Que nous apprennent les lettres des sociologues ?

Une bonne part de l’activité des sociologues, comme de la plupart des universitaires, implique la rédaction de lettres et l’échange de correspondances avec de multiples interlocuteurs (collègues, étudiants, éditeurs…). Si aujourd’hui le courrier électronique s’est imposé dans nos pratiques épistolaires, réduisant fréquemment les lettres à des messages et laissant des traces souvent éphémères, un grand nombre de courriers manuscrits (lettres administratives, professionnelles et même parfois familiales) dorment encore dans les archives des sociologues d’hier. Découvrir et relire ces correspondances anciennes est souvent émouvant et captivant, mais comment les analyser ? Comment reconstituer leur contexte ? À quelles fins les mobiliser et pour quels usages ?

Écrits par des spécialistes de l’histoire de la sociologie, les textes rassemblés dans un ouvrage collectif récent montrent tout l’intérêt de ces documents épistolaires à travers différents usages : retracer des itinéraires de sociologues ou éclairer un moment biographique, reconstituer des réseaux d’échange intellectuel, apprécier l’influence d’une pensée, suivre l’élaboration d’une théorie, ou encore saisir la force d’un débat. Parfois les correspondances mettent à jour des stratégies professionnelles ou des engagements, ou permettent tout simplement de mieux comprendre un contexte social, scientifique ou politique.


  • Vannier P. (dir.), 2020, La Sociologie en toutes lettres. L’Histoire de la discipline à travers les correspondances, Toulouse, PUM.


Un itinéraire ou un moment biographique

Certes, la notoriété du sociologue confère à sa correspondance une valeur indiscutable et suffit bien souvent à en justifier la publication, mais certains aspects de sa biographie peuvent encore rester dans l’ombre.

C’est le cas d’Émile Durkheim dont les lettres à son neveu Marcel Mauss permettent de mieux comprendre leur relation et leur collaboration scientifique. Etudiant son activité d’enseignant à l’Université de Bordeaux (1887-1902), Matthieu Béra offre une image inédite de Durkheim en habit professoral, posant devant l’objectif d’un photographe. Comme il reste peu de traces des cours qu’il donnait et de leur contenu, les quelques allusions faites dans sa correspondance sont d’autant plus précieuses.

Quant à ses étudiants (des agrégatifs, des élèves instituteurs, mais aussi un public non spécifique d’une trentaine d’auditeurs), Durkheim en évoque certains dans ses lettres, ce qui permet en croisant avec d’autres informations de reconstituer quelques-unes de leurs trajectoires. Pourtant ses lettres révèlent surtout combien il vivait cette activité enseignante comme une contrainte, prenant tout son temps (deux à trois jours de préparation par semaine pour un cours d’une heure) au détriment de la recherche. M. Béra réussit à montrer cette tension entre enseignement et recherche qui fait curieusement écho chez les universitaires d’aujourd’hui.

Un autre exemple est la période new-yorkaise de Georges Gurvitch durant la seconde guerre mondiale, lorsqu’il trouva refuge à la New School for Social Research, qui fut un des moments déterminants de sa vie, pourtant peu analysée. Suzie Guth a examiné dans les archives de la Fondation Rockefeller les lettres administratives et personnelles qu’il écrivait au cours de cette période pour dresser le portrait d’un sociologue en exil, suspendu à la décision de renouvellement d’une bourse pour pourvoir subvenir à ses besoins. Il était également en quête de reconnaissance et d’insertion universitaire, sans toutefois y parvenir malgré la mobilisation de son réseau universitaire (Roscoe Pound, Pitirim Sorokin, Alvin Johnson…) et une activité intense (cours et séminaires notamment à Harvard, direction de l’institut de sociologie à la New School, membre du comité de rédaction du Journal of Legal and Political Sociology, publication de quatre articles, etc.). Cette énergie sera toujours présente chez lui, une fois de retour en France en 1945, pour reconstruire sans relâche la sociologie.

