La vie « rêvée » des personnes vieillissantes ?

Face à l’augmentation croissante de la durée de vie dans les sociétés occidentales, les chercheurs en sciences sociales se saisissent de la question du vieillissement de la population. Soucieux de questionner les constructions collectives, ils permettent de dépasser les images d’Epinal de charentaises et perpétuelle odeur de soupe mais aussi d’enrichir les décisions politiques par leur expertise scientifique. L’ouvrage collectif coordonné par Anastasia Meidani et Stefano Cavalli présente une théorie sociologique invitant à diversifier notre regard sur la réalité sociale des papy-boomers.


  • Meidani A., Cavalli S., 2019, Figures du vieillir et formes de déprise. Toulouse, Éditions Érès.

Bianca Bastardie, membre du réseau des masters du Labex SMS, université Toulouse – Jean Jaurès : bianca.bastardie@etu.univ-tlse2.fr


Des lieux communs qui déprécient les vieilles personnes

Deux mécanismes ont pour effet de renforcer l’image négative des personnes aînées, qui seraient « démentes », « inutiles », « incapables ». D’une part, les décisions de politiques publiques dirigent l’attention des scientifiques et de l’opinion publique sur les événements les plus sombres de la vieillesse. D’autre part, les choix des terrains de recherche investigués sur le vieillissement poussent à chercher les situations plus complexes, et donc potentiellement plus douloureuses.

Dans les deux cas, les chercheurs sont amenés à travailler le plus souvent avec la population des plus de 75 ans. Or c’est à cet âge que se concentrent statistiquement la plupart des personnes ayant un système de santé dégradé, voire handicapant, entrainant des formes de dépendance et la nécessité de grands réseaux d’aide.

Mais qu’est-ce que le « grand âge » ? Loin de se limiter à une borne d’âge chronologique, le dernier cycle de la vie est le reflet de situations de vie très diverses, allant d’histoires de placement en institution au maintien à domicile en autonomie avec des soins complexes.

Dans les recherches sociologiques rassemblées dans l’ouvrage, les disparités sont constatées à l’aide d’une méthodologie qualitative de terrain : analyse du recueil de discours et étude de séquences de vie de personnes âgées dans leurs quotidiens. Ces méthodes tiennent également compte de celles et ceux qui vivent aux côtés des personnes enquêtées : souvent la famille mais aussi pour beaucoup les professionnels de soins – à la santé, à l’hygiène, à l’activité physique et sportive.

Les analyses menées dans ce cadre offrent à voir la richesse et la complexité des quotidiens de ceux que l’on nomme parfois « les petits vieux ». La vieillesse se révèle alors beaucoup plus hétérogène qu’imaginée, mais aussi en mouvement et traversée des mêmes inégalités sociales que les autres périodes de la vie.

Les personnes vieillissantes sont également en proie aux doutes, aux angoisses, mais aussi à des prises de décisions quant aux stratégies à mettre en place afin de traverser cette période de la vie qu’elles découvrent tout en conservant ce qui fonde leur identité.

Une manière de leur redonner du pouvoir d’agir

Ces différents mouvements ont été théorisés sous le concept de « déprise ». Ce concept a été développé par une équipe toulousaine à la fin des années 1980, afin de rendre compte des différentes manières adoptées par les individus pour remplacer progressivement leurs activités, au fur et à mesure que des limites s’imposent avec l’avancée en âge.

La personne vieillissante qui doit faire face à des difficultés concernant le maintien de tous ses domaines d’activité aux mêmes rythmes qu’auparavant entre dans une logique de substitution et de sélection de ses routines. Elle doit réaliser des choix, qui visent à maintenir dans la vie quotidienne des registres d’intérêt auxquels elle tient particulièrement et qui sont en cohésion avec le monde construit tout au long de sa trajectoire de vie. Cela peut être par exemple découper les séquences de jardinage en les étalant sur de plus petites périodes réparties sur la journée afin de limiter les douleurs corporelles liées à la posture accroupie.

Les limites de la reconversion des activités sont à la fois dans les transformations physiques et dans les transformations de l’environnement humain et matériel qui accompagnent nécessairement l’expérience du vieillir. 

La déprise comme outil positif de saisie de la vieillesse

Le concept de « déprise » devient une véritable clé de compréhension du vieillissement. Moment de la vie jamais univoque, c’est par l’analyse sociologique qu’en sont révélés les ruptures et les rebondissements. C’est lorsque ceux-ci deviennent critiques et menaçants par rapport au pouvoir de l’individu à décider du sort de sa vie qu’ils mènent à des stratégies de déprise.

