Construire les compétences de demain dans le secteur du bâtiment

Le secteur du Bâtiment et Travaux Publics (BTP) a longtemps été l’un des moteurs de la croissance en France, mais il pâtit depuis 2008 de la mauvaise conjoncture économique. Ce secteur profite d’une large offre de formations solides proposées aux jeunes qui souhaitent s’orienter vers ses métiers. Malgré leur forte attractivité et un bon taux d’insertion professionnelle, ces formations peinent néanmoins à garder les apprentis et à les stabiliser dans les emplois. Le moment est-il donc venu de repenser profondément les filières du BTP ?

Dans une étude récente (Bonleu et alii 2020), nous faisons le point sur les enjeux auquel ces filières sont confrontées. Nous constatons que malgré des formations reconnues de longue date et une bonne insertion des jeunes formés à ses métiers, le secteur du BTP est confronté à des défis importants : limiter la déperdition due aux abandons dans ses filières de formation et renforcer l’attractivité de ses métiers pour fidéliser, attirer et développer de nouvelles compétences en lien avec les transitions écologiques et numériques.


  • Bonleu A., Joseph O., Sulzer E., Toutin M-H., 2020, « Construire les compétences de demain dans le BTP », Céreq Bref, Centre d’études et de recherches sur les qualifications, n°389


Une offre de formation initiale adaptée au tissu économique…

Au sein des formations professionnelles initiales du BTP, les apprentis sont majoritaires : selon les données de l’enquête Génération du Céreq 58 % des jeunes sortant d’une formation du BTP en 2013 étaient en apprentissage, contre seulement 18 % pour les formations hors BTP. Cette surreprésentation est particulièrement forte au niveau Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) (79 %) et bac pro (45 %). Elle est à rapprocher de la structure sectorielle très spécifique, polarisée entre « quelques majors prédominantes en termes d’emplois et de capacités de production, et plus de 90 % d’entreprises de moins de 10 salariés, avec, au milieu, quelques poids lourds, bâtisseurs régionaux » (responsable de branche). Selon leur taille et surtout selon leur configuration productive, les entreprises opèrent des choix quant au niveau de formation et à la nature de la certification de leurs futurs salariés.

Ainsi, le bac professionnel semble moins mobilisé par les Petites et Moyennes Entreprises (PME), les Très Petites Entreprises (TPE) et les artisans, au profit d’un CAP reconnu comme premier niveau de qualification. Mais il est apprécié par les grandes entreprises, où les activités sont plus segmentées, et où le bac pro peut constituer l’antichambre d’une poursuite d’études en Brevet de Technicien Supérieur (BTS). Si les enchaînements CAP – BTS sont peu fréquents, les parcours multi-CAP ou du CAP vers le Brevet Professionnel (BP) (uniquement accessible en apprentissage) apparaissent pour les PME comme les idéaux-types des parcours de formation et d’acquisition des compétences.

En 2016, trois ans après la fin de leurs études, près de sept jeunes primo-sortants sur 10 (68 %) occupent un emploi, et à niveau donné, les jeunes formés dans le BTP sont plus en emploi que les autres. Le taux de chômage des jeunes diplômés du secondaire est également nettement plus faible que celui des jeunes sortis d’autres filières au même niveau.

…mais des abandons en cours d’études et un départ vers d’autres secteurs

Cette insertion professionnelle favorable des sortants des filières de formation BTP ne doit pas cacher les difficultés auxquelles les acteurs du secteur sont confrontés. En premier lieu, un nombre important de parcours de formation dans le BTP restent inachevés : toujours selon l’enquête Génération, le taux de sortants non diplômés est de 27 %, contre 13 % dans les autres filières. Les jeunes apprentis représentent 60 % de ces sortants sans diplôme (seulement 17 % pour les formations hors BTP). La problématique des ruptures des contrats est ainsi au cœur des difficultés du secteur car Le BTP pâtit d’un cumul de facteurs qui hausse mécaniquement ce taux.

