L’aviation, du loisir au sport médiatisé

Si l’aviation naît au début du XXe siècle, il faut attendre les années 20 pour connaître une véritable utilisation de ce nouveau mode de transport. Parfaite représentation de la modernité de ce que l’on nomme aujourd’hui la Belle Époque, l’aéroplane vient bouleverser les sociétés françaises avec l’apparition de ces nouveaux « hommes-volants ». Ainsi donc, c’est à la « classe de loisir » que s’adresse cette nouveauté qui vient occuper le ciel français. Comment alors ce nouveau loisir parvient-il à devenir un sport et à attirer de nombreux spectateurs ? Quel rôle joue la presse sportive, très en vogue au début du XXe siècle, dans l’avènement du sport aérien ?

L’exemple de La Vie au Grand Air, magazine sportif fondé en 1898 par Pierre Lafitte, est particulièrement intéressant. Ce magazine hebdomadaire reprend l’actualité sportive française et l’on y retrouve une illustration importante qui vient habiller ses colonnes. Il permet ici de saisir cette évolution des représentations de l’aéronautique dans les sociétés françaises au début du XXe siècle. Là où l’automobile a déjà sa place dans la presse sportive, l’aéroplane tend à se faire une place parmi les loisirs, reprenant dans un même temps les codes des autres sports populaires.



La course aux records

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, les ascensions en ballon gardent le monopole des courses et prix sportifs dans le champ médiatique. Les records de hauteurs, de distances sont alors régulièrement battus et la presse ne manque pas de reprendre ces exploits dans ses titres et ses illustrations.

Dans La Vie au Grand Air, ce sont les titres et sous-titres qui relatent ces nombreux records : altitudes, distances, durées de vol sont alors commentées par les journalistes sportifs. Le vol est ainsi décrit et conté presque seconde après seconde, le journaliste relatant les difficultés rencontrées, les paysages, la météo. La lecture de ce magazine permet de saisir cet engouement naissant et particulier de ce sport moderne.

Il faut attendre les années 1908-1909 pour voir apparaître l’essor de l’aéroplane dans le champ médiatique français. Bien que le thème soit déjà abordé depuis longtemps dans de nombreuses revues et magazines spécialisés, c’est véritablement cette période qui marque l’avènement de l’aéroplane comme sport à part entière.

La Vie au Grand Air participe bien sûr à cet essor et, bien que pluridisciplinaire, publie de nombreux numéros consacrés en grande partie à l’aviation. Les colonnes des journaux sont alors remplies par les détails techniques et scientifiques des différents appareils, mais c’est véritablement le record, à l’image de l’aérostation, qui est mis en avant dans la presse et dans ce magazine.

Ces nombreux records sont d’autant plus relayés qu’ils sont bien souvent mis en avant par des industriels, des journaux qui fournissent les prix. Ainsi, dans La Vie au Grand Air du 21 août 1909 le groupe Michelin propose :

« Le pilote du premier appareil à deux places occupées qui établira avant le 1er janvier 1918 le record suivant, homologué par l’Aéro-Club de France. L’envolée d’un point quelconque des départements de la Seine ou de la Seine-et-Oise. Faire un cercle complet autour de la verticale de l’Arc de triomphe. Ensuite et de même autour des flèches de la cathédrale de Clermont-Ferrand et venir se poser au sommet du Puy de Dôme (altitude 1465m.) dans un délai moindre de 6 heures. »


  • F. M., La Vie au Grand Air, 1909, n° 570, p. 138.


Le pilote, un champion sportif

On peut observer trois phases dans la construction du discours médiatique pour décrire la figure de l’aéronaute entre 1905 et 1913 : le sportsman, le pionnier aviateur et le pilote expert.

En 1905, c’est l’aérostation et les sportsmen qui, à l’image de l’Aéro-Club de France, occupent les colonnes de La Vie au Grand Air. Cette reconnaissance passe par les prix et les records, l’aérostation gagnant une place importante parmi les autres sports.

L’élite sociale pratique l’aérostation parmi d’autres sports comme le tennis, la boxe, la lutte et l’automobile. Cette forme d’excellence sportive participe alors grandement à la construction sociale du sportsman qui fait figure de modèle. Le pilote brésilien Alberto Santos-Dumont incarne parfaitement cette excellence sportive : vainqueur du prix Deutsch de La Meurthe en 1901, l’aéronaute va s’illustrer le 23 octobre 1906 à Bagatelle lors du premier vol public d’un aéroplane.

Dès 1909 une certaine héroïsation est portée par la presse, et notamment La Vie au Grand Air, qui distingue dans ses Unes des hommes intrépides. Le 25 juillet, c’est Louis Blériot qui est porté en triomphe et en héros après sa traversée de la Manche, de Calais à Douvres, aux commandes de son Blériot XI. La même année, le grand meeting de Reims est lui aussi mis à l’honneur par la presse qui vante les mérites de ses nouveaux champions.

La mise en place de cette héroïsation reprend partiellement les codes de la mythologie grecque. La figure du héros est accompagnée de ceux qui n’ont pas réussi, à l’exemple d’Eugène Lefèbvre, premier aviateur à se tuer en aéroplane, ou de Hubert Latham qui échoue de nombreuses fois à la traversée de la Manche. Une certaine « dramaturgie des airs » est intégrée au discours de la presse qui fait vivre avec émotion ses feuilletons « héroïco-sportifs ».

À partir de 1913, l’aérien n’intéresse plus autant qu’à ses débuts. En effet, le spectaculaire que montre la presse française depuis près de dix années surprend moins le public qui se lasse. Les pilotes eux restent pourtant bien présents dans le ciel français et se perfectionnent.

