La chasteté : un impossible idéal

Comment l’idéal de chasteté s’est-il construit au cours de l’Histoire ? En quoi construit-il un véritable modèle social ? Les enjeux sociaux liés à la circulation de cet idéal sont loin d’être anecdotiques et renvoient avant tout à une vision très genrée de la société.

C’est du christianisme que vient cette innovation radicale sur le plan de la sexualité que constitue la valorisation sociale de la virginité pour elle-même et plus seulement comme attente prénuptiale du mâle. En effet, dans la société antique, l’union conjugale relevait de l’obligation sociale et le refus du mariage apparaissait comme un étrange désordre. Tout célibataire traînait une réputation douteuse d’impie qui mettait en péril la continuité de la lignée.


  • Cabantous A., Walter F., 2020, Les tentations de la chair. Virginité et chasteté XVIe-XXIe siècle, Paris, Payot, 414 p.


Les héritages d’un idéal

Nonobstant la pression reproductive, la chasteté, elle, est sans doute praticable : l’Antiquité redoute les excès et, en particulier, le risque d’intempérance. Avant tout masculine, la domination de ses propres pulsions est donc une vertu. La circonspection sexuelle n’est-elle pas recommandée pour les athlètes auxquels il est prescrit de ne pas gaspiller leur semence avant les épreuves sportives ?

Dans ce contexte, la rupture apportée par le christianisme est plurielle. D’abord, la maîtrise des sens dépasse la simple prohibition. Elle se veut condition d’une ouverture spirituelle, d’une ascension vers un au-delà de soi-même, une connaissance de Dieu. Ensuite, cet idéal est librement choisi et pérenne dans la majorité des cas. Et, dans un premier temps du moins, l’abstention virginale concerne surtout des femmes, de jeunes veuves en particulier qui, sous couvert de spiritualité, prisent un prétexte d’échapper à la servitude conjugale, de se libérer d’une soumission au désir masculin et à la sexualité prédatrice des mâles.

D’une certaine manière aussi, la continence acquiert une dimension identitaire pour les premiers chrétiens, immergés qu’ils sont dans une perception eschatologique et millénariste de l’imminence de la fin des temps. Les persécutions, la destruction de Jérusalem en 70 puis l’ébranlement de l’Empire romain confortent l’impression que la succession des générations atteint son terme. Et quand cessent les poursuites religieuses, l’ascétisme peut opportunément se substituer au martyre sanglant pour ceux qui visent l’identification au Christ, modèle parfait de vie chaste et offerte.

Devant le succès de la vie ascétique, les communautés d’Église ont été amenées à promulguer des normes. À partir du IIIe siècle, les évêques rédigent des conseils pour les groupes de femmes qui s’essayent à vivre la virginité dans un contexte urbain. Mais le détachement des passions charnelles mobilise aussi les hommes.

L’exemple radical des anachorètes d’Égypte exerce une forte séduction jusqu’en Occident au IVe siècle où sévit une véritable mode touristico-spirituelle qui pousse des centaines de jeunes à faire l’expérience du désert. Jérôme de Stridon, le traducteur de la Bible en latin, en est resté très marqué, poursuivi par les fantasmes érotiques et convaincu du danger fatal que représenterait la séduction féminine. Augustin, le futur évêque d’Hippone, a lui aussi connu l’amour et les tentations sensuelles. Horrifié par la concupiscence, il a largement contribué à faire peser le soupçon selon lequel toute sexualité confine nécessairement au péché.

Un courant rigoriste, amplifié par les Pères de l’Église, tend donc à interpréter dans un sens restrictif les textes fondateurs. Ainsi la faute d’Adam et d’Ève est-elle assimilée à la révélation du plaisir charnel. En extrapolant quelques passages des Évangiles et des lettres de Paul, on veut leur faire dire que le célibat est une condition d’accès au sacerdoce ou que le choix de la virginité est supérieur à celui de l’union conjugale.

Cette tradition dévalorisante et fortement misogyne persiste jusqu’à nos jours en plaçant la luxure au degré le plus élevé de l’échelle de gravité des péchés et en réduisant la sexualité à la reproduction. En contrepartie, la chasteté idéalisée devient l’opposé de la recherche du plaisir, générant de multiples frustrations. Seuls les plus lucides continueront à répéter que la chasteté totale est un don de Dieu, que s’arracher au corps et à sa délectation est une exigence surhumaine, ou comme l’écrivait Stefan Zweig, « une perfection supraterrestre ».