Nous y retrouvons en particulier les effets parfois irrémédiables de la maladie ou de la prise en charge en institution spécialisée, mais aussi les résultats des inégalités accumulées au cours de la vie de l’individu : pénibilité du travail, isolement lié à la pauvreté, handicap physique ou mental etc.

Ainsi, malgré le préfixe privatif « dé », c’est un outil de saisie de la vieillesse comme un réaménagement de soi et du monde par des changements progressifs et diffus, plus que par des pertes et abandons. La personne y engage de véritables réflexions sur son identité, son entourage et ses capacités d’action afin de faire les choix les plus pertinents dans la continuité de soi.

Il est alors essentiel pour la personne vieillissante de maintenir la question du sens donné à ces choix pour conserver un sentiment de respect de l’identité personnelle. Ces négociations comprennent à la fois des modifications concernant les compétences personnelles, mais aussi des modifications liées à la trajectoire de la vie antérieure et aux relations sociales entretenues.

De plus, la déprise prend un sens particulier en regard de l’événement qui la déclenche dans les stratégies de réaménagement qui en découleront. Plus largement, par l’investigation de points de vue divers et la mise en place de comparaisons selon les terrains investigués, le concept permet de saisir les expériences des aidants familiaux ainsi que celles des professionnels du soin à différentes échelles.

Des formes de déprise, des déprises plurielles

Afin d’aller plus loin dans la compréhension de cette notion indispensable dans l’analyse du vieillissement, les sociologues développent un appareillage théorique. Entre d’éventuelles reprises et emprises, la déprise devient alors une phase parmi d’autres de potentialités d’action au cours du vieillissement.

De plus, la déprise peut être précisée et se décliner en quatre modalités distinctes : l’adaptation, la substitution, l’abandon et la délégation. Notons que l’accumulation de déprises peut conduire à des « fortes déprises » (ou « déprises ultimes ») où des activités centrales pour la définition de soi doivent être abandonnées.

Mais à l’opposé d’un processus mécanique irréversible, la déprise ne peut pas être définie comme une succession d’étapes prédéterminées qui aboutirait fatalement au palier de la mort. Elle peut parfois entraîner des rebonds qui maintiennent les personnes dans le monde du fait des activités qu’elles maintiennent ou explorent.

Dans cet ouvrage, les situations de vieillissement sont racontées au travers des logiques de déprise qu’elles engagent. Tout d’abord, selon les configurations de la mise en dépendance, comment sont gérées les stratégies de déprise lorsque la personne vieillissante perd le contrôle de son corps ? Quelles différences vécues lors d’un maintien à domicile multi-partenarial et un placement en institution spécialisée ?

Ensuite, comment peuvent être négociés les changements dans les activités chez des personnes vivant des formes de démence ? Les facultés de communication étant le moteur principal de la relation à autrui, il est nécessaire d’étudier dans des contextes de limitations de ces dernières, ce qui relève de la déprise dans les parcours de vie de ces aînés malades.

Enfin, l’étude de cette notion par les rapports au corps est également à prendre en compte. Première vectrice du sentiment du vieillir et de négociations avec soi, la corporéité dans le vieillissement témoigne des déclins mais aussi des solidarités mises en place autour de nouveaux rôles sociaux qu’elle engage. Cette partie traite notamment des expériences différentielles du vieillissement dans une perspective de genre et intersectionnelle.

Diffuser de nouvelles normes dans la société ?

Grâce à ces recherches sociologiques sur le vieillissement, il sera possible d’équiper les politiques publiques à destination de ces catégories de la population avec des discours plus complexes que ceux invitant à la perpétuelle quête du « bien vieillir ». Emprunts d’une vision biomédicale négligeant tous les aspects sociétaux et individuels du vieillissement, ces orientations politiques sont vivement critiquées par les sociologues pour leurs ambitions normatives bien loin des comptes-rendus de leurs terrains de recherche.


  • Barthe J.-F., Clément S., Drulhe M., 1988, « Vieillesse ou vieillissement ? Les processus d’organisation des modes de vie chez les personnes âgées. », Les Cahiers de la Recherche sur le Travail Social, n°15, 11-31.


Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon Freepik, Shmai

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Santé

 

 



Citer ce billet
Bianca Bastardie (2021, 11 octobre). La vie « rêvée » des personnes vieillissantes ? Mondes Sociaux. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9ju

Bianca Bastardie

Réseau des masters du Labex SMS, université Toulouse – Jean Jaurès (bianca.bastardie@etu.univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search