Toulouse antique. Faut-il renier l’héritage ?

La question, insistante, est dans l’air du temps : qu’est-ce qu’un héritage historique ? Existe-t-il, et dans ce cas faut-il l’étudier, le préserver, voire le commémorer ? Pour l’Antiquité, une polémique née outre-Atlantique dénonce, au nom de la « Cancel Culture », la reconnaissance de tels legs, suspects de relents d’esclavagisme, d’inégalités abyssales et de racisme colonial. Le cas de Toulouse est emblématique : un passé gréco-romain, dont nous sommes de plus en plus coupés ; le fruit d’une conquête extérieure ; la transmission par un « royaume barbare », au Ve siècle wisigothique.


  • Pailler J.-M. (dir.), 2002, Toulouse Antique et son territoire, Rome, Ecole française de Rome.
  • Pailler J.-M., Darles C., Moret P. (éd.), 2015, Toulouse. Naissance d’une ville, Portet s/Garonne, Éditions Midi-Pyrénéennes.
  • Catalogue de l’exposition Toulouse wisigothique, 2020, Toulouse, Musée Saint-Raymond.

Jean-Marie Pailler est membre du laboratoire TRACES, université Toulouse – Jean Jaurès : jean-marie.pailler@univ-tlse2.fr


Des Wisigoths dignes de l’Histoire, et que d’eux l’on fasse mémoire

A quoi tient, pour un peuple, pour un royaume, et même pour un siècle, de bénéficier ou non d’une mémoire, garante d’inscription dans l’Histoire ? A peu de chose près, les Wisigoths du royaume de Toulouse n’ont pas eu cette chance. Aucun témoin, aucun chroniqueur s’exprimant en leur nom n’a préservé leur souvenir. Aucun historien non plus, à la différence de ce que Grégoire de Tours, au VIe siècle, allait réaliser pour ceux qui les ont éliminés de la région : Clovis et ses Francs.

Seuls nous ont été transmis des récits venus d’Espagne : celui d’Orose, et plus encore l’évocation due à Hydace, évêque de Chaves en Galice, ainsi qu’une autre, plus circonstancielle mais capitale, du Gallo-Romain Sidoine Apollinaire, enfin quelques allusions au fil de de chroniques gauloises ou ostrogothes.

Pour l’ensemble du Ve siècle, la Tolosa qu’il faut appeler romano-wisigothique, revisitée à la lumière des vestiges archéologiques et du témoignage de Sidoine, dégage une impression générale de prospérité et de relative continuité qui s’inscrit en faux contre l’image de « barbare », au sens antique aussi bien que moderne, qui lui est restée appliquée de manière tenace.

La structure urbaine a perduré, ainsi que les modes de bâtir et d’habiter. Quelques monuments de prestige y ont été élevés, comme la primitive Daurade, église sans doute arienne (non catholique) commanditée par le roi Théodoric Ier, et la première Saint-Sernin, catholique.

Mais le premier rang revient au palais royal, dont la façade a été retrouvée à la fin des années 1980 sous l’actuelle place de Bologne, qui l’a, hélas, aussitôt oblitérée. C’était au cœur d’un quartier qu’il faut nommer « wisigothique », qui s’étendait en bordure de Garonne, symétriquement à la Daurade, au nord, au-delà du rempart romain, dans un riche secteur funéraire attenant à la primitive basilique Saint-Pierre des Cuisines.

Le palais comportait, dit Sidoine, des écuries, une salle du trésor royal et surtout une grande salle de réception. Les ambassades qui se succédaient dans cette aula conçue sur le modèle impérial se retrouvaient en terrain romain. Là se faisaient entendre Suèves, Burgondes, Vandales, plus tard Francs et Ostrogoths. Si germain que l’on fût, souvent, de part et d’autre, on n’y parlait que latin, et selon des codes originaires de Rome.

