Les forces aériennes françaises ont une histoire

Photo entree

Affiche du film Les chevaliers du ciel de Gérard Pirès, 2005

Les travaux universitaires consacrés aux forces aériennes françaises ne sont pas légion… Ceux dédiés à leur histoire sur une longue période sont encore plus rares. Paru à l’occasion des 80 ans de l’Armée de l’air française, cet ouvrage placé sous la direction de Jean-Marc Olivier retrace « l’aventure complexe » des forces aériennes françaises (FAF) sur près de deux siècles : des premiers ballons destinés à l’observation aérienne, aux tous derniers développements aéronautiques dans un monde multipolaire.

  • Olivier J-M. (dir.), 2014, Histoire de l’Armée de l’air et des forces aériennes françaises du XVIIIe siècle à nos jours, Toulouse : Éditions Privat, Coll. Aviation, 548 p.

A travers un plan chronologique en huit parties, les auteurs de cette synthèse, tous historiens (Claude Carlier, Sylvain Champonnois, Pascal Gaste, Clair Juilliet, Eric Mahieu, Jean-Marc Olivier et Gaëtan Sciacco), ont pour objectif de se rapprocher le plus possible d’une histoire totale « qui ne se limite pas aux exploits des héros (…), aux matériels utilisés » ou encore aux campagnes militaires. Cette contribution à l’écriture d’une nouvelle histoire de l’armée de l’air combine des aspects culturels, sociaux, techniques, politiques, économiques ou encore militaires, afin de révéler comment la France a pu jouer un rôle précurseur en matière d’aviation et « conserver un rang élevé dans la hiérarchie des forces aériennes mondiales pendant plus d’un siècle ».

Des origines à la fin de la Deuxième Guerre mondiale

Si l’histoire aérienne prend ses racines dans les premières expériences du XVIIIe siècle, en particulier dans l’aventure des ballons statiques et dirigeables et dans les progrès scientifiques issus de la révolution industrielle, il faut attendre le début du XXe siècle pour qu’un aéronef prenne son envol. Avec celui-ci commence une lente transformation de la vision de l’espace et du temps. Au début du premier conflit mondial, l’aviation militaire est encore embryonnaire, mais elle prend rapidement de l’essor et devient l’objet d’enjeux portant sur le « bien-fondé d’une aviation indépendante, ou du moins autonome » dans les années 1920 et 1930.

Certes, pendant la Grande Guerre, les FAF montrent leur utilité dans les domaines de la reconnaissance et de l’observation, s’imposant comme les « yeux de l’armée », mais aucune de leurs autres missions (bombardement, chasse, défense aérienne du territoire) n’est clairement définie. À mesure des évolutions technologiques et des progrès qu’elle accomplit, l’aviation se rend indispensable à toute opération terrestre et s’entoure d’un certain prestige dans l’imaginaire collectif, ce qui bénéficie en particulier aux pilotes, mais aussi aux autres corps de métiers. L’ouvrage décrit assez finement l’évolution et la singularité des professions de l’aviation (rampants, navigants, ouvriers, etc.).

Pierre CotLa période qui suit la guerre marque un moment d’incertitudes qui n’épargne pas la première aviation mondiale, tant en quantité qu’en qualité. Les années 1920 sont celles de son institutionnalisation : la doctrine militaire française est désormais défensive et le pacifisme très prégnant. À la fin de la décennie, le pays comprend qu’il dispose d’une aviation mal adaptée à ses besoins. Il lui faut donc l’organiser, coordonner la production et l’exploitation des appareils et définir les missions qui lui sont dévolues. La création d’un ministère de l’Air indépendant, le 2 septembre 1928, permet de passer un premier cap et de doter la France d’une réelle politique aéronautique.

Paradoxalement, c’est l’action de Pierre Cot, ministre de l’Air dès 1933 et pacifiste convaincu, qui permet la création effective d’une armée de l’air indépendante. Celle-ci se construit en deux étapes, le décret du 1er avril 1933, puis la loi du 2 juillet 1934, qui consacrent l’indépendance vis-à-vis d’une armée de terre et d’une marine, très réticentes. Dès lors, l’implication et l’interventionnisme de l’État dans son administration, sa gestion, son organisation ou ses prérogatives ne cessent de prendre de l’ampleur et favorisent son autonomie, malgré de nombreux tâtonnements et dans un contexte géopolitique qui se tend progressivement.

Si elle permet la reprise en main de l’industrie et l’intensification du réarmement, l’action du Front populaire à partir de 1936 ne suffit toutefois pas à redresser une situation complexe, ce qui aboutit à une défaite rapide face au Blitzkrieg allemand. L’armée de l’air, après avoir frôlé la disparition à l’Armistice (22 juin 1940), est scindée en deux blocs antagonistes (les Forces aériennes françaises libres et les troupes restées fidèles au Régime de Vichy) qui sont réunifiés peu avant la Libération. Malgré tout, la période se clôt sur un point d’interrogation militaire et industriel.

