Définir une politique de recherche face à la « crise de l’ozone »

Comment les liens entre les mondes scientifique et politique se nouent-ils ? Dans quels contexte historique et dispositif institutionnel ces liens évoluent-ils ? La question de l’altération de la couche d’ozone par les chlorofluorocarbones (CFC), qui se pose dès les années 1970, en offre un bon exemple. En France, la création d’un programme de soutien aux recherches sur la stratosphère illustre comment les attentes des pouvoirs publics ont influencé la définition de priorités de recherche, et accru la sensibilité des scientifiques aux usages politiques de leurs travaux.

Depuis le travail pionnier de Merton sur « la science, la technologie et la société dans l’Angleterre du 17e siècle », une bonne partie de la sociologie des sciences s’est construite à partir et autour d’un questionnement portant sur les liens entre acteurs scientifiques et politiques. Cette spécialité a ensuite nourri le développement des science studies, et contribué à périmer la représentation de la « Tour d’Ivoire » hermétique dans laquelle les scientifiques ont longtemps pu être dépeints. Ces dernières décennies, la « crise environnementale » – la mise au jour de l’impact problématique des activités humaines sur le « Système Terre » – a aiguisé ce questionnement, et les travaux qui s’y sont intéressés ont généralisé l’idée d’un rapprochement, voire d’un « entremêlement » de la science et de la politique, et d’une « co-construction » de leurs savoirs, pour le meilleur et pour le pire.


  • Crespy C., Jouvenet M., 2020, « Politique de recherche nationale et risque environnemental global. L’action de la DGRST pour les sciences de la stratosphère, face à la ‘crise de l’ozone’ (1976-1981) », Revue Française de sociologie, n°61-1, pp.17-42.


La banalisation de ce constat appelle des enquêtes empiriques, afin de préciser les formes et les conditions de possibilité de ces relations. Le cas de la « crise de l’ozone » s’y prête bien : c’est l’un des épisodes marquants de l’histoire de ces rapprochements, qui a vu les acteurs politiques et scientifiques œuvrer de concert pour interdire l’utilisation des chlorofluorocarbones – ou chlorofluorocarbures (CFC) responsable du « trou » dans la couche d’ozone stratosphérique. Le processus qui a abouti à la signature du Protocole de Montréal, en 1987, est aujourd’hui bien connu. Mais les acquis des science studies sur cet épisode s’appuient essentiellement sur le cas étasunien. Ces travaux mettent aussi l’accent sur le consensus international qui a permis de passer relativement rapidement des résultats scientifiques aux décisions politiques. La séquence précédente, alors que les incertitudes et tensions internationales dominaient encore, a été moins explorée.

Le soutien accordé aux recherches sur la stratosphère et sa pollution, au tournant des années 1980, et plus particulièrement la mise en place d’un programme de financement qui leur a été dédié au sein de la Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique (DGRST), révèle la manière dont les acteurs scientifiques et politiques français ont interagi. Les propos des scientifiques et administrateurs de la recherche, et les documents conservés aux Archives nationales, montrent comment les représentants de la DGRST et les « grands patrons » des laboratoires ont orienté la recherche française pour répondre aux premières manifestations de la « crise de l’ozone ».

Tensions internationales autour de la pollution stratosphérique

Les années 1970 sont marquées par d’importantes manifestations pour la « défense de l’environnement ». La mobilisation citoyenne qui s’affirme (notamment dans le sillage du premier « Earth Day » du 22 avril 1970) s’accompagne aussi de créations institutionnelles (celle du Programme des Nations Unies pour l’Environnement en 1972, par exemple). Les risques entrainés par les pollutions liées aux activités humaines, du fait de leurs effets globaux, reconfigurent les relations internationales entre science et politique. Les dégâts occasionnés sur la couche d’ozone stratosphérique par les CFC, mis au jour par les chimistes Rowland et Molina en 1974 sont un exemple de ces reconfigurations.