Au long du siècle s’est ainsi inventée, de manière empirique et soumise à bien des à-coups, une formule neuve (et officieuse) d’indépendance-association à l’Empire. Aux marges de celui-ci, les Wisigoths ont progressivement remplacé leur rôle devenu traditionnel d’auxiliaires, au sens militaire du terme, par celui, plus vague et plus libre, de partenaire politico-militaire fédéré à la puissance déclinante de Rome. Celle-ci devenait de la sorte de plus en plus tributaire de l’allié qu’elle privilégiait aux dépens des autres Barbares, et parfois contre eux.

Cette indépendance de fait s’est traduite, pour les rois wisigoths, par un rôle « international » pleinement reconnu à l’extérieur et accepté, de facto et contrairement à toute sa tradition, par l’allié romain. C’est à coup sûr à leurs armes, mais au moins autant à leur diplomatie, que ces Wisigoths à l’image belliqueuse ont dû leurs gains de territoire, jusqu’à étendre celui-ci, vers la fin du siècle, « d’Orléans à Gibraltar ».

Ils ont même su, en l’occasion, recourir auprès de Rome à des intermédiaires gallo-romains (évêques catholiques en particulier) issus de leur territoire. Manière habile, que nous dirions aujourd’hui tolérante, d’atténuer des divergences religieuses entre chrétiens ariens et catholiques qui semblent alors ne s’être jamais muées en persécution véritable. Les Wisigoths auront laissé en héritage ce qu’ils avaient eux-mêmes reçu et, en un sens, fait fructifier.

L’héritage préromain. Un nom, des sites, des Gaulois… et quelques autres

Le premier legs, essentiel, laissé par les temps anciens à Toulouse, avait été celui de son nom : Tolosa, écrit ici à la manière latine, puis occitane. Cette appellation a dû concerner une zone située au sud de la ville actuelle, sur la rive droite surplombant la Garonne et protégée de ses crues, à partir d’une période qu’on situera de manière très large entre le VIIe et le IVe siècle av. J.-C.

Tolosa : le terme, attesté dans des textes grecs, puis latins, n’appartient à aucune de ces deux langues, pas plus qu’au gaulois : c’est un mot, disent les linguistes, « ibéro-aquitain ». L’héritage est ici hispanique, comme celui de Labitolosa, place antique d’Espagne, symétrique de Tolosa par rapport à l’axe pyrénéen.

La graphie grecque montre que l’on prononçait à peu près Tolôssa. Le ô fermé a donné -ou- et la loi de l’assimilation, dans la prononciation occitane, puis française, a forgé *tou-lou-, avec sonorisation progressive du double sigma : -ss- > –z-. Fait remarquable, peut-être unique en France : le terme, passé de langue en langue, s’est conservé depuis deux millénaires et demi.

Après le nom, le lieu. Au IIe s. av. J.-C., les Gaulois Tectosages sont installés au sud sur quelques sites de rive droite, principalement la hauteur qui deviendra Vieille-Toulouse et la plaine de Saint-Roch – Empalot, en bord de Garonne. Le second, sans doute capitale du peuple celte, est aussi lieu de transbordement – notamment d’amphores vinaires en provenance de Campanie ; il abrite aussi des sanctuaires.

Ayant pris parti contre Rome lors de la guerre des Cimbres, l’entité tectosage disparaît, avec Saint-Roch, au début du Ier siècle av. J.-C., laissant la place à Vieille-Toulouse, oppidum de hauteur qui se romanise rapidement.

