Écrire l’histoire des peuples barbares

D’où viennent les peuples dits « barbares » qui détruisent l’Empire romain et fondent à sa place les premiers royaumes médiévaux ? Si cette question n’intéresse guère les hommes qui vécurent les grands bouleversements du Ve siècle, elle a passionné les auteurs postérieurs. Ce moment de l’Histoire jugé tantôt dramatique tantôt fondateur a fait l’objet de réécritures ou de réinventions jusqu’à nos jours.


  • Dumézil B. (dir.), 2020, Les barbares, Paris, PUF.

  • La publication de cet article s’inscrit dans le cadre d’un partenariat avec le festival L’Histoire à venir.

Fictions médiévales : la migration originelle

Tout commence un peu plus d’un siècle après les faits. À partir des années 550, mais surtout au cours des VIIe et VIIIe siècles, des chroniqueurs se mettent à raconter le passé lointain des Wisigoths, Ostrogoths et autres Lombards. Alors que les témoins sont morts depuis longtemps, les hésitations se font jour sur le déroulement réel des événements.

Certains auteurs placent par exemple les origines des Francs en Germanie, tandis que d’autres les font venir d’Asie mineure. Pour les uns, les Goths ont migré depuis l’Orient ou la Scythie (Ukraine actuelle), pour les autres, depuis la Scandinavie. Et si des parentés entre les différents peuples barbares sont bien évoquées, elles restent très changeantes et ne s’appuient que rarement sur l’élément linguistique. Au VIIe siècle, on pourra ainsi présenter les Francs comme parents des Turcs. L’important reste d’être aussi apparenté aux fils de Noé, par le biais de généalogies complexes que les clercs médiévaux se délectent à composer.

Entre toutes ces origines possibles pour les barbares occidentaux, le monde germanique n’est pas particulièrement privilégié. Pour les auteurs anciens, mieux vaut être passé par la Grèce, la Phrygie ou l’Égypte plutôt qu’avoir arpenté les marais mal documentés du nord de l’Europe.

Écrivant vers 660, le chroniqueur Frédégaire envisage les premiers Mérovingiens comme un groupe de migrants au long cours : voilà qui permet de les rapprocher des compagnons d’Énée, qui avaient jadis été aux origines de Rome. Au début du VIIIe siècle, le moine Bède le Vénérable préfère raconter que les premiers royaumes anglo-saxons furent fondés par deux frères qui avaient traversé la Mer du Nord pour arriver en Britannia : dans la présentation de ce destin protégé par la Providence, le mythe de Romulus et Remus se mélange à l’image de Moïse franchissant la Mer Rouge !

À l’évidence, les premiers récits d’origine des peuples constituent un écheveau complexe : sans doute y a-t-il un peu de mémoire réelle du passé, mais elle est généralement gommée par les références antiques ou bibliques, qui visent à montrer que telle population était appelée depuis l’origine à un grand destin. Ajoutons que tous ces récits sont composés par des savants travaillant dans des milieux proches du pouvoir : les familles royales se voient ainsi gratifiées d’origines anciennes et prestigieuses.

Ce passé réinventé semble donner toute satisfaction aux élites du haut Moyen Âge parce qu’il conforte les trônes encore vacillants des dynastes. Il donne une origine commune aux nouvelles élites. Les ethnicités « barbares » y gagnent un vernis d’honorabilité. Car être Franc n’est plus méprisable si jamais on se convainc que les Francs descendent de Priam ! Au VIIe siècle, la plupart des anciens Romains en viennent donc à adopter l’identité ethnique de leur nouveau roi ; beaucoup prennent des noms à consonance germanique, à moins qu’ils n’adoptent des noms « troyens » comme Hector ou Anchise.

Tous les passés semblent utiles s’ils peuvent servir à justifier le pouvoir en place. Dans l’Angleterre anglo-saxonne des années 700, un coffret d’ivoire représente sur ses différents panneaux les combats de la guerre de Troie, la fondation de Rome, l’histoire des Hébreux, l’adoration des Mages et la fabrication de l’épée du héros scandinave Siegfried. Sans doute son propriétaire voulait-il se croire l’héritier de ces différents gestes.

La mémoire du passé n’encombre pourtant pas trop les esprits médiévaux. Les royaumes des Vandales, des Ostrogoths, des Burgondes et des Lombards disparaissent entre le VIe et le VIIIe siècle ; dès lors, les origines de ces peuples ne font plus l’objet que de productions nostalgiques. De nouveaux passés peuvent être convoqués lorsqu’ils se révèlent utiles.

