État-nation et fabrique du genre

Qu’est-ce qu’une nation ? Comment est-elle fabriquée ? Pourquoi la nation s’intéresse-t-elle autant au rôle des hommes et des femmes dans la société ? Qu’est-ce qu’une femme moderne ? Pourquoi les héros nationaux ne sont (presque) que des hommes ? Pour répondre à ces questions cet article s’appuie sur l’ouvrage intitulé État-nation et fabrique du genre, des corps et des sexualités. Iran, Turquie, Afghanistan, publié en 2019, co-dirigé par Lucia Direnberger et Azadeh Kian. Cet ouvrage et cet article explorent les moyens d’articuler le genre, les sexualités, les corps et les nations dans ces trois contextes nationaux : l’Iran, la Turquie et l’Afghanistan.

La nation, en tant que communauté, relève de l’invention et non d’une réalité sociale. La communauté nationale n’existe pas en soi, elle est fabriquée sur une interprétation d’éléments matériels et symboliques : une histoire, une religion, une appartenance ethnique et/ou raciale, des héros et des pères fondateurs, une langue, un territoire, etc.


  • Direnberger L., et Azadeh K., 2019, État-nation et fabrique du genre, des corps et des sexualités. Iran, Turquie, Afghanistan, Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence.


Genre et nation

En créant la nation, les nationalistes construisent des lignes de partage entre celles et ceux qui appartiennent à la communauté nationale et celles et ceux qui en sont exclus. Il existe une autre ligne de partage, celle du genre. Les travaux de Kumari Jayawardena, Nira Yuval Davis ou Deniz Kandiyoti sont pionniers en la matière. Les idéologies nationales produisent et imposent des hiérarchies entre les hommes et les femmes au sein de la nation. Autrement dit, les hommes ne partagent ni les mêmes caractéristiques ni les mêmes rôles assignés aux femmes au sein de la communauté nationale.

Les hommes sont hissés comme « héros », « martyrs » ou encore guides ou libérateurs de la nation, aptes à défendre et gouverner le territoire national. La participation des femmes dans la vie collective est, elle, réduite à sa fonction reproductive et à l’éducation des enfants. Ainsi, l’idéologie nationale est très souvent un outil particulièrement efficace pour justifier et reproduire les inégalités entre hommes et femmes mais aussi pour imposer l’hétérosexualité, on parle alors d’hétéronationalisme.

La fabrique des femmes modernes

L’Iran, la Turquie et l’Afghanistan constituent des contextes intéressants pour analyser les constructions du genre, des corps et des sexualités dans les idéologies nationales. Cela permet également de mettre au jour les co-formations entre normes nationales de genre et celles produites et imposées par les puissances coloniales. À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, les nationalistes sont majoritairement des hommes, iraniens, turcs et afghans issus d’une élite éduquée et urbaine qui aspire à des réformes importantes. Ces dernières touchent de nombreux domaines :  l’éducation, la religion, la santé, mais aussi des relations de genre et des sexualités. À travers la presse, la littérature et les espaces politiques institutionnels, les nationalistes produisent des débats et politiques qui posent le « progrès » et la « modernité » comme un objectif à atteindre pour la nation.

À cette époque, l’émergence de l’idéologie nationale en Iran est le corollaire d’une idéologie orientaliste sur la modernité qui a été imposée par les puissances coloniales (françaises, britanniques et russes) présentes dans la région. Les orientalistes et les nationalistes, tout en se distinguant, partagent certaines positions politiques. Ainsi, ils affirment que le fait que le pays soit arriéré et le retard de la nation iranienne par rapport au progrès de l’Europe s’expliquent entre autres par l’érotisme et les pratiques sexuelles entre personnes du même sexe. L’hétéronormativité, c’est à dire l’imposition de l’hétérosexualité comme norme dominante, devient une condition d’accès de la nation à la modernité.