Toulouse devient romaine

1. Saint-Pierre-des-Cuisines
2. Palais wisigothique, façade
3. Rempart tibérien et constructions
4. Cardo maximus et porte Nord
5. Forum et temple
6. Domus et théâtre, Ier siècle
7. Rempart de Garonne, fin du Ier siècle
8. Thermes, IIIe-IVe s.
9. Alignement de constructions nord-sud
10. Decumanus maximus

Dernier quart du siècle : Octave devenu Auguste récompense ces Gaulois de leur fidélité depuis César et la guerre des Gaules. Il leur accorde le droit de cité latin sur un nouvel emplacement en rive droite, plus au nord, sous le centre-ville actuel, entre place du Capitole (au nord) et place du Salin (au sud), Saint-Etienne (à l’est) et la Garonne (à l’ouest). Au Moyen-Age, ce sera toujours la « cité », distinguée du « bourg » (Saint-Sernin) et des « faubourgs » : pour Toulouse, un héritage transhistorique majeur.

La Toulouse ainsi créée est une « colonie », c’est-à-dire une fondation de Rome, dans le sillon de Romulus et de son araire. Dès le début de notre ère, le plan de l’urbs (« la ville ») s’organise, révélé archéologiquement par le tracé des égouts et le quadrillage de rues se croisant à angle droit, parfaitement lisible dans la ville actuelle.

Les grands axes, aboutissant à des portes ou entrées monumentales, sont le cardo maximus (« la charnière principale ») nord-sud dans l’axe de la rue Saint-Rome, le decumanus maximus est-ouest sous la rue de Metz. La grande place publique, le forum, est au croisement, dans le secteur d’Esquirol. Le cadre est en place à la mort d’Auguste, en l’an 14 ; le complément somptueux viendra sous Tibère (14-37), avec le rempart de briques laissant pour quelques décennies la ville ouverte sur le fleuve.

Dès ce moment, la maîtrise du territoire s’affirme par la mise en place, depuis la rive gauche inondable, donc délaissée pour très longtemps par l’habitat, de l’aqueduc venu de Monlong par le Mirail et la Cépière, d’abord en souterrain, puis sur des arches aboutissant à un pont-aqueduc qui franchit la Garonne un peu en amont du pont Neuf, et de là au château d’eau de la place Rouaix. Comment l’université de Toulouse Jean Jaurès l’oublierait-elle, seule université au monde à être traversée par un aqueduc romain, même si elle n’a pas encore su ou pu mettre en valeur cet important vestige mémoriel ?

Une cité au pluriel. Mémoire de l’Histoire, mémoire dans l’Histoire

Tolosa est le nom d’une « cité ». Mais qu’est-ce qu’une cité ? Dans le monde romain, la civitas, c’était trois choses : une ville et son territoire, les habitants dans leur diversité, un « droit de cité », plus exactement les droits et les devoirs offerts à une élite par la citoyenneté.

Sous le premier aspect, La cité de Tolosa, qui s’étendait jusqu’aux Pyrénées et aux Cévennes, était l’une des plus vastes de la Gaule. Son « centre », ou lieu de rassemblement autour des « jeux » et du culte impérial, était l’agglomération secondaire d’Ancely, un secteur de rive gauche non inondable. En son cœur se trouve l’amphithéâtre dit « de Purpan », construit vers 50, sous Claude, et agrandi au milieu du IIIe siècle.

Dans une cité de « droit latin », comme Tolosa au Ier siècle, seule une mince couche de la société bénéficiait de la « cité » citoyenneté romaine à part entière. Les hommes libres non citoyens étaient « pérégrins » ; puis venaient les esclaves. Système ostensiblement inégalitaire, mais corrigé par diverses possibilités de mobilité ascendante.

Ainsi le pérégrin voyait quelquefois ses services récompensés par l’octroi du droit de cité ; le fils d’un esclave affranchi par un maître citoyen devenait citoyen. Et l’élargissement progressif de l’élite civique pouvait aboutir à l’extension de l’octroi de la « citoyenneté romaine » de plein droit. Ce fut le cas à Toulouse autour de 100 ap. J.-C., sans doute un peu avant, sous le règne de Domitien (81-96). Evolution achevée en 212, lorsqu’un édit de l’empereur Caracalla accorda la citoyenneté romaine à tous les hommes libres de l’Empire.

