La gestion des biens communs français au XIXe siècle : l’eau, source de discorde ?

Depuis de nombreuses années, les bouleversements écologiques ont amené un grand nombre de chercheur·ses à s’intéresser à la notion de “communs” ou “biens communs”. Ces termes désignent des ressources vitales pour toutes et tous, qui sont épuisables et dont la gestion est collective, à l’image de ses usages. Parmi ces ressources essentielles, l’eau a fait l’objet de nombreuses études ces dernières décennies.

Alice Ingold, maîtresse de conférences à l’EHESS en histoire et civilisation de l’Europe, est spécialiste en histoire environnementale. Elle s’intéresse plus particulièrement aux associations syndicales et organisations de gestion commune, lorsque celles-ci ont pour but de réguler les usages des eaux. Dans son article « Terres et eaux entre coutume, police et droit au XIXe siècle. Solidarisme écologique ou solidarités matérielles ? » publié dans la revue Tracés en 2017, la chercheuse s’intéresse aux associations de propriétaires cherchant à statuer sur la gestion des eaux françaises au XIXe siècle.



En effet, après la Révolution française et tout au long du XIXe siècle, l’État tentait de s’approprier la gestion des eaux en défendant l’intérêt public, tandis que les propriétaires sur les terrains desquels se trouvaient rivières, fleuves et autres zones humides refusaient de renoncer au contrôle de ces ressources. En marge de cette opposition se trouvent les associations de propriétaires qui, elles, conjuguaient propriété et gestion commune régulée.

Alice Ingold s’appuie dans cet article sur de précédentes études concernant les relations entre État et propriétaires à l’égard de la question des eaux. Elle y ajoute son analyse des rapports rédigés par Georges Sorel, ingénieur des Ponts et Chaussées, lorsqu’il était à la direction des services hydrauliques des Pyrénées Orientales entre 1880 et 1892.

Cette recherche montre comment les associations de propriétaires pour la gestion des eaux, dans un moment où tout collectif était suspecté d’entraver de manière illégitime et rétrograde la liberté des propriétaires, ont réussi à pérenniser les ressources.



Fiche technique

Musique : bibliothèque Envato Elements

Texte : Game of Hearth

Montage : Jeannot se livre

Crédits images en CC :  Flaticon Freepik, Smashicons


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Léa Bello (28 juin 2021). La gestion des biens communs français au XIXe siècle : l’eau, source de discorde ? Mondes Sociaux. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9je


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search