Sur ce dossier, le volontarisme réglementaire des États-Unis contraste à ce moment-là avec le scepticisme et la prudence des autorités françaises, qui craignent des retombées négatives pour les industriels de la chimie. De leur point de vue, l’élan impulsé outre-Atlantique s’explique en réalité moins par un souci environnemental que par des ambitions commerciales. La négociation d’accords internationaux sur les émissions de CFC incite dès lors le gouvernement français à intensifier son soutien à ses scientifiques, afin de ne pas s’en remettre à la seule expertise des chercheurs états-uniens. Et ce d’autant plus qu’une controverse autour de l’impact environnemental de l’avion Concorde, mêlant également enjeux scientifiques, indépendance stratégique et intérêts économiques, venait d’opposer la France et les États-Unis – une controverse que les chercheurs français ont contribué à clore en innocentant le fleuron de l’aviation nationale.

Le soutien aux études sur la stratosphère qui s’affirme en France, dans les années 1970, est ainsi associé à un désir de souveraineté nationale. Ce soutien ne peut toutefois être envisagé hors d’un cadre de discussion international, en raison du projet de réglementation intergouvernemental, et du fait du caractère global des phénomènes en jeu. Mais le caractère coopératif des sciences de l’atmosphère (Edwards, 2010) a permis aux chercheurs français de trouver une bonne place dans les réseaux et programmes internationaux, ainsi que dans les groupes d’experts dédiés à la pollution par les CFC.

L’action de la DGRST pour les sciences de la stratosphère

Dans les années 1960-1970, la DGRST est une agence de moyens au cœur du système national de recherche. Elle y incarne le projet de modernisation lancé par le pouvoir gaulliste, et participe au développement de domaines de recherche émergents ou encore dispersés entre différents organismes. Destinée à déployer rapidement des fonds substantiels par l’intermédiaire du dispositif des « actions concertées » (Duclert, 2006), elle doit aussi favoriser la connexion des recherches menées en France avec les meilleurs programmes mondiaux.

L’action concertée (AC) « Physico-chimie de la stratosphère » est créée en 1976, et a financé des projets de recherche jusqu’en 1981. Responsable de la gestion des appels d’offres et de la sélection des projets, son comité réunit entre douze et seize directeurs de laboratoires, issus d’universités ou d’organismes de recherche (CNRS, CNES, ONERA, Météorologie nationale). La DGRST y est représentée par un conseiller scientifique, un chargé de mission, et un secrétaire. Sa mission consiste à dynamiser les recherches sur la stratosphère, auxquelles un faible nombre de chercheurs français contribue alors. Il s’agit aussi de pallier leur dispersion institutionnelle et disciplinaire, en assurant un rôle coordinateur. L’AC focalise son action sur les synergies interdisciplinaires, sur l’instrumentation, et sur l’aide à la mobilité internationale (dans des laboratoires étrangers ou bien dans le cadre de campagnes de mesures réalisées en avion ou bien à l’aide de ballons stratosphériques).

Le comité est le lieu d’échanges sur l’actualité du domaine et ses perspectives, sur les thématiques ou les instruments à privilégier à court terme. Par exemple, il décide en 1978 de concentrer les moyens financiers de l’appel d’offres qu’il gère à l’amélioration des capteurs de substances chimiques à déployer dans l’atmosphère, ou en 1980 de favoriser la coopération avec les spécialistes des données issues des satellites. À cet égard, si les recherches françaises ont été favorisées par le contexte de coopération scientifique internationale, elles reposent aussi sur des orientations stratégiques nationales.

Un catalyseur d’échanges entre mondes scientifique et politique

Les discours de l’époque qui accompagnent la création de l’AC « Physico-chimie de la stratosphère » insistent sur le renouvellement des pistes de recherche. Cette initiative incarne en effet une nouvelle donne pour les chercheurs français, après la clôture d’une séquence dominée par la neutralisation des critiques d’origine étatsunienne sur l’impact environnemental du Concorde (et largement planifiée par le Comité d’Études sur les Conséquences des Vols Stratosphériques [COVOS]). Cette redistribution des cartes se fait néanmoins dans un contexte particulier, également marqué par des attentes politiques, en lien avec l’ouverture de concertations internationales sur les CFC.