Ces transformations ont touché une société toulousaine depuis longtemps et toujours davantage plurielle, au sens ethnique, culturel et linguistique. La mise au jour, à Saint-Roch et à Vieille-Toulouse, d’inscriptions rédigées en grec, en latin ou en ibère atteste, bien avant la romanisation, la présence active d’individus et de groupes humains très variés.

Lorsque Domitien, dans les années 90, fait de Toulouse une colonie romaine sous le nom de « palladienne », vouée à Pallas-Athéna, dont il est le fervent dévot, Toulouse, Palladia Tolosa, est campée, non sans exagération, en « Athènes de l’Occident » – ce qui ne paraît pas avoir surpris.

Cent cinquante ans plus tard, la toute première et petite communauté chrétienne de la cité a pour évêque Saturnin, supplicié sous l’empereur Dèce en 250, qui deviendra aux temps occitans « Sernin », saint Sernin. Il est plausible de voir en lui un Africain venu avec des commerçants de la province de Proconsulaire, envoyé en mission par Cyprien de Carthage ou son entourage.

Une prospérité durable, exception toulousaine dans la Gaule de la fin de l’Antiquité

Retrouvons Toulouse au début des années 400, peu avant l’arrivée des Wisigoths. Elle a connu un brillant développement au IIIe et au IVe s., alors que bien des villes de la Gaule se rabougrissaient. Peu à peu christianisée, elle tient en son évêque Exupère, ami de saint Jérôme et des papes, mémorialiste de Saturnin, un efficace représentant et protecteur dans une période troublée.

Tolosa s’apprête à léguer à l’avenir, via la médiation wisigothe, un enracinement dans un lieu qui conservera son rôle de carrefour commercial, mais aussi intellectuel par la transmission d’une langue latine appelée à produire l’occitan et le français d’oïl, ainsi que, dans la même langue, des fondements du droit romain restés ceux de notre droit… Héritage et mémoire si puissants qu’on en retrouve les traces, tantôt matérielles, tantôt nostalgiques, par-delà la césure franque, dès le VIIe siècle.

Le rempart romain résiste alors à plusieurs assauts guerriers, et la ville fait frapper une monnaie à l’effigie de la louve et des jumeaux. L’histoire antique de Toulouse antique, la première d’une ville de France, verra le jour au XVIe siècle sous la plume de Nicolas Bertrand puis d’Antoine Noguier. Ce dernier publie son livre en 1553 à l’instigation des « Capitouls », au nom révélateur, et en l’honneur d’une entrée du roi dans la ville au milieu d’arcs de triomphe et de chars à l’antique.

Dès lors et jusqu’à la Révolution comprise, le passé romain sera au premier plan, même si une place est reconnue aux Gaulois dans ce mémorial, dont les Wisigoths, eux, sont encore absents. A cet important correctif près, nous pouvons faire nôtre l’hommage rendu à la ville et à la cité, à la fin du IVe siècle, par… un Bordelais, Ausone, qui y avait fait ses études supérieures.

Il fait mémoire, dans son Catalogue poétique des villes célèbres, des noms les plus anciens (Tolosa ; Garumna, « l’Avertisseuse » bienveillante, en gaulois), l’urbs en son rempart et la cité romaine dans son ampleur et sa diversité, la culture, enfin et surtout, qu’elles transmettent à l’avenir. Ces vers sonnent comme une réplique anticipée aux excès de la cancel culture : « Jamais je ne tairai ton nom, Toulouse, ma nourrice, enveloppée de l’immense mur de briques que borde le beau fleuve Garonne, habitée de peuples innombrables…»

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon Freepik



Citer ce billet
Jean-Marie Pailler (2021, 12 juillet). Toulouse antique. Faut-il renier l’héritage ? Mondes Sociaux. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9jk

Jean-Marie Pailler

Université Toulouse – Jean Jaurès, TRACES (jean-marie.pailler@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search