Pour les nationalistes iraniens, turcs et afghans, le rôle des femmes est au cœur de la politique visant le développement et la modernisation de la nation. Dans le projet national déployé par Mustapha Kemal en Turquie (Pinar Selek, Elif Gözdaşoğlu Küçükalioğlu) ou par Reza Pahlavi en Iran et Amanollah en Afghanistan (Azadeh Kian), les femmes ont pour responsabilité principale d’éduquer les futur.e.s citoyen.ne.s. La femme « moderne » est épanouie dans son rôle de mère et d’épouse et au contraire celle « traditionnelle » est caractérisée par son ignorance, ses superstitions, et représente un fardeau pour son mari.

La femme moderne, tout en étant dévouée à son mari, est responsable de la bonne tenue du foyer qui passe par la prise en charge des tâches domestiques et l’éducation des enfants. Si la femme traditionnelle est construite comme repoussoir du progrès national, la femme moderne n’est acceptée que sous condition, celle de l’assignation à l’espace domestique et d’un accès restreint à l’espace public.  

Dans le même temps, la mixité de genre des espaces publics apparaît ainsi pour les nationalistes comme un étendard de la modernité. La construction de la nation reformule donc les rapports sociaux de sexe mais aussi de classe et d’ethnicité. En effet, elles construisent des normes sociales hétéronormatives, de classe supérieure ou de classe moyenne moderne et instruite, et structurées sur l’ethnie majoritaire.

Traditions et authenticités nationales

Après avoir connu des périodes de modernisation (deuxième moitié du XXe siècle), l’Iran, la Turquie et l’Afghanistan sont traversés par des politiques d’authenticité nationale. En effet, des forces politiques très variées se revendiquent d’un retour aux « traditions nationales ». Des politiques publiques font la promotion de ce qui est définie comme relevant d’une « authenticité nationale », notamment en matière d’éducation, de santé, d’emploi mais aussi de transports publics, de sport, de culture.

Les travaux d’Azadeh Kian analysent aussi, après la révolution de 1979 en Iran, l’idéologie promue par les forces islamiques parvenues au pouvoir. Elle se donne pour objectif de redéfinir les normes nationales. Ce projet idéologique se revendique tant de l’islamité que de l’iranité de la nation. Une culture islamique et nationale doit renaître, débarrassée des éléments considérés comme occidentaux et en lien avec la monarchie « corrompue ». Loin d’être figées, certaines politiques de l’État mobilisent l’authenticité nationale mais connaissent des évolutions majeures à l’image de celles décrites par Nazanin Shahrokni. Cette dernière montre comment aux débuts de la République islamique, l’interdiction des activités sportives féminines dans l’espace public est justifiée par la protection de la vertu et de la chasteté des femmes.

Dans les années 1990, elle observe un changement important : l’État garantit désormais l’accès des femmes aux espaces publics pour faire du sport au nom de protection des droits et de la santé des femmes. Ainsi, il crée des parcs non-mixtes réservés à la pratique sportive et aux loisirs pour les femmes.

Les minoritaires comme acteur.rice.s politiques

Si l’idéologie nationale impose une hiérarchie de genre et de sexualité (supériorité des hommes sur les femmes et des hétérosexuels sur les homosexuels), les personnes qui subissent une ou plusieurs formes d’oppression – les minoritaires – n’en sont pas moins des acteurs et actrices politiques, économiques et sociaux. Il existe une diversité très forte de positionnement des minoritaires par rapport aux idéologies nationales. Ainsi les contributions de Pinar Selek et d’Azadeh Kian montrent que nombre de femmes ont eu un rôle important tant dans les mouvements nationalistes que dans la construction des États-nations.

Les auteures proposent aussi une relecture de la participation des femmes aux mouvements nationalistes et aux constructions nationales tout en analysant le cadre restreint dans lequel elles évoluent. En effet, leur participation est dépendante de restrictions majeures : adhésion au projet de modernisation promu par les États autoritaires. De plus, elles appartiennent surtout aux classes aisées urbaines et font partie de la majorité ethnique et religieuse. Pinar Selek montre le rôle important joué par deux des filles adoptives de Mustafa Kemal dans la construction nationale. Toutes deux sont érigées en modèles des femmes dans la nouvelle République tout en étant parties prenantes de la construction nationale.