Le secteur semble aussi confronté à un déficit d’attractivité de ses métiers. Seuls 44 % des jeunes formés dans le BTP exercent leur premier emploi dans le secteur, cette proportion s’élevant à 54 % pour les apprentis et tombant à 29 % pour les jeunes sortis d’une formation scolaire. Trois ans plus tard, ils ne sont plus que 39 % à travailler dans le secteur (45 % pour les apprentis et 29 % pour les scolaires). La présence de ces jeunes dans le BTP est encore plus faible si on s’intéresse à l’accès aux métiers cibles, autrement dit à l’exercice d’une profession du BTP dans une entreprise du secteur. L’alimentation des métiers du bâtiment dans le secteur BTP ne concerne ainsi que 35 % des formés lors de leur premier emploi et 29 % de leur emploi au printemps 2016.

Une politique de formation sensible aux retournements de conjoncture

Secteur économique sensible à la conjoncture, le BTP a connu dès la fin des années 2000 une période de contraction économique qui a pesé sur l’offre de formation. Cette crise a affecté en particulier l’offre de contrats d’apprentissage, le bâtiment faisant partie des secteurs où les postes d’apprentis ont le plus diminué. Du point de vue des entreprises, on observe qu’une longue période de contraction économique favorise le développement de pratiques qui dégradent les conditions de travail et d’emploi (appel au travail dissimulé, mobilisation de travailleurs détachés…). Les stratégies de braconnage de main d’œuvre sont susceptibles de décourager l’appétence des acteurs à mobiliser la formation, par peur de perdre le collaborateur qu’ils auraient formé, salarié confirmé ou apprenti.

Dans le cas des stratégies de sous-traitance développées par certaines majors qui « ilôtisent » les marchés une fois gagnés et « découpent le boulot », la question est de savoir si « elles vont vraiment participer à la création des compétences, avec l’apprentissage partagé par exemple, ou bien déléguer, voire externaliser la création de compétences aux PME ? » (acteur de la formation professionnelle). Or, « chez la plupart des PME très dépendantes des majors, elles n’ont pas les reins assez solides économiquement pour former : pas de visibilité des chantiers et de leur nature, pas le temps surtout de former puisque leur avantage c’est de travailler à moindre coût »».

Pour les PME autonomes installées sur des niches, la mobilisation de la formation reste « fragile et surtout répond avant tout à des besoins individuels, spécifiques, peut-être éloignées du point de vue de l’intérêt du secteur dans sa globalité » (représentant de la branche). Plus encore, la durée de vie des entreprises devient un facteur problématique pour la création des compétences dans un futur proche. Enfin, le secteur est aussi confronté à la question de l’impact du développement des microentreprises ou de l’activité sous forme auto-entrepreneuriale, pour lesquelles l’accès aux canaux de création et de renouvellement des compétences par la formation est plus difficile.

Une volonté de renforcer l’attractivité des métiers et la sécurisation des parcours

Face à ces difficultés, les acteurs du BTP misent sur le développement de l’attractivité des professions et des formations. Concernant les premières, il s’agit de mettre l’accent sur les aspects positifs des métiers du BTP, sur leur diversité, et surtout sur la transformation des métiers et/ou l’évolution sensible des compétences requises dans l’exercice de l’activité professionnelle.

En effet, les matériaux, les produits, les services, ne cessent de se diversifier. La valorisation du secteur porte aussi sur l’inscription dans la transition et la performance énergétiques, avec des exigences renforcées en matière de labellisation environnementale des produits. La digitalisation des pratiques de travail concrétisées par la « maquette numérique » BIM (Building Information Modeling), engendre des « phénomènes d’hybridation » diffus sur les compétences et transforme les activités de travail. L’accent est mis également sur la transformation des formations qui doit se traduire par un effort de visibilité. Si celles du secondaire sont réputées facilement identifiables, les formations du supérieur, multibranches et centrées sur des fonctions support et connexes, sont jusqu’à présent peu visibles. L’action des acteurs de la branche BTP porte aussi sur la sécurisation des parcours grâce à une politique renouvelée de lutte contre les ruptures de contrat d’apprentissage.

La prévention passe par l’accompagnement dans l’écriture et la signature des contrats en présence des trois parties (jeune, entreprise et Centre de Formation des Apprentis (CFA)), pour expliciter les droits et devoirs de chacun, et présenter les solutions d’appui en cas de difficulté. Il s’agit aussi d’accompagner les jeunes au quotidien, avec la prise en compte de freins périphériques (logement, problèmes familiaux, santé…). Les entreprises ont leur rôle à jouer, et la démarche des acteurs de la branche vise à sensibiliser les employeurs et les maîtres d’apprentissage au fait qu’un apprenti est un professionnel en construction, que « l’apprentissage c’est du temps investi, et que cela ne rapporte pas tout de suite » (responsable d’un centre de formation en apprentissage de la branche).

