Comment la presse parle-t-elle de la vaccination des enfants ?

La vaccination est devenue, en France, une question très sensible, fréquemment débattue dans l’espace public Mais comment la presse non spécialisée aborde-t-elle les différentes controverses autour de la vaccination infantile ? En quoi participe-t-elle de la construction de ces controverses ? La vaccination des enfants, de par son caractère obligatoire suscite en effet e nombreuses questions.


  • Arnoult A., Costes M., 2019, « Le traitement médiatique de la vaccination infantile dans la presse nationale : quels usages et apports du logiciel Iramuteq ? », pp. 33-46, in : Roxin I., Tajariol F., Hosu I., Pélissier N., dirs, Information, Communication et Humanités numérique. Enjeux et défis pour un enrichissement épistémologique, Cluj-Na- poca (Roumanie), Edition Accent.


Des controverses qui fragilisent la confiance dans la vaccination

Une grande partie de la population a depuis longtemps une attitude de défiance vis-à-vis de la vaccination, défiance qui tire son origine, entre autres, d’une série de controverses. On peut citer la controverse récente autour des cas de scléroses en plaques, sans pourtant qu’aucun lien de cause à effet n’ait été révélé.

Dans le cas de la vaccination des enfants, c’est le vaccin ROR (Rougeole, oreillons, rubéole) qui a cette fois été objet de controverses, notamment dans les pays anglo-saxons, dans lesquels il a longtemps été suspecté de déclencher des cas d’autisme. En France, les tensions se cristallisent aujourd’hui autour des vaccins combinés. Ce sujet, très discuté dans l’espace public, est relayé par des personnalités médiatiques de premier plan, à l’instar du professeur Joyeux, qui a lancé une pétition sur le sujet en 2015.

Peut-on noter un lien entre cette succession de controverses et une baisse sensible de la couverture vaccinale ? En 2018, en réaction, et à la suite d’une concertation citoyenne, le gouvernement a choisi de modifier sa politique vaccinale, rendant le nombre de vaccins obligatoires de 3 à 11 pour les enfants de moins de 2 ans.

Le recours à la lexicométrie pour comprendre la construction des discours sur la vaccination

Pour comprendre comment la presse saisit de ce sujet, nous avons analysé les discours de presse issus de quatre grands quotidiens nationaux : Le Monde, La Croix, Le Figaro et Libération. Nous avons sélectionné tous les articles portant sur la thématique de la vaccination infantile et l’obligation vaccinale sur la période de janvier 2010 à mars 2018. Notre corpus s’élève à 112 articles. Afin de réaliser cette étude, nous nous sommes appuyés sur l’analyse de données textuelles. Elle est en effet particulièrement intéressante pour comprendre la construction des discours de presse.

En mobilisant le logiciel Iramuteq nous avons pu procéder à un découpage des articles en segment de texte afin de mettre en évidence les différentes thématiques présentes dans le discours de presse et de comprendre celles qui ont le plus d’importance dans le corpus.

L’utilisation d’Iramuteq a permis d’identifier 10 classes lexicales. A chacune d’entre elle est associé un nuage de mots qui renvoie à un sujet particulier comme la mise en place de l’obligation vaccinale, les formes de défiance de la population vis-à-vis des vaccins ou encore les résurgences de maladies infantiles… Lors de l’analyse de notre corpus, nous avons constaté que certaines de ces classes lexicales étaient proches, nous les avons donc regroupées autour de cinq grandes thématiques que nous allons ici développer. 

Cinq thèmes dominants : le juridique, l’économique, le médical, le politique et le scientifique

La thématique juridique, essentiellement activée par des acteurs de la sphère juridique, porte essentiellement sur le droit à la non-vaccination. La classe dominante de cette thématique est liée à l’affaire du couple Larère qui a refusé de faire vacciner ses enfants contre le DTPolio (diphtérie, tétanos, poliomyélite).

Ces parents ont posé une question prioritaire de constitutionnalité. Pour autant, le conseil constitutionnel a considéré que la vaccination obligatoire était bien conforme à l’exigence constitutionnelle de protection de la santé. A travers cette affaire juridique, c’est in fine le débat sur la question de la liberté qui ressurgit. La vaccination infantile est, en ce sens, objet de tensions car l’obligation vaccinale entre en contradiction avec la loi Kouchner. Cette dernière prévoit pour le patient le droit deefuser les soins.

La thématique économique se concentre quant à elle autour des variétés de vaccins et de leur caractère obligatoire ou non. L’aspect de la commercialisation entre aussi en ligne de compte, en évoquant notamment le nom des laboratoires impliqués, les questions de stocks ou de pénurie ainsi que celle de la disponibilité.

Le thème du médical est dominé par la classe lexicale relative à la prescription médicale. Le discours y est concentré sur la confiance des médecins face à la vaccination et sur la relation qu’ils entretiennent sur le sujet avec leurs patients.

La thématique politique est davantage présente dans notre corpus, elle regroupe plusieurs classes lexicales en lien avec l’actualité de l’obligation vaccinale. Une première classe end compte de la mise en place d’une concertation citoyenne par la ministre de la Santé d’alors, Marisol Touraine, en 2016. Une seconde classe est relative à l’organisation du débat autour de cette obligation vaccinale. Cette dernière est perçue comme problématique car venant à l’encontre de principes démocratiques mettant en péril le libre arbitre. Enfin, la troisième classe se concentre sur l’annonce officielle de la mise en application de l’obligation vaccinale, de son contenu et des délais de sa mise en application.