Pendant longtemps, chasteté et virginité sont restées des notions proches malgré des nuances : la première prend le sens plus général de retenue par rapport aux pulsions charnelles, allant de la tempérance dans leur satisfaction jusqu’à leur suppression par la continente totale ; la seconde signale l’abstinence d’acte sexuel consommé avec un ou une partenaire. Mais peu à peu, les distinctions se sont creusées : la virginité conservant le sens de statut physique inhérent à la condition de la femme nubile ; la chasteté relevant plus exclusivement de l’exigence morale, vertu à tout le moins indispensable pour conserver la virginité.

De quoi parle-t-on ?

Entre le XVIe et le XXe siècle, la période 1780-1880 occupe une place singulière parce que le discours dominant et diffusé dans la société civile tend à surévaluer la virginité. La médecine accrédite l’existence anatomique d’un repli membraneux appelé hymen, considéré jusqu’alors comme plutôt virtuel. Le mythe de sa déchirure sanglante devient la preuve de la consommation du mariage. Au rang des grands classiques parmi les fantasmes masculins figure la vierge abandonnée au désir violent du mâle dans la scène de la défloration.

En même temps, l’évolution juridique du statut de la femme depuis la Révolution française renforce la criminalisation du viol. Désormais, les experts médicaux sont tenus de perquisitionner le corps féminin pour trouver les signes physiques de l’effraction. En réalité, le doute subsiste mais il faut attendre une période très récente pour que la médecine répète, souvent contre le sens commun, que l’examen clinique de la région hyménale ne peut en aucun cas fournir une preuve irréfutable d’agression masculine.

Mais surtout, les convenances de la société bourgeoise s’accommodent du syndrome antisexuel. La virginité demeure plus que jamais la qualité qui détermine la valeur d’une fille sur le marché du mariage. Dans une société dominée par les hommes, l’hypocrisie va jusqu’à justifier un double standard éthique, la sexualité féminine étant soigneusement tue, les filles devant faire preuve de réserve, de pudeur et de naïveté dans un climat de pudibonderie généralisée. Les hommes de leur côté s’autorisent tous les écarts, la continence ne pouvant décemment être exigée d’eux, qui sont sans cesse exposés aux femmes tentatrices et qui s’effraient des expressions de sensualité féminine tout en rêvant à la possession exclusive du corps convoité. 

Du prescrit au vécu

L’intérêt d’une telle approche réside aussi dans le fait qu’il est possible de ne pas s’en tenir aux seuls discours et d’interroger leur impact social. Si, pour les périodes récentes on dispose de sondages sur le sujet de la sexualité, parfois difficiles d’interprétation en raison des « refus de réponse », les sources ne manquent cependant pas pour les siècles passés afin de tenter de saisir la discipline de la morale sexuelle, entre mise en valeur de la virginité et appels à la chasteté.

Mémoires intimes, journaux personnels, enquêtes canoniques ou procès criminels, observations des folkloristes puis des ethnologues, échos littéraires et données tirées des registres paroissiaux ou d’état-civil constituent un éventail de matériaux qui soulignent l’émergence d’une tendance lourde.

Alors qu’au XIXe siècle la sauvegarde de la virginité des filles à marier devient une préoccupation majeure dans certains milieux sociaux d’abord aisés et urbains, la confrontation documentaire montre que ce « modèle bourgeois » est loin de fonctionner unanimement et que la réalité avant, pendant et après le XIXe siècle est bien différente.

Tandis que s’instaure une lourde « pédagogie de l’ignorance », dans la noblesse et la bourgeoisie, l’apprentissage sexuel des jeunes, individuel ou collectif, mixte dans les campagnes, séparé dans l’enfermement des collèges, autorise de nombreuses expériences qui, sans toujours bafouer la virginité, mettent bien souvent à mal la chasteté. Le comportement des couples légitimes confirme la tendance.

D’abord parce qu’à travers l’Europe occidentale même en tenant compte de chronologies et de géographies variables, les naissances prénuptiales, loin d’être marginales, semblent même connaître partout une progression sensible entre le XVIIe et le XXe siècle. Ainsi, on peut estimer qu’au XVIIIe siècle 30 à 40% des filles avaient déjà fait l’amour avant de convoler ; proportion qui avoisine les 90% au seuil du XXIe siècle.

En outre, les couples dûment mariés suivaient-ils vraiment les préceptes religieux dévolus à la chasteté conjugale ? La fidélité peut-être. Concernant « l’abus des plaisirs », dénoncé aussi par les médecins : LA seule position copulatoire permise, la finalité procréative, la nécessaire abstinence ; rien n’est moins sûr, ne serait-ce qu’à lire les lamentations interrogatives du clergé des XIXe et XXe siècles sur la progressive érotisation du couple.