Lorsque les Plantagenêt prennent le contrôle de l’Angleterre, ils mettent en avant le roi Arthur, doté de possessions aussi bien en France que dans l’île de Bretagne, comme assise de leurs propres droits. Au même moment, les royaumes espagnols de la Reconquista récupèrent tout ce qu’ils peuvent de la mémoire wisigothique, mais en l’orientant dans un sens totalement chrétien : les petits rois batailleurs du nord de la Péninsule se présentent comme les héritiers directs d’un grandiose monde gothique qui aurait permis l’éclosion de la civilisation chrétienne en Europe.

Sélections modernes : les Germains comme peuple fondateur

Le passé barbare change soudainement à la Renaissance. Les Humanistes redécouvrent l’œuvre de Tacite et se prennent de fascination pour la Germanie antique. Certes, le grand historien romain n’avait jamais dit que les Germains étaient des migrants, mais il les présentait comme des êtres purs, honnêtes et valeureux. Voilà qui fait sens à un moment où les Protestants entendent lutter contre la Rome pontificale, tenue pour aussi corrompue que l’antique Empire romain. « Souvenez-vous que vous êtes des Germains ! », crie le Luthérien Ulrich von Hutten à ses troupes en 1520.

Du côté de la papauté, on pense plutôt que la Germanie produit régulièrement des hordes de sauvages sacrilèges : les lansquenets protestants qui mènent le sac de Rome en 1527 sont comparés aux Goths hérétiques qui prirent la ville en 410. De là à penser qu’il ne s’agit que d’un seul et même peuple…

Dans ce contexte, les érudits reprennent les généalogies foisonnantes qui avaient été composées au Moyen Âge pour ne retenir que celles qui leur conviennent. En 1519, Beatus Rhenanus propose ainsi l’idée que les Germains sont les ancêtres directs des Francs et des Goths ; de cette souche est né le Saint-Empire, qui est intrinsèquement germanique. La France préfère s’accrocher au mythe de l’origine troyenne des Francs ; jusqu’au milieu du XVIIe siècle, telle est la vérité officielle défendue par la plupart des historiographes officiels de la monarchie.

Il faut un original comme Jean du Tillet pour écrire en 1578 que la France « avait son commencement de la Germanie, ne le pouvant avoir plus digne ». Au XVIIIe siècle, les progrès de la linguistique et de l’érudition obligent à reconnaître que la famille de Clovis venait bien d’Outre-Rhin, le problème étant cependant de savoir si les rois des Francs, les Francs et les Français modernes participent d’une même entité.

Dans le parti nobiliaire, on veut croire que les Germains et les Gallo-Romains ne se sont pas mêlés : ceci explique que la noblesse, héritière des migrants, ait conservé le métier des armes, le sens de la liberté et certains privilèges sur le Tiers État. Il y a deux « races » en France, expose le comte de Boulainvilliers en 1727 : celle des victorieux et celle des vaincus. Même s’il ne croit pas que cette origine confère des avantages naturels, Montesquieu est lui-même persuadé d’appartenir à une lignée qui remonte à « nos Pères, les Germains ».

Réinventions contemporaines :  race, peuple ou ethnogenèse ?

Avec l’essor du nationalisme, les « races » sont peu à peu envisagées comme des groupes biologiques, stables et endogames. Le romantisme ambiant pousse à aller chercher chez les barbares plutôt qu’à Rome ou en Grèce les vraies origines des nations. Autour de 1800, se multiplient déjà les tableaux montrant de vaillants chefs germaniques vivant dans une nature intacte et combattant un Empire romain mortifère.

L’épisode napoléonien, très dur pour les intellectuels allemands, conforte leur conviction qu’il existe depuis toujours une grande civilisation germanique et que celle-ci s’opposerait éternellement aux Empires latins. L’unité des Germains d’hier et d’aujourd’hui peut se lire dans leur culture, leur langue, mais aussi leur sang. Jacob Grimm en est persuadé ; il pense à ce titre pouvoir retrouver l’identité germanique derrière la grammaire et le folklore. « L’erreur la plus fatale pour un peuple est d’abandonner ses caractères biologiques », écrit aussi Hegel au début des années 1820, tout en signalant que « L’Allemagne proprement dite s’est gardée pure de tout mélange ».