La thématique scientifique n’est pas en reste puisque quatre classes lexicales lui sont consacrées. L’une a trait aux différentes formes de défiance vis-à-vis de la vaccination, allant de la dénonciation des industries pharmaceutiques aux choix opérés par les autorités sanitaires. C’est ici que s’expriment les « anti-vaccins » et que sont pointées les dérives de la désinformation via les réseaux sociaux. Une seconde classe se concentre sur la controverse autour des possibles effets secondaires liés à la présence d’aluminium dans les vaccins. La question risque s’y déploie pleinement. Une troisième s’articule autour de la nécessité de la vaccination des nourrissons dans le cadre de la protection collective et de la protection des plus fragiles. Enfin, une quatrième classe est consacrée à la résurgence de diverses maladies infantiles autour d’un discours centré sur les épidémies et leurs conséquences.

La présence en filigrane du discours « anti-vaccinal » 

Jocelyn Raude (chercheur en psychologie sociale) montre que les arguments mobilisés par les anti-vaccins « sont relativement stables dans le temps et l’espace ». Le premier concerne la sécurité (la vaccination serait plus dangereuse que bénéfique pour la population). Le second est relatif à l’enrichissement de certaines personnes grâce à la vaccination (notamment les laboratoires pharmaceutiques). Enfin, la vaccination ne serait pas naturelle et, quand elle est obligatoire, elle constituerait une entrave à la liberté des individus.  

Ces arguments anti-vaccins sont présents dans notre corpus et traversent les 5 grandes thèmes identifiés. Ainsi, le thème de la liberté des patients face au caractère injonctif de la vaccination infantile est fréquemment questionné dans les thématiques du politique et du juridique. La dimension économique est souvent mobilisée par les anti-vaccins qui y associent la question des enjeux financiers. Enfin, la thématique scientifique est souvent associée à des discours autour des risques supposés des vaccins.   

L’évolution des thématiques liées à la vaccination infantile

Après la mise en évidence de ces cinq thématiques dans le discours de presse, nous avons souhaité comprendre leur évolution. D’après notre corpus, aucun thème n’est présent de manière constante. On assiste davantage à une succession et, parfois, à une hybridation des thématiques sur une même temporalité, allant de quelques semaines à quelques années.

Sur la période 2010-2013, le traitement médiatique du sujet est resté centré autour des thèmes médicaux et scientifiques. Le discours médical prend forme essentiellement autour de la question de la confiance des médecins face à la vaccination ainsi qu’aux relations patients/médecins. La thématique scientifique rend compte quant à elle de la défiance de la population vis-à-vis de la vaccination, des autorités sanitaires et de l’industrie pharmaceutique tout en rappelant la nécessité de vacciner les nourrissons face à la résurgence de maladies infantiles mortelles. L’année 2014 voit l’apparition de la thématique juridique en lien avec le procès Larère le thème économique est lui abordé en 2015 mais ne perdure pas, nous assistons alors au retour de la controverse concernant les effets secondaires.

Sur les années 2016, 2017, l’agenda politique semble avoir fortement orienté le contenu du discours de presse. Un focus est alors fait sur les annonces et mesures politiques entreprises. Début 2018, avec la mise en application de l’élargissement de l’obligation vaccinale, ce sont les questions scientifiques comme la résurgence des maladies infantiles mais aussi les questionnements juridiques qui reviennent au cœur des discours médiatiques.

En définitive, dans cette recherche, visant à saisir la manière dont se construisent, dans la presse, les controverses autour de l’obligation vaccinale, on retiendra en plus des cinq thématiques identifiées que les classes présentes font écho à l’argumentaire déployé par le mouvement anti-vaccinal. L’analyse chronologique de la présence des thèmes montre qu’il n’y a pas d’étapes successives dans la construction de cette controverse médiatique. Il s’agit davantage d’une hybridation des cadres mobilisés qui parfois s’effacent au gré de l’agenda politique et juridique du moment.


  • Arnoult A., Jacquez L., 2016, Discours de presse et construction des problèmes publics : l’apport d’un traitement numérique des données. Dans Comby E.,  Mosset Y. et Carrara S. (de) (dir.), Corpus de textes : composer, mesurer, interpréter, p. 135- 148, Lyon : ENS de Lyon.
  • Carbou G., 2017, Analyser les textes à l’heure des humanités numériques. Quelques questions pour l’analyse statistique des données textuelles. Les Cahiers du Numérique, 3, vol. 13, 91-114.
  • Cellier C., 2016, Réticences autour de la vaccination : analyse des discours des forums de discussion Internet (thèse de doctorat en médecine). Université Lyon 1.
  • Costes M., Arnoult A., 2020, Recherche en santé sur la vaccination après 2016 : la nécessité d’une approche méthodologique plurielle. Dans Morillon L., 2020, Les pratiques de recherche sur la santé en contexte numérique, ISTE Éditions.
  • Costes M., 2018, Les sources informationnelles sur la vaccination des enfants. Dans Paganelli C., (dir), Confiance et légitimité dans le champ de la santé. Paris : ISTE, p. 21-38.
  • Raude J. (2016). L’hésitation vaccinale : une perspective psychosocio-logique. Bulletin de l’Académie Nationale de Médecine, 200, n°2, 199-209.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC :  Flaticon catkuro, Freepik

 



Citer ce billet
Audrey Arnoult et Mylène Costes (2021, 18 mai). Comment la presse parle-t-elle de la vaccination des enfants ? Mondes Sociaux. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9j3

Audrey Arnoult et Mylène Costes

Audrey Arnoult, Université Paul Sabatier, LERASS (audrey.arnoult@iut-tlse3.fr), Mylène Costes, Université Toulouse Jean-Jaurès, LERASS (mylene.costes@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search