On voit apparaître alors de véritables experts du ciel, dompteurs d’appareils toujours plus performants, qui s’associent bien souvent à des industriels, des équipes de mécaniciens et techniciens du ciel. Il serait inexact de parler de métier d’aviateur, bien que la sphère professionnelle se concrétise autour de ces nouveaux experts.

Ces experts du ciel sont définis par La Vie au Grand Air dans leurs capacités à maîtriser un domaine du vol : Adolphe Pégoud s’illustre dans la voltige et est considéré comme l’un des inventeurs du « looping » ; Roland Garros, véritable expert des longs raids, traverse la Méditerranée le 23 septembre.

Le sportif, d’abord modèle de l’élite sociale puis véritable héros, se transforme à partir de 1913 en aventurier dans une quête toujours plus audacieuse des airs. La figure sportive disparaît pour laisser place à l’expert du ciel, au pilote compétent et aventurier.

Des aviatrices sportives ?

Le sport aérien au début du XXe siècle, comme tout sport technique de façon générale, est principalement pratiqué par des hommes. Il existe cependant parmi les milieux les plus aisés des femmes qui se retrouvent à pratiquer ce sport moderne. En 1902 est créée par La Vie au Grand Air une coupe exclusivement réservée aux femmes, ce qui contribue partiellement au développement du sport féminin. Mais il ne faut pas s’y tromper : le sport aérien féminin reste très marginal dans les médias, la technique restant une affaire d’hommes.

À l’image de ce que peuvent pratiquer les hommes, la femme pilote « appartient au même milieu social que le sportsman », y compris dans la pratique de l’aérostation en 1905. Pourtant, la manière dont l’aéronaute féminine est traitée dans La Vie au Grand Air est très différente. Manque d’expérience, difficulté à maîtriser les questions scientifiques, fragilité sont autant de stéréotypes que le journal contribue à véhiculer largement ; selon Luc Robène, « l’éternel féminin, qui s’inscrit dans une représentation de la beauté, de la grâce, de la douceur, est le premier angle d’attaque en matière d’assignation de genre ». Cette condescendance masculine insiste sur la condition des sportswoman, toujours présentées en compagnies d’hommes qui, eux, maîtrisent les airs.

En 1909 à Paris est créé le premier aéro-club féminin au monde, la Stella, qui permet alors aux femmes de pouvoir se retrouver dans un véritable club à l’image de l’Aéro-club de France, fondé en 1898. La création de ce club pourtant important n’est pas mentionnée dans La Vie au Grand Air. L’exemple de Marie Marvingt, la « fiancée du danger », montre aussi ce manque de considération, alors que la pilote est largement présentée dans L’Aérophile, un journal spécialisé sur l’aéronautique. Il faut attendre les années qui suivent pour connaître une forme d’héroïsation de la femme pilote dans des exploits toujours plus nombreux.

De la passagère qui accompagne son mari, la femme devient autour de 1913 une aviatrice, reconnue et montrée en exemple. Les hommes sont désormais des aventuriers, héros accomplis et spécialistes du vol sous toutes ses formes. La femme peut trouver sa place dans cette frénésie des airs et La Vie au Grand Air s’attache également à suivre ce changement de cap en proposant à ses lecteurs de véritables reportages sur les exploits féminins.

La lecture des photographies présentées dans les pages du journal permet de saisir cet intérêt nouveau pour les femmes : la pilote est une conquérante, amazone des airs vêtue d’habits masculins. Assise sur son aéroplane, elle détonne avec la femme qu’elle devrait être, maquillée et féminine. C’est un « entre-deux » qui est ici proposé par le journal : la femme moderne, pilote, mais qui redevient « femme » après son vol et la femme aviatrice, véritable héros des airs.

De fait, la figure d’Élise Deroche et celle de Jeanne Pallier marquent les colonnes de La Vie au Grand Air par leurs exploits selon un processus comparable à celui de l’héroïsation de leurs homologues masculins quelques années plus tôt. Cette figure héroïque de la Belle Époque reste toutefois une exception car la « passagère mondaine » reste la figure la plus représentée dans le journal. Les vols lui sont limités : elle ne s’envole que pour suivre son mari, performant et aventurier.

Un loisir de classe

À partir des numéros du magazine La Vie au Grand Air, l’article de Luc Robène montre l’utopie qu’a été l’aviation pour les sociétés françaises. À l’image de l’automobile, c’est bien un sport qui naît au début du XXe siècle et qui marque, par les exploits, la vitesse et ses pilotes, l’univers sportif dans la presse. Cette héroïsation reprend alors les codes de la culture de masse à travers les médias, la presse et le cinéma, et ceux du sport.

C’est l’image de l’homme téméraire et courageux, pilote intrépide et audacieux, qui ressort de l’analyse de La Vie au Grand Air. Mais cette construction collective ne concerne qu’une partie limitée de la population. Aussi, le sport aérien reste populaire, mais sa pratique ne s’adresse qu’aux bourgeois, industriels et amateurs fortunés disposant de temps libre.

Si le magazine connaît un succès certain dès ses premières parutions, la guerre vient marquer un coup d’arrêt pour sa diffusion, emportant dans un même temps pilotes et mécaniciens sur les nombreux champs de bataille. L’image du sportif distingué disparaît dès la fin de la Première Guerre et l’intérêt sportif se transforme par la suite en intérêt économique et militaire, abandonnant la fougue et l’audace des pionniers du genre.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC :  Flaticon Freepik, Icongeek26


Hugo Hérubel

Hugo Hérubel, Université Toulouse - Jean Jaurès (hugo.herubel@etu.univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search