Les sciences et leur passé : quels enjeux pour la fabrication d’un patrimoine scientifique ?

Du bâtiment antique à la liste des courses, en ce début de XXIe siècle, tout objet, tout lieu, toute idée semble susceptible de devenir un jour patrimoine. Mais qu’en est-il des pratiques mémorielles à l’université ? Quels sont les processus de construction du patrimoine scientifique ? Le passé des activités scientifiques intéresse aussi bien des chercheurs que des hommes politiques ou encore des médias. Mais quel est le sens de ces commémorations, de ces productions historiographiques, de ces procédés muséographiques, de ces stratégies de communication et autres traces du passé ?

Qu’est ce qui fait qu’à un moment donné de l’histoire, une figure, un instrument ou encore un lieu, vont faire l’objet de pratiques mémorielles ? A partir du cas de l’université de Toulouse, le projet Pastel (Patrimoine Scientifique Toulousain et Environnement Local) a étudié les processus de mise en patrimoine d’activités scientifiques, à différentes échelles, notamment temporelles et territoriales.

En analysant les diverses mises en scène et mises en récit dont les activités scientifiques font l’objet, nous interrogeons non pas « ce qui est patrimoine », mais « ce qui fait patrimoine » pour les différents acteurs impliqués. Cela permet finalement de mieux cerner la place symbolique des sciences aujourd’hui dans nos sociétés occidentales.


  • Lefebvre M., Jolivet A.-C., (coord.), 2020, Des patrimoines en action. Les processus de mise en mémoire des activités scientifiques, PUM.

Muriel Lefebvre est membre du LERASS, université Toulouse – Jean Jaurès : muriel.lefebvre@univ-tlse2.fr

Anne-Claire Jolivet est responsable du service DCST, université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées : anne-claire.jolivet@univ-toulouse.fr


Vers une nouvelle approche du patrimoine

Depuis la fin des années 70, on observe un intérêt accru pour les questions patrimoniales dans les sociétés occidentales. L’injonction à la mémoire et à sa transmission n’a cessé de s’accentuer, associée à un sentiment d’urgence à préserver un patrimoine culturel, mais aussi naturel, qu’il conviendrait de léguer aux générations futures.

Désormais, comme l’évoque Nathalie Heinich, le patrimoine fait l’objet d’un véritable culte, reposant à la fois sur l’élargissement de la notion de patrimoine mais également sur une sacralisation de la transmission. Nous sommes finalement passées d’une conception du patrimoine comme bien transmis par héritage, à un patrimoine revendiqué, en tant que bien qui nous constitue en tant que groupe social (Pierre Nora).

Le patrimoine est aujourd’hui perçu comme l’aboutissement d’une véritable « fabrication », s’appuyant sur un contexte spécifique, sur l’histoire des femmes et des hommes et sur leur mémoire. Surtout, il n’existerait en tant que tel que dans la mesure où, à un moment donné, il a été désigné ainsi. Le processus de cette fabrication est nommé « patrimonialisation ». C’est un acte politique, entrepris en lien avec un contexte économique, social et symbolique particulier.

La patrimonialisation participe en effet également à la construction d’un véritable mythe identitaire. Toute communauté a un patrimoine à défendre. Le patrimoine relèverait alors d’une mise en scène (via des expositions, des commémorations, des plaques, des ouvrages, etc.) doublée d’une mise en récit visant à légitimer l’acte même d’instituer un objet, une figure ou une pratique, en patrimoine.

La mise en patrimoine des activités scientifiques

L’intérêt des institutions scientifiques pour les traces de leur passé relève de cette préoccupation patrimoniale croissante. Depuis une trentaine d’années, de nombreuses universités et organismes de recherche français s’intéressent notablement à la mise en mémoire des activités scientifiques qu’elles ont abritées.

Que ce soit par le biais de commémorations et d’hommages (centenaire de l’Institut Pasteur en 1988 ; cinquantenaire du CNRS en 1989, pour ne citer que quelques exemples.), ou par un intérêt accru pour leurs collections scientifiques (comme les herbiers, les minéraux, les instruments).