Le périple américain autour des années 1947-1948 a été également un moment déterminant de la trajectoire de Michel Crozier. Sillonnant les routes en train, en bus ou en auto-stop, travaillant dans des usines comme ouvrier pour compléter sa bourse d’étude, menant des interviews auprès des responsables syndicaux (plus de 600), constituant ainsi un matériau qui nourrira son travail de thèse, il a cherché à décrypter le fonctionnement d’une société dont le système économique et social s’imposait pour une large part comme le plus avancé. Et c’est à ses parents qu’il adressait régulièrement ses premières observations et réflexions sur la situation politique aux États-Unis et en France, sur les conditions sociales et matérielles des américains (le mode de vie, la consommation, la violence, la pauvreté, le travail en usine…), mais aussi sur son sentiment de solitude et de liberté. Gwenaële Rot nous livre ainsi trois lettres inédites postées de Walla Walla (État de Washington) comme témoignages, sans filtre, désenchantés parfois, de cette période formatrice du futur sociologue des systèmes organisés.

Des postures et des débats sociologiques

L’ouvrage ne se limite pourtant pas à combler des biographies intellectuelles. Il analyse aussi des postures et des débats parfois fondateurs. Ainsi, la correspondance échangée entre Robert Merton et Thomas Kuhn, archivée à l’Université de Columbia, permet à Michel Dubois de réévaluer leur controverse scientifique qui a depuis pris la forme d’un mythe fondateur. Formés à l’Université d’Harvard (le premier dans les années 1930, le second dans les années 1940), ils ont marqué l’étude des sciences et des techniques – Merton en établissant la sociologie des sciences comme une spécialité autonome, Kuhn en publiant en 1962 La Structure des révolutions scientifiques, devenu incontournable en histoire des sciences.

Si leur correspondance croisée (22 lettres échangées entre 1957 et 1987 et traitées par l’application d’analyse textuelle IRAMUTEQ) porte sur les contraintes académiques (les cours, les conférences, les publications…) et leurs travaux sociologiques (envois de textes en version provisoire ou publiée, commentaires critiques …), curieusement, le terme de paradigme, cher à Kuhn, est quasi inexistant. Elle témoigne en outre davantage d’une proximité intellectuelle (comme la participation active de Kuhn à l’institutionnalisation de la sociologie des sciences) que d’une opposition qu’ils tentèrent d’ailleurs d’éteindre mais qui sera surtout conduite par leurs disciples au cours des années suivantes.

Dans le cas de René Lourau, promoteur de l’analyse institutionnelle, ce sont des lettres privées et inédites qui permettent à Antoine Savoye (son ancien étudiant puis collègue) de relier son parcours intellectuel et son engagement pédagogique dans un contexte pré et post mai 68. Enseignant en sociologie d’abord à Nanterre dès 1966, puis à Poitiers à partir de 1972, la pédagogie de R. Lourau, fondée sur l’autogestion non directive ou intégrale, et sa contre-sociologie, marquaient bien une rupture avec la sociologie académique. Sorte de franc-tireur de la sociologie, il appliqua sa contre-sociologie à Poitiers (assemblées générales, partage du pouvoir de gestion, repas collectifs, crèche sauvage créée par les étudiants…) dont il évoque les moments forts mais aussi les conséquences. Il fut en effet suspendu de ses fonctions en 1974 et rejoignit, l’année suivante, le centre universitaire expérimental de Vincennes.

Des pratiques et des stratégies épistolaires

Ces quelques exemples laissent entrevoir la variabilité des pratiques épistolaires des sociologues. On peut néanmoins interroger ces pratiques, aussi diverses soient-elles, en lien avec l’œuvre produite.

