La famille en révolution

« Familles, je vous hais ! » s’exclamait l’écrivain André Gide. Cette formule, rageuse et provocante devint, un slogan libertaire dans les années 1970. Mais depuis, l’image de la famille a changé et s’est pacifiée, même si elle reste un terrain de conflits, d’incompréhensions et parfois de ruptures douloureuses. En effet, les relations familiales sont d’autant plus complexes qu’elle comporte diverses dimensions : affective, identitaire, sociale, morale, symbolique. Cette complexité est encore renforcée par les évolutions de la famille, qui induisent des tensions entre renouvellement et invariants. 


  • Tamisier K., 2020, La Famille en révolution. Sexe, amours et déceptions, L’Harmattan.


Familles vécues et représentées

Le cocktail familial apparait ainsi hautement inflammable (disputes, reproches, rancœurs, jalousies, « préférences », etc.). Mais rien n’empêche d’entretenir des rapports sains et pacifiques avec sa famille, à condition d’accepter de se confronter à la réalité et non à l’imaginaire de celle-ci. Car si la famille nous met « dans tous nos états », c’est aussi parce qu’elle est le lieu de tous les clichés, et d’aspirations parfois irréalistes. Tout le monde rêve d’une famille idéale où l’on se parle, s’écoute et se comprend, par-delà les différences de personnalités, les générations voire les recompositions. Mais ce mythe résiste difficilement à l’épreuve de la réalité.

« L’image abstraite de la famille où chacun pourrait s’épanouir sans entraves est un idéal puissant », rappelle le psychologue Sébastien Dupont. Cette famille idéale, c’est celle qui est servie « à toutes les sauces » dans les fictions télévisuelles. Pendant vingt-six ans, les téléspectateurs ont notamment suivi les tribulations des Beaumont dans la série Une famille formidable. Dans le dépassement ou la résolution des conflits, ces personnages nous rappellent que la famille est ce socle affectif vers lequel on revient toujours, où on ne sera pas (trop) jugé et où on se sentira en sécurité. Cette image de solidarité inconditionnelle rassure, même si on ne l’expérimente pas forcément dans la vraie vie.


  • Dupont S., 2017, La famille aujourd’hui. Entre tradition et modernité, Editions Sciences Humaines.


La famille, institution en métamorphose

« Dans la famille traditionnelle, je demande la mère… » Autrefois, le jeu des sept familles suffisait à la décrire : le père, la mère, le fils, la fille, la grand-mère, le grand-père… Mais le jeu s’est complexifié. Entre les divorces, les remariages, les PACS, la famille est en constante évolution.

Classique, monoparentale, recomposée ou homoparentale, elle renvoie désormais à des formes très diverses. Selon l’enquête 2018 sur les valeurs des Français et des Européens (laboratoire Pacte-CNRS et Arval), 86% des personnes interrogées la jugent très importante dans leur vie, loin devant le travail (62%), les amis et les relations (53%), les loisirs (34%) et la politique (10%). Ainsi selon le politologue Pierre Bréchon, l’un des coordinateurs de l’étude, « la famille reste une valeur intemporelle, qui suscite l’adhésion de tous, indépendamment des origines sociales ».

Ces transformations de la famille sont travaillées par des mouvements sociétaux de libéralisation profonds. Désormais, on « fait famille » selon ses désirs. Plus souple, plus fluide, la famille n’est plus cet espace où l’on se sent entravé. Ses membres souhaitent rester « libres ensemble », selon l’expression du sociologue François de Singly. Quand on demande aux Français quels mots ils associent à la famille (Sondage IFOP, 2012), ils répondent en premier le bonheur à 35%, les valeurs communes (21%), le partage (17%) et la solidarité (14%) devant les conflits et les contraintes (2% chacun).

Les invariants éthiques de la famille moderne

Pour autant, la famille comme symbole de la vie privée et de l’amour n’a jamais été aussi forte. Bien que contestée, l’union de deux personnes « pour le meilleur et pour le pire » reste un idéal de stabilité. Considérée comme un lieu de repli et de « refuge » (le confinement semble l’avoir confirmé) l’institution familiale continue de stabiliser les rapports sociaux sous des formes sans cesse renouvelées. La famille assure en somme une sorte de protection qui s’exerce tout au long de la vie.

La plupart des chercheurs s’accordent ainsi sur la constance de la solidarité dans la famille moderne, à une époque où ne pouvoir compter sur personne, n’être pas entouré est perçu comme une fragilité, mais aussi comme un risque : celui d’être isolé et dépendant des solidarités publiques. Lorsque l’on interroge les gens sur les valeurs servant de socle à la famille, ceux-ci répondent majoritairement : l’entraide et l’assistance, la fidélité, la confiance et la transmission. Ces solidarités familiales se concrétisent dans des pratiques d’entraide qui recouvrent des formes très variées (aide financière, échange d’informations et de services plus ou moins quotidiens). Elles s’exercent en majeure partie le long de la chaîne générationnelle, entre grands-parents, parents et enfants.