Ces établissements conservent et donnent à voir leurs patrimoines, à la fois comme objet de recherche, pour se raconter dans une perspective historique, mais aussi pour contribuer à forger une identité disciplinaire et institutionnelle communes ou encore, pour mobiliser des dispositifs de communication attractifs associés à des contenus.

L’université de Toulouse et ses patrimoines

Outre son ancienneté (1229), l’université de Toulouse constitue l’un des principaux sites universitaires français. Dès le début de la IIIe République, cette université s’est clairement inscrite dans son environnement socioéconomique. Elle offre une variété disciplinaire et institutionnelle considérable et ne manque ni de figures scientifiques, ni d’éléments patrimoniaux, matériels ou immatériels.

Le projet PASTEL s’est intéressé à différentes manières de mettre en mémoire les activités scientifiques, sur une période allant de 1880 à nos jours. Les terrains mobilisés dans cette étude renvoient à six disciplines : le droit (Doyen Gabriel Marty), la botanique (Henri Goussen), l’ethnographie (le pays de Sault), la mécanique des fluides (la soufflerie de Banlève), l’archéologie (le mas d’Azil), l’astronomie (l’Observatoire du Pic du Midi de Bigorre).

En examinant leurs pratiques mémorielles, nous avons montré la variété des acteurs impliqués dans les processus de mise en mémoire de ces terrains : le monde scientifique, mais aussi les mondes économiques, politiques, culturels, médiatiques, etc. Ces acteurs de la patrimonialisation agissent dans le cadre de leurs activités de recherche et/ou d’enseignement mais aussi à travers des missions culturelles et patrimoniales de collectivités (région, département, ville). Cela nous a conduites à révéler les multiples enjeux politiques, identitaires et territoriaux associés à la patrimonialisation des sciences.

Les sciences en patrimoine : au-delà de l’entre-soi académique 

L’étude des figures scientifiques du Doyen Gabriel Marty, en droit, et d’Henri Gaussen, en botanique, ont montré comment les différents acteurs territoriaux se sont saisis de la vie et l’œuvre de ces chercheurs. Les confrères, d’abord, et leurs institutions scientifiques, la mise en avant mémorielle de certaines figures scientifiques (généralement masculines) étant mobilisée aussi bien par les chercheurs que par les institutions académiques pour cultiver l’entre-soi et afficher une identité commune et singulière.

Le même mécanisme est observable en ce qui concerne les mises en mémoire de sites scientifiques spécifiques. Ainsi, l’histoire de l’Institut de mécanique des fluides de Toulouse (IMFT), celle de l’Observatoire du Pic du Midi ou encore de la grotte du Mas d’Azil ont-elles fait l’objet d’une réécriture, dans le but de reconstruire un passé, probablement pour mieux l’appréhender.

Mais des acteurs non-académiques se sont également emparés des traces laissées par l’activité scientifique. Les archives départementales (comme dans le cas d’Henri Gaussen), ont souhaité contribuer à donner une image positive et sélective de la science et de ses acteurs. Par ailleurs, un rond-point puis une rue ont successivement été dédiés à la mémoire du doyen Gabriel Marty.

Mais la mise en patrimoine de sites scientifiques comporte également un ancrage politique et économique très fort. C’est le cas par exemple du site du Mas d’Azil. La commune, mais aussi les différentes collectivités territoriales concernées, ont en effet fortement contribué au réaménagement de la grotte en site touristique. De la même manière, l’ouverture touristique du site du Pic du Midi n’a été possible que par l’existence d’une véritable volonté politique à cet égard. Enfin, le site de Banlève, où a été construit l’IMFT, a conféré une dimension scientifique et technique à une patrimonialisation plus large des activités aéronautiques locales et de leur histoire.

L’utilisation de ces traces mémorielles de l’activité scientifique dépasse finalement le seul cadre scientifique. Elles sont mobilisées pour construire et reconstruire une image de l’institution académique, mais également des institutions politiques et des instances économiques impliquées, dans une articulation entre différentes dimensions, territoriales et institutionnelles notamment.

