Prendre et garder le pouvoir à Rome : le dur métier des empereurs romains

Sur cinq siècles d’histoire de l’Empire et sur près de 60 règnes d’empereurs considérés comme légitimes, on compte une trentaine de renversements et environ 105 usurpations, dont 86 ne se limitent pas à la seule mention d’un nom, et dont 18 ont abouti à un pouvoir reconnu. Ce fait mérite que l’on s’y arrête pour en chercher l’explication.

Comment les empereurs romains faisaient-ils pour s’emparer du pouvoir et le conserver ? La réponse peut sembler évidente : par la force. Mais celle-ci ne suffisait pas à leur garantir un pouvoir durable. Un prétendant ou même un empereur reconnu pouvaient être issus des meilleures familles et soutenus par le Sénat, comme Galba en 68, ou bien dotés de nombreuses légions comme Vitellius en 69, ou bien encore être fils d’un empereur prestigieux, comme Domitien en 81 ou Commode en 180 ; cela ne garantissait, cependant, jamais la solidité de leur pouvoir, qui pouvait à tout moment être contesté, amenant à leur chute ou à l’échec de leur revendication du rang suprême. Le plus souvent, les empereurs renversés y gagnaient d’être qualifiés de « tyrans ». Ceux qui n’avaient même pas réussi à faire reconnaître leur pouvoir dans tout l’Empire étaient, quant à eux, désignés comme des « usurpateurs ».


  • Sella J., 2020, Tenir le loup par les oreilles. Prendre le pouvoir et le conserver dans la Rome impériale des premiers siècles, Ceyzérieu : Champvallon.

Un pouvoir reposant sur le consensus

La légitimité d’un empereur, et donc sa chance de se maintenir et de transmettre son pouvoir – que ce soit par filiation et/ou adoption –, reposaient sur le consensus, c’est-à-dire sur l’acceptation d’un empereur par ceux qui lui devaient obéissance. Il s’agissait, en fait, de la totalité des habitants de l’Empire. Mais au premier rang de ces derniers on trouvait les soldats, que l’empereur commandait par l’intermédiaire de ses légats, et les sénateurs qui fournissaient ces légats. Enfin, le peuple de la Ville de Rome jouait un rôle essentiel, car c’est là que le pouvoir impérial était reconnu et exercé par délégation.

L’importance du consensus a d’abord été mise en valeur par les travaux d’historiens tels que Pierre Grenade ou Egon Flaig. Dans les faits, ce consensus connaît des manifestations multiformes pouvant aller d’une acceptation enthousiaste, faite de manifestations de soutien ou d’approbation, à une forme de neutralité se limitant à l’absence de contestation d’un empereur, voire dans les cas les plus graves, à la création d’un « consensus » par l’élimination de toute contestation.

Lorsqu’on apprend la mort de Tibère en 37 après J.-C., son petit-neveu et successeur désigné, Caligula, fait l’objet de manifestations de joie unanimes et bien documentées. Il est d’abord acclamé par la garde impériale, puis reconnu par les sénateurs qui viennent à sa rencontre hors de Rome accompagnés par une large partie de la population de la Ville. Ensuite, des sacrifices en son honneur ont lieu dans les provinces et des prestations de serment en sa faveur dans tous les camps légionnaires. Mais cela n’est en aucun cas une garantie pour la suite, et Caligula fut très vite détesté par un groupe important de sénateurs qui l’éliminèrent moins de quatre ans plus tard par une conjuration.

Ce système était extrêmement fragile, aucune constitution ne venant le garantir de façon contraignante. En droit, l’Empire restait une république et l’empereur n’était que le premier d’entre ses pairs, c’est-à-dire des sénateurs dont il était issu et dont il partageait les charges comme le consulat. S’il réussissait à maintenir ce consensus, il pouvait demeurer au pouvoir jusqu’à sa mort. Il pouvait ainsi procéder à l’adoption d’un successeur, qui était le plus souvent issu de son sang. Il incarnait alors la république et sa volonté était source de loi.

Mais s’il venait à décevoir – par des défaites militaires ou par le mécontentement que ses décisions ou sa pratique suscitaient – alors ce consensus faiblissait et menaçait de se rompre et de justifier son élimination. Un empereur qui se maintenait au pouvoir par la crainte, sans avoir l’approbation de ses « sujets », devenait semblable à un prétendant qui souhaitait s’emparer d’un pouvoir auquel il n’avait aucun droit. On considérait qu’il occupait cette fonction de façon illégitime en s’appropriant un pouvoir considéré comme une chose qui appartenait à tous et que l’on ne pouvait gérer que par délégation du peuple.