Alexandre Gofman compare ainsi les pratiques épistolaires de Karl Marx et celles d’Émile Durkheim. Si la correspondance de Marx est plus importante que celle de Durkheim d’un point de vue quantitatif, elle se distingue d’abord par le style : les lettres de Marx sont empreintes de passion révolutionnaire, de combativité, mais aussi de colère, d’irritation et même de jurons, tandis que celles de Durkheim expriment la tristesse, l’angoisse, la mélancolie, la constante préoccupation.

Si le contenu est plus ordinaire chez Durkheim, renvoyant aux problèmes de la vie quotidienne, on trouve chez Marx des citations, des références historiques, philosophiques, scientifiques, littéraires et même artistiques. Ses lettres sont des prolongements de son œuvre et sa correspondance a joué un rôle indéniable dans sa diffusion et sa réception : Engels n’hésitait pas à signer ses comptes rendus du Capital en plagiant des morceaux entiers de lettres que Marx lui avait adressées.

Rappelons que le marxisme repose autant sur les lettres de Marx (et parfois même sur ses brouillons de lettres) que sur ses manuscrits inachevés d’où les multiples interprétations parfois contradictoires. A contrario, la correspondance de Durkheim, qui certes avait l’avantage d’être intégré au milieu universitaire, n’a pas rempli la même fonction. La comparaison des pratiques épistolaires de ces deux intellectuels, aux parcours bien différents, inscrits dans deux époques distinctes, donne ainsi une clé de compréhension sur leurs œuvres respectives.

Quant à la correspondance de Robert Merton, elle se présente comme un archétype : particulièrement abondante (près de 475 boîtes archivées à l’Université de Columbia) et étendue sur une période particulièrement longue (depuis la fin des années 1920 lorsqu’il était étudiant à Philadelphie jusqu’à son décès en 2003), elle a suivi l’évolution technologique, de la lettre manuscrite à la lettre numérique. Épistolier compulsif, selon l’expression d’Arnaud Saint-Martin qui analyse sa pratique à travers quatre fonctions (heuristique, de contrôle patrimonial, phatique et expressive-poétique), Robert Merton tapait et retapait ses lettres, comme ses articles ou ses textes de conférences, sur une machine à écrire, puis sur un ordinateur personnel, faisant l’apprentissage du traitement de texte et très vite celui du courrier électronique.

Ce travail de correspondance, véritable stratégie épistolaire, devenait chez lui une activité quasi scientifique qui lui permit d’étendre sa notoriété et d’exercer pendant cinq ou six décennies une influence à distance. La lettre numérique modifia toutefois sa pratique épistolaire : lui qui avait l’habitude de photocopier les lettres qu’il recevait et de les annoter avant de répondre ou de se livrer à des expérimentations stylistiques, condense alors son propos, adresse des messages plus brefs. Soucieux enfin de ne pas être oublié par l’histoire, il a trié, classé et archivé ses propres manuscrits, lettres et notes, laissant ainsi un patrimoine intellectuel et scientifique à la sociologie et un chantier de recherche pour les amateurs des lettres de sociologues.

Une ressource précieuse pour l’histoire de la sociologie

Si les lettres révèlent une partie de la biographie ou du travail du sociologue, elles en dissimulent néanmoins d’autres aspects. Elles doivent donc nécessairement être croisées et confrontées avec d’autres sources (des ouvrages, des comptes rendus et documents administratifs, des circulaires, des témoignages…) pour lever des incertitudes, relancer des interrogations et élucider un questionnement sociologique. Mais inversement, les correspondances apportent des éléments précieux permettant de vérifier, relativiser ou contrecarrer des informations issues de ces sources considérées a priori plus fiables. Elles participent ainsi à démythifier les sociologues et la discipline, en particulier lors de périodes qualifiées de fondatrices. La Sociologie en toutes lettres, en proposant une saisie intimiste du travail du sociologie, doit ainsi se lire comme une contribution à l’histoire de la discipline.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon Good Ware, Smashicons, Freepik, Pixabay Open Clipart-Vectors


Patricia Vannier

Patricia Vannier, Université Toulouse – Jean Jaurès, LISST (patricia.vannier@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search