Quand la science fait le « buzz »

illust. entrée

Crédits Miss Lilou, ActuRatons.fr

Le 5 décembre 2012, PLoS ONE, revue scientifique internationale en ligne et en libre accès publie un article de chercheurs de l’Université Paul Sabatier – Toulouse 3  démontrant un changement de comportement alimentaire chez les silures. D’une part, ces poissons introduits dans la rivière Tarn attaquent des pigeons sur les berges selon la technique du beaching utilisée par les orques, d’autre part, le pigeon est devenu l’élément essentiel du régime alimentaire de certains spécimens.

Aussitôt, c’est le « buzz » à l’échelle planétaire. Or il est rare qu’une information scientifique, de surcroit qualifiée de « mineure » par ses producteurs, soit l’objet d’un tel « emballement médiatique ». Dès lors, il est tentant de s’interroger sur l’ampleur et les formes de ce phénomène.

Une circulation large mais brève

Alors que le seuil de 8 000 visites n’est atteint que par un petit nombre d’articles de PLoS ONE, en quelques jours l’article sur les silures est consulté plus de 52 000 fois. La vidéo qui l’accompagne, également mise en ligne par Channel PLoS ONE – chaîne de la revue – , reçoit par ailleurs plus d’un million de visites, alors que la vidéo la plus regardée n’avait jusqu’ici été vue que par quelques 15 000 visiteurs. En outre, dans plusieurs pays, l’article est relayé par des agences de presse, puis par des médias en ligne et enfin par de nombreux moteurs de recherche et agrégateurs d’informations (Google, Yahoo…). Il est également pointé, cité, commenté, déconstruit et rediffusé par plusieurs dizaines de milliers de sites et de blogs d’organisations publiques et privées (notamment des associations), auxquels il convient d’ajouter les sites et blogs personnels, les chats, les pages individuelles, les messages postés sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter…), les courriels, et enfin, les SMS envoyés depuis les téléphones portables.

Modifications et polyphonie

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

Cette circulation hors du champ académique s’accompagne de multiples modifications. En effet, la plupart des sites et blogs s’écartent plus ou moins fortement du registre scientifique initial tant du point de vue du contenu que de celui du ton ou de l’usage du matériau linguistique : abondance de poncifs, de stéréotypes, d’expressions toutes faites, références appuyées à des séries télévisées, au monde politique (« Parmi nos politiques, certains doivent être croisés avec des silures vu leur voracité financière ») ou de l’économie (« Orange, SFR, Bouygues se sont attaqués pendant des années aux pigeons sans qu’aucun ne réagisse »), ainsi qu’à des événements non scientifiques. D’autres signes manifestent cette altération du contenu :

  • L’information est souvent placée dans des rubriques non scientifiques (nature, actualités, insolite, humour, animaux, et surtout, pêche) ;
  • La plupart des titres des articles sont décalés par rapport au titre initial. Ils mettent l’accent sur le buzz lui-même (« Les silures chasseurs de pigeons font le buzz ! »), le combat (« Silures vs pigeons »), la chasse (« Quand un poisson se met à chasser le pigeon »), le côté insolite ou impressionnant, voire inquiétant avec une référence appuyée au film Les Dents de la mer (« Le silure, requin d’eau douce, mangeur de pigeons ! »), le repas et la bonne chère (« À table, silures ! »), évoquant soit les fines gueules (« Des silures amateurs de pigeons ! »), soit la goinfrerie (« Le silure bouffe du pigeon ! »). Quand ce ne sont pas les Fables de la Fontaine (« Le silure et le pigeon », Wapiti, journal pour enfants), référence qui renvoie au Loup et l’agneau. Ou encore les conseils aux pêcheurs (« Une bonne mouche pour les silures : le pigeon ! »).
  • Les internautes ne sont pas en reste sur les forums des sites : si certains serrent le contenu de plus ou moins près, éventuellement en testant des entrées incongrues, d’autres s’en emparent soit pour évoquer ce qui leur tient le plus à cœur, soit pour parler d’eux et/ou rester dans l’entre-soi, car parler sur un forum ou un réseau social fait lien. Ces commentaires peuvent s’accompagner de la mise en ligne de répliques parodiques (texte, dessin, photo, vidéo) qui modifient plus ou moins fortement la forme et le fond en proposant des mises en scène rappelant la scénarisation originaire, mais avec « quelque chose d’autre » ou dans lesquelles les auteurs se mettent eux-mêmes en scène de façon décalée.

Cette altération s’accompagne donc d’une polyphonie étendue, puisque tout est susceptible d’être mis en rapport avec tout, y compris avec n’importe quoi par ces énonciateurs multiples et hétérogènes que sont les sites et les blogs, et au-delà par les publics d’internautes encore plus larges et hétérogènes.
On aurait pu analyser ce phénomène comme une perte, voire une trahison, par rapport au contenu scientifique initial. Or, dans la lignée des travaux réalisés d’Yves Jeanneret (2008), nous avons considéré qu’elle était d’abord une réappropriation.