Un clergé (catholique) qui, justement, avait pour sa part beaucoup de difficultés moins à respecter le célibat, surtout depuis l’extinction des relations concubinaires, qu’à demeurer chaste. Il n’est pas besoin de convoquer à ce sujet la littérature anticléricale. Les archives canoniques, les procès-verbaux de police, les témoignages de justice sont remplis de ces « entorses » plus ou moins criminelles, de l’arrestation de prêtres dans les bordels aux agissements des confesseurs (la sollicitatio ad turpia) en passant par les liaisons amoureuses clandestines éphémères ou durables des prêtres diocésains jusqu’au dévoilement récent des scandales pédophiles.

La dure loi du genre

Mais le prescrit comme le vécu dans ce domaine révèlent un enjeu essentiel porté par ces deux notions d’abord tenues pour des vertus avant d’être assimilées à des conduites propres à la sexualité : celui de la domination masculine que résume si bien la formule de Pierre Garnier vers 1880 : « L’homme voudrait toujours être le premier amour de sa femme tandis que la femme se contenterait d’être le dernier amour de son mari ».

Ainsi, à côté de la vigilance imposée aux filles nubiles, les règles de la chasteté conjugale telles que l’on peut les appréhender sur la longue durée l’illustrent parfaitement faisant de l’obéissance au mari une des clefs de voûte. En dépit de l’affirmation réitérée d’un respect réciproque, l’attribution morale dévolue à l’épouse qui doit s’efforcer de porter son conjoint à la vertu et à Dieu reste celle de la soumission. Soumission qui la contraint par exemple à ne pas refuser le devoir conjugal – ce qui serait coupable – de crainte de favoriser l’infidélité de l’époux, ce qui doublerait sa faute !

D’ailleurs « la soumission empressée de la femme » est l’un des thèmes qui traverse l’encyclique Castii connubii de décembre 1930. Et le texte romain de fustiger ceux qui s’en prennent « à la fidèle et honnête subordination de l’épouse à son mari en proclamant que tous ces droits sont égaux entre époux, estimant ces droits violés par la servitude ».

Ainsi, à travers l’évolution de l’appréhension culturelle de la chasteté et d’une virginité, qui se déclina de plus en plus au féminin, c’est la question du genre qui se trouve posée. La volonté masculine de soumettre traduit l’immense inquiétude des pères, des frères, des maris à envisager la sexualité des femmes en dehors d’un cadre normé (l’hétérosexualité matrimoniale) et contrôlé par les mâles. Ignoré le plaisir féminin, suspect puisque mystérieux et dépendant de celui de l’époux ; exit les éventuelles relations homosexuelles et bien sûr exit la perte de l’hymen, autre invention masculine, avant de convoler.

Médecins, ecclésiastiques, magistrats, écrivains, quasiment tous des hommes, s’en feront les chantres pendant tous les siècles qui servent de cadre à ce travail malgré la place originale d’un long XIXe siècle où, sous l’égide de l’Église romaine mais pas uniquement, on magnifie vierges et virginité en mobilisant les apparitions mariales, le dogme de l’Immaculée Conception (qui ne se confond pas avec elle quoique…), culte des vierges martyres de l’Antiquité, Enfants de Marie ou fêtes de la rosière.

Et même si, aujourd’hui, le souci de la conservation virginale ou l’approche conjugale ou non de la chasteté sont, sinon mal en point, du moins réinterprétées au sein des sociétés occidentales, il n’empêche qu’elles ont constitué dans l’histoire occidentale l’aspiration plus ou moins saine à un impossible idéal.

Crédits images en CC : Flaticon Freepik, Darius Dan, DinosoftLabs


Alain Cabantous et François Walter

Alain Cabantous, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (alain.cabantous@univ-paris1.fr), François Walter, Université de Genève

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Andrea Catellani dit :

    Bonjour, merci pour votre article sur un sujet très intéressant. Je suis un peu perplexe face à cette phrase : “jeunes veuves en particulier qui, sous couvert de spiritualité, prisent un prétexte d’échapper à la servitude conjugale, de se libérer d’une soumission au désir masculin et à la sexualité prédatrice des mâles”. Est-ce que la spiritualité était seulement un “prétexte” pour les jeunes veuves chrétiennes ? N’est-il pas une affirmation très discutable ? Le passage sur Jérôme me semble aussi très rapide, et la phrase sur la “tradition dévalorisante et fortement misogyne” qui persiste encore aujourd’hui est à nuancer dans sa généralité. Je pense globalement que la sphère spirituelle et sa relation avec les thèmes que vous traitez méritent un traitement plus nuancé. Merci, Andrea Catellani

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search