Quel futur pour les filières BTP ?

Dans la démarche qui vise à construire les compétences de demain en s’appuyant sur la formation initiale, le BTP a dû s’adapter, ces dernières années, à un cadre en pleine transformation suite aux réformes de la formation professionnelle initiale, de l’apprentissage, du cadre réglementaire des certifications et de la gouvernance territoriale. De plus, alors que les différents acteurs locaux impliqués dans le champ du BTP s’appropriaient ce nouvel environnement et ses opportunités, la crise liée au Covid est venue ébranler une expertise et un équilibre en cours de reconstruction.

L’impact de la crise sanitaire sur la mobilisation de l’apprentissage au sein du BTP est double : se cumulent effets spécifiques sur l’activité économique et effets propres sur la formation en alternance. La crise renforce l’acuité de certains constats révélés par l’étude et redessine, pour les acteurs de la branche BTP, les défis à affronter dans l’immédiat, mais aussi à moyen terme.

Concernant l’activité économique, le tableau de bord mensuel de la situation sur le marché du travail établi par la Dares confirme que le BTP a été l’un des trois secteurs les plus durement touchés par la crise. Sur l’apprentissage, l’impact de la crise pourrait se révéler pluriel. Dans les entreprises, l’arrêt de l’activité a pu avoir un effet, à évaluer, sur le rôle, la place et la mobilisation des maîtres d’apprentissage. Dans les CFA, le développement des formations en distanciel a pu affecter le déroulé de la formation et augmenter le nombre de ruptures de contrat. La crise aura des effets sur l’accès à l’emploi. La « meilleure qualité » de l’insertion des apprentis, particulièrement dans le champ du BTP, risque ainsi d’être remise en cause. L’employabilité des apprentis, notamment dans la cible, ne va-t-elle pas être reconsidérée par les entreprises sous prétexte, ou par crainte, d’une formation tronquée à partir de mars 2020 ?

Au-delà, les jeunes ne vont-ils pas revoir leurs arbitrages entre formation et emploi et poursuivre leurs études pour décrocher un niveau de formation supérieur, du fait d’un contexte dégradé d’insertion ? Quid des choix d’orientation entre voie scolaire et alternance, alors que la crise peut remettre en exergue le caractère procyclique de l’apprentissage ? Enfin, si les plans d’urgence pour l’emploi et pour la jeunesse des pouvoirs publics peuvent contribuer à atténuer les effets négatifs de la crise sanitaire sur l’emploi et la formation, une attention particulière doit être portée aux externalités potentielles.

Alors que le paysage initié par la loi « Avenir professionnel » de septembre 2018 n’est pas encore stabilisé, les nouvelles mesures spécifiquement orientées pour soutenir l’alternance risquent de réduire encore la lisibilité et la visibilité du cadre de l’apprentissage. Cependant, à moyen terme, l’apprentissage dans le BTP pourrait trouver matière à se renouveler si la sortie de crise accélérait la transition écologique. Dans ce cas, le BTP se trouverait en première ligne, sur le segment des constructions neuves comme sur celui des rénovations. Certes, toutes les entreprises ne sont pas préparées à intégrer ces chantiers d’éco-construction. La différence pourrait se jouer sur l’existence de spécificités de production et donc des compétences associées. L’apprentissage pourrait trouver, dans ce cadre en réécriture, l’opportunité d’être une voie privilégiée, par les jeunes et par les entreprises, de construction des compétences de demain.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon ultimatearm, turkkub, Nikita Golubev


Antoine Bonleu, Olivier Joseph, Emmanuel Sulzer et Marie-Hélène Toutin

Antoine Bonleu, Aix-Marseille Université, Céreq (antoine.bonleu@cereq.fr) ; Olivier Joseph, Aix-Marseille Université, Céreq (olivier.joseph@cereq.fr) ; Emmanuel Sulzer, Aix-Marseille Université, Céreq (emmanuel.sulzer@cereq.fr) ; Marie-Hélène Toutin, Céreq Centre associé Université de Lille, Clersé-CNRS (marie-helene.toutin-trelcat@univ-lille.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search