Mais toutes les femmes ne participent aux idéologies nationales. Dans certains contextes, féministes et nationalistes s’appréhendent désormais avec suspicion ou hostilité et le nationalisme n’est plus, pour certaines féministes, considéré comme une force progressiste de changement. Dans un certain nombre de contextes, cette divergence entre féminisme et nationalisme peut se traduire par la création de structures autonomes. Ainsi, les militantes féministes entretiennent des rapports complexes avec les luttes nationalistes en raison de leur situation de minoritaires. Elles sont traversées par des contradictions, des impasses et des recompositions politiques importantes.

Les États-nations modernes tentent de réguler la présence des femmes dans l’espace public et contrôler et gouverner les corps et les sexualités des femmes. À travers l’occupation de l’espace public, des femmes contournent un certain nombre de règles imposées aux conduites corporelles des femmes. Sepideh Parsapajouh analyse la participation des femmes en Iran aux cérémonies religieuses d’Ashoura, qui commémorent le sacrifice d’Hossein, troisième Imam des chiites, et qui étaient jusqu’à peu, réservées aux hommes. L’auteure révèle aussi l’existence de plus en plus importante d’espaces religieux de mixité de genre (autour des stands de prière) dans l’espace public lors des cérémonies d’Ashoura. C’est donc aussi dans le cadre de pratiques religieuses dans l’espace public et de l’étatisation du religieux que se négocient des nouvelles pratiques urbaines pour les femmes tolérées par le régime.

Yassaman Khajehi propose une réflexion sur les identités corporelles féminines en Iran mettant au jour à la fois les contraintes qui pèsent sur les femmes et les stratégies que celles-ci mettent en place pour montrer leur corps malgré ces contraintes. Dans un contexte où l’apparition scénique des corps féminins est très encadrée, les femmes dissimulent des caractéristiques qui les assignent à une féminité construite comme désirable : les actrices cachent leurs cheveux, certaines serrent leurs seins avec un bandeau pour éviter leurs mouvements trop visibles. L’auteure interroge ainsi l’accès des femmes et les pratiques de contournement des normes et d’émancipation que des corps minoritaires donnent à voir sur scène.

La contestation du projet national

Sarah Guillemet montre comment les femmes kurdes qui rejoignent le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan qui a pour objectif officiel la création de régions autonomes fédérées aux États turc, syrien et iranien) remettent en cause le projet national turc à la fois en tant que femmes, en tant que Kurdes, et, pour certaines, en tant que femmes non-hétérosexuelles. Elles créent alors des espaces autonomes dans lesquels elles construisent du savoir et des pratiques qui se donnent pour objectif de dénoncer le sexisme, le colonialisme et l’hétéronormativité du projet national turc. Elles aspirent également à une plus grande justice sociale au sein des organisations politiques visant l’autonomie politique et culturelle des Kurdes.

Si des femmes sont considérées modernes et d’autres comme traditionnelles, cela en dit plus sur la nature de l’idéologie nationale et les lignes de partage de la communauté nationale, que sur les femmes elles-mêmes. En Iran, en Afghanistan et en Turquie, la fabrique de la modernité est liée aux normes imposées par les puissances néo/coloniales et retravaillées par les nationalistes/islamistes de ces pays. D’ailleurs, comme le montre Asli Telseren, la rhétorique des droits des femmes (afghanes ou kurdes) dans sa version post attentats du 11 septembre 2001, peut être utilisée pour engendrer la stigmatisation des femmes musulmanes à travers les représentations médiatiques et cinématographiques.

Dans les idéologies nationales, les héros sont des hommes et les minoritaires doivent rester à leur place. Mais ces normes sont négociées et contestées par les minoritaires qui déploient des stratégies variées pour remettre en cause des hiérarchies nationales. 

Crédits images en CC : Flaticon Freepik, Smashicons


Lucia Direnberger et Azadeh Kian

Lucia Direnberger, Centre Maurice Halbwachs (EHESS, ENS, CNRS) (lucia.direnberger@gmail.com) et Azadeh Kian, Université de Paris, LCSP-CEDREF (azadeh.kian@u-paris.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search