L’exemple fondateur d’Auguste

L’empereur romain vivait sous la menace constante d’être renversé et assassiné – car aucun nouvel empereur ne pouvait prendre le risque de laisser vivre un prédécesseur. La durée de son pouvoir était suspendue au maintien de ce consensus. Elle était facilitée seulement par la peur qu’on avait de voir renaître les guerres civiles qui avaient permis au premier empereur – Auguste (27 av. J- C.- 14 ap. J.- C.) – de conquérir le pouvoir. Pour se maintenir, les empereurs devaient donc veiller à préserver et nourrir ce consensus. Dans ce but, ils furent amenés, consciemment ou non, à suivre un certain nombre de règles.

La chose était délicate : Auguste avait laissé un modèle, qui était fait de décisions légales, mais aussi de son propre exemple, érigé en référence fondatrice. Il avait pris soin de laisser un résumé de ses accomplissements, connu sous le nom de Res Gestae. Il y détaillait comment son pouvoir s’était constitué « pour le bien de l’État », comment il avait vaincu tous ceux qui « menaçaient ce même État » et comment il avait reçu l’approbation « unanime » de tous les groupes sociaux indispensables au gouvernement de la chose publique. Chaque empereur postérieur pouvait s’y référer, même lorsqu’Auguste déclarait avoir refusé certaines charges et certains honneurs qui lui avaient été proposés, comme la dictature.

Ces « règles » d’exercice du pouvoir constituaient une forme de norme à partir de laquelle les possibilités d’innover étaient limitées mais pas inexistantes. Ce qui avait été permis à un empereur pouvait légitimement être fait par tout nouvel empereur qui s’en montrait digne, à condition d’avoir été légitimé par l’usage dans la durée. Et cela supposait une forme de consensus. Ces innovations paraissaient souvent être des abus quand elles ne prétendaient pas s’inscrire dans un précédent fondateur qui le légitimait et que les Romains qualifiaient d’exemplum.

Ainsi, malgré le caractère républicain du régime, Auguste avait un temps adopté ses petits-fils comme successeurs. Ils moururent plus tard prématurément sans avoir pu régner, mais l’empereur fit tout de même figurer dans ses Res Gestae qu’il aurait aimé qu’ils lui succèdent. Il laissait ainsi ouverte à d’autres, après lui, la possibilité d’une évolution vers une certaine forme d’hérédité du pouvoir.

Mais à côté de ces exempla positifs, qui furent au fil des règnes suivis, adaptés et empreints d’un caractère quasiment officiel, il existait un autre répertoire de comportements, moins avoué, plus occulte, dont on ne pouvait parler aussi ouvertement, mais qui était tout aussi utile à la conservation du pouvoir.

Les Anciens ont donné le nom d’arcana imperii, ou « secrets du pouvoir », à ces pratiques qui avaient pour but d’éviter de perdre le pouvoir. Elles comprenaient un large éventail de situations, allant des stratégies matrimoniales à l’organisation de procès de lèse-majesté ou à l’élimination pure et simple d’un légat trop talentueux et populaire.

Arcana imperii

L’étude précise des sources permet de dégager ces comportements qui, lorsqu’ils ne sont pas précisément décrits et assumés, s’identifient souvent par leur caractère stéréotypé. L’étude « monographique » d’un seul règne nous rend myopes à leur égard : la tentation va être grande pour l’historien de les attribuer à des facteurs psychologiques et de montrer la logique interne qui sous-tend chacun des choix de l’empereur étudié, au point d’opérer parfois une plus ou moins grande réhabilitation par une approche que l’on pourrait qualifier d’empathique.

Ainsi Néron, facilement qualifié d’empereur « histrionique » ou « mégalomane », devient « mal compris » et « sali ». Les éléments négatifs transmis par les sources sont alors attribués à l’hostilité des sénateurs qui les ont rédigées et sont donc considérés comme des « lieux communs » destinés à discréditer l’empereur qui a mis à mort un sénateur. Une autre approche mérite donc d’être menée sur la longue durée afin de surmonter l’impression de répétition des mêmes faits qui survient parfois dans les sources, et de prendre en compte la réponse aux variations du consensus.

On voit alors comment les sénateurs, mais aussi l’empereur, dans un dialogue permanent, inscrivent leurs actes et leurs paroles dans des schémas préétablis et dotés d’un sens bien lisible pour leurs contemporains. Il existe, bien sûr, une tradition sénatoriale hostile à certains empereurs, il serait vain de le nier, mais cette tradition témoigne de l’enregistrement de faits, de gestes ou de paroles qui permettent de « catégoriser » tel ou tel empereur.