Du reste, les représentants de la DGRST ne cachent pas que la mise en place de cette AC vise aussi à constituer un groupe d’experts pouvant être utile au gouvernement français dans ce cadre. Différentes directions du secrétariat d’État aux Transports, des ministères de l’Industrie, de l’Environnement, et des Affaires Étrangères suivront ses activités. Certains de leurs membres solliciteront les lumières du comité de l’AC « Physico-chimie de la stratosphère » pour préparer des discours sur les réglementations encore embryonnaires au sujet de la production de CFC – par exemple devant une assemblée d’élus européens, ou bien dans le cadre de l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE).

Dans cette configuration, le conseiller scientifique de la DGRST joue un rôle particulier, facilitant des échanges entre scientifiques et représentants des pouvoirs publics qui ne peuvent être réduits à une commande ponctuelle de rapports d’expertise. Il questionne volontiers les premiers au nom des seconds, voire leur suggère des pistes de recherche qui lui paraissent pertinentes par rapport aux mises en cause des CFC et aux décisions à prendre. Ces interventions rappellent aux scientifiques les enjeux politiques et économiques attachés aux résultats de leurs recherches.

Conclusion

L’AC « Physico-chimie de la stratosphère » donne une image précise des liens qui ont pu se nouer, dans « la France vert clair » (selon l’expression de Michel Bess), « entre science et politique », ou entre « savoir et pouvoir » durant les années 1970. La prégnance du cadrage politique international montre combien la dynamique d’une spécialité comme l’étude de la stratosphère peut dépendre du contexte sociohistorique. La dépendance du monde scientifique vis-à-vis des acteurs politiques paraît ici clairement établie. Mais, en même temps, on voit comment une communauté spécialisée peut tirer profit de moyens inédits, pour acquérir de l’influence auprès de ses pairs et des décideurs politiques.

Plus spécifiquement, cela éclaire aussi le rôle important qui a été donné à la DGRST, au moment où le souci environnemental se concrétisait sur le plan institutionnel, aux niveaux national et international. Le comité de l’AC « Physico-chimie de la stratosphère », qu’elle abrite à la fin des années 1970, est le lieu d’un travail collectif spécialisé et encadré : un lieu de discussion et d’appropriation de la « demande sociale », modelé par une double crainte, celle du « risque global » induit par les dégâts occasionnés par les CFC sur la couche d’ozone terrestre, et celle d’un étouffement de la « voix de la France » dans un concert des nations à la recherche d’harmonies environnementales.


  • Bess M., 2011, La France vert clair. Écologie et modernité technologique, 1960-2000, Paris, Champ Vallon.
  • Duclert V., 2006, « L’invention d’une haute institution gouvernementale. La Délégation générale à la recherche scientifique et technique », in Chatriot A., Duclert V. (éd.), Le gouvernement de la recherche. Histoire d’un engagement politique, de Pierre Mendès France à Charles de Gaulle (1953-1969), Paris, La Découverte, pp. 132‑149.
  • Edwards P.N., 2010, A Vast Machine. Computer Models, Climate Data, and the Politics of Global Warming, Cambridge & London, The MIT Press.
  • Oppenheimer M., Oreskes N., Jamieson D., Brysse K., O’Reilly J., Shindell M., Wazeck M., 2019, Discerning Experts: The Practices of Scientific Assessment for Environmental Policy, Chicago & London, The University of Chicago Press.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC :  Flaticon wanicon, ultimatearm, Eucalyp, Wichai.wi



Citer ce billet
Cécile Crespy et Morgan Jouvenet (2021, 18 mai). Définir une politique de recherche face à la « crise de l’ozone ». Mondes Sociaux. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9j4

Cécile Crespy et Morgan Jouvenet

Cécile Crespy, Sciences Po Toulouse - LaSSP, Université de Toulouse et Institut universitaire de France - IUF (cecile.crespy@sciencespo-toulouse.fr), Morgan Jouvenet, CNRS, Laboratoire Printemps - CNRS/Université Paris Saclay - (morgan.jouvenet@uvsq.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Emma dit :

    Super blog, mais que veut dire DGRST ?

    • simonleveque dit :

      Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez au magazine.

      Comme indiqué dans l’un des paragraphes d’introduction, la DGRST signifie : Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search