Un intérêt fluctuant

Comme évoqué précédemment, le patrimoine n’existe en tant que tel que par le regard qui est porté sur lui par des acteurs, institutionnels ou non, qui le revendiquent et organisent sa sauvegarde et sa transmission. Sans cette reconnaissance, le patrimoine cesse d’avoir un statut, voire une existence.

Néanmoins, sans classement au titre des Monuments historiques, ce regard n’est pas immuable et figé pour une durée indéterminée : il peut aisément changer, comme en témoigne l’exemple de la grotte du Mas d’Azil. Celle-ci a connu de multiples renaissances, disparitions et retrouvailles, dans une série de cycles alternant reconnaissance et oubli, simultanément ou successivement sur la scène scientifique mais également sur les scènes politique et culturelle, chacune ayant un rôle variable.

Sa « nécessité » sociale a largement fluctué au gré du temps. Ce processus, nous l’avons rencontré de manière récurrente, quel que soit le domaine scientifique exploré, les figures, les objets ou encore les sites analysés : il y a sans cesse une alternance de cycles d’intérêt et de désintérêt, en fonction de facteurs bien souvent extérieurs à l’activité scientifique même.

Mémoire, histoire ou patrimoine ?

Au terme de notre enquête, peut-on dire que les processus de mise en mémoire que nous avons analysés renvoient systématiquement à des démarches de patrimonialisation ?

Comme l’a évoqué Jean Davallon, la fabrication d’un patrimoine est le résultat de cinq étapes d’une « chaîne patrimoniale » irréductible (désigner – classifier – conserver – restaurer – rendre public). Or, la plupart des études de cas que nous avons réalisées montrent l’absence récurrente de plusieurs étapes majeures de ce processus.

Si la désignation est unanimement partagée, les travaux de recensement et de classification restent souvent très parcellaires, voire inaboutis. De même la conservation et la restauration font souvent l’objet d’âpres batailles entre les différents acteurs concernés, avant d’être parfois – mais pas toujours – finalisées.

Enfin, la démarche de visibiliser, c’est-à-dire l’opération consistant à valoriser et à partager avec un large public les traces mémorielles mobilisées, s’est révélée le plus souvent absente ou tout au moins fragmentaire dans les dispositifs proposés. En définitive, la plupart des situations que nous avons observées rendent compte de pratiques historiographiques et/ou de mise en mémoire qui ne font que rarement l’objet d’un travail patrimonial complet.

Finalement, en analysant la mise en patrimoine des activités scientifiques, nous avons interrogé à la fois l’histoire des sciences, l’histoire de l’université et celle des liens qu’elle entretient avec son environnement mais aussi les modalités de production des connaissances scientifiques. Il faudrait en effet questionner plus avant les effets potentiels du projet de recherche PASTEL sur les traces scientifiques étudiées.

Par notre intérêt sur des pans spécifiques du passé, n’avons-nous pas parfois contribué à construire du patrimoine, là où il n’y en avait pas nécessairement pour les acteurs initialement impliqués ? En quoi le choix des corpus analysés a-t-il transformé ces mêmes objets ? Ce projet montre, s’il en était besoin, la nécessité de prendre en compte une dimension réflexive à tout projet de recherche en cernant de manière systématique les effets que les chercheurs peuvent avoir sur leurs objets d’étude.


  • Davallon J., 2006, Le don du patrimoine : une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Hermès Science/Lavoisier.
  • Heinich N., 2009, La Fabrique du patrimoine. « De la cathédrale à la petite cuillère », Éditions de la Maison des sciences de l’homme.
  • Nora P. et al, 1984-1992, Les lieux de mémoire, 3 volumes, Gallimard

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Flaticon Freepik, Kiranshastry, Victoruler

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Culture

 

 



Citer ce billet
Muriel Lefebvre et Anne-Claire Jolivet (2021, 11 octobre). Les sciences et leur passé : quels enjeux pour la fabrication d’un patrimoine scientifique ? Mondes Sociaux. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9jx

Muriel Lefebvre et Anne-Claire Jolivet

Muriel Lefebvre, université Toulouse - Jean Jaurès, LERASS (muriel.lefebvre@univ-tlse2.fr) et Anne-Claire Jolivet, université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées, service DCST (anne-claire.jolivet@univ-toulouse.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search