Comme le souligne la sociologue Bernadette Bawin-Legros, le nouveau couple, exigeant en qualité de sentiments, donc limité dans le temps (on n’hésite pas à se séparer quand le sentiment n’est plus au rendez-vous), n’en demeure pas moins traditionnel dans ses valeurs. La génération moderne reste porteuse d’idéaux qu’elle applique le temps que l’union dure : authenticité, sincérité et stabilité. Au sein du nouveau couple, revendiquer son individualité ne signifie pas forcément oser toutes les libertés.


  • Bawin-Legros B., 2003, Le nouvel ordre sentimental, Payot.


Il est frappant de constater que, dans toutes les enquêtes sociologiques sur les valeurs du couple, la fidélité est toujours citée en premier, même par les plus jeunes. Pourtant aujourd’hui, même dans la loi, l’infidélité n’est plus une raison (suffisante) pour demander le divorce. Le maintien de cette exigence montre à quel point l’exclusivité sexuelle et affective semble être une forme qui garantit une certaine sécurité personnelle. La famille peut être considérée comme une institution stabilisant les structures morales, sexuelles et sociales.


  • De Singly F., 2005, Libres ensemble : l’individualisme dans la vie commune, Armand Colin.


La relation entre parents au cœur de la famille

Le noyau familial sert de refuge émotionnel. Il constitue un lieu de cristallisation des sentiments familiaux. Mais alors qu’il n’y a pas si longtemps, le fatalisme (de fatum, « destin ») conjugal astreignait à aimer en CDI, pour le meilleur et souvent pour le pire, aujourd’hui, les parents s’aiment en CDD. La durée de vie s’est considérablement allongée, les femmes ont conquis leur indépendance de haute lutte, et les cadres de la famille traditionnelle ont tellement évolué que séparation, divorce, célibat temporaire assumé ou non, amitiés amoureuses, « papillonnage », recompositions, pères ou mères célibataires, PACS, ménages à plusieurs, unions libres ou homosexuelles voire « polyamour », font désormais partie du paysage amoureux.

Au XXIème siècle, les mutations de la vie à deux et de la famille en général ont été aussi importantes que pendant les quatre siècles précédents. À la notion de père de famille s’est substituée celle de partenaire. Chacun peut selon son choix garder son nom, prendre celui de son conjoint ou accoler les deux. Le modèle familial nucléaire a implosé.

L’instabilité des couples aujourd’hui semble refléter celle de la vie professionnelle. Dans les années 1980, on entrait à 20 ans dans une entreprise pour y faire carrière. Désormais, l’entrée dans la vie professionnelle doit passer souvent par une longue phase d’insertion où alternent l’intérim, les CDD, les stages, les périodes d’essai, le chômage. Le couple et la famille semblent soumis à un même régime de précarisation, de sorte que s’il faut s’attendre à des reconversions professionnelles au cours de sa vie, il faut aussi envisager les recompositions amoureuses.

Une institution qui ne va pas de soi

« On ne choisit pas ses parents, on ne choisit pas sa famille », chante Maxime Le Forestier (Album Né quelque part, 1988). Quelle que soit la famille dont nous sommes issus, il y a toujours à redire. On n’a jamais la famille qu’on voudrait, c’est aussi ce que pensent, parfois, ceux qui affrontent la séparation, ceux qui se lancent dans l’aventure de la recomposition familiale, de l’adoption, de l’homoparentalité, ceux qui, par choix ou non, élèvent leurs enfants seuls.

Faire le deuil de la famille dont on rêvait, faire avec les cahots d’un chemin à inventer, composer avec le regard des autres, aider les enfants à s’adapter, à assumer la singularité de leur condition…. Il faut du courage, de la ténacité (et de l’amour, aussi) pour « faire famille » dans ces configurations inattendues ou inédites. La famille fait l’objet d’une forte idéalisation alors que la famille parfaite, est une pure fiction. Il n’y a pas de famille modèle.

Adoption, PMA, homoparentalité, les contours de la famille évoluent et les débats sont souvent explosifs. Les grandes manifestations en France concernant la « loi Taubira » (« mariage pour tous ») en 2013 ont mis en évidence les tensions liés aux évolutions de la famille. Car toucher à la famille, c’est toucher à ce que nous avons de plus intime : un « noyau dur » identitaire et culturel.

Mais si les familles se défont, elles se renouent aussi en permanence, sous une forme ou une autre. Elles s’inscrivent dans des dynamiques contradictoires, mais qui souvent, parviennent à atteindre un point équilibre. Il semble nécessaire de saisir la pleine mesure de ces changements de manière à vivre la famille plus sereinement, en la comprenant comme un équilibre instable et dynamique, en évolution permanente.

Crédits images en CC : Flaticon Freepik, Eucalyp, photo3idea_studio, inconixar


Kathleen Tamisier

Kathleen Tamisier, Groupe IGS, PROPEDIA (kathleen.tamisier@bbox.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search