Les photographes iraniens hors d’Iran : visibilité et diffusion de leurs œuvres

Quelle visibilité pour la photographie contemporaine hors des frontières de l’Iran ? La photographie démocratise les possibilités d’expression mais son utilisation est parfois entravée par la censure étatique. Les photographes trouvent pour certains dans l’exil, une possibilité de poursuivre leur carrière artistique. Nous avons interrogé cinq photographes iraniens pour comprendre la construction de leur parcours et les différents facteurs de leur réussite.

La photographie connaît un succès croissant en Iran depuis les années 1990 et s’exporte à l’international grâce à plusieurs moyens de diffusion : galeries, festivals photographiques, foires d’art contemporain, musées. Quels sont les facteurs qui permettent aux œuvres d’être visibles hors d’Iran et comment les photographes cheminent-ils pour parvenir à diffuser et exposer leur travail ?

Il s’agit ici d’étudier le processus de socialisation des photographes en recourant aux concepts de culture et de carrière migratoire. L’analyse est construite à partir de cinq entretiens, aux questions identiques, avec des photographes d’origine iranienne issus de la diaspora. Avant d’aller plus loin, rappelons que le terme « diaspora » se réfère à un ensemble d’individus dispersés géographiquement hors de leur pays d’origine et formant des communautés à travers le monde.


  • Samori L., 2020, Une société civile iranienne en diaspora, Essai sociologique, sous la direction de Vahabi N., Paris, Editions L’Harmattan.

Laura Samori est membre du laboratoire FRAMESPA, Université de Toulouse – Jean Jaurès (samori.laura@orange.fr)


L’impact de la censure

En République Islamique d’Iran, la censure est omniprésente et influe sur les choix des sujets et des thèmes abordés par les artistes. La création photographique connaît un grand succès depuis les années 1990, et sa diffusion est en lien avec le développement d’internet et des réseaux de communication à l’aube du XXIe siècle.

Sur le plan politique, l’arrivée au pouvoir de M. Khatami à la présidence du pays en 1997 ouvre de nouvelles perspectives dans le champ culturel : soutien aux galeries et aux artistes, assouplissement du contrôle et de la censure, bien que cette dernière reste très présente. S’adaptant à leur environnement, les photographes élaborent des mises en scène pour recomposer la réalité.

Cette façon de raconter le quotidien par recomposition permet de suggérer avec subtilité plutôt que d’affirmer. Ils mobilisent un discours détourné pour se prémunir d’éventuelles répercussions. Plutôt que de dépeindre frontalement les sujets sociaux et d’être soumis aux interdictions, les photographes ont recours au langage poétique et symbolique pour diffuser leurs idées.

Malgré cette modalité d’expression, certains photographes ont dû quitter le pays pour continuer à exercer leur métier librement ou pour améliorer leurs perspectives d’enseignement, de formation artistique et intellectuelle ainsi que le développement de leur carrière. La censure gouvernementale et les multiples interdictions qui en découlent sont donc les raisons principales de leur départ.

Les cinq artistes qui ont accepté de partager leur expérience pour les besoins de cette étude sont tous reconnus sur le marché de l’art international par des expositions en galeries d’art et centres d’art contemporain. Ils sont pour certains présents dans des collections de musées et/ou ont reçu des subventions pour réaliser leur projet photographique. Les artistes ayant participé sont : Negin Sharifzadeh (vit et travaille à Brooklyn), Arash Hanaei (vit et travaille à Paris), Morvarid K (vit et travaille entre Bordeaux et Berlin), Sadra Bagheri (vit et travaille à Den Bosch aux Pays-Bas) et Javad Moghimi Parsa (vit et travaille à Oslo, en Norvège).

Deux profils d’individus

Cette étude met en lumière deux profils d’individus. Le premier concerne les photographes qui ont quitté l’Iran et n’y sont pas retournés pour des raisons personnelles et politiques. Dans ce cas de figure, il y a la situation la plus extrême, celle de Javad Parsa : ayant quitté le pays précipitamment pour échapper à la prison, il est confronté à l’impossibilité de retourner sur le territoire pour des questions évidentes de sécurité et de liberté.

Le second profil, qui représente un élément nouveau dans les études sociologiques, est caractérisé par des individus qui ont quitté le territoire mais y retournent régulièrement, en effectuant des voyages allers-retours. Deux photographes ayant participé aux entretiens se trouvent dans ce cas de figure, il s’agit d’Arash Hanaei qui travaille à Paris et Morvarid K qui travaille à Bordeaux et Berlin. Il s’agit d’une nouveauté pour l’étude des carrières migratoires des exilés iraniens, car ce type de parcours se trouve en rupture avec les artistes exilés iraniens des années 1980 qui ne peuvent plus se rendre en Iran pour des raisons politiques.

Les cursus suivis par ces différents photographes ont plusieurs similarités notables : la plupart d’entre eux ont entrepris une démarche de formation artistique sur le territoire iranien dans des écoles d’art de Téhéran. Il s’agit de l’Université des Beaux-Arts et de l’Université Azad. Cette dernière a la particularité de former les photographes à un langage plasticien mobilisant les mises en scène photographiques : des scènes avec acteurs et décors choisis comme au théâtre, à l’abri des regards. Lors de leur arrivée dans le pays d’accueil, plusieurs photographes ont poursuivi leur éducation artistique dans de nouvelles institutions.

Les facteurs de développement de carrière

Cette recherche nous a permis de distinguer quatre facteurs essentiels pour le développement de la carrière des artistes et la diffusion de leur travail à l’international. Le premier de ces facteurs est le nombre de résidences auxquelles les artistes ont participé pendant leur cursus universitaire.

En effet, ces résidences leur ont permis ensuite de présenter leurs travaux photographiques dans des expositions collectives et parfois personnelles qui clôturent généralement leurs séjours. Les témoignages montrent que « les résidences permettent aussi une plus grande liberté de création et font évoluer les regards en dehors du territoire iranien et de ses interdictions. ».

Le second facteur de développement, de construction de la « carrière migratoire » est l’implication de chaque artiste pour faire reconnaître son travail, la façon dont chacun l’a valorisé. Plusieurs photographes ont passé beaucoup de temps à réaliser des supports de présentation, puis sont allés se présenter directement dans des galeries d’art et ont fait eux-mêmes leur promotion. Cet investissement en temps et en savoir-être leur a permis de réaliser des expositions et d’être intégrés dans des galeries d’art.

Cette partie du travail passe aussi par la sélection des lieux à visiter afin de correspondre aux attentes de chaque galerie, selon les artistes déjà représentés par le lieu. On observe ainsi que les ressources sociales et culturelles des photographes « jouent un rôle fondamental dans leur carrière migratoire en accélérant leur reconnaissance sociale : certains ont bénéficié de plusieurs subventions pour poursuivre leur parcours créatif ou documentaire, sans se trouver en situation d’assistanat mais en s’inscrivant dans une démarche de participation active à des projets photographiques ».

Ce second facteur est donc dépendant de leur personnalité et de leurs motivations qui peuvent être enrichies par l’engagement de conservateurs et historiens de l’art grâce à des textes dans des catalogues, des livres d’histoire de l’art avec des auteurs comme Hamid Keshmirshekan ou Rose Issa, pour les publications en langue anglaise disponibles en France. Anahita Ghabaian Etehadieh participe également à cette valorisation par sa participation et parfois par l’organisation de manifestations artistiques sur le territoire français présentant des artistes de la diaspora iranienne.

Le troisième critère est intrinsèquement lié à l’histoire personnelle de l’artiste et de son cercle proche. En effet, « les rapprochements familiaux ou amicaux dans le pays d’exil offrent un cercle de soutien, d’accompagnement qui selon leur introduction dans le milieu de l’art, favorise par une forme de pouvoir, la visibilité de l’artiste sur la scène artistique. ».

Le quatrième critère mis en avant à l’issue des cinq entretiens est celui du contenu des œuvres photographiques : « les références et les thèmes mobilisés sont un facteur d’inclusion dans la communauté artistique ». Certains artistes craignent cependant une forme d’enfermement dans des contenus catégorisés comme « iraniens ». Ils craignent une banalisation des thématiques abordées, d’être d’une certaine façon labellisés comme des photographes iraniens.

Ils seraient alors restreints par des sujets en lien avec leur pays d’origine. Le terme « Iranité » renvoie à cette sélection par la nationalité et peut-être un facteur d’inclusion dans des expositions institutionnelles. Ce n’est pas une généralité et des artistes comme Morvarid K contredisent totalement cette position en tendant à l’universalité dans ses travaux visuels.

L’originalité de cette recherche réside dans la mise en exergue du second profil d’artistes, qui habitent et travaillent à l’étranger mais font des voyages allers-retours en Iran. Les deux artistes concernés sont Arash Hanaei et Morvarid K. Ils s’inscrivent dans « une démarche de maintien du lien : attachement familial ou amical, occasion de passer des vacances, invitation à réaliser une exposition, ou la recherche d’une forme d’inspiration ».

En conclusion de ce travail transversal mobilisant la sociologie et l’histoire de l’art, on peut considérer que l’accroissement de la visibilité internationale des contenus visuels produits par les individus interrogés appartenant à la diaspora iranienne découle de plusieurs facteurs que sont les contenus des photographies, les réseaux professionnels et personnels qu’ils ont su mobiliser durant leur parcours et le choix des thématiques abordées.

En guise d’ouverture, il semble pertinent de questionner plus largement les parcours du second profil d’individus et de comprendre à quoi cette possibilité d’allers-retours tient-elle et en quoi influe-t-elle sur les productions photographiques contemporaines.


  • Dadsetan M., Jageneau D., 2009, Le chant des mollahs : la République islamique et la société iranienne, Paris, Editions L’Harmattan.
  • Keshmirshekan H., 2013,  Contemporary Iranian Art: New Perspectives, Londres, Saqi Books.
  • Vahabi N., 2012, ATLAS de la diaspora iranienne, Paris, Éditions Karthala.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon Freepik

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Culture


 



    Citer ce billet
    Laura Samori (2021, 27 septembre). Les photographes iraniens hors d’Iran : visibilité et diffusion de leurs œuvres. Mondes Sociaux. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9jr

    Laura Samori

    Université Toulouse - Jean Jaurès, FRAMESPA (samori.laura@orange.fr)

    Vous aimerez aussi...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Rechercher dans OpenEdition Search

    Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search