CC Pixabay kropekk_pl

CC Pixabay kropekk_pl

De réappropriations en réappropriations

Tant de la part des sites et blogs que de celle des internautes, il y a eu réappropriations : minoritaires, à travers un travail de vulgarisation scientifique (la vulgarisation scientifique n’est pas une reproduction simplifiée : elle traduit, interprète, réorganise et recompose) ; majoritaires, par contournement, détournement ou surinterprétation. Un fait scientifique est ainsi devenu un événement aux résonances multiples à travers une construction discursive polyphonique, mise en intrigue et en circulation par des acteurs individuels et collectifs multiples qui se répondent, s’opposent, se confortent, se détournent. Dès lors, il est sorti de « l’ordre des choses scientifiques » pour être propulsé dans d’autres sphères au sein desquelles il est entré en résonance avec des enjeux, des intérêts matériels et symboliques, des valeurs, des représentations propres aux acteurs impliqués. Il est un de ces « êtres culturels », composites d’idées, d’objets et de représentations qui, selon Yves Jeanneret, se transforment « en cheminant dans les carrefours de la vie sociale ». Au cours de leur circulation, ils suscitent pratiques et discours d’acteurs multiples et hétérogènes qui les amplifient, les altèrent et se les approprient.

CC Deviant Art Modrino

CC Deviant Art Modrino

Par exemple, pour les médias du Net, il s’agit avant tout de faire de l’audience, ce qui ouvre la porte au marketing du contenu et à ses pratiques sous-jacentes : sélection des informations et des angles de traitement en fonction des intérêts supposés des publics, potentialité du fait sélectionné à être mis en récit (personnages, intrigue…) et habillage des articles (adjonction de photos, vidéos et de liens, titres accrocheurs, angles adaptés). En outre, ils reprennent systématiquement ce qui fait de l’audience dans d’autres médias. La transhumance d’informations devient alors un mode normal de fonctionnement et une routine journalistique. Le buzz suscite paresseusement le buzz, ce qui démultiplie le buzz. Parmi les sujets et les angles qui « marchent » et qui ont donc tendance à être privilégiés par les médias du Net, l’insolite, l’inquiétant occupent une place particulière.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Autre exemple, pour les associations et journaux de pécheurs – très actifs en la circonstance –, les enjeux sont différents, mais variables d’une instance à une autre, même si le poisson reste pour tous un marronnier de l’information : intérêt manifeste pour ce qui concerne de près ou de loin les poissons carnassiers et la pèche sportive « au gros », repeuplement et aménagement des rivières, volonté d’intervention dans le débat environnemental et ses multiples thématiques (pollution, biodiversité, protection des espèces…) lié à l’introduction de poissons exotiques dans les rivières, pratiques d’expertise et de lobbying auprès des pouvoirs publics nationaux et locaux… Il convient d’ajouter que ces instances présentes sur le Net sont des collectifs de pratiques construits moins autour de la résolution de problèmes ou de la réalisation de projets que du partage d’intérêts, de passions, d’émotions, d’activités, de connaissances, mais aussi de l’expression de solidarités et de la construction de sociabilités. Leurs sites et leurs forums sont des lieux dans lesquels s’expriment autant le faire que l’être des adhérents. Et ces collectifs sont réactifs sur toute information à partir du moment où elle a un rapport avec la pêche, les poissons et l’eau, et très réactifs lorsqu’elle questionne le noyau dur de cette activité en fin de compte pas seulement ludique.

Circulation, altération, polyphonie, réappropriation, autant de phénomènes qui interpellent la science. Dans la mesure où ces phénomènes modifient non seulement le rapport et les frontières entre le champ scientifique et d’autres champs que ce dernier se plait à présenter comme extérieurs, mais aussi les hiérarchies et catégories que les communautés scientifiques construisent, ce sont les représentations mêmes que la science (se) donne d’elle-même qu’ils remettent en question, moins de façon centrale que par la bande.

Crédits image à la Une : CC Pixabay PublicDomainPictures


Robert Boure et Muriel Lefebvre

LERASS (robert.boure@iut-tlse3.fr et muriel.lefebvre@ut-capitole.fr)

More Posts

Robert Boure et Muriel Lefebvre

LERASS (robert.boure@iut-tlse3.fr et muriel.lefebvre@ut-capitole.fr)

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Quand la science fait rire!!

  1. 09/10/2014

    […] la science fait le « buzz »” http://sms.hypotheses.org/2723  par @MondesSociaux ht […]

  2. 10/10/2014

    […] L'histoire et la vidéo qui allait avec ont fait le "buzz" et le tour du monde. Deux chercheurs ont analysé ce phénomène d'amplification médiatique et la manière dont les internautes se sont réappropriés la […]

  3. 25/08/2016

    […] Le 5 décembre 2012, PLoS ONE, revue scientifique internationale en ligne et en libre accès publie un article de chercheurs de l’Université Paul Sabatier – Toulouse 3 démontrant un changement de comportement alimentair  […]

  4. 19/09/2016

    […] Mondes sociaux [en ligne]. 2014. [Consulté le 2 septembre 2016]. Disponible à l’adresse : http://sms.hypotheses.org/2723 CABANAC, Guillaume et HUBERT, Gilles, 2015. Les altmetrics : estimer l’engouement pour la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *