L’Europe en ses Amphis

affiche (1)

Affiche du film L’auberge espagnole, Cédric Klapish, 2002

Depuis une vingtaine d’années, l’histoire de l’Europe est l’objet de débats nombreux et souvent houleux parmi les scientifiques comme au sein des opinions publiques. 

Pour les uns, parce que le caractère polysémique du mot « Europe » autorise des définitions multiples et interroge sur la possibilité même d’écrire une histoire européenne ; pour les autres, parce que les bouleversements récents (chute du Mur de Berlin, extension croissante des compétences communautaires, élargissements successifs de l’Union européenne à de nouveaux pays…) suscitent interrogations et inquiétudes auxquelles les chercheurs en sciences humaines et sociales sont invités à répondre.

Une structure d’échanges

Devant cette situation, des chercheurs toulousains ont créé en 2011 une structure de dialogue et d’échanges afin de mieux répondre aux attentes du monde de la recherche, mais aussi de publics plus larges que les publics académiques. Cette structure, dénommée les « Amphis de l’Europe », reflète la prise de conscience par plusieurs universitaires du déficit d’informations sur la construction européenne, et du risque qu’entraîne ce phénomène pour la prise en compte intellectuelle et citoyenne d’une question qui nous concerne tous. L’objectif n’était pas de soutenir le processus européen sans esprit critique, mais d’abord de donner à connaître à chacun, par le dialogue et le débat, les clés et les perspectives nécessaires à une meilleure compréhension du phénomène communautaire. Le but était également de confronter les méthodes d’investigation de chaque discipline et de faire le bilan d’études parallèles qui ne demandaient qu’à s’entrecroiser au profit de toutes, aboutissant dans un premier temps à la collaboration de deux laboratoires relevant de deux universités toulousaines, l’IRDEIC (Université Toulouse 1) et FRAMESPA (Université Toulouse 2), tous deux ayant jusqu’ici largement contribué à des recherches sur l’Union européenne.

  • Peruzzetto S., dir., 2014, Construire la citoyenneté européenne, Bruxelles : Peter Lang, coll. Europe des cultures.
  • Vayssière B., dir., 2013, L’Europe, objet renouvelé des sciences sociales, Toulouse : Méridiennes.
CC Wikimedia Commons

CC Wikimedia Commons

Partant du droit et de l’histoire, cette volonté commune a abouti tout d’abord à l’organisation de rencontres interuniversitaires qui se sont déroulées alternativement dans chaque université. Au-delà des participants concernés, un public d’étudiants, issu des deux universités, a permis d’entretenir une dynamique d’intérêt et de recherches, à laquelle se sont agrégés d’autres laboratoires de l’Université Toulouse 2, ainsi que le LASSP, unité de recherche de l’Institut d’Études Politiques, eux aussi en pointe sur la recherche européenne. Les conditions ont donc été créées pour mettre en place des journées de réflexion axées sur un thème majeur de la construction européenne, et dont les communications sont systématiquement publiées, pour que le débat se prolonge au-delà des « Amphis de l’Europe ». Car le projet propose d’ouvrir la réflexion sur ce qu’est l’Europe dans une perspective globale, sans la réduire à l’Union européenne stricto sensu. On ajoutera qu’à partir de 2013, Les Amphis de l’Europe sont soutenus par le Labex Structuration des Mondes Sociaux à travers leur inscription dans son opération « Mondes politiques » dirigée par Eric Darras (LASSP) et  Vincent Simoulin (CERTOP).

Les Amphis de l’Europe partent du principe que l’étude du phénomène communautaire ne peut que s’enrichir d’une approche pluridisciplinaire, encouragée dans le milieu toulousain par l’existence de laboratoires spécialisés sur l’Europe. Ils reposent sur une pluralité de disciplines (droit, histoire, géographie, science politique), de laboratoires (IRDEIC, FRAMESPA, LASSP, CERTOP et LISST-CIEU) et d’établissements d’enseignement supérieur membres de l’Université de Toulouse. Une interface est ainsi créée qui permet de débattre chaque année, devant un public le plus large possible, d’un sujet qui constitue toujours une question vive (« La recherche sur l’Europe », « La citoyenneté », « Les frontières », « La crise ») , puis de publier communications et débats.