De la Libération à la chute de l’URSS

La guerre a entrainé des évolutions stratégiques, technologiques et techniques majeures (bombe atomique, missile balistique, avion à réaction) : l’aviation est devenue l’apanage des grandes nations. L’armée de l’air fait donc face à de nouveaux défis dans un contexte de Guerre froide entre les deux superpuissances. Ainsi, entre 1945 et 1958, elle doit s’adapter à une modification de la nature de ses missions et à la mise en place de nouvelles structures. Cette période de « bouillonnement créatif » permet aux FAF de poser des bases solides pour l’avenir. Si la protection du territoire national est une donnée majeure, la nouvelle doctrine d’emploi vise à conquérir la supériorité aérienne et à développer le bombardement stratégique.

explosion-309529_640

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

Nationalisée dès 1936/37, l’industrie aéronautique est à nouveau rationalisée afin de lui permettre d’assimiler les nouvelles technologies. Grâce à l’aide des États-Unis et de l’OTAN, la première moitié des années 1950 marque une période de renouveau. Les guerres coloniales permettent à l’armée de l’air de mettre en pratique ses nouvelles conceptions ; mais c’est la crise de Suez qui fait prendre conscience à la France que sans arme atomique, il n’est pas question d’espérer jouer un rôle important sur l’échiquier international. La Défense française va donc s’orienter vers l’atome et le développement d’un vecteur aérien capable de lui faire atteindre ses objectifs.

Dans la période suivante, l’armée de l’air raffermit son indépendance et fait son entrée dans le club très fermé des états atomiques. L’armée de l’air s’adapte à de nouveau défis stratégiques et matériels. L’arrivée d’un avion de « classe internationale » (le Mirage III), d’un bombardier stratégique (le Mirage IV) et le développement de missiles balistiques sol-sol contribuent largement au renforcement des capacités militaires. La création des Forces Aériennes Stratégiques complète un dispositif qui repose essentiellement, jusque dans les années 1980, sur la dissuasion nucléaire.

17017214482_6d641e551d_b

CC Rob Schleiffert

À mesure que se développent de nouveaux théâtres d’opération, et en particulier en Afrique, un certain rééquilibrage de la stratégie s’effectue au profit des armes dites conventionnelles. La sophistication croissante des matériels impose une l’augmentation des compétences et donc une adaptation des potentiels humains. Devenue troisième puissance spatiale mondiale dès 1965, la France entend conquérir cette nouvelle frontière pour tenir son rang. Mais le coût des programmes, tout autant que les connaissances pointues nécessaires à l’aventure spatiale, ne permettent pas une réalisation rapide des ambitions. L’armée de l’air est très intéressée par les résultats des recherches, et notamment par le développement des satellites de communication. Ainsi, le domaine spatial devient un acteur important de la Défense nationale bien que l’électronique et l’informatique [n’aient] pas encore pris le pouvoir sur le champ de bataille, ce qui sera le cas dans la période suivante.

Un monde multipolaire

Malgré tout, jusqu’à la chute de l’URSS, l’organisation de l’armée de l’air ne connaît pas de bouleversements importants. C’est bien la fin de l’opposition entre les deux blocs et la naissance d’un monde multipolaire qui entrainent des évolutions notables et la naissance d’une nouvelle situation militaire « dans laquelle la réduction des armements nucléaire est de mise ». Lors de la première Guerre du Golfe, confrontée à un changement dans la nature des menaces, l’armée de l’air prend conscience que la Défense nationale ne repose plus essentiellement sur la dissuasion nucléaire. Il lui faut donc évoluer et transformer ses structures, être en capacité de se projeter sur des terrains d’opération lointains et multiples dans lesquels la réactivité joue un grand rôle.

CC Wikimedia Commons

CC Wikimedia Commons

Dans le même temps, on assiste à une professionnalisation de l’armée de l’air qui se traduit par une baisse importante des effectifs et une croissance du nombre de femmes. Ainsi, dans les années 1990 et 2000, on assiste à la naissance d’une armée de l’air nouvelle. Si cette transformation n’est pas encore achevée, elle s’inscrit dans la nécessité d’une plus grande collaboration européenne et d’une arme appelée à de grands développements : le drone.

En définitive, cette synthèse historique, appuyée sur une bibliographie substantielle, apporte un regard neuf sur l’histoire des forces aériennes françaises depuis ses origines. La prise en compte des aspects économiques, sociaux et culturels, ainsi que la grande liberté dont ont bénéficié les auteurs, ne sont pas étrangères à ce renouvellement des connaissances. À n’en pas douter, cette première publication du Séminaire consacré à l’histoire aéronautique organisé par le laboratoire FRAMESPA avec le soutien  du Labex SMS, constituera un ouvrage de référence. 

CC Aéro-club de Champagnole Crotenay

CC Aéro-club de Champagnole Crotenay

Crédits image à la Une : CC Yoyowall.com

Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

More Posts - Website

Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *