L’art thérapie : une bulle dans le quotidien des patients

L’art thérapie est considéré à la fois comme un moyen d’expression et de communication. En hôpital psychiatrique, les ateliers d’art thérapie proposés aux personnes hospitalisées sont de plus en plus nombreux. Il peut s’agir d’ateliers de dessins, de peinture, de sculpture, de musique… Ces ateliers posent encore de nombreuses questions qu’elles soient d’ordre médical, juridique ou artistique. Mais que pensent les patients de cette pratique et de ses apports thérapeutiques ? Que sont leurs attentes quant au devenir de ces productions ?


  • Costes M., Laval S., Peyre N., « Pratiquer l’art thérapie à l’hôpital psychiatrique : regards de patients », dans Regourd Martine, Art Thérapie : enjeux et réalités, Institut Francophone pour la Justice et la Démocratie. Séries « Colloques et essais », n°122, 2021, 87-97.

Mylène Costes est membre du LERASS, université Toulouse – Jean Jaurès : mylene.costes@univ-tlse2.fr

Sylvie Laval est membre de l’IDETCOM, université Toulouse 1 Capitole : Sylvie.Laval@ut-capitole.fr


L’art thérapie se définit « comme un mode d’expression qui se met au service du soin » (Collectif AFRATAPEM, 1990).


La prescription médicale de l’art 

Cette étude a été conduite dans le cadre du projet Pluriart (Pluridisciplinarité et Art Thérapie), portant sur le statut et le devenir des productions d’art thérapie en hôpital psychiatrique. Nous avons interrogé des patients et du personnel hospitalier animant ces ateliers dans différents hôpitaux.

Généralement, la participation d’un patient à un atelier thérapeutique n’est pas spontanée, elle s’inscrit dans une démarche médicale et dans un processus de soins. Au départ il y a donc prescription, c’est d’ailleurs ce qui permet de distinguer l’atelier d’art thérapie d’un simple atelier culturel. Pour autant, une demande émanant directement d’un patient peut également être prise en compte. Il n’est pas rare que les patients ne donnent pas leur consentement pour des soins dits classiques mais le communiquent pour la participation à un atelier thérapeutique. Le plus souvent il s’agit d’un atelier de peinture, de dessin, ou d’un atelier terre où se pratique la sculpture.

Pour les professionnels des hôpitaux, ce dispositif est envisagé comme une alternative supplémentaire dans la prise en charge. La présence de chaque patient est discutée en équipe et il est nécessaire au préalable que ce dernier soit « stabilisé » autrement dit qu’il ne soit pas en phase de crise. Les patients de tous les services sont concernés, il n’y a pas de profil particulier. Lorsqu’une personne commence à assister à un atelier elle peut poursuivre tout au long de la durée de son hospitalisation mais pas au-delà. A la sortie, un relais en centre de jour est proposé pour ceux qui le souhaitent avec d’autres types d’ateliers.

Bien qu’élaboré dans un cadre soignant, l’atelier d’art thérapie revêt une dimension culturelle et artistique importante. Les professionnels de santé sont dans une approche où les frontières entre le thérapeutique et le culturel sont souvent poreuses et objet de discussions régulières. L’animation en est assurée essentiellement par des ergothérapeutes ou infirmiers qui en rendent compte de manière systématique au reste de l’équipe médicale. Plus ponctuellement des intervenants extérieurs, artistes, peuvent être conviés à animer l’atelier, toujours sous le regard d’un membre du personnel soignant.

Une bulle dans le milieu hospitalier…

Les retours des patients interrogés sont assez unanimes quant aux représentations qu’ils s’en font : un espace à part dans une période d’hospitalisation. L’atelier est évoqué comme « une bulle » : « on fait ce que l’on veut, personne ne se moque de nous, ici j’ai l’impression d’être dans une bulle hors du monde » (entretien patient, Marchant).

Le fait que l’atelier soit proposé dans l’institution mais en dehors du service d’hospitalisation participe de ce sentiment et de sa perception par les participants en tant qu’activité occupationnelle. Le temps d’atelier apparait comme un temps de rupture dans le rythme de la journée de prise en charge médicale : « ça me permet de ne plus penser à ma maladie, ma pathologie, tout ça et ça m’occupe le temps donc j’aime bien » (entretien patient, Marchant).

Les patients ont pourtant bien conscience que leur participation est inscrite dans un processus de soin : « on nous aide le moral, quand on n’est pas bien ; on peut raconter notre mal être et faire partir nos mauvaises idées » (entretien patient, Montfavet). Pour autant, ils mettent en avant essentiellement le temps d’occupation de l’esprit que cela leur procure, tout comme le bien-être et la tranquillité qui en découlent.

Parmi les motifs évoqués sur ce ressenti, l’ambiance inhérente à l’atelier semble essentielle tout comme la bienveillance et la disponibilité du personnel soignant qui anime ces ateliers et peut parfois porter conseil selon l’orientation du cadre établit. Le personnel est conscient de cet apport, les patients se sentent valorisés : « ils nous prennent plus pour des stagiaires que pour des patients, c’est valorisant pour nous » (entretien patient, Marchant).

La relation instituée diffère de celle entretenue au quotidien dans le service de soin. La présence du personnel en tenue civile, ce qui est le cas dans la majorité des ateliers, est particulièrement appréciée.  

Un sentiment de liberté

Ce terme de liberté est revenu de manière assez récurrente au cours de nos entretiens qu’il s’agisse aussi bien de la liberté laissée dans la venue, la production ou encore l’apprentissage : « on prend une feuille et on dessine ce que l’on veut c’est assez libre » (entretien, patient, Marchant).

La liberté qui leur est laissée au niveau de la création leur permet de ne pas se sentir jugés et d’être davantage à l’aise sur ces temps : « on tâtonne un peu mais ce n’est pas plus mal. On cherche, on se débrouille avec ce que l’on est vraiment » (entretien patient, Montfavet).

L’atelier se situe véritablement à l’intersection entre espace de soin et espace de création artistique. La production y est libre, sans contrainte et permet de découvrir ou d’améliorer une pratique artistique. Le patient n’est pas contraint d’assister à la séance complète, il peut participer sur un temps limité selon son envie, son état.

Au démarrage d’un atelier, les participants n’ont pas nécessairement d’idée initiale sur leur production. Ils s’inspirent souvent du matériel mis à disposition dans l’atelier (livres d’art, photographies) ou encore des suggestions de la personne en charge de l’animation de l’atelier. Il n’y a aucune contrainte de finalité et chaque patient peut passer le nombre de séances qu’il souhaite sur une même production. Pour définir les productions qu’ils réalisent les patients ont tendance à mobiliser le terme « d’œuvres ».

Il semblerait que la pratique sur le temps d’hospitalisation n’amorce pas nécessairement l’envie de poursuivre une pratique artistique par la suite de manière autonome. In fine, retenons que c’est davantage le dispositif proposé qui retient l’attention des patients, offrant un cadre apaisant, accueillant, plus que l’activité artistique en elle-même. Le dispositif de l’atelier représente pour les participants un nouveau cadre d’expérience permettant des interactions autres tant avec le personnel qu’avec les autres patients.

Les productions en cours restent au sein de l’atelier et une fois terminées plusieurs cas de figure peuvent se poser.

L’angle mort de la conservation  

En l’absence actuelle de cadre légal, les situations peuvent être très hétérogènes. Parmi les cas de figure qui prédominent, nous pouvons retenir deux orientations : soit les productions sont récupérées par les patients qui le souhaitent, soit elles sont conservées par l’hôpital.

Il y a autant de personnes qui souhaitent récupérer leurs réalisations que de personnes souhaitant s’en séparer. D’un côté se joue un sentiment de fierté, de reconnaissance possible : « j’ai gardé deux dessins dans ma chambre, je veux les garder. Ça prouve que je vais de mieux en mieux, ça prouve que c’est en construction » (entretien patient, Marchant). De l’autre côté, au contraire, se joue une volonté de se détacher de ce qui renvoie à une période difficile, celle de l’hospitalisation.  

Le deuxième cas de figure pose évidemment des questions de conservation d’ordre artistique, éthique, pratique… Il n’y a pas de consensus concernant le devenir de ces productions, chaque établissement hospitalier a ses propres critères de conservation. Ces derniers sont établis en prenant en compte une multiplicité de facteurs : les capacités de stockage de l’institution, le passif du patient à l’origine de la production, parfois le caractère esthétique reconnu par l’équipe soignante : « il s’agit de témoignages, des choses dont je ne peux me défaire, pas pour une question artistique mais du fait des souvenirs de la personne, je ne peux pas jeter » (entretien soignant, Montfavet).

L’hôpital ne se penche que peu souvent sur cette problématique et il revient aux soignants de trouver des solutions. On comprend que la conservation reste un angle mort des productions issues d’ateliers d’art thérapie et nécessite une réelle réflexion pour une harmonisation des pratiques à l’échelle des établissements hospitaliers.

Quelle exposition pour les productions artistiques ?      

La dynamique instituée est très liée à chaque établissement hospitalier et se pose également comme objet de tensions entre professionnels du soin. Tous ne partagent pas l’idée que l’exposition est nécessaire dans le cadre du projet d’art thérapie. Pour certains, la phase de création est suffisante tandis que l’exposition peut se révéler contre-productive pour certains patients.

Le plus fréquemment les expositions sont organisées en interne, au sein de la structure hospitalière soit au sein du service des ateliers, dans un lieu de convivialité type cafétéria ou plus rarement au sein d’un service de soins. Il arrive aussi que des expositions soient organisées extra muros, lors d’évènements culturels comme le festival off d’Avignon par exemple ou encore dans des structures culturelles partenaires type MJC.

L’accord préalable de chaque patient est bien évidemment de rigueur. Il n’y a pas de véritable consensus quant à l’attitude des patients sur cette question, cela reste très personnel et souvent lié au degré d’investissement de la personne dans ses productions et/ou son désir de reconnaissance.

L’attitude apparaît plus tranchée concernant la question de la vente. Notons au passage, que ce cas de figure est assez rare. Les productions issues d’ateliers d’art thérapie n’ont pas vocation à être l’objet d’un acte marchand, pourtant cela est le cas dans certains établissements et s’inscrit dans la continuité du projet thérapeutique. Bien que la pratique soit peu développée, elle mérité d’être interrogée car le regard des patients sur ce point est plus mitigé. Ils sont davantage dans la crainte du jugement et évoque alors une non compétence artistique qui, à leurs yeux, se révèle incompatible avec le fait de donner à voir/à vendre leurs productions. Ceux qui ont moins investi les productions apparaissent plus ouverts, ceux qui prennent leurs productions avec eux le sont moins, cela relève souvent pour eux de l’intime.

Un important travail de recensement de ces productions et d’harmonisation des pratiques au sein des ateliers reste donc encore à effectuer pour que ces productions soient reconnues et conservées.


  • Costes M., 2010, Atelier culturel et hôpital psychiatrique : enjeux et retombées d’un dispositif de médiation culturelle au sein du programme « Culture à l’hôpital ». Thèse de Doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication », université d’Avignon et des Pays de Vaucluse.
  • Herreros G., Milly B., 2009, Culture-Hôpital : de l’expérimentation à l’institutionnalisation. Rapport de recherche, ARH, DRAC, Région Rhône-Alpes.
  • Vandeninden E., 2009, « Pour une approche de la médiation par ses usages professionnels : le cas de l’art comme médiateur en psychiatrie », Les Enjeux de l’information et de la communication.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Flaticon Freepik

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Santé

 


Mylène Costes et Sylvie Laval

Mylène Costes, Université Toulouse Jean Jaurès, LERASS (mylene.costes@univ-tlse2.fr) et Sylvie Laval, Université Toulouse Capitole, IDETCOM (Sylvie.Laval@ut-capitole.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search