Si le détenteur du pouvoir choisit de suivre un modèle de gouvernement plutôt qu’un autre, en multipliant les références appuyées à un de ses prédécesseurs, il décide, par ce moyen, de s’inscrire dans une tradition et un style de règne déjà identifié. De même, s’il innove en choisissant de communiquer prioritairement avec le peuple ou avec les soldats plutôt qu’avec les sénateurs, il constituera un exemplum jugé négatif par certains membres du Sénat. Enfin, s’il en vient à mettre à mort des rivaux qui le menacent parce qu’il n’a pas su bâtir un consensus assez solide pour se mettre à l’abri de tout renversement, alors les sénateurs enregistreront fidèlement la liste de ses victimes comme un indicateur de la nature tyrannique de son pouvoir.

Ce fut le cas pour Caligula (37-41), Claude (41-54), Néron (54-68) ou Domitien (81-96). Cela ne témoigne pas d’une étroitesse d’esprit particulière de la part des membres du Sénat, qui ne se concentreraient que sur les atteintes qui les touchent de près. Il faut plutôt le voir comme une catégorisation destinée à constituer un modèle à suivre ou à éviter et dont ils sont particulièrement bons juges. Car, en tant que collaborateurs indispensables au gouvernement de l’empire, ils sont sous la menace constante de l’empereur. Et cela, d’autant plus qu’ils sont les seuls à même de lui succéder, puisque, à cette époque, un empereur ne peut être issu que du Sénat.

L’histoire des oscillations du consensus

Pour reconstituer l’histoire de ces oscillations du consensus, règne après règne, nous possédons de très nombreuses sources : textes historiques, législation, inscriptions, monnaies émises par le pouvoir, programmes architecturaux. L’approche menée sur deux cent cinquante années de conquête et d’exercice du pouvoir pour tenter d’en cerner les mécanismes se révèle extrêmement riche. Il n’est pas possible d’en évoquer ici toutes les facettes : le rôle des femmes dans la transmission et l’exercice du pouvoir, l’adoption de successeurs, l’influence des campagnes militaires, la tolérance aux critiques, la piété envers les dieux et la propagation des « signes divins » qui viennent garantir le pouvoir ou annoncer sa perte… ce n’est qu’une petite partie de tout ce qui peut être questionné.

Bien entendu, une telle approche pourrait être menée sur d’autres époques. Nos présidents ne manquent pas de se référer à des précédents fondateurs, qu’il s’agisse de Clémenceau pour Manuel Valls, Poincaré pour Giscard d’Estaing, Blum pour Mitterrand ou de Gaulle pour Chirac et Macron… Mais si leur quête constante de popularité dans les sondages peut se comparer au difficile exercice du maintien du consensus, ils ne risquent toutefois pas la mort en cas d’échec, sinon au niveau symbolique.

Si nos sociétés ont, elles aussi, besoin de consensus, elles sont régulées par des constitutions et des contre-pouvoirs censés nous protéger contre l’élimination physique des opposants les plus dangereux ou contre la mort par conjuration. En ce sens l’exercice du pouvoir ne peut plus se comparer, comme le faisait l’empereur Tibère, à l’image épuisante et angoissante d’un loup qu’on tiendrait par les oreilles sans pouvoir jamais le lâcher.

Cependant, la recherche d’une longévité et d’une prospérité demeure une constante en politique, qui ne doit pas nous faire oublier que les menaces d’une évolution tyrannique ou de l’irruption de la guerre civile n’ont pas disparu ; l’actualité la plus récente en fournit des preuves tous les jours, qu’il s’agisse des empoisonnements d’opposants en Russie, des enlèvements en Arabie Saoudite ou en Chine et des internements en Turquie. A ce titre, l’étude de la pratique impériale romaine nous livre une expérience dont la méditation reste extrêmement instructive.


  • Flaig E., 1992, Den Kaiser herausfordern. Die Usurpation im römischen Reich, Francfort/Main-New York : Campus Verlag.
  • Grenade P., 1961, Essai sur les origines du Principat, Paris : De Boccard.

  • Veyne P., 2005 L’Empire gréco-romain, Paris : Seuil.


Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon Freepik, Smahsicons, utlimatearm


Jérôme Sella

Jérôme Sella, Université Lille III, Halma UMR 8164 (jerome.sella@univ-lille3.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search