant-bras, les patriciens ont l’opportunité de s’informer sur les qualités des uns et des autres. Pour autant, tout n’est pas permis sur le « broglio ». Un patricien avisé se doit de suivre la voie du juste milieu sans jamais verser dans l’excès : les sollicitations obséquieuses, la corruption par l’argent ou encore les serments privés sont très mal considérés.

C’est ainsi qu’au tournant du XVIIIe siècle une nouvelle expression voit le jour, celle du « broglio onesto » ou encore « broglio innocente », désignant certaines pratiques illégales mais tolérées entre pairs pour les distinguer de celles inexcusables. Si le patricien s’aventure en dehors de ces limites, il risque alors le désaveu par ses pairs et pire encore d’être pourchassé par le Conseil des Dix et les Inquisiteurs d’État.

Car des procès – même si par sa nature la corruption tend à ne vouloir laisser aucune trace – il y en a bien eu. Sans grande surprise, c’est lorsque la République entre dans une période de crise interne qu’ils éclatent. A différents intervalles, des groupes de patriciens s’affrontent politiquement, en particulier ceux bien souvent exclus du pouvoir contre ceux qui le monopolisent.

C’est par exemple le cas en 1780 lorsque deux patriciens se font les porte-paroles de leurs concitoyens plus modestes afin d’exiger des réformes profondes, en vain. Bourrages d’urne, contrefaçons de balles d’or, corruption de personnel électoral ou, pire encore, paris sur les résultats électoraux, ces procès sont des tentatives par l’oligarchie en place (les membres du Conseil des Dix et les Inquisiteurs d’État) de remettre dans le droit chemin les quelques brebis galeuses.

Or, ces procès ne sont que la pointe émergée de l’iceberg qui dissimule des problèmes durablement enracinés. En arrière-plan, c’est le lent mais inexorable mouvement d’appauvrissement du patriciat qui se déroule ; seules quelques familles ont su conserver par leur fortune, la renommée de leurs ancêtres. Mais c’est aussi un long processus d’oligarchisation qui se cache derrière par la mainmise de quelques familles sur les institutions les plus prestigieuses, à peine bouleversée par l’arrivée de nouveaux patriciens richissimes.

Corrompre autrefois et aujourd’hui

En inventant le « broglio onesto », les patriciens ont délimité une zone grise qui englobe toutes les pratiques informelles qu’ils utilisent pour faire campagne électorale dont aucune n’est officiellement autorisée. Cette zone grise leur permet d’exprimer leurs ambitions politiques et vice versa de connaître les candidats potentiels aux charges. Car sans campagne électorale, pas d’élection. Si les électeurs ne peuvent s’informer sur les différents candidats proposés, ils ne peuvent que choisir parmi leurs propres connaissances. Loin de faire concurrence aux élections, le « broglio » les complète et aidera indirectement l’ambition vice réprimé par la morale chrétienne à passer de l’ombre à la lumière.

Aujourd’hui, la place du « broglio » a perdu son nom et ce mot ne fait parler de lui qu’à travers quelques politiciens véreux. Or, ce ne sont pas seulement des fraudes électorales que la République a laissé à la postérité, mais toute une tradition de la campagne électorale pour élire celui qui le mieux devait œuvrer pour le bien commun.

Cette question de la limite entre autorisé et interdit, pratiques tolérées et intolérables, n’est pas un problème exclusivement vénitien, mais nous invite à nous interroger sur nos propres pratiques : quelle est la limite qu’une femme ou un homme politique ne doit pas franchir pour séduire son électorat ?

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon Freepik
Atlas historique, ou nouvelle introduction à l’histoire, à la chronologie et à la géographie ancienne et moderneHenri-Abraham ChatelainVolume 3 , Fres Chatelain, 1720, p. 168-169. 
Joseph Heintz der Jüngere  (1600–1678)


Maud Harivel

Centre européen des Études républicaines (maud.harivel@hotmail.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search