Mon père, ce héros ? La transmission des prénoms pendant la Première Guerre mondiale

Entre 1905 et le 1er août 1914, mois après mois, semaine après semaine, 12% des garçons environ reçoivent en premier prénom le premier prénom de leur père. D’après les données fournies par geneanet, c’est très stable mais à la baisse, à mesure que les parents cessent de transmettre un prénom et préfèrent, pour leurs enfants, des prénoms nouveaux. Mais dès la semaine du 3 août 1914, après la déclaration de guerre et la mobilisation générale du 1er août 1914, le taux de transmission passe à 17 ou 18%.

Toute la question est de savoir à quoi est due cette augmentation rapide ? On pourrait croire à de l’imitation, mais c’est trop rapide, le basculement se fait en quelques heures à peine, et qui donc les mères imiteraient ? Ce n’est pas non plus – en tout cas pas au cours des trois premières semaines d’août – lié aux décès des pères. Enfin ce n’est pas, à elle seule, la situation de guerre et la perturbation générale de la « division sociale du travail » qui conduit à cette hausse. Car tout redevient normal (au niveau des prénoms) en mai 1915 alors que tout reste en guerre.

Pourquoi donc, neuf mois environ après le début du conflit, ce taux de transmission revient au niveau initial ? (Indice : neuf mois).

Dans notre article, nous avançons l’idée selon laquelle la sur-transmission est liée au niveau de risque encouru par le père : ce sont les pères susceptibles de décéder dont le prénom est transmis. Ainsi les pères qui décèderont après la naissance de leur enfant, pendant la guerre, voient leur prénom plus transmis que les autres pères. Et les pères qui décèdent avant la naissance de leur enfant (les pères dont le risque est avéré, donc) « voient » très souvent leur prénom transmis.

On s’intéresse aussi à l’héroïsation, mais en se penchant sur la transmission du prénom des oncles. En effet, le créneau de transmission, pour les pères, est limité : leurs enfants ne peuvent naître plus de neuf mois après son décès. Ce n’est pas le cas des oncles : cinq ou six ans après leur décès, leur prénom peut toujours être transmis. Et la surtransmission du prénom des oncles décédés pendant la guerre dure longtemps, jusqu’au milieu des années vingt.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire l’article “Naming for Kin during World War I: Baby Names as Markers for War”, mais aussi regarder la capsule vidéo ci-dessous, ou consulter le code de déduplication utilisé pour cette enquête (et posté sur github). Une page spécifique consacrée à “Naming for Kin” contient d’autres informations.


  • Baptiste Coulmont, École normale supérieure Paris-Saclay, Institut des sciences sociales du politique (baptiste.coulmont@ens-paris-saclay.fr)
  • Todd N., Coulmont B., 2021, “Naming for Kin during World War I: Baby Names as Markers for War”, The Journal of Interdisciplinary History, 52 (1): 55–67.



Fiche Technique

Publication : 22 juin 2021

Durée : 5:28 minutes

Producteur : Baptiste Coulmont

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon Smashicons



Citer ce billet
Baptiste Coulmont (2021, 28 juin). Mon père, ce héros ? La transmission des prénoms pendant la Première Guerre mondiale. Mondes Sociaux. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9jf

Baptiste Coulmont

École normale supérieure Paris-Saclay, Institut des sciences sociales du politique (baptiste.coulmont@ens-paris-saclay.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search