Du récit des origines d’un peuple, on passe aux récits d’origine d’une nation allemande… laquelle n’existe pas encore au milieu du XIXe siècle ! Voilà qui oblige à surenchérir sur l’unité de sang des ancêtres. Les récits du passé se font désormais racialistes, voire clairement racistes. Hors de question désormais de parler de « barbares » ; seul le terme de Germains a droit de cité, ce qui conduit à rassembler sous une même appellation de « peuples germaniques » des populations barbares pour lesquelles les auteurs antiques et médiévaux ne percevaient aucune unité.

L’archéologie savante naît dans cette Europe qui veut retrouver les traces des ancêtres pour justifier le présent de l’État-nation. Au début du XXe siècle, les archéologues dominants comme Gustav Kossinna cherchent à démontrer qu’il existait aux temps protohistoriques des cultures matérielles bien distinctes, lesquelles correspondent exactement à des peuples connus par les auteurs antiques. Certains vestiges seront ainsi qualifiés de « germaniques ». Comme des objets jugés « signifiants » se trouvent en dehors d’Allemagne, ils démontrent qu’il y a eu des migrations de masse, notamment durant l’Antiquité tardive.

À la lumière de ces hypothèses, les érudits reprennent le corpus touffu des récits d’origine composés pendant le haut Moyen Âge et sélectionnent à nouveau ce qui leur semble probant. De préférence, ils retiennent les textes affirmant que les Germains avaient leur foyer original de peuplement au sud de la Scandinavie. Voilà qui justifiera les revendications territoriales que le Reich entretient envers le Schleswig-Holstein. La linguistique et la toponymie seront à leur tour convoquées pour soutenir l’appartenance immémoriale de telle ou telle zone à l’« aire germanique ».

Si les idéologues nazis dévoient à leur tour la question de l’origine des peuples, l’Après-Guerre conduit à un certain apaisement. À partir des années 1960, les historiens commencent à admettre que les populations regroupées sous le nom de Goths ou de Francs n’étaient pas nécessairement stables, ni issues du même noyau, et qu’elles étaient capables de s’enrichir de nouveaux éléments ; le premier Moyen Âge est peut-être moins une période de migration de masse qu’un moment de construction des peuples.

Le terme d’« ethnogenèse » commence à se diffuser et remplace « grandes invasions ». Sur le plan archéologique, certains déplacements de populations – indiscutables – sont désormais plus faciles à évaluer par la génétique ou par l’analyse des isotopes fixés dans les couches profondes des ossements. En revanche, les anciens objets « signifiants » cessent parfois d’être associés à un peuple particulier ; tel est le cas par exemple de la célèbre hache de jet, la francisque, que l’on retrouve aussi bien dans des tombes du monde franc que dans l’aire alamane, voire burgonde.

D’où viennent les peuples barbares qui ont donné leur nom à la France, l’Angleterre ou la Lombardie ? Hier comme aujourd’hui, la question est moins « quelle est leur origine ? » que « pourquoi nous cherchons à la connaître ? ». La commémoration de ce passé « fondateur » – ou d’une version particulière du passé – n’existe que dans les contextes d’interrogation sur l’identité et sur le devenir des nations européennes. Parce qu’il est très mal documenté, le Ve siècle constitue un miroir idéal de nos prétentions, de nos peurs et de nos fantasmes.


  • Brather S., 2004, Ethnische Interpretationen in der frühgeschichtlichen Archeölogie, De Gruyter, Berlin-New York.
  • Coumert M., 2007, Origines des peuples. Les récits du Haut Moyen Âge occidental (550-850), Institut des études augustiniennes, Paris.
  • Halsall G., 2007, Barbarian migration and the Roman West 376-568, Cambridge University Press, Cambridge.
  • Pohl W., 2005, « Aux origines de l’Europe ethnique. Transformations d’identités entre Antiquité et Moyen Âge », Annales. Histoire, Sciences sociales, n°60/1, p. 183-208.
  • Wood I., 2012, The Modern Origins of Early Middle Ages, Oxford University Press Oxford.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC :  Flaticon Freepik, Flat Icons, Darius Dan



Citer ce billet
Bruno Dumézil (2021, 31 mai). Écrire l’histoire des peuples barbares. Mondes Sociaux. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9j8

Bruno Dumézil

Bruno Dumézil, Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier - UMR 8596 (bruno.dumezil@sorbonne-universite.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search