Franchir (toutes) les frontières

Ces pistes désormais lancées ne peuvent qu’être enrichies à l’occasion des futures rencontres, mais donnent d’ores et déjà un corps à cette collaboration inédite, ainsi que des réponses, bien entendu à approfondir, aux premières questions posées par cette approche pluridimensionnelle de l’Europe.

19542535

Affiche du film Rien à déclarer, Dany Boon, 2010

À titre d’exemple, la troisième journée (21 mars 2014) qui s’est tenue sur le thème « Penser les frontières européennes au XXIe siècle », a permis une nouvelle fois un rapprochement inédit des problématiques et des méthodes. Il est vrai que la notion de « frontières » est ambigue et ambivalente, et donc propice à la recherche pluridisciplinaire qu’encourage le collectif des Amphis de l’Europe. Une première conception renvoie à la topographie : la frontière désigne alors la ligne comme marque de la contiguïté ; une seconde relève de la souveraineté d’un État et transforme (ou pas) l’espace des flux en un territoire cohérent et contrôlé ; le troisième, le plus vaste, correspond à un ensemble de modules de différenciation à partir de critères culturels. Toutefois, une frontière n’est pas qu’une donnée rationnelle ; elle est aussi le produit d’un imaginaire qui façonne les représentations et donne forme à des pratiques au quotidien. Les frontières de l’Union européenne constituent ainsi un objet d’étude doublement intéressant : internes, elles représentent une réalité que l’on cherche à surpasser ; externes, elles correspondent à ce qui pourrait donner forme au rêve d’une Europe intégrée et consciente d’elle-même et de son environnement.

Faire un séminaire consacré aux frontières et à l’Europe est une nouvelle façon de mettre en acte l’approche pluridisciplinaire des problèmes liés à l’intégration communautaire, tout en s’appuyant sur des cas où la frontière apparaît comme un réalité (obstacle ou non) de l’Europe au quotidien et dans ses représentations : ainsi en est-il la frontière avec la Turquie traitée par un spécialiste de l’histoire médiévale (Benoît Joudiou) et par un historien moderniste (Géraud Poumarède) pour montrer la naissance et la permanence de représentations et d’habitus qui se sont figés dans le temps. Les juristes (Sylvaine Peruzzetto, Laure Clément-Wilz, Céline Castets-Renard et Bruno Steinmann) se sont pour leur part consacrés à la mise en place de ces lois et de ces normes qui servent à tous pour définir un espace, de manière positive (l’élargissement est aussi une affaire de droit) et négative (contrôle des flux aux frontières). Le franchissement des frontières est un thème qui peut être traité suivant différents angles : celui des motivations économiques (par exemple, l’immigration portugaise avant l’intégration du pays, traitée par l’historien Victor Pereira) ou celui de la transgression des normes (l’île-frontière de Lampedusa étudiée par la sociologue Annalisa Lendaro). Enfin, la collaboration transfrontalière a pu être abordée par des géographes (Thibault Courcelle et Philippe Dugot), notamment du point de vue des politiques d’aménagement (François Taulelle et Thomas Perrin) ou de collaboration entre États face à des phénomènes transfrontaliers aussi néfastes que les pollutions (Julien Weisbein).

CC Wikimedia Commons

CC Wikimedia Commons

Ayant abordé l’Europe à travers l’histoire sociale et politique, ainsi que la géographie, le droit et la science politique, ce séminaire plaide pour un usage raisonné de ces disciplines et de leurs ressources théoriques et méthodologiques. Il s’est efforcé de présenter les limites et les exigences en termes de sources, ainsi que les apports rétrospectifs et prospectifs, pour une meilleure compréhension des hiérarchies et des fractures internes propres aux frontières, de leur dynamique et de leur interaction avec les identités des acteurs sociaux. Il est évident, au vu de toutes ces interventions, que la dialectique entre effacement et renforcement des frontières, internes ou externes, est très présente, et concerne tous les domaines de recherche. Les problématiques identitaires enfantées par cette dialectique, ajoutées aux dérives technocratiques d’un système jugé de moins en moins démocratique, interrogent bien au-delà des communautés de chercheurs quant au rôle qu’il convient d’attribuer aux frontières de l’Europe contemporaine, dont on doit systématiquement rappeler qu’elle n’est pas un pays (pour l’instant ?), mais d’abord un projet.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Geralt


Bertrand Vayssière

FRAMESPA (bertrand.vayssiere@orange.fr)

More Posts - Website

Bertrand Vayssière

FRAMESPA (bertrand